En direct
Best of
Best of 15 au 21 juin
En direct
© Reuters
Sniper numéro 1
Pourquoi Manuel Valls est bien décidé à jouer les portes-flingues de François Hollande durant la campagne (et plus encore)
Publié le 30 septembre 2016
Le Premier ministre, qui craint que François Hollande ne lui fasse porter la responsabilité de l'échec du quinquennat, veut s'imposer comme un atout durant la campagne et ne surtout pas se laisser marginaliser.
Christelle Bertrand, journaliste politique à Atlantico, suit la vie politique française depuis 1999 pour le quotidien France-Soir, puis pour le magazine VSD, participant à de nombreux déplacements avec Nicolas Sarkozy, Alain Juppé, François Hollande,...
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Christelle Bertrand
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Christelle Bertrand, journaliste politique à Atlantico, suit la vie politique française depuis 1999 pour le quotidien France-Soir, puis pour le magazine VSD, participant à de nombreux déplacements avec Nicolas Sarkozy, Alain Juppé, François Hollande,...
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Le Premier ministre, qui craint que François Hollande ne lui fasse porter la responsabilité de l'échec du quinquennat, veut s'imposer comme un atout durant la campagne et ne surtout pas se laisser marginaliser.

Il s'en est donné à cœur joie. En visite pour deux jours à Dakar, Manuel Valls n'a pas retenu ses coups contre Nicolas Sarkozy. Ignorant toujours superbement Alain Juppé, il a attaqué l'ancien locataire de l’Élysée à, au moins, trois reprises. "Je crois profondément que l'homme africain est plus que jamais dans l'Histoire. Et que notre avenir se joue profondément ici et ensemble", a-t-il commencé, faisant ouvertement référence au discours de Dakar prononcé par l'ancien président en 2007 dans lequel il affirmait "L'homme africain n'est pas assez entré dans l'Histoire". Puis Manuel Valls a souhaité répondre aux propos de Nicolas Sarkozy sur "nos ancêtres les Gaulois". "La France est aujourd'hui une société métissée, mélangée, par l'apport de l'immigration, de toutes les immigrations", a-t-il insisté. "Si nous sommes Français, ce n'est pas à travers nos origines, nos religions ou notre couleur de peau. C'est tout simplement parce qu'il y a une histoire que nous partageons". Enfin, il a accusé l'ancien locataire de l’Élysée de mener une campagne à la Trump. "Je ne sais pas s'il y a quelque chose de commun entre eux. Mais le propre des populismes, c'est une saillie par jour pour créer les conditions de dérapage, de tension. Et c'est dangereux parce qu'il entraîne une partie de la droite dans ces débats. Et c'est pour cela que je parle de trumpisation". Mais pourquoi de telles attaques de la part de celui qui ne cesse de répéter que  "l'anti Sarkozysme et l'anti FN ne suffiront pas" pour gagner la campagne ?

 

Il s'agit, tout d'abord, de faire de Nicolas Sarkozy l'adversaire incontournable en le déclarant vainqueur, avant même le premier tour de la primaire à droite. Son succès est, en effet, dans l'esprit des socialistes, l'une des conditions de la victoire. Mais surtout, Manuel Valls entend, en épargnant à François Hollande de monter en première ligne, incarner l'opposant principal. Les snipers de haut vol. Ce qui lui permettra de s'imposer comme le pilier de la future campagne, l’élément incontournable, face à Najat Vallaud-Belkacem dont la rumeur dit qu'elle pourrait diriger la future offensive de François Hollande.

 

"Il va falloir nourrir le programme, expliquer pourquoi on veut faire cinq ans de plus, parler d'Europe, d’Éducation. Manuel Valls veut nourrir ce projet", explique l'un de ses lieutenants qui défend son poulain : "Manuel Valls, durant ces cinq ans, est apparu comme le plus solide des soutiens de François Hollande, le plus conscient des difficultés aussi. Il avait anticipé que notre programme économique ne marcherait pas, il avait dit qu'il fallait garder la Tva sociale, et supprimer les 35h, et qu'il vaut mieux incarner l'autorité quitte à être taxé d'autoritarisme", énumère un proche qui ajoute : "Il entend aujourd’hui imposer ses idées pour la future campagne. A Matignon, il a une équipe solide, des gens qui écrivent, qui réfléchissent".

 

Mais pour quelle raison vouloir s’impliquer dans une campagne quasiment vouée à l’échec ? Pourquoi le Premier ministre, qui ne cache pas son envie de se présenter en 2022, souhaite-t-il être associé au destin d'un président en berne dans les sondages ? "L'équation personnelle pèse assez peu face aux enjeux pour la gauche", jure son entourage. Manuel Valls, à qui l'on attribue aisément un coté sacrificiel, aurait donc décidé de faire don de son destin pour sauver la gauche et le soldat Hollande ?

 

On a le droit d'en douter. En revanche, une mise à l'écart de Manuel Valls, qui montrerait que François Hollande pense avoir plus de chance de l'emporter sans lui, serait un très mauvais signal. Une façon de lui imputer les erreurs passées. Le locataire de Matignon ne veut donc pas se laisser marginaliser en tolérant, sans réagir, les critiques, de Najat Vallaud-Belkacem et Marisol Touraine. Il doit s'imposer, aux cotés du futur candidat, comme un atout et non comme un boulet.

 

De plus, en réfléchissant au programme du futur candidat Hollande, le Premier ministre prépare aussi le sien. "Si le président n'utilise pas ce corpus idéologique parce qu'il renonce à se présenter, Manuel pourra toujours l'utiliser pour lui", avoue un proche qui ajoute : "Manuel aime le débat d'idées, ne se cache pas, ne cherche pas à éviter les problèmes". Entendez : s'il doit se présenter, il n'hésitera pas, même si ses proches jurent que la question n'est pas encore tranchée car "il mesure la difficulté à rassembler la gauche pour le président de la République et encore plus pour lui".

 

 

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.
A la recherche des Gilets jaunes disparus
02.
Taxe d’habitation : les Français organisent leur propre malheur immobilier
03.
Quand la SNCF se laisse déborder par ses contrôleurs
04.
Voulez-vous savoir quand la droite est entrée en agonie ? En 2010, quand Nicolas Sarkozy supprima le ministère de l'Identité nationale, qu'il avait lui-même créé !
05.
Renault-Nissan-Fiat Chrysler : le mariage à trois est possible à condition d’éviter trois enterrements
06.
Il y a une grande différence entre l’hygiène et la propreté lorsque vous faites le ménage chez vous et voilà laquelle
07.
Angela Merkel a été victime d'une nouvelle crise de tremblements
01.
Retour des moustiques tigre : voilà comment s'en protéger efficacement cet été
02.
A la recherche des Gilets jaunes disparus
03.
Taxe d’habitation : les Français organisent leur propre malheur immobilier
04.
L'homme qui combat la bien-pensance pour sauver le monde agricole
05.
Meghan & Harry : all is not well in paradise; Mariage sous couvre-feu pour Laura Smet; Laeticia Hallyday, délaissée ou entourée par ses amis ? Voici & Closer ne sont pas d’accord; Taylor Swift & Katy Perry se câlinent vêtues d’un burger frites de la paix
06.
Amazon : 11,2 milliards de profit, 0 dollars d’impôts payés… : mais dans quel état erre un certain capitalisme ?
01.
PMA et filiation : ces difficultés humaines prévisibles que le gouvernement écarte bien rapidement
02.
Mieux que Jeanne d'Arc : Greta Thunberg voit le CO² à l'œil nu !
03.
Amin Maalouf et Boualem Sansal, deux lanceurs d'alerte que personne n'écoute. Est-ce parce qu'ils sont arabes ?
04.
Canicule : y’a-t-il encore un adulte dans l’avion ?
05.
L'Ordre des médecins autorise Jérôme Cahuzac à exercer la médecine générale en Corse
06.
Burkini : des femmes envahissent une piscine à Grenoble
Commentaires (6)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
spiritucorsu
- 27/09/2016 - 01:28
Toxique à tous les niveaux
Lui et son mentor,Individus toxiques à tous les niveaux,un véritable poison pour la France,a éliminer d'urgence lors des prochains scrutins,qu'ils trouvent la place qui leur est dû,à savoir la poubelle de l'histoire.
gerint
- 26/09/2016 - 22:45
Qu'ils coulent ensemble
Hollande et Valls est un vœu cher à mes yeux
assougoudrel
- 26/09/2016 - 15:46
En ayant été le premier
ministre du Gros Nain, son CV s'est entaché et beaucoup de portes lui seront fermée. Pire qu'un mauvais casier judiciaire quand on postule pour travailler dans une banque.Tant mieux pour les français.