En direct
Best of
Best of du 8 au 14 février
En direct
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Macron exaspère ses ministres; Un tenant de l’Islam politique bientôt maire à Garges les Gonesse ?; Radicalisation : les universités de plus en plus soumises à la censure « bien-pensante »; La CEDH influencée par des ONG financées par George Soros

02.

La réaction de la femme de Griveaux

03.

Les suppressions d'emplois chez HSBC annoncent une casse sociale sans précédent dans le secteur bancaire européen

04.

Macron cherche, dit-il, un plan pour lutter contre le "séparatisme islamique". Qu'il commence donc par le nommer comme il se doit !

05.

Elles lynchent Macron en chantant (mal) et en dansant (très mal)…

06.

Pénurie en vue : le coronavirus menace la production mondiale d’antibiotiques

07.

Selon que vous serez misérable ou puissant, la justice française se mobilisera ou pas

01.

Les ébats sexuels de Griveaux ? Mais on s'en branle !

02.

Le glyphosate : un coupable (trop) idéal

03.

Dissolution de l’ordre public : le vrai procès du siècle que les Français devraient intenter à l’Etat

04.

Pourquoi le GriveauxGate n’est pas qu’une question de sexe

05.

Politique arabe : pourquoi la France n’est plus écoutée au Moyen-Orient depuis la fin de la guerre d'Algérie

06.

Bernard-Henri Lévy : “Les élites n’oublient pas les Français qui souffrent mais les Français, eux, oublient souvent ceux qui souffrent ailleurs dans le monde”

01.

Les ébats sexuels de Griveaux ? Mais on s'en branle !

02.

Benjamin Griveaux retire sa candidature à la mairie de Paris après la diffusion de messages et de vidéos à caractère sexuel

03.

Bernard-Henri Lévy : “Les élites n’oublient pas les Français qui souffrent mais les Français, eux, oublient souvent ceux qui souffrent ailleurs dans le monde”

04.

Chantage à la vie privée : le vertige orwellien du monde contemporain

05.

La lutte contre le séparatisme en marche… ou pas

06.

Montée de la contestation radicale, aveuglement gouvernemental, l’étau qui asphyxie insensiblement la démocratie française

ça vient d'être publié
pépite vidéo > Politique
engagement
Rencontre avec le plus jeune maire de France
il y a 3 heures 36 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

Exposition : "Soulages au Louvre" de Pierre Soulages

il y a 3 heures 59 min
pépites > Société
Devoir de mémoire
Enfin un hommage marseillais à Arnaud Beltrame
il y a 4 heures 26 min
décryptage > Terrorisme
Motivations

Dans la tête du tueur de Hanau

il y a 5 heures 55 min
pépites > Santé
Quid du 4ème vol de rapatriés ?
Le point sur les conditions d'accueil des rapatriés français
il y a 7 heures 6 min
light > People
Et madame Griveaux dans tout ça ?
La réaction de la femme de Griveaux
il y a 8 heures 57 min
décryptage > Santé
Ces maladies qu’une bonne alimentation aide à combattre

Une bonne alimentation augmentera vos chances de guérison

il y a 10 heures 20 min
décryptage > International
loin des mille et une nuits

Le jugement des chercheurs français à Téhéran : un signal politique de la part de l'Iran

il y a 11 heures 34 min
rendez-vous > Media
Revue de presse des hebdos
Macron exaspère ses ministres; Un tenant de l’Islam politique bientôt maire à Garges les Gonesse ?; Radicalisation : les universités de plus en plus soumises à la censure « bien-pensante »; La CEDH influencée par des ONG financées par George Soros
il y a 12 heures 31 min
décryptage > Education
la vie devant soi

Non, la réussite professionnelle ne s'obtient pas (uniquement) via un parcours scolaire en ligne droite

il y a 13 heures 32 min
décryptage > Media
L'art de la punchline

Un 19 février en tweets : Jean-Sébastien Ferjou en 280 caractères

il y a 3 heures 49 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

Théâtre : "Trahison" de Harold Pinter : Pour Michel Fau et Harold Pinter

il y a 4 heures 13 min
pépites > Economie
Dans la rue
Baisse des mobilisations contre la réforme des retraites
il y a 5 heures 23 min
pépites > Sport
Dopage
Docteur Mabuse au banc des accusés
il y a 6 heures 34 min
pépite vidéo > Politique
La paille et la poutre
Castaner et la vie privée d'Olivier Faure
il y a 7 heures 50 min
pépites > Terrorisme
Fusillades à Hanau
Fusillades tragiques en Allemagne
il y a 9 heures 37 min
décryptage > Justice
Célérité pour les uns, lenteur pour les autres

Selon que vous serez misérable ou puissant, la justice française se mobilisera ou pas

il y a 11 heures 17 min
décryptage > Politique
Des mots pour ne rien dire

Macron cherche, dit-il, un plan pour lutter contre le "séparatisme islamique". Qu'il commence donc par le nommer comme il se doit !

il y a 12 heures 18 min
décryptage > Europe
Epreuve de force

Quel budget pour l’Europe post Brexit ? Petit diagnostic de l’état de l‘Union

il y a 12 heures 49 min
décryptage > Economie
Might makes right

Hausse des salaires et niveau d’emploi record outre-Manche : la France en manque de recette britannique ?

il y a 13 heures 48 min
© Reuters
Trump est allé un peu trop loin, se mettant à l’interrompre à plusieurs reprises : cela a eu le don d’agacer la candidate qui a alors vu sa nature reprendre le dessus et est entrée dans le débat, ce qu’elle sait parfaitement faire.
© Reuters
Trump est allé un peu trop loin, se mettant à l’interrompre à plusieurs reprises : cela a eu le don d’agacer la candidate qui a alors vu sa nature reprendre le dessus et est entrée dans le débat, ce qu’elle sait parfaitement faire.
Show must go on

Débat Trump-Clinton : une première manche en faveur d'Hillary mais sans parvenir au K.O. recherché

Publié le 27 septembre 2016
Le premier des trois débats de la présidentielle américaine a eu lieu ce lundi 26 septembre, opposant les deux principaux candidats, Hillary Clinton et Donald Trump. Deux autres débats doivent encore avoir lieu avant le jour fatidique de l'élection.
Jean-Eric Branaa est spécialiste des Etats-Unis et maître de conférences à l’université Assas-Paris II. Il est chercheur au centre Thucydide et chercheur associé à l’institut l'IRIS. Il est notamment l'auteur de Hillary, une présidente des Etats-Unis ...
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Jean-Eric Branaa
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Jean-Eric Branaa est spécialiste des Etats-Unis et maître de conférences à l’université Assas-Paris II. Il est chercheur au centre Thucydide et chercheur associé à l’institut l'IRIS. Il est notamment l'auteur de Hillary, une présidente des Etats-Unis ...
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Le premier des trois débats de la présidentielle américaine a eu lieu ce lundi 26 septembre, opposant les deux principaux candidats, Hillary Clinton et Donald Trump. Deux autres débats doivent encore avoir lieu avant le jour fatidique de l'élection.

Atlantico : Ce lundi 26 septembre, Hillary Clinton et Donald Trump se sont rencontrés en face-à-face pour le premier débat de l'élection présidentielle américaine. Que dire de la prestation des deux candidats ? Qui se détache le plus dans ce débat et marque le plus de points ? Hillary Clinton, sur qui la pression était la plus forte, est-elle encore plus menacée ?

Jean-Eric Branaa : La première demi-heure a été assez équilibrée, et même plutôt à l’avantage de Donald Trump. Il avait préparé une série de petites phrases qui faisaient gentiment mouche. Hillary Clinton était plutôt crispée et n’arrivait pas véritablement à prendre ses marques. Pourtant, le milliardaire est allé un peu trop loin, se mettant à l’interrompre à plusieurs reprises : cela a eu le don d’agacer la candidate qui a alors vu sa nature reprendre le dessus et est entrée dans le débat, ce qu’elle sait parfaitement faire, et prendre rapidement l’avantage.

Il est vrai que la pression était plus forte sur Hillary Clinton, car tout le monde insistait sur son côté première de la classe et sur sa forte technicité. Ce n’est d’ailleurs pas quelque chose que les Américains contestent : dans les nombreux sondages qui les interrogent à ce sujet, ils reconnaissant à une écrasante majorité qu’elle est la plus compétente. L’enjeu était donc pour elle de ne pas envoyer l’image d’une femme trop technocrate, coupée des réalités de la vie de ses concitoyens. On peut considérer que le contrat a été rempli pour elle et qu’elle a réussi l’exercice, mais sans totalement séduire pour autant. Sa domination pendant la dernière heure du débat lui donne incontestablement un avantage aux points, pur prendre une métaphore sportive. Mais elle n’a pas réussi à terrasser son adversaire et à obtenir le K.O. On peut donc dire que Donald Trump a également réussi son contrat. On sait bien que le statu quo profite au challenger, et c’est peut-être l’objectif que s’était fixé le New-Yorkais pour cette soirée, sachant qu’il y aura deux autres débats qui lui permettront de faire la différence. On se bornera donc à remarquer qu’il s’est contenté d’un service minimum, répétant les mêmes arguments que ceux qu’il utilise dans ses meetings, sans rajouter le petit plus qui aurait pu faire pencher la balance en sa faveur.

Selon le site d'informations 538, expert des sondages politiques, le magnat de l'immobilier disposait, avant le débat, d'environ 48,5% de chance de remporter l'élection. Quels sont encore les points de résistance faisant obstacle à la percée de Donald Trump ? 

Le point le plus frappant de cette campagne c’est que Donald Trump qui, rappelons-le, n’a jamais occupé aucune fonction élective de sa vie, soit encore à un niveau aussi haut à ce stade de la course présidentielle. Depuis le « week-end noir » pour Hillary Clinton, durant lequel elle a dû révéler qu'elle souffrait d’une pneumonie, après l’avoir caché pendant 24 heures, la dynamique a changé et les sondages se sont envolé pour Donald Trump. Hier, trois sondages ont été publiés dans la même journée, l’un d’entre eux, celui du Los Angeles Times le donnant même gagnant avec une avance de 4 points, alors que les deux autres donnaient une égalité. Et quand on sait la difficulté des sondages à analyser le vote protestataire, on peut s’interroger. L’interrogation est d’autant plus forte que l’avance d’Hillary Clinton se faisaient jusqu'à présent dans les Etats-Clés, les fameux « Swing States » où se décidera au final le scrutin. Or, même dans ces Etats-là elle y a perdu son avance : La caroline du Nord, L’Ohio, l’Iowa, le Nevada et le Colorado semblent aujourd'hui à portée de Donald Trump qui comptent une avance très confortable dans certain de ces Etats. C’est pourquoi le site 538 a réduit l’écart entre les deux candidats à quelques pour cent. Et de manière très symbolique, voici quelques jours, Ted Cruz, l’ancien opposant farouche de Donald Trump dans les primaires, vient de lui apporter son soutien : aujourd'hui plus rien ne semble empêcher Trump de pouvoir l’emporter.  C'est bien ce qui est le plus troublant pour les démocrates.

Une écrasante majorité de l'électorat estimait auparavant qu'un tel débat ne saurait le convaincre. De la même façon, le premier débat organisé entre Barack Obama et Mitt Romney en 2012 avait tourné à l'avantage du second, n'empêchant pas la victoire finale du candidat démocrate. Peut-on tout de même prévoir que la prestation des deux candidats aura un impact sur l'issue du scrutin ?

Il est très rare dans l’histoire des débats télévisés qu’ils aient eu un impact sur le vote. On cite bien évidemment l’exception de 1960, lorsque Nixon s’était retrouvé opposé à Kennedy et que ce dernier, plus reposé et surtout plus jeune avait fait une impression très forte sur ceux qui avaient regardé le débat à la télévision. On peut aussi penser à la petite phrase de Ronald Reagan, âgé alors de 75 ans et qui, opposé à Walter Mondale avait dit en souriant qu’il alors la bonté de ne pas exploiter la jeunesse et l’inexpérience de son challenger. On peut évoquer également la gaffe de Ford qui a prétendu que les Soviétiques n’avaient aucune influence en Europe de l’Est, surtout en Pologne, alors que tout le monde savait déjà ce qu’il en était réellement ou la mauvaise image projeté par des candidats jugés trop sérieux, comme Gore, par exemple. Mais cela reste des anecdotes de campagne et des exceptions. Le débat de ce 16 septembre ne sera pas à inscrire dans la lignée de ces exceptions et tout le mode s’accordera aujourd’hui, tant les observateurs que les équipes de campagne ou le public, pour dire que ce débat ne marquera pas les annales et n’influencera quasiment personne.

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Macron exaspère ses ministres; Un tenant de l’Islam politique bientôt maire à Garges les Gonesse ?; Radicalisation : les universités de plus en plus soumises à la censure « bien-pensante »; La CEDH influencée par des ONG financées par George Soros

02.

La réaction de la femme de Griveaux

03.

Les suppressions d'emplois chez HSBC annoncent une casse sociale sans précédent dans le secteur bancaire européen

04.

Macron cherche, dit-il, un plan pour lutter contre le "séparatisme islamique". Qu'il commence donc par le nommer comme il se doit !

05.

Elles lynchent Macron en chantant (mal) et en dansant (très mal)…

06.

Pénurie en vue : le coronavirus menace la production mondiale d’antibiotiques

07.

Selon que vous serez misérable ou puissant, la justice française se mobilisera ou pas

01.

Les ébats sexuels de Griveaux ? Mais on s'en branle !

02.

Le glyphosate : un coupable (trop) idéal

03.

Dissolution de l’ordre public : le vrai procès du siècle que les Français devraient intenter à l’Etat

04.

Pourquoi le GriveauxGate n’est pas qu’une question de sexe

05.

Politique arabe : pourquoi la France n’est plus écoutée au Moyen-Orient depuis la fin de la guerre d'Algérie

06.

Bernard-Henri Lévy : “Les élites n’oublient pas les Français qui souffrent mais les Français, eux, oublient souvent ceux qui souffrent ailleurs dans le monde”

01.

Les ébats sexuels de Griveaux ? Mais on s'en branle !

02.

Benjamin Griveaux retire sa candidature à la mairie de Paris après la diffusion de messages et de vidéos à caractère sexuel

03.

Bernard-Henri Lévy : “Les élites n’oublient pas les Français qui souffrent mais les Français, eux, oublient souvent ceux qui souffrent ailleurs dans le monde”

04.

Chantage à la vie privée : le vertige orwellien du monde contemporain

05.

La lutte contre le séparatisme en marche… ou pas

06.

Montée de la contestation radicale, aveuglement gouvernemental, l’étau qui asphyxie insensiblement la démocratie française

Commentaires (10)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
Texas
- 28/09/2016 - 08:47
Assez d' accord avec Mr Branaa !
De nombreux commentateurs Républicains reproche au modérateur son parti pris pour H.R.Clinton et les 10 questions cruciales et embarrassantes qu' il ne lui a pas posées .
vangog
- 27/09/2016 - 16:45
Si on excepte les avis des médias Bilderberg
dont ce Branaa semble être le petit chien, on s'aperçoit que Trump a été plus offensif, alors que Clinton était continuellement sur la défensive, alourdie par toutes les casseroles qu'elle traîne derrière elle, la candidate des medias gauchistes, financée par Qatar et Arabie saoudite...
Liberte5
- 27/09/2016 - 16:21
Pour mettre l'eau à la bouche......
D.TRUMP 65%
H. CLINTON 35 %