En direct
Best of
Best of du 15 au 21 février
En direct
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Instituteur de Malicornay : à quoi joue l’éducation nationale ?

02.

Patrick Bruel se pète le genou et retrouve l’amour, Britney Spears le pied et reste sous tutelle, Adele les plombs et reste seule; Benjamin Biolay in love d’Anaïs Demoustier, Nicolas S. & Carla B. de leur canapé; Voici sait des trucs sur Benjamin G.

03.

La réaction de la femme de Griveaux

04.

L'ex-rappeuse Diam's ouvre une agence de voyages (réservée aux musulmans)

05.

Nos ancêtres les paysans : mais au fait combien de français ont encore une idée de la vie à la ferme ?

06.

Comment faire sans la Chine ? Le G20 finance tente de sauver la production mondiale du coronavirus

07.

Violences sexuelles : pourquoi il est si complexe d’éduquer au consentement

01.

Instituteur de Malicornay : à quoi joue l’éducation nationale ?

02.

Sos macronie en perdition ? Le poids des (non) mots, le choc des photos

03.

Démocratie représentative en danger : l’extrême gauche en passe de dépasser l’extrême droite

04.

Comment la guerre d’Algérie a fini par ruiner la politique de rayonnement de la France dans le monde arabe

05.

Les suppressions d'emplois chez HSBC annoncent une casse sociale sans précédent dans le secteur bancaire européen

06.

Les gros salaires de plus en plus gros... Mais qu'est ce qui peut justifier de telles extravagances ?

01.

Comment l’Allemagne est devenue le maillon faible de l’Europe

02.

Attentat de Hanau : ce terrible poison que contribuent à répandre les ambiguïtés européennes sur l’immigration

03.

La lutte contre le séparatisme en marche… ou pas

04.

Montée de la contestation radicale, aveuglement gouvernemental, l’étau qui asphyxie insensiblement la démocratie française

05.

La réaction de la femme de Griveaux

06.

Macron exaspère ses ministres; Un tenant de l’Islam politique bientôt maire à Garges les Gonesse ?; Radicalisation : les universités de plus en plus soumises à la censure « bien-pensante »; La CEDH influencée par des ONG financées par George Soros

ça vient d'être publié
light > People
Reconversion
L'ex-rappeuse Diam's ouvre une agence de voyages (réservée aux musulmans)
il y a 11 heures 16 min
pépites > International
Enquête
L’association L’Arche révèle des abus sexuels qu'aurait commis Jean Vanier, son fondateur
il y a 12 heures 45 min
décryptage > Culture
Atlanti-Culture

"Une histoire d’amour" : Intensité discutable

il y a 15 heures 29 min
décryptage > France
Image d'Epinal

Nos ancêtres les paysans : mais au fait combien de français ont encore une idée de la vie à la ferme ?

il y a 17 heures 28 min
décryptage > Environnement
Absurdité

Nucléaire : au-delà de Fessenheim, un gâchis français

il y a 18 heures 51 min
décryptage > Environnement
Bonnes feuilles

Les distorsions de concurrence qui sont préjudiciables aux agriculteurs français

il y a 19 heures 15 min
décryptage > Société
Bonnes feuilles

Les intellectuels américains et la crise de la civilisation

il y a 19 heures 15 min
décryptage > Société
Bataille à mener

Violences sexuelles : pourquoi il est si complexe d’éduquer au consentement

il y a 19 heures 29 min
décryptage > Atlantico business
Dialogue

La « Food révolution » pourrait rapprocher le monde agricole et les écologistes...Encore faudrait-il qu’ils le veuillent

il y a 19 heures 44 min
pépites > Politique
Hommage et émotion
Les obsèques de Michel Charasse vont se dérouler le mercredi 26 février à Puy-Guillaume, en présence d’Emmanuel Macron
il y a 1 jour 5 heures
pépites > Société
Profilage
Le PDG de Rynair fait polémique en expliquant que les terroristes sont souvent des hommes seuls musulmans, pas des familles
il y a 12 heures 14 min
décryptage > Culture
Atlanti-Culture

"Le Serpent et la Lance Acte 1" : Un thriller Aztèque comme vous n'en avez jamais vu !

il y a 15 heures 16 min
décryptage > Culture
Too much

Start-up nation oui, anglais à l’eurovision non : qui importe quel mot dans le français d’aujourd’hui ?

il y a 17 heures 3 min
décryptage > Consommation
Evènement

Salon de l'agriculture 2020 : à la découverte de cette agriculture qui "vous tend les bras"

il y a 18 heures 20 min
décryptage > Education
Machine aveugle

Instituteur de Malicornay : à quoi joue l’éducation nationale ?

il y a 19 heures 7 min
décryptage > International
Bonnes feuilles

L’Algérie d’Abdelaziz Bouteflika à l’heure du Printemps arabe

il y a 19 heures 15 min
décryptage > International
Bonnes feuilles

Le choc démographique : trop d’humains, pas assez de ressources

il y a 19 heures 15 min
décryptage > Economie
Economie à l'arrêt

Comment faire sans la Chine ? Le G20 finance tente de sauver la production mondiale du coronavirus

il y a 19 heures 40 min
rendez-vous > Media
Revue de presse people
Patrick Bruel se pète le genou et retrouve l’amour, Britney Spears le pied et reste sous tutelle, Adele les plombs et reste seule; Benjamin Biolay in love d’Anaïs Demoustier, Nicolas S. & Carla B. de leur canapé; Voici sait des trucs sur Benjamin G.
il y a 19 heures 49 min
light > Insolite
Trésor inestimable
Ethiopie : une couronne cachée pendant 21 ans aux Pays-Bas a enfin été restituée
il y a 1 jour 5 heures
info atlantico
© Reuters
© Reuters
Info Atlantico

Président jusqu’au bout ? Quand 71% des Français pensent que François Hollande ne se préoccupe que de sa candidature, et non de la réponse aux défis auxquels la France doit faire face

Publié le 30 septembre 2016
Alors que François Hollande est déjà très impopulaire, le décalage qui existe entre les attentes des Français et la perception qu'ils ont de l'action présidentielle risque de pénaliser davantage la candidature de l'actuel chef de l'Etat.
Yves-Marie Cann est politologue, spécialiste de l’Opinion publique. Il a dirigé les études d'opinion (Politique, société et affaires publiques) au sein de l'Institut CSA. Il est désormais Directeur des études politiques chez Elabe, cabinet d'...
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Yves-Marie Cann
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Yves-Marie Cann est politologue, spécialiste de l’Opinion publique. Il a dirigé les études d'opinion (Politique, société et affaires publiques) au sein de l'Institut CSA. Il est désormais Directeur des études politiques chez Elabe, cabinet d'...
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Alors que François Hollande est déjà très impopulaire, le décalage qui existe entre les attentes des Français et la perception qu'ils ont de l'action présidentielle risque de pénaliser davantage la candidature de l'actuel chef de l'Etat.

Atlantico : Quels sont les principaux enseignements de ce sondage ?

Yves-Marie Cann : Les résultats de ce sondage ont le mérite de la clarté. A la question "qu'est-ce qui préoccupe selon vous le plus François Hollande ?", une très large majorité (71%) des personnes interrogées estiment que le président de la République se préoccupe avant tout de la préparation de sa candidature à l'élection présidentielle et seules 28% estiment qu'il se préoccupe avant tout de répondre aux défis économiques, sociaux et sécuritaires auxquels doit faire face la France.

Cette perception est très largement majoritaire au sein de la société française et fait écho aux analyses qui sont livrées dans les médias sur l'actualité de François Hollande. Le discours prononcé salle Wagram il y a trois semaines a été présenté comme le discours d'un candidat non déclaré. Par ailleurs, cette semaine marque un véritable coup d'accélérateur de la présence de François Hollande sur le terrain en France, à travers des déplacements ou prises de parole quasi quotidiens – et parfois même plusieurs fois par jour. Cette accélération est décrite comme stratégique dans la perspective de l'élection présidentielle et non pas comme visant à répondre aux défis qui se posent aujourd'hui à la France.

Que nous apprend la perception de la priorité de François Hollande au regard de la proximité politique des personnes interrogées ?

Cette perception d'un François Hollande qui se préoccuperait avant tout de la préparation de sa candidature à l'élection présidentielle est très majoritaire à l'échelle nationale et on la retrouve aussi de façon majoritaire auprès de la plupart des segments politiques. On distingue toutefois un différentiel assez marqué entre les sympathisants de droite et ceux de gauche.

Du côté des sympathisants de gauche, 53% des personnes interrogées estiment qu'il est plus préoccupé par la préparation de sa candidature à l'élection présidentielle que par la réponse aux défis qui se posent au pays. Au sein même de la gauche se forme un clivage qui oppose les sympathisants socialistes à ceux du Front de gauche et dans une moindre mesure à ceux des écologistes. Les sympathisants socialistes sont plus partagés et sont les seuls à déclarer, à une courte majorité toutefois (54%), que la première préoccupation de François Hollande est la réponse aux défis économiques, sociaux et sécuritaires auxquels doit faire face la France.

Aucune nuance en revanche de l'autre côté de l'échiquier politique : 88% des sympathisants de la droite et du centre estiment que ce qui préoccupe avant tout François Hollande est la préparation de sa candidature à l'élection présidentielle ; les sympathisants du FN sont 80% à le penser et les "sans préférence partisane" – qui constituent aujourd'hui un groupe très important puisqu'ils représentent près de 30% d'un échantillon – sont 71% à partager ce sentiment.

Au regard du contexte actuel et de l'échéance présidentielle qui approche, comment interpréter le résultat de ce sondage ?

A 7-8 mois de l'élection présidentielle – selon que l'on prenne comme référence le premier ou le second tour –, les défis sont nombreux : les enquêtes d'opinion montrent qu'aujourd'hui les préoccupations des Français se concentrent principalement sur les thématiques régaliennes (au travers des questions liées à l'identité, à la lutte contre la menace terroriste) et sur les domaines économiques et sociaux, au premier rang desquelles figure la lutte contre le chômage. Le chômage est d'ailleurs un terrain sur lequel le président de la République est en extrême difficulté. L'absence de résultats tangibles et reconnus par les Français sur le front du chômage pèse très lourd dans les jugements portés sur le bilan de François Hollande, ce dernier ayant conditionné sa candidature à l'élection présidentielle à l'inversion de la courbe du chômage. Tant que cette inversion n'est pas perçue par les Français, la potentielle candidature du chef de l'Etat à sa réélection sera sinon délégitimée, du moins décrédibilisée.

Il me semble que les résultats de ce sondage témoignent d'une nouvelle faiblesse pour François Hollande. Aujourd'hui, ce qu'attendent les Français, ce sont des réponses aux problèmes qui se posent au pays. Or, la perception qu'a une majorité de Français de François Hollande, c'est un président de la République qui est plus préoccupé par sa réélection que par la réponse aux enjeux. Le risque pour un Président qui est déjà très impopulaire auprès des Français – jamais un président de la République à 7-8 mois de la fin de son mandat n'a atteint un tel niveau d'impopularité – est que le décalage qui existe entre les attentes des Français, leurs préoccupations et la perception qu'ils ont de l'action du président de la République contribue à creuser un peu plus le fossé qui sépare François Hollande de larges pans de la population française et que cela contribue à durcir un peu plus les jugements négatifs qui sont portés soit sur sa personne soit sur son bilan. Le fait d'apparaître comme ayant trop clairement l'intention de se présenter à l'élection présidentielle risque donc de le pénaliser d'ici la fin de l'année et d'ici l'échéance du 15 décembre qu'il a pour faire acte de candidature ou pas à la primaire qui nous a été promise par le Parti socialiste.

 
Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Instituteur de Malicornay : à quoi joue l’éducation nationale ?

02.

Patrick Bruel se pète le genou et retrouve l’amour, Britney Spears le pied et reste sous tutelle, Adele les plombs et reste seule; Benjamin Biolay in love d’Anaïs Demoustier, Nicolas S. & Carla B. de leur canapé; Voici sait des trucs sur Benjamin G.

03.

La réaction de la femme de Griveaux

04.

L'ex-rappeuse Diam's ouvre une agence de voyages (réservée aux musulmans)

05.

Nos ancêtres les paysans : mais au fait combien de français ont encore une idée de la vie à la ferme ?

06.

Comment faire sans la Chine ? Le G20 finance tente de sauver la production mondiale du coronavirus

07.

Violences sexuelles : pourquoi il est si complexe d’éduquer au consentement

01.

Instituteur de Malicornay : à quoi joue l’éducation nationale ?

02.

Sos macronie en perdition ? Le poids des (non) mots, le choc des photos

03.

Démocratie représentative en danger : l’extrême gauche en passe de dépasser l’extrême droite

04.

Comment la guerre d’Algérie a fini par ruiner la politique de rayonnement de la France dans le monde arabe

05.

Les suppressions d'emplois chez HSBC annoncent une casse sociale sans précédent dans le secteur bancaire européen

06.

Les gros salaires de plus en plus gros... Mais qu'est ce qui peut justifier de telles extravagances ?

01.

Comment l’Allemagne est devenue le maillon faible de l’Europe

02.

Attentat de Hanau : ce terrible poison que contribuent à répandre les ambiguïtés européennes sur l’immigration

03.

La lutte contre le séparatisme en marche… ou pas

04.

Montée de la contestation radicale, aveuglement gouvernemental, l’étau qui asphyxie insensiblement la démocratie française

05.

La réaction de la femme de Griveaux

06.

Macron exaspère ses ministres; Un tenant de l’Islam politique bientôt maire à Garges les Gonesse ?; Radicalisation : les universités de plus en plus soumises à la censure « bien-pensante »; La CEDH influencée par des ONG financées par George Soros

Commentaires (9)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
BOUDDHISTE SARKOZYSTE
- 01/10/2016 - 09:23
Barnum médiatique et politique pathetique !!!!
Cette quiche qui nous sert de president est un des mauvais acteurs du barnum mediatique et politique pathetique que nous finançons sans controle depuis de trop nombreuses années!!!! Et en plus il est moche !!!! Il est grand temps de leurs couper les vivres et d'exiger une stricte gestion de notre pays et surtout beaucoup moins d'état !!!! Malheureusement trop de gens vivent sans controle de cette irresponsable redistribution, presque 56%!!! Arretons cela avant que l'atterrissage nous soit fatal, cerise sur le gateau Sapin hypothèque nos assurances vies !!! La "raie publique" qu'ils disents, ils en ont plein la bouche !!! Et bien server la messieurs plutot que de la souiller !!!!
winnie
- 01/10/2016 - 07:35
Personne n' en veut?
et pourtant les francais seront bien capables de voter pour lui s'il se retrouve devant Marine. Bande de masochistes!
Liberdom
- 30/09/2016 - 19:08
Pourriture
Ce petit politicard vaniteux ne pense qu'a une chose pouvoir continuer à se la péter au milieu des "grands de ce monde" : Moi petit énarque merdique, grand intrigant, menteur patenté, j'ai été élu président. Elu en profitant du vide ambiant, j'ai poussé mes pseudopodes poisseux jusqu'à arriver au sommet. Hélas les faits sont têtus et j'ai tout foiré; mais je m'en fous et j'y retourne prêt à m'infiltrer dans le moindre interstice... et montrer au monde que je peux faire encore mieux dans nullité.