En direct
Best of
Best of du 3 au 9 août
En direct
Plan de carrière

Pourquoi Laurent Wauquiez a rompu avec Patrick Buisson

Publié le 30 septembre 2016
Le nouveau patron des Républicains a vivement condamné, hier, l'ouvrage de Patrick Buisson. Un geste symbolique destiné à conforter sa position auprès de Nicolas Sarkozy mais aussi à assurer sa survie à la tête des LR en cas de victoire d'Alain Juppé.
Christelle Bertrand, journaliste politique à Atlantico, suit la vie politique française depuis 1999 pour le quotidien France-Soir, puis pour le magazine VSD, participant à de nombreux déplacements avec Nicolas Sarkozy, Alain Juppé, François Hollande,...
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Christelle Bertrand
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Christelle Bertrand, journaliste politique à Atlantico, suit la vie politique française depuis 1999 pour le quotidien France-Soir, puis pour le magazine VSD, participant à de nombreux déplacements avec Nicolas Sarkozy, Alain Juppé, François Hollande,...
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Le nouveau patron des Républicains a vivement condamné, hier, l'ouvrage de Patrick Buisson. Un geste symbolique destiné à conforter sa position auprès de Nicolas Sarkozy mais aussi à assurer sa survie à la tête des LR en cas de victoire d'Alain Juppé.

La déclaration est fracassante et sans appel : "C'était quelqu'un qui était dans les équipes de 2007, qui a trahi Nicolas Sarkozy. Dans ce livre, c'est la haine qui l'a emporté sur la vérité. Un point de non-retour a été franchi parce que la haine l'a emporté". Laurent Wauquiez, qui a pourtant continué à voir Patrick Buisson après la rupture de ce dernier avec Nicolas Sarkozy, est sans concession. Aurait-il rompu avec son mentor ? Tente-t-il simplement de complaire à Nicolas Sarkozy, qu’il soutient ? Les deux, mon général.

 

"Je ne sais pas depuis combien de temps ils ne se sont pas vus, mais lorsque Laurent a fait le choix de soutenir Nicolas Sarkozy, il savait qu'il était obligé de couper les ponts", explique un proche. Le président des Républicains craint, en effet, que Patrick Buisson décide de le trahir, de faire savoir qu’il conseille toujours un très proche de l'ancien chef de l’État. "Je ne peux pas affirmer que Nicolas Sarkozy lui a mis la pression, je crois qu’il s’est mis la pression tout seul car il s'attendait à ce que Nicolas Sarkozy teste sa fiabilité", affirme ce proche qui ajoute : "c'est un geste qu’il fait à destination de Nicolas Sarkozy, il a voulu lui donner des gages". Laurent Wauquiez décide donc de cesser son travail avec Patrick Buisson, et aussi de le faire savoir en critiquant son ouvrage. Une décision plus récente mais importante car Nicolas Sarkozy n’est pas le seul destinataire de ce geste symbolique.

 

"La priorité de Laurent est de rester à la tête des LR, quelle que soit l'issue de la primaire", explique ce proche. Entendez : que Nicolas Sarkozy ou Alain Juppé soit désigné. "Il faut donc qu'il reste consensuel sur la forme et qu'il se libère de l'image de Buisson", ajoute cet ami. C'est aussi au nom du consensus que le même Wauquiez a demandé, très officiellement, aux équipes d'Alain Juppé d'assister au meeting que le candidat donnera ce soir à Lyon. Des juppéistes qui, bien qu'ayant accepté sa demande, ne semblent pas, pour autant, décidé à lui accorder un renouvellement de CDD à la tête du parti. "Le vainqueur de la primaire proposera une gouvernance du parti", explique l'un des conseillers du maire de Bordeaux.

 

Le grand écart entre Patrick Buisson et Alain Juppé paraît, en effet, compliqué d'autant que l'entourage de Laurent Wauquiez insiste : "Il se veut consensuel, mais pas sur le fond, uniquement sur la forme afin d'assurer correctement son rôle de président de parti". Autant dire que le patron de la région Rhône-Alpes-Auvergne n'a renoncé à rien. "Il a passé de nombreuses heures avec Patrick Buisson : le logiciel il l'a, il est capable aujourd’hui de le faire fonctionner sans lui".

 

Or, les équipes d'Alain Juppé mettent en garde ceux qui imaginent que la volonté d'unité du vainqueur leur permettra d'imposer leurs idées : "Nous nous enrichirons des bonnes idées mais pas des mauvaises". Et de prendre le ralliement d'Hervé Mariton comme exemple : "Cela ne veut pas dire que Juppé va changer d'avis sur le mariage. A l'issue de la primaire, c’est le projet du vainqueur qui s'appliquera". Un message à destination de tous et donc de Laurent Wauquiez.

 

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

La guerre de France aura-t-elle lieu ?

02.

Pourquoi vous devriez éviter le régime keto

03.

Services secrets turcs : les hommes des basses œuvres du président Erdogan

04.

Record de distribution des dividendes : ces grossières erreurs d'interprétation qui expliquent la levée de bouclier

05.

Le Titanic est-il en train de disparaître définitivement ?

06.

Fleurs et vacheries au G7 : les avis surprenants des dirigeants étrangers sur Emmanuel Macron ; Notre-Dame, victime collatérale de négligence politique ; Julien Dray, mentor repenti d’Emmanuel Macron ; Panne sèche pour la voiture autonome

07.

Crise de foie, 5 fruits et légumes : petit inventaire de ces fausses idées reçues en nutrition

01.

La guerre de France aura-t-elle lieu ?

02.

« La France a une part d’Afrique en elle » a dit Macron. Non, Monsieur le Président, la France est la France, et c'est tout !

03.

Crise de foie, 5 fruits et légumes : petit inventaire de ces fausses idées reçues en nutrition

04.

​Présidentielles 2022 : une Arabe à la tête de la France, ça aurait de la gueule, non ?

05.

Manger du pain fait grossir : petit inventaire de ces contre-vérités en médecine et santé

06.

Jean-Bernard Lévy, celui qui doit faire d’EDF le champion du monde de l’énergie propre et renouvelable après un siècle d’histoire

01.

Ces quatre pièges qui pourraient bien perturber la rentrée d'Emmanuel Macron (et la botte secrète du Président)

02.

Record de distribution des dividendes : ces grossières erreurs d'interprétation qui expliquent la levée de bouclier

03.

"Une part d'Afrique en elle" : petit voyage dans les méandres de la conception macronienne de la nation

04.

La guerre de France aura-t-elle lieu ?

05.

Un été tranquille ? Pourquoi Emmanuel Macron ne devrait pas se fier à ce (relatif) calme apparent

06.

« La France a une part d’Afrique en elle » a dit Macron. Non, Monsieur le Président, la France est la France, et c'est tout !

Commentaires (3)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
clint
- 29/09/2016 - 15:27
Oui, je voterai Juppé comme les socialistes ont voté Chirac !
C'est la politique du "moins pire" qui fait que l' élu n'a aucun pouvoir car c'est le candidat imposé par défaut !
cloette
- 29/09/2016 - 10:57
Juppè èlu?
y aura t il entente ? wauquier ne sera plus â â tête du parti, et vous verrez les ministres ..... Mais est il si certain que Juppè soit èlu ?
foxlynn
- 29/09/2016 - 10:23
" un proche " dit ...
Un proche !!! A dit ... qui dit quoi exactement ??? ... rumeur , coup bas, manipulation ... Bayrou n'est pas plus honnête que Buisson ... ce sont qui les "proches " ... les français se foutent de ces allusions gratuites comme de ces bagarres de cour de récré qui montrent que ces politiques sont avant tout des gosses mal élevés et cretins