En direct
Best of
Best of 15 au 21 juin
En direct
Minorités report
Qui sont les Syriens qui soutiennent encore Bachar el-Assad ?
Publié le 10 février 2012
L'armée syrienne a lancé lundi un nouvel assaut sur Homs, haut lieu de contestation au régime de Bachar el-Assad, alors que le blocage au sein de la communauté internationale reste entier. Mais si le régime ne s’est toujours pas écroulé, c'est qu'il bénéficie d’une assise sociale importante.
Fabrice Balanche est Visiting Fellow au Washington Institute et ancien directeur du Groupe de recherches et d’études sur la Méditerranée et le Moyen-Orient à la Maison de l’Orient.
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Fabrice Balanche
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Fabrice Balanche est Visiting Fellow au Washington Institute et ancien directeur du Groupe de recherches et d’études sur la Méditerranée et le Moyen-Orient à la Maison de l’Orient.
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
L'armée syrienne a lancé lundi un nouvel assaut sur Homs, haut lieu de contestation au régime de Bachar el-Assad, alors que le blocage au sein de la communauté internationale reste entier. Mais si le régime ne s’est toujours pas écroulé, c'est qu'il bénéficie d’une assise sociale importante.

Vu d’Occident, nous avons l’impression que l’ensemble de la population syrienne s’est soulevée contre le régime de Bachar el-Assad. Il ne se maintiendrait que par la peur et une répression aveugle. Pourtant quelques médias montrent des images de manifestations en faveur du régime : propagande gouvernementale ou bien réel soutient populaire ?

A Lattaquié et à Tartous, principales villes de la région alaouite, les manifestations de soutien à Bachar el-Assad rassemblent des centaines de milliers de personnes. A Alep, Bachar el-Assad fait le plein dans les quartiers chrétiens, notamment parmi la communauté arménienne, dont le parti Tachnag a organisé dès avril 2011 des rassemblements de soutien au président syrien. Les deux grandes places des Omeyyades et des Abbassides à Damas sont envahies régulièrement par les supporters du régime, notamment lorsque la Syrie est condamnée par les pays occidentaux et les "pétromarchies" du Golfe. Il s’agit également d’empêcher l’opposition d’occuper ces lieux pour en faire de nouvelles places Tahrir (Caire) et de montrer ainsi que la rue syrienne est unie derrière son Président.

Le régime syrien ne s’est pas écroulé dès les premiers mois de la contestation car il bénéficie d’une assise sociale importante qui transcende les communautés confessionnelles et ethniques. Certes, les minorités confessionnelles telles que les alaouites, les druzes, les chrétiens, les chiites duodécimains et les ismaéliens sont plus enclines à soutenir le régime par peur de la revanche de la majorité sunnite. Mais si le régime ne pouvait compter que sur la fidélité active ou passive de seulement 20% de la population, il serait déjà tombé. Bachar el-Assad bénéficie du soutien d’un appareil d’État pléthorique qui, malgré sa faible productivité, a reçu une augmentation de salaire de 30% dès le mois d’avril 2011, en plus de ces divers avantages matériels.

La bourgeoisie syrienne, commerçante et industrielle, a les faveurs de Bachar el-Assad depuis son accession au pouvoir : la libéralisation du secteur bancaire, des changes et de l’import-export lui assuraient jusqu’au début de la crise une large prospérité économique garantie par la stabilité du régime. La concurrence des produits turcs et chinois avait cependant causé, ces dernières années, plusieurs faillites dans l’industrie syrienne, provoquant notamment le mécontentement des entrepreneurs du textile alépin. Cette grogne a disparu avec la rupture du traité de libre-échange avec la Turquie et l’ouverture du marché irakien, sans taxe ni certification, aux produits syriens. Il est vrai que l’économie syrienne souffre, ce qui a terme pourrait faire basculer la bourgeoisie dans l’opposition, si elle ne craignait pas davantage les couches populaires qui se sont soulevées.

Outre le conflit communautaire entre alaouites et sunnites, nous sommes aussi face à un conflit social, qui pousse dans la rue les populations pauvres, des banlieues déshéritées et des campagnes, marginalisées par la nouvelle politique économique syrienne. Ces populations sont sunnites, plus ou moins islamistes, ou ont tendance à le devenir en réaction à la répression. L’islamisation de la contestation intérieure constitue un véritable repoussoir pour tous les Syriens qui souhaitent conserver un style de vie laïc, qu’ils soient baathistes, nationaliste arabes, marxistes ou même musulmans sunnites pratiquants. C’est également pour cette raison que le grand Mufti de Syrie et la majorité des clercs sunnites demeurent fidèle au régime, craignant que le pays ne tombe sous la domination des salafistes et sombre dans l’anarchie : "il vaut mieux un mauvais roi, qu’une seule nuit sans roi" selon un proverbe arabe qui est dans toutes les mémoires en Syrie. La peur d’un scénario à l’irakienne ne concerne donc pas seulement les chrétiens et les autres minorités confessionnelles.

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.
A la recherche des Gilets jaunes disparus
02.
Taxe d’habitation : les Français organisent leur propre malheur immobilier
03.
Vent de sécularisation sur le monde arabe ? Ces pays qui commencent à se détourner de la religion
04.
Quand la SNCF se laisse déborder par ses contrôleurs
05.
Quand les secrets du succès du Bon Coin intriguent Amazon et eBay
06.
Nominations européennes : le bras de fer entamé par Emmanuel Macron avec l’Allemagne peut-il aboutir ?
07.
Canicule : y’a-t-il encore un adulte dans l’avion ?
01.
Retour des moustiques tigre : voilà comment s'en protéger efficacement cet été
02.
A la recherche des Gilets jaunes disparus
03.
Taxe d’habitation : les Français organisent leur propre malheur immobilier
04.
Pourquoi les Francs-maçons ne sont certainement pas les héritiers des constructeurs de cathédrale qu’ils disent être
05.
L'homme qui combat la bien-pensance pour sauver le monde agricole
06.
Meghan & Harry : all is not well in paradise; Mariage sous couvre-feu pour Laura Smet; Laeticia Hallyday, délaissée ou entourée par ses amis ? Voici & Closer ne sont pas d’accord; Taylor Swift & Katy Perry se câlinent vêtues d’un burger frites de la paix
01.
PMA et filiation : ces difficultés humaines prévisibles que le gouvernement écarte bien rapidement
02.
Mieux que Jeanne d'Arc : Greta Thunberg voit le CO² à l'œil nu !
03.
Amin Maalouf et Boualem Sansal, deux lanceurs d'alerte que personne n'écoute. Est-ce parce qu'ils sont arabes ?
04.
L'Ordre des médecins autorise Jérôme Cahuzac à exercer la médecine générale en Corse
05.
Ce piège dans lequel tombe le gouvernement en introduisant le concept d’islamophobie dans le proposition de loi Avia sur la lutte contre les contenus haineux
06.
Burkini : des femmes envahissent une piscine à Grenoble
Commentaires (3)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
PUAKA
- 10/02/2012 - 13:46
Syrie
Ces Salafistes qui deviennent les nouveaux maîtres du Moyenne Orion, savent que l'émotion et l’affection sont leurs armes pour entraîner les Occidentaux dans une guerre en Syrie.
Le président Bachar Al Assad exerce son devoir Régalien de chef de maintien de l'ordre et de la paix dans son pays. Vendredi dernier les groupes armée Salafistes ont détruits des installations vitale du pays, commis plusieurs attentat et des assassinats sur des civiles pro-Al Assad. Et les Frères Musulmans s'attendent à quoi ? Que le président les décores de la médaille du mérite et de bravoure ? Ils payent là les conséquences de leurs actes. Ce qui est étrange dans toute cette propagande, les images nous montres que les groupes armées se replis après chaque attaques sur des zones d'habitation et là ils exposent eux mêmes les civiles aux tirs d'en face. Autre information douteuse sont les bombardements.
PUAKA
- 10/02/2012 - 13:45
Syrie
Les Frères Musulmans affirment que l'armée bombarde sans discontinue depuis une semaine trois villes. Si l’information est vrais, il n'y aurait pas seulement que dix, vingt ou trente morts par jour, mais bien des dizaines de millier morts. Alors messieurs et mesdames les spécialistes de la propagande, il y a vraisemblablement des efforts a faire de ce coté là.
Tant qu'il y a de profondes divergences entre la fraction des Frères Musulmans qui dans le pays payent le prix forts des combats et ceux qui vivent en toute sécurité hors de Syrie et qui avaient décidés unilatéralement de recourir aux armes, ce sera le statu-quo.
le14ecossais
- 10/02/2012 - 09:31
Obscurantisme des bien pensants
Nos bien pensants ne voient rien , n'entendent rien , et se contentent de relayer des images qui ne sont pas toujours vérifiées. Ne parlons pas de certains journalistes que l'on présente comme envoyés spéciaux mais qui sont dans la partialité la plus totale .( Voir certains reportages vidéo)
Peut-être faudrait-il s'apercevoir que le Président de la Syrie dispose du soutien d'une partie de son peuple et non pas essayer de démontrer le contraire. Ce que font nos bien pensants en tous genres qui, d'ailleurs pour la plupart ne se sont jamais rendus en Syrie et qui jugent souvent assis le cul sur une chaise dans leurs bureaux parisiens