En direct
Best of
Best of du 12 au 18 janvier
En direct
© Reuters
Mis bout à bout, nous en sommes à quelques 400 milliards d'euros déboursés en deux ans.
L'interminable tragédie
400 milliards d’euros pour sauver une Grèce au PIB de 200 : l’Europe sait-elle compter ?
Publié le 09 février 2012
L'accord sur le deuxième plan de renflouage de la Grèce attend toujours l'accord entre les principaux partis grecs, le gouvernement, le FMI et les représentants de l'Union européenne. Une obstination socialement désastreuse pour la Grèce, et financièrement coûteuse pour l'Europe.
Isabelle Mouilleseaux est directrice de publications chez Publications Agora.Elle a notamment co-écrit Le déclin du Dollar : une aubaine pour vos investissements ? (Valor, 2008).
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Isabelle Mouilleseaux
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Isabelle Mouilleseaux est directrice de publications chez Publications Agora.Elle a notamment co-écrit Le déclin du Dollar : une aubaine pour vos investissements ? (Valor, 2008).
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
L'accord sur le deuxième plan de renflouage de la Grèce attend toujours l'accord entre les principaux partis grecs, le gouvernement, le FMI et les représentants de l'Union européenne. Une obstination socialement désastreuse pour la Grèce, et financièrement coûteuse pour l'Europe.

Des chiffres astronomiques qui ne font plus sens

Souvenez-vous...

  • En mai 2010, nous avons apporté 110 milliards d'euros à la Grèce pour la « sauver de la faillite » ;
  • Aujourd’hui, nous allons signer un nouveau chèque de 130 milliards d'euros pour « sauver à nouveau la Grèce » qui va une fois de plus « faire faillite » le 20 mars si elle ne trouve pas l’argent pour faire face à ses engagements ;
  • Parallèlement, les créanciers privés vont s’assoir sur 70% de leurs avoirs sur l’État grec. Soit 100 milliards d'euros de pertes irrécouvrables à provisionner dans leurs comptes au seul profit de la Grèce.


Mis bout à bout, nous en sommes à quelques 400 milliards d'euros déboursés en deux ans. De quoi parlons-nous ? D’un PIB de 200 milliards d'euros par an. C’est ce que pèse la Grèce. 400 milliards d'euros investis pour en sauver 200 milliards ? N’est-ce pas déraisonnable ?

Et 400 milliards pour l’instant… car il est fort à parier que nous aurons à sauver la Grèce encore et encore. Car sous couvert de lui venir en aide tel un preux chevalier sur son beau destrier, nous sommes en train de détruire ce pays jusqu’à la moelle, d’anéantir sa capacité de production, et de semer les conditions d’une révolte sociale sans précédent.

Qui sème le vent, récolte le chaos

Les coupes dans les salaires et pensions ont été massives, et ce mouvement va se poursuivre puisque nous sommes en train d’imposer à la Grèce une nouvelle réduction des dépenses sur 2012 de 1,5% du PIB. 

Le taux de chômage est de 18%, la déflation est à l’œuvre, la récession s’installe et s’aggrave (sur 2009/2010/2011 respectivement -3,2%, -3,5% et -6,1% selon l’Organisation de coordination et de développement économiques), le capital fuit, le pays est exsangue et les politiques déchirés. La dette publique atteindra 189% cette année et le plus alarmant est sans doute que ce pays n’a aucun moyen de s’en sortir. Pas l’ombre d’un espoir, d’une lueur au bout du tunnel.

Quand vous atteignez un tel niveau de chaos, comment voulez-vous faire naître les conditions d’une croissance pour vous en sortir…

La Grèce doit sortir de l’euro

La Grèce est le tonneau des danaïdes de l’Europe. Vous aurez beau combler le trou, le tonneau est percé et cela ne suffira jamais. Alors arrêtons de jeter de l’argent par les fenêtres. Cessons cette fuite en avant perdue d’avance. Cela ne sert à rien. Il faut traiter le problème à la racine… La Grèce fera faillite et repartira avec les compteurs à zéro. Soyons réalistes.

Seule une sortie de la zone euro permettra à la Grèce :

  • De restaurer sa compétitivité ;
  • De rendre le drame social et humain dans lequel elle est plongée supportable ;
  • Et à terme, de se reconstruire.


Je crois en l’euro, et en une Europe forte et intégrée, mais elle ne peut se faire ni à 17, ni en imposant aux populations une rigueur extrême. Ne nous faudrait-il pas alors un double système, avec un euro fort d’un côté, et un euro faible de l’autre ?

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.
L'étonnante proposition de Brigitte Macron à Valérie Trierweiler et Carla Bruni-Sarkozy
02.
Plus court mais mieux indemnisé : cette réforme de l’assurance chômage qui pourrait offrir une solution aux demandeurs d’emplois
03.
Connaissez vous Marie Kondo (la Japonaise qui a déclenché une folie du rangement dans le monde qui ne devrait pas tarder à atteindre la France) ?
04.
Glyphosate : l’incroyable manque de rigueur scientifique d’Envoyé Spécial
05.
Changement climatique : Alexandria Ocasio-Cortez déclare que "le monde touchera à sa fin dans 12 ans"
06.
Ce biais statistique qui explique pourquoi la redistribution en France est loin d’être aussi efficace qu’on le croyait pour corriger les inégalités
07.
La tombe de Marc Antoine et Cléopâtre serait sur le point d'être découverte
01.
Glyphosate : l’incroyable manque de rigueur scientifique d’Envoyé Spécial
02.
Plus court mais mieux indemnisé : cette réforme de l’assurance chômage qui pourrait offrir une solution aux demandeurs d’emplois
03.
Comment le Canard Enchaîné a envoyé François Fillon, Jacques Chaban-Delmas et Valéry Giscard d'Estaing au cimetière des éléphants de la politique
04.
Jacques Chirac, ce soudard amateur de bières et de belles femmes qui s'est avéré être un excellent chef des armées
05.
Connaissez vous Marie Kondo (la Japonaise qui a déclenché une folie du rangement dans le monde qui ne devrait pas tarder à atteindre la France) ?
06.
Traité d’Aix-la-Chapelle : la France ne vend pas l’Alsace à l’Allemagne mais les deux pays scellent la coupure entre les dirigeants et leurs peuples
07.
La tombe de Marc Antoine et Cléopâtre serait sur le point d'être découverte
01.
Glyphosate : l’incroyable manque de rigueur scientifique d’Envoyé Spécial
02.
Réponse à tout… sauf aux Gilets jaunes ? Pourquoi l’intelligence de Macron participe plus du problème que de la solution à la crise de défiance qui ébranle la société française
03.
Traité d’Aix-la-Chapelle : la France ne vend pas l’Alsace à l’Allemagne mais les deux pays scellent la coupure entre les dirigeants et leurs peuples
04.
Les patrons américains préfèrent la France de Macron à l’Amérique de Donald Trump et l’idée du « grand débat » leur plait
05.
Aix-la-Chapelle ou la dernière illustration en date de l’intimidation morale qui asphyxie la démocratie française
06.
La tombe de Marc Antoine et Cléopâtre serait sur le point d'être découverte
01.
Réponse à tout… sauf aux Gilets jaunes ? Pourquoi l’intelligence de Macron participe plus du problème que de la solution à la crise de défiance qui ébranle la société française
02.
Glyphosate : l’incroyable manque de rigueur scientifique d’Envoyé Spécial
03.
Gilets jaunes : l’inexplicable (et énorme) échec des Républicains
04.
Aix-la-Chapelle ou la dernière illustration en date de l’intimidation morale qui asphyxie la démocratie française
05.
Radioscopie des dépenses de la France : ces nouvelles inégalités qui se cachent derrière la puissance apparente de l'État-providence
06.
Emmanuel Macron est brillant, mais il n’est pas le président qu’il faut à la France
Commentaires (21)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
Gilles
- 08/02/2012 - 23:36
Mais...
en laissant la Grece quitter l'UE et la zone Euro, les banques allemandes et francaises vont se retrouver avec des ardoises farmineuses. Qui paiera ? Les clients evidemment. Ainsi les societaires de Groupama ressentent deja les folies de Cerise en terre hellene...
Bruxelle43
- 08/02/2012 - 22:18
Les tueurs de l'Europe !!
Tous les grands empires de l'histoire se sont écroulés pour n'avoir su ni dominer leur taille ni le chômage ...

J'ignore si l'Europe survivra à la folie ambiante, mais les nations ont, à mon sens, leur sort déjà écrit : la disparition !!

Bravo à tous nos politiques et un super bravo à nos élites autoproclamées qui ont une si lourde responsabilité dans la libanisation de nos pays !!
DEL
- 08/02/2012 - 20:59
C'est pas la Grèce qu'ils veulent sauver...
Ce qu'ils veulent sauver, ce sont les dividendes des actionnaires des banques...