En direct
Best of
Best of du 17 au 23 octobre
En direct
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Rachida Dati souhaite supprimer l’acquisition automatique de la nationalité française par mariage

02.

La Corée du nord craint que des nuages de sable venant de Chine ne soient porteurs du coronavirus

03.

Et le vilain petit secret des athlètes des épreuves d'ultra-endurance n'est pas de savoir mieux supporter la douleur

04.

La dette européenne s’arrache comme des petits pains. Mais il y a une très mauvaise nouvelle derrière la bonne

05.

Le gouvernement fait peser la totalité du poids de l’épidémie sur les soignants et sur les Français. Y a-t-il un moyen de le forcer à assumer enfin ses responsabilités ?

06.

COVID-19 : mais où en est la Chine ?

07.

Le général Pierre de Villiers estime "qu'il y a désormais un risque de guerre civile en France"

01.

Coronavirus : L’Etat freine-t-il des médicaments français qui pourraient être efficaces ?

02.

Gérald Darmanin & Brad Pitt bientôt papas, M. Pokora bientôt marié; Voici pense que le bébé de Laura Smet s'appelle Léo, Closer Jean-Philippe; Adele aurait succombé au charme de l'ex (cogneur) de Rihanna; Kanye West propose l'union libre à Kim Kardashian

03.

Comment les islamistes ont réussi à noyauter la pensée universitaire sur... l’islamisme

04.

Décapitation islamiste : est-il encore temps d’arrêter la spirale infernale… et comment ?

05.

Islamisme : la République de la complaisance

06.

La France maltraite ses profs et devra en payer le prix

01.

Décapitation islamiste : est-il encore temps d’arrêter la spirale infernale… et comment ?

02.

Professeur décapité : voilà ce que nous coûtera notre retard face à l’islamisme

03.

Islamisme : la République de la complaisance

04.

Professeur décapité : souvenons-nous de la phrase d'Arletty

05.

Non, la République ne peut pas protéger les musulmans de l’islam radical et voilà pourquoi

06.

Professeur décapité : "je crains plus le silence des pantoufles que le bruit des bottes"

ça vient d'être publié
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Sublime royaume" de Yaa Gyasi : de la relation mère-fille entre science et spiritualité, un roman qui ne peut laisser indifférent

il y a 6 heures 53 min
pépites > Santé
IHU Mediterranée
Covid-19 : l’Agence du médicament refuse d’autoriser massivement l’hydroxychloroquine
il y a 8 heures 26 min
pépites > Politique
Nouvelles mesures
Jean Castex intensifie la lutte contre la haine en ligne avec le renforcement de la plateforme Pharos et de nouvelles sanctions
il y a 10 heures 43 min
décryptage > France
Liberté d'expression

Les islamistes tuent ? Qu’à cela ne tienne, les autorités s’en prennent aux libertés publiques

il y a 14 heures 34 min
pépites > Politique
Séculier
Des ministres considèrent que plutôt que la défendre, l'Observatoire de la laïcité se concentre sur la lutte contre l'islamophobie avec des alliés pas toujours fréquentables
il y a 15 heures 5 min
Sécurité
Île-de-France : hausse importante des cambriolages de pharmacies
il y a 15 heures 44 min
décryptage > Sport
N'ayez plus honte d'être des petites natures…

Et le vilain petit secret des athlètes des épreuves d'ultra-endurance n'est pas de savoir mieux supporter la douleur

il y a 16 heures 25 min
Pollution
La Corée du nord craint que des nuages de sable venant de Chine ne soient porteurs du coronavirus
il y a 16 heures 50 min
décryptage > Environnement
Effet bénéfique ?

Si vous pensez que la pollution des villes va décroître grâce au télétravail cet hiver, vous vous trompez

il y a 17 heures 24 min
décryptage > France
Lutte contre le séparatisme

La nouvelle bataille de France

il y a 17 heures 39 min
light > Politique
"Make America Great Again"
L'expert en sécurité Victor Gevers serait parvenu à se connecter au compte Twitter de Donald Trump en devinant son mot de passe
il y a 7 heures 51 min
pépites > Société
Extension
Congé paternité : l'Assemblée nationale vote le passage à 28 jours
il y a 8 heures 47 min
rendez-vous > Consommation
Atlantic-tac
Quand un gros œil surveille les minutes et quand le ricin tisse les bracelets : c’est l’actualité des montres
il y a 11 heures 39 min
décryptage > Santé
Mesures contre la Covid-19

Demi-confinement, demi-mesures et omnipotence de l’Etat : la soviétisation de la France

il y a 14 heures 57 min
pépite vidéo > Politique
Election américaine
Ultime débat : Joe Biden focalise ses attaques contre Donald Trump sur sa gestion du coronavirus
il y a 15 heures 43 min
pépites > Justice
Terrorisme
Des obstacles juridiques affaiblissent, voire paralysent, la lutte contre l’islamisme selon l’ancien secrétaire général du Conseil constitutionnel, Jean-Éric Schoettl
il y a 15 heures 59 min
décryptage > Santé
Stratégie contre la Covid-19

Le gouvernement fait peser la totalité du poids de l’épidémie sur les soignants et sur les Français. Y a-t-il un moyen de le forcer à assumer enfin ses responsabilités ?

il y a 16 heures 43 min
décryptage > Santé
Inquiétudes face à la pandémie

Covid-19 : faut-il que les parents se testent lorsque leurs enfants ont (peut-être juste) un rhume ?

il y a 17 heures 3 min
pépites > Politique
Immigration
Rachida Dati souhaite supprimer l’acquisition automatique de la nationalité française par mariage
il y a 17 heures 26 min
décryptage > Politique
Un effort SVP

Monsieur le président, pourriez vous - de temps en temps au moins - dire "France" au lieu de "République" ?

il y a 17 heures 47 min
© Reuters
"Le système politico-médiatique reste concentré sur Paris, et on ne prête pas ainsi attention à ceux qui détiennent réellement le pouvoir, c’est-à-dire ceux qui sont à Bruxelles."
© Reuters
"Le système politico-médiatique reste concentré sur Paris, et on ne prête pas ainsi attention à ceux qui détiennent réellement le pouvoir, c’est-à-dire ceux qui sont à Bruxelles."
Les coulisses du pouvoir

Ces hommes de l'ombre qui détiennent vraiment le pouvoir en Europe

Publié le 09 février 2012
Christophe Deloire, co-auteur de "Circus Politicus", souligne l'attention excessive portée à certains dirigeants politiques et lieux de pouvoir au détriment des vraies instances décisionnelles en Europe.
Christophe Deloire
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Christophe Deloire est journaliste, auteur et éditeur.Il est le co-auteur de "Circus politicus" avec Chrsitophe Dubois (Albin Michel, 2012).Depuis février 2008, il est le directeur du Centre de formation des journalistes (CFJ), l'école de journalisme de...
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Christophe Deloire, co-auteur de "Circus Politicus", souligne l'attention excessive portée à certains dirigeants politiques et lieux de pouvoir au détriment des vraies instances décisionnelles en Europe.

A lire aussi des extraits de "Circus Politicus" :

- Proches, si proches... Les liens secrets entre la CIA et les pères fondateurs de l'Europe Schuman et Monnet

- Mais qui assiste à Bilderberg, ce mystérieux rendez-vous de l'oligarchie dirigeante mondiale ?

Atlantico : Nicolas Sarkozy et Angela Merkel ont donné lundi soir une interview conjointe aux chaines de télévision France 2 et ZDF. Vous venez de publier "Circus Politicus" (co-écrit avec Christophe Dubois) dans lequel vous dénoncez l'attention excessive portée à certains lieux de pouvoir politique au détriment des vraies instances de décision. Dans ce cadre, comment percevez-vous la rencontre Sarkozy/Merkel ?

Christophe Deloire : Ce qui est clair, c’est qu’il y a eu une présentation relevant de la communication. Cette présentation déforme la réalité en laissant penser que l’idéal démocratique se résume à une discussion entre chefs d’État et de gouvernement. Or ces discussions à huis clos ne permettent pas de savoir si ce sont les responsables élus qui prennent les décisions, dans quelles circonstances, et s'il existe la possibilité d’en débattre.

L’Europe fait face à un problème médiatique. Cela se traduit par une incapacité des citoyens à regarder au bon endroit. La preuve en est que personne ne connaît les personnes les plus importantes au niveau européen. Qui connaît Joseph Daul, le président du groupe du PPE (Parti populaire européen) et l'une des rares personnes à pouvoir appeler Angela Merkel et Nicolas Sarkozy sur leur portable ? Qui connaît Jean-Paul Gauzès, le coordinateur de la position du groupe PPE au sein de la commission des affaires économiques et monétaires ? Tous deux sont plus importants que les responsables politiques français, sur lesquels on peut lire de nombreux articles.

L’idée que nous développons dans notre livre Circus Politicus est effectivement que la politique se joue ailleurs. Ainsi, l’un des grands lieux de pouvoir aujourd’hui est le Conseil européen où les chefs d'État et de gouvernement se réunissent à huis clos. On ne connaît de ce qui s’y déroule, mais uniquement ce qu’ils veulent bien nous en dire. Dans notre ouvrage, nous nous appuyons ainsi sur des compte-rendus de négociations européennes qui permettent de prouver de manière irréfutable que ce qui se passe au sein d’une séance de Conseil n’a pas grand-chose à voir avec ce qui est présenté en conférence de presse. On a ainsi vu, une fois encore en lisant le compte rendu d’une réunion, que lors d’une séance où Nicolas Sarkozy prétendait à la sortie avoir dirigé la réunion, sur le verbatim, seules 13 lignes relataient ses propos.

D’autres compte-rendus montrent que, lors des sommets d’élaboration des plans de sauvetage de la Grèce, les chefs d’État et de gouvernement, le président de l’Eurogroupe ou le Gouverneur de la BCE affirment clairement que la présentation publique de l’événement ne correspondra pas à ce qui s’est dit en séance. Le fait que les débats ne soient pas publics est un vrai problème d’un point de vue démocratique. En démocratie, il y a certes une part de secret pour préserver la souveraineté et l’action du pouvoir exécutif. Mais, puisqu’il s’agit de décisions qui vont nous engager tous, éventuellement pendant des années, il n’est pas normal que celles-ci ne fassent pas l’objet de débats au préalable.  

Pour revenir plus précisément à la rencontre Sarkozy/Merkel, une phrase de Nicolas Sarkozy m’a interloqué : «J’engage la parole de la France ». Ce type de propos souligne une dérive de l’ensemble de l’architecture du pouvoir. On se trouve finalement devant un homme seul qui décide pour nous tous sans le moindre débat, sans qu’on sache comment la décision a été prise.

Cet « homme seul » a toutefois été élu démocratiquement au suffrage universel direct. Il dispose ainsi d’une certaine légitimité…

Certes, mais il ne représente qu’une partie du corps électoral, il a été élu avec seulement 53% des voix. A cet égard, il n’y a pas de parallélisme entre Nicolas Sarkozy et Angela Merkel qui, à son retour à Berlin, doit faire face au Bundestag, le Parlement allemand. Outre-Rhin, un parlement, où diverses sensibilités politiques sont représentées, discutent. En France, on a simplement une approbation de députés.

 

 

Finalement, ce que vous remettez en cause, c’est le système présidentiel français. Mais notre pays ne se trouve-t-il pas dans une situation différente de celle de ses voisins, du fait de l’élection au suffrage universel direct de notre Président de la République et de l’inversion du calendrier électoral décidée par Lionel Jospin ?

Le débat politique doit encore avoir sa place. Autrement dit, on se contente d’une élection tous les cinq ans et on cesse toute discussion entre temps. Je n’ignore pas que la Constitution française confère au Président des pouvoirs importants comparé à ce que l’on trouve chez nos partenaires européens. Il n’en demeure pas moins qu’on constate une vraie hypocrisie – présidentielle et gouvernementale – entre le discours tenu à Bruxelles (à l’issue des conseils des ministres) et celui tenu à Paris.

Par exemple, Nicolas Sarkozy, depuis quelques jours, se posait en héros de la démocratie au motif qu’il avait empêché le placement quasi sous tutelle de la Grèce. Dans notre ouvrage, nous révélons le contenu du Conseil européen où le Président français appuyait Angela Merkel sur la possibilité de suspendre les droits de vote d’un pays au Conseil européen. Suspendre les droits de vote, cela signifie qu’un pays qui aurait enfreint les règles budgétaires se verrait interdit de voter sur toutes les questions relevant de la compétence européenne, au-delà des questions budgétaires. Là encore il y a un double discours. Or la démocratie ce n’est pas d’admettre qu’un dirigeant prétende faire quelque chose alors qu’il ne le fait pas.

 

 

Selon vous, où se situe alors le pouvoir décisionnel "réel" en Europe ?

La régulation bancaire se fait au Comité de Bâle où se réunissent les gouverneurs de Banque centrale, indépendants de leurs États. Ils édictent des textes repris éventuellement par le G20 puis adoptés par l’UE et transposés en droit national. Nous avons interrogé Christian Noyer, le Gouverneur de la Banque Centrale, sur la différence entre le texte du Comité de Bâle et le texte adopté par le Parlement français : il a eu l’honnêteté de répondre qu’il n’y avait pas de différence.

Ce qui est en jeu, c’est la souveraineté des électeurs. Le problème aujourd’hui, c’est que l'on vit dans la fiction que tout le pouvoir est à Paris alors que ce n’est pas le cas. Le système politico-médiatique reste concentré sur Paris, et on ne prête pas ainsi attention à ceux qui détiennent réellement le pouvoir, c’est-à-dire ceux qui sont à Bruxelles, dans des institutions dites indépendantes et qui ne relèvent pas de responsabilité politique.

Comme lieu de pouvoir, on peut citer la réunion du collège de la commission européenne où se réunissent les 27 commissaires : il faut se souvenir que c’est elle qui détient le monopole de l’initiative législative à Bruxelles. Or personne ne regarde leur travail en amont. Le Commissaire français, Michel Barnier, est peu connu du grand public, peu de gens connaissent son nom.

La responsabilité des électeurs est engagée. Mais celle des dirigeants politiques également, ainsi que celle des journalistes qui doivent pouvoir indiquer où se situe le vrai pouvoir et de ne plus faire semblant que tout se passe à Paris. Il s’agit de ne plus laisser les politiques prétendre pouvoir résoudre des problèmes alors que, depuis longtemps ce ne dépend plus d’eux.

 

 

Quelles solutions préconisez-vous face à une telle situation ?

La première serait de regarder au bon endroit : on ne peut pas contrôler les détenteurs du pouvoir si on les ignore ; le contrôle commence avec la lucidité des électeurs et des citoyens. Tant que l'on reste dans ce théâtre d’ombre, il n’y a pas de possibilité de se réapproprier la démocratie. Pour ce faire, il faut connaître ceux qui détiennent le pouvoir, faire en sorte que ces personnes soient responsables devant les électeurs.

La démocratie ne consiste pas en l’existence d’une petite oligarchie de hiérarques, élus nationalement mais qui ne statuent pas seulement sur leur pays. Si demain Angela Merkel impose au Conseil européen une décision, qu’est-ce qui nous permet, nous Français, de nous y opposer si l’on n’est pas d’accord ? Ou à l’inverse si Sarkozy impose une décision à l’Allemagne ? Le problème est finalement qu’il existe une déconnexion entre la responsabilité des politiques et les électeurs. Comprendre l’idée démocratique, mettre en lumière la dérive antidémocratique du système européen, c'est l’objectif de notre livre. Ca n’en fait pas pour autant un livre anti-européen, bien au contraire.

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Commentaires (20)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
Michel92
- 09/02/2012 - 07:40
Populisme crasse
Après le cul et le complot, ces auteurs devraient en toute logique consacrer leur prochain opuscule aux prédictions des Mayas...
Gilles
- 08/02/2012 - 23:30
CQFD
Les elections ne servent a rien. On voit que l'Europe est dirigee comme du temps de l'ex URSS. Ce qui signifie qu'elle court a sa perte Une caste se partage le pouvoir et le peuple n'a pas grand chose a dire. Au moins par rapport aux vraies dictatures on lui fiche la paix ce qui permet aux technocrates d'agir a leur guise..
DEL
- 08/02/2012 - 21:05
Il est clair
que l'Europe a été voulue par des financiers en mal de pouvoir qui soit à la hauteur de celui des américains. Ils se sont donc arrangés pour qu'aucun contrôle d'ordre démocratique ne puisse s'exercer sur leurs décisions...pour le plus grand plaisir des patrons et ds rentiers.