En direct
Best of
Best of du 14 au 20 novembre
En direct
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Covid-19 : Emmanuel Macron annonce enfin (et sans en avoir l’air) un changement de stratégie

02.

La Chine s'est éveillée, le monde peut trembler

03.

Rachida Dati : "Nous sommes à deux doigts d'une explosion de notre pays"

04.

Trop polluant : le gouvernement veut faire disparaître le chauffage au gaz dans les constructions neuves

05.

Covid 19 : Macron n’avait pas d’autre choix que de mettre les Français en liberté provisoire

06.

Le veganisme bon pour la santé ? Pas pour les os en tous cas, une large étude révèle un risque nettement supérieur de fracture

07.

Voilà les meilleurs gadgets à acheter pour se créer un home cinéma de compétition pour le confinement

01.

Julie Gayet tente de sauver son couple, Ingrid Chauvin liquide le sien, celui de Nabilla tangue; Sophie Marceau fait des câlins aux arbres, Aya Nakamura se la pète; Meghan Markle & Katy Perry, voisines et ennemies, Kylie & Kendall Jenner soeurs et idem

02.

Boycott de CNews : quand Decathlon veut faire du profit sur le dos de la liberté d’expression

03.

PSG-LEIPZIG : 1-0 Les Parisiens préservent leurs chances en remportant une victoire inquiétante

04.

Carnage en vue sur les banques européennes ?

05.

Migrants de la place de la République : "damned if you do, damned if you don't"

06.

Qui a peur de Jean-Michel Blanquer ?

01.

Quand Barack Obama démontre que Nicolas Sarkozy est juif

02.

Barbara Pompili et Eric Dupond-Moretti annoncent la création d'un "délit d'écocide"

03.

Aucun lien entre le terrorisme et l'immigration !

04.

Projet de loi séparatisme : un arsenal qui alterne entre le trop et le trop peu

05.

Boycott de CNews : quand Decathlon veut faire du profit sur le dos de la liberté d’expression

06.

Martin Gurri : "Les vents de révolte ne sont pas prêts d’arrêter de souffler en Occident car nos élites et institutions ne sont plus adaptées au monde actuel"

ça vient d'être publié
pépites > France
Séparatisme
Le Conseil d'Etat confirme la dissolution de l'association BarakaCity et la fermeture de la Grande mosquée de Pantin
il y a 4 min 37 sec
décryptage > France
Chantier titanesque

Notre-Dame de Paris : vers un divorce symbolique et économique ?

il y a 2 heures 26 min
Farce
Le Premier ministre canadien piégé par l'appel téléphonique d'une fausse Greta Thunberg
il y a 2 heures 47 min
décryptage > Sport
Bryson DeChambeau

Ces nouvelles techniques de swing qui révolutionnent le golf

il y a 3 heures 11 min
light > People
Santé
Dans une contribution publiée dans le New York Times, Meghan Markle raconte qu'elle a fait une fausse couche cet été
il y a 3 heures 34 min
décryptage > Sport
Ligue des Champions

PSG-LEIPZIG : 1-0 Les Parisiens préservent leurs chances en remportant une victoire inquiétante

il y a 3 heures 51 min
pépites > International
Avion
Vers un passeport sanitaire électronique sur téléphone mobile pour les passagers aériens
il y a 4 heures 12 min
pépites > Consommation
Energie
Trop polluant : le gouvernement veut faire disparaître le chauffage au gaz dans les constructions neuves
il y a 4 heures 58 min
décryptage > France
Forces de l'ordre

Le gouvernement en plein dérapage incontrôlé sur la sécurité et les libertés publiques ?

il y a 5 heures 39 min
rendez-vous > Société
Zone Franche
Migrants de la place de la République : "damned if you do, damned if you don't"
il y a 6 heures 2 min
Big Brother
Comment passer inaperçu sur l'avenue du Bonheur, truffée de caméras, à Pékin
il y a 1 heure 7 min
décryptage > Politique
Elus locaux

Radicalisation : pour un meilleur partage de l'information

il y a 2 heures 37 min
décryptage > France
Contradictions

Covid et terrorisme : deux poids, deux mesures. Pourquoi le Conseil constitutionnel s’est placé dans une contradiction qui risque de lui porter préjudice

il y a 2 heures 52 min
pépites > Politique
Désaveu
Loi sécurité globale : 30 abstentions, 10 votes contre chez LREM, la majorité envoie un avertissement à Gérald Darmanin
il y a 3 heures 15 min
décryptage > Consommation
Alimentation

Le veganisme bon pour la santé ? Pas pour les os en tous cas, une large étude révèle un risque nettement supérieur de fracture

il y a 3 heures 36 min
décryptage > International
Big Brother

Un QR code santé pour voyager : bienvenue dans le monde selon Xi Jinping

il y a 4 heures 9 min
pépite vidéo > Economie
"Quoi qu’il en coûte"
Bruno Le Maire : "Nous nous fixons 20 années pour rembourser cette dette Covid"
il y a 4 heures 33 min
décryptage > Economie
(R)évolution ?

Vers une ère d’efficacité turbo pour la politique monétaire ?

il y a 5 heures 1 min
pépites > Santé
Religion
Annoncée par le président, hier soir, la limite maximum de 30 fidèles par messe, va être augmentée selon les évêques de France
il y a 5 heures 56 min
décryptage > Economie
Atlantico Business

Covid 19 : Macron n’avait pas d’autre choix que de mettre les Français en liberté provisoire

il y a 6 heures 13 min
© Reuters
© Reuters
Zones de non-droit

Explosion de violences urbaines : comment les quartiers difficiles français sont en train de se transformer en véritables ghettos ethniques à l’américaine

Publié le 14 octobre 2016
Si la notion de ghetto ne pouvait s'appliquer aux banlieues des grandes villes françaises, en raison de leur forte hétérogénéité ethnique, cela pourrait changer dans les années et décennies à venir, à condition que les flux migratoires se maintiennent au niveau actuel et continuent d'avoir une dominante de personnes originaires du Maghreb. Un phénomène qui, s'il se concrétisait, pourrait être accompagné d'une forte hausse de la violence.
Laurent Chalard
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Laurent Chalard est géographe-consultant, membre du think tank European Centre for International Affairs.
Voir la bio
Christophe Soullez
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Christophe Soullez est criminologue et dirige le département de l'Observatoire national de la délinquance et des réponses pénales (ONDRP) à l'Institut national des hautes études de la sécurité et de la justice (INHESJ). Il est l'auteur de "Histoires...
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Si la notion de ghetto ne pouvait s'appliquer aux banlieues des grandes villes françaises, en raison de leur forte hétérogénéité ethnique, cela pourrait changer dans les années et décennies à venir, à condition que les flux migratoires se maintiennent au niveau actuel et continuent d'avoir une dominante de personnes originaires du Maghreb. Un phénomène qui, s'il se concrétisait, pourrait être accompagné d'une forte hausse de la violence.

Atlantico : Les inner-cities américaines ont été l'un des sujets du premier débat opposant Donald Trump à Hillary Clinton. Alors que la notion de ghetto ne pouvait pas réellement s'appliquer au cas des banlieues françaises, notamment en raison de l'hétérogénéité des populations qui peuvent les composer, quels sont les risques de voir apparaître de telles enclaves en France ? En quoi les flux migratoires récents, notamment en provenance d'Afrique, conjugués à une volonté politique d'abaisser le niveau de dépenses publiques, peuvent-il participer à la formation de tels ghettos, associant homogénéité ethnique et intense pauvreté, sur le modèle des ghettos américains ? 

Laurent Chalard : Les risques de voir émerger des ghettos ethniques en France comme il en existe aux Etats-Unis sont particulièrement élevés dans le courant des trente prochaines années si les flux migratoires devaient perdurer au niveau actuel avec une dominante de personnes originaires de pays qui ont déjà fourni de gros contingents d’immigrés à la France dans les cinquante dernières années, c’est-à-dire les pays du Maghreb et, accessoirement, ceux d’Afrique noire. En effet, du fait d’une démographie plus dynamique, produit d’une fécondité plus élevée et d’une structure par âge plus jeune, au bout d’un certain temps, les concentrations ethniques vont avoir tendance à se renforcer, les êtres humains préférant se regrouper entre personnes membres d’une même communauté. On le constate déjà dans les villes moyennes de province à forte communauté maghrébine et/ou turque, où existent de petits quartiers quasi-exclusivement peuplés par ces populations, suite à la fuite générale des autres populations. Dans les grandes métropoles, les flux migratoires étant plus diversifiés, ce n’est pas encore le cas, l’hétérogénéité ethnique dominant jusqu’ici (on parle souvent pour les désigner de quartiers aux "x" nombres de nationalités !), il existe déjà des immeubles, voire des îlots d’habitat ethnicisés, mais pas des quartiers entiers. Cependant, certaines tendances, comme le fait que les populations musulmanes pratiquantes cherchent à se rapprocher des mosquées, ou les affrontements entre Maghrébins et Chinois en Seine-Saint-Denis, pourraient bien conduire à l’émergence de quartiers peuplés uniquement de Maghrébins.

Faut-il craindre l'émergence d'un communautarisme d'une forme nouvelle ? La France n'est-elle pas plus "armée" pour faire face à l'implantation réelle de telles zones ? 

Laurent Chalard : Ces tendances devraient faire définitivement basculer la France dans le multiculturalisme, c’est-à-dire une société où co-existent des communautés différentes, sans fusion entre elles, processus très différent de l’assimilation. La traduction politique serait le développement d’un clientélisme communautaire à l’échelle locale, qui existe déjà, mais risque de s’accentuer grandement, avec des logiques de "chantage" auprès des élus locaux par les membres les plus revendicatifs de certaines communautés. Sur le plan économique, cette nouvelle donne pourrait conduire à l’émergence d’un marché du travail à deux temps : celui des autochtones et celui des communautés. Dans ce cadre, pour empêcher les inégalités, l’Etat serait obligé de promouvoir une politique de quotas, accordant d’office un certain nombre d’emplois aux membres d’une communauté ghettoïsée pour éviter le chômage de masse. Sur le plan social, les dérives communautaires risquent d’être importantes, l’Etat perdant le contrôle sur ce qui s’y passe réellement, surtout si émerge une demande d’enseignement scolaire spécifique à une communauté. Cet ensemble d’ingrédients peut conduire à la violence si les populations sont revendicatives vis-à-vis de l’Etat, mais cela peut aussi bien se passer si les gens se sentent bien dans leur pays d’accueil, comme le montre le cas des nombreux Chinatowns dans le monde. Séparation ne signifie pas forcément conflit !

La France n’est guère armée pour faire face à une éventuelle apparition de quartiers ethniques puisqu’elle nie le multiculturalisme. Nos dirigeants s’accrochant à la République une et indivisible, qui les conduit à mener une politique assimilationniste, l’émergence d’une société multiculturelle est non pensée car non souhaitée, comme en témoigne la poursuite des politiques de "mixité sociale" (en fait, de mixité "ethnique"), qui, pourtant, ne fonctionnent pas. Plutôt que de prendre acte de la réalité d’une évolution, que l’on peut regretter, mais qu’il est difficile de contrecarrer sauf en mettant fin à l’immigration provenant des pays concernés, l’Etat préfère nier le phénomène.

Quelles sont les zones à "risques" à considérer sur le territoire français ?

Laurent Chalard : Les zones à "risques" d’ethnicisation sont très nombreuses, étant donné la dynamique démographique des communautés originaires du Maghreb et d’Afrique noire. Si la communautarisation et les tensions avec la société autochtone se poursuivaient dans les prochaines décennies, il est probable que chaque agglomération française de plus de 20 000 habitants comptera son (ou ses) ghetto(s) ethnique(s), sur le modèle des ghettos juifs des villes européennes du Moyen-Âge. Les premiers territoires qui pourraient être concernés par ce processus sont certains grands ensembles des villes-centres ou des banlieues des grandes métropoles, où les populations autochtones ont disparu, dans lesquelles des processus de concentration par ethnie vont se développer, leur faisant perdre au fur et à mesure du temps leur caractère pluriethnique. En effet, lorsqu’une communauté devient majoritaire numériquement, elle impose de facto son mode de vie dans l’espace public du quartier, faisant mécaniquement fuir les autres communautés.

Dans quelle mesure certains territoires français sont-ils d'ores-et-déjà touchés par un phénomène de "ghettoïsation" ? Si le niveau de violence n'est en rien comparable aujourd’hui avec des taux d'homicides largement plus élevés aux Etats Unis dans les zones concernées, peut-on craindre que ces zones françaises s'orientent sur une voie similaire ? Quels sont les types de violences déjà visibles aujourd'hui, et qui n'existaient pas dans le passé ?

Christophe Soullez : Je n’aime pas le terme de ghettoïsation car, étymologiquement, les ghettos sont voulus et organisés par un Etat ou un pouvoir. Ce qui n’est pas le cas. En revanche il est vrai que certains territoires cumulent des handicaps sociaux, économiques et culturels et que, de plus en plus, ces quartiers désertés par les commerces et les services publics, font cessation et passent parfois sous le contrôle de quelques bandes criminelles. Aussi je préfère utiliser le terme de communautarisation ou de quartiers en voie de cessation. Mais ce phénomène n’est pas nouveau. Je vous rappelle que la politique de la Ville, qui a débuté au début des années 80, a été mise en place pour justement essayer d’enrayer ce phénomène. De même les territoires au sein desquelles les interventions de police sont difficiles ne sont pas apparus dans les dernière années mais, malheureusement, existent depuis près de 30 ans. Les agressions contre les forces de l’ordre et, au delà contre tout ce qui peut représenter une certaine forme d’organisation sociale, ne sont pas non plus des phénomènes récents. Malheureusement, dans certains quartiers, des individus (une minorité) cherchent à imposer leur propre ordre social basé sur le trafic de stupéfiants et l’usage de la violence ou de l’intimidation. L’objectif c’est l’économie souterraine. La plupart des violences ou des infractions constatées aujourd’hui étaient présentes il y a 5, 10 ou 15 ans. Ce sont des règlements de compte, des affrontements entre bandes ou des agressions contre les forces de l’ordre. Concernant les événements de Grigny-Vitry ce qui est nouveau c’est la volonté, a priori, d’attenter délibérément à la vie de policiers. Mais n’oublions pas toutefois que, parfois, des patrouilles de police sont prises à partie et que s’il n’y a pas de blessés c’est parce que les policiers ne cherchent pas la confrontation immédiate sans être sûr d’être suffisamment nombreux pour imposer l’ordre.

Quels pourraient être les impacts politiques, économiques, sociétaux, en termes de violence, si un tel phénomène prenait de l'ampleur ?

Christophe Soullez : Dans certains quartiers l’économie souterraine a pris une telle place qu’elle est devenue un véritable système de survie pour de nombreux habitants. De même certains individus ont tellement évolué dans un milieu criminel qu’il est de plus en plus difficile de les en faire sortir. La politique de la Ville, si elle a contribué à l’amélioration des conditions de vie de certaines populations, n’a pas atteint son autre objectif : la prévention de la délinquance. Les problèmes liés à l’emploi, à la formation professionnelle ou encore aux difficultés d’intégration de certaines populations accentuent les difficultés de ces territoires. Comme toujours si l’Etat laisse se développer ce type de situation certains quartiers peuvent vraiment devenir hors contrôle et il sera de plus en plus difficile (pour certains territoires on peut se demander si le point de non retour n’est pas déjà atteint) de renverser la vapeur.

Alors que monte le sentiment d'insécurité, voire l'insécurité réelle, les autorités françaises vous semblent-elles suffisamment armées pour répondre à ce phénomène ?

Christophe Soullez : Dans un contexte où les forces de l’ordre sont concentrées sur le terrorisme et l’islamisme radical, il ne faut pas perdre de vue que les autres types d’activité criminelle perdurent. Il y a donc aussi des choix de priorisation, d’affectation des moyens et de stratégies. La lutte contre l’économie souterraine passe prioritairement par le renforcement de l’activité judiciaire. C’est en démantèlement les réseaux et les filières que le trafic reculera et non pas en se contentant d’interpeller les petits dealers ou en faisant de la gesticulation policière temporaire avec les CRS. Un bilan des groupes d’intervention régionaux, créés en 2002 et qui partaient d’une excellente démarche, doit être fait. De même, dans ces quartiers, une grosse partie de la population subie ces violences et ces trafics. Il faut donc lui faire comprendre qu’elle a tout intérêt à coopérer avec la police mais pour cela il faut aussi qu’elle ait confiance dans l’institution. Il faut donc rétablir des relations plus sereines entre cette population et les policiers. C’est aussi comme cela que la police pourra collecter de l’information. Le renseignement criminel est aussi essentiel dans la lutte contre ce type d’activités criminelles. Malheureusement nous n’en faisons pas encore assez. C’était notamment l’une des missions du Renseignement Territorial. Mais, aujourd’hui, plus de 90 % de son activité est consacrée à l’islamisme radical. Enfin, dans les quartiers les plus difficiles qu’il faut absolument limiter à quelques dizaines, il est indispensable de concentrer, le temps qu’il faut, des moyens très importants tant au niveau policier, que judiciaire mais aussi en matière d’emploi, d’éducation ou de formation. A trop vouloir s’occuper de milliers de quartiers on a saupoudré les moyens sans grande efficacité.

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Commentaires (28)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
FR
- 01/06/2017 - 16:31
"cessation"? Atlantico, ta syntaxe ton français !!!!
Le journal serait tellement plus lisible, agréable, et gagnerait tant en crédibilité s'il n'était pas à ce point truffé de fautes... les quartiers ne risquent pas de "faire cessation"!! éventuellement de "faire sécession". Qui rédige, qui relit? des bacheliers mention Bien? cela expliquerait tout.
Hieros888
- 12/10/2016 - 10:28
"... pourraient bien conduire
"... pourraient bien conduire à l’émergence de quartiers peuplés uniquement de Maghrébins". Heu, c'est le papier qui date ou Saint-Denis et Aubervilliers sont des mirages ?
D'AMATO
- 11/10/2016 - 20:42
Bientôt le KOSOVO en France et les américains viendront....
...nous bombarder pour faire de la place aux nouveaux ayants droit...Belle perspective en vérité!!
Continuez à voter pour les mêmes.....vous verrez le résultat..... Les Français sont juste forts en " GUEULE", mais ils ont la tête vide surtout depuis qu'on a perdu l'habitude de les couper.