En direct
Best of
Best of du 12 au 18 septembre
En direct
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Et si la nouvelle la plus importante pour l’avenir du climat de la planète venait de passer quasi inaperçue

02.

Covid : les épargnants devront payer la facture; Bayrou trouble la coordination gouvernementale; Les bonnes affaires d’Édouard Philippe : payé 50 000€ pour se former au numérique...; La fraude sociale sert (aussi) à financer le terrorisme islamiste

03.

La France, paradis des squatteurs et qui entend bien le rester

04.

J’aime les sapins de Noël : je suis un facho

05.

Les troubles obsessionnels compulsifs d’Erdogan : Le panislamisme, la résurgence de la grandeur ottomane… et incidemment attaquer la France

06.

Santé mentale : ces millions de Français que la pandémie fait chanceler ou s’écrouler en silence

07.

L’Allemagne mobilise 1300 milliards d’euros pour se sortir de la crise... La France 3 fois moins, cherchez l’erreur

01.

Comment les industries pétrolières nous ont fait croire que le plastique serait recyclé

02.

Le (presque) dernier cri d’Olivier Véran : "ave Macron morituri te salutant" !

03.

Séparatisme : LREM pris dans les phares de la voiture de l’islam politique

04.

Journée mondiale d’Alzheimer : comment nos rythmes de sommeil peuvent prédire le moment de l'apparition de la maladie

05.

Ce que la dernière photo prise par la NASA nous révèle de Jupiter

06.

Non, les adhérents de LREM ne méritent pas Macron ! Il est trop grand, trop beau, trop génial pour eux.

01.

Névrose collective : l’Europe pétrifiée face à la crise des migrants qui se noue à ses portes

02.

Le (presque) dernier cri d’Olivier Véran : "ave Macron morituri te salutant" !

03.

"L'islam est la religion avec laquelle la République a eu le moins de problèmes dans l'Histoire". Là, Darmanin en fait un peu trop

04.

Édouard Philippe ou le vrai-faux espoir de la droite : radioscopie d’un malentendu idéologique

05.

Nouvelles mesures face au Covid-19 : Gribouille gouvernemental à la barre

06.

Emmanuel Macron, le président sans parti : pas (nécessairement) de quoi perdre 2022 mais mauvais coup garanti pour la démocratie

ça vient d'être publié
pépites > Politique
Justice
Le Rassemblement National face à un ex-salarié devant le tribunal de Nanterre
il y a 36 min 22 sec
décryptage > Société
Impact pour les entreprises

Un congé paternité à côté de la plaque ?

il y a 1 heure 22 min
décryptage > Politique
Mesures concrètes ?

Sauver la Seine-Saint-Denis, mission impossible ? Non... mais l’Etat n’est pas le "héros" qu’il pense être

il y a 1 heure 47 min
décryptage > High-tech
Plaque tournante des trafics

Arrestations massives sur le DarkWeb à travers la planète : coup d’arrêt... ou d’épée dans l’eau ?

il y a 2 heures 9 min
décryptage > Justice
Succession de Ruth Bader Ginsburg

Cour suprême : ce que la démocratie et l’état de droit américains doivent aussi aux juges conservateurs

il y a 2 heures 30 min
décryptage > Economie
Crise sanitaire

COVID-19 : et maintenant, quel impact économique ?

il y a 3 heures 39 min
light > Santé
Des propos "à l'emporte-pièce"
Olivier Véran répond à Nicolas Bedos suite à son appel sur l'arrêt du port du masque et des gestes barrières
il y a 17 heures 57 min
pépites > Santé
Désengorger les SERVICES
Covid-19 : les Hôpitaux de Paris vont reporter 20% des opérations chirurgicales dès ce week-end
il y a 20 heures 17 sec
pépites > Santé
Health Data Hub
Santé : l’Assurance maladie met son avis en suspens sur le mégafichier de données individuelles
il y a 20 heures 58 min
rendez-vous > Politique
Revue de presse des hebdos
Covid : les épargnants devront payer la facture; Bayrou trouble la coordination gouvernementale; Les bonnes affaires d’Édouard Philippe : payé 50 000€ pour se former au numérique...; La fraude sociale sert (aussi) à financer le terrorisme islamiste
il y a 22 heures 41 min
pépites > Santé
Politique
Le Premier ministre n'a pas téléchargé l'application «StopCovid» comme la quasi totalité des Français
il y a 1 heure 4 min
light > Economie
Economie
La Chine va lancer la version numérique de sa monnaie officielle le yuan
il y a 1 heure 37 min
décryptage > France
Faut voir

Un militant communiste assassiné à Saint-Ouen *

il y a 1 heure 57 min
pépites > Société
Politique
Louis Aliot maire RN de Perpignan protégé par trois gardes du corps
il y a 2 heures 13 min
décryptage > Société
Angoisse face au Covid-19

Petits conseils pour rester un parent serein quand la pandémie fait flamber votre stress

il y a 2 heures 51 min
light > Santé
Sport
Pas plus de 1.000 spectateurs par jour pour le tournoi de Roland Garros
il y a 3 heures 53 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Comédies françaises" de Eric Reinhardt : un magnifique roman d’initiation, itinéraire d’un millénial gâté

il y a 18 heures 43 min
light > Culture
Ministère de la Culture
Gabriel Matzneff est définitivement privé d'aide publique
il y a 20 heures 32 min
pépites > Europe
Vers de nouvelles sanctions de l'UE ?
Biélorussie : l'Union européenne refuse de reconnaître Alexandre Loukachenko comme président malgré sa "prestation de serment"
il y a 22 heures 18 min
pépites > Justice
Justice
Financement libyen : la cour d'appel de Paris rejette les recours de Nicolas Sarkozy et de ses proches
il y a 22 heures 54 min
Minorités report

Qui sont les Syriens qui soutiennent encore Bachar el-Assad ?

Publié le 10 février 2012
L'armée syrienne a lancé lundi un nouvel assaut sur Homs, haut lieu de contestation au régime de Bachar el-Assad, alors que le blocage au sein de la communauté internationale reste entier. Mais si le régime ne s’est toujours pas écroulé, c'est qu'il bénéficie d’une assise sociale importante.
Fabrice Balanche
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Fabrice Balanche est Visiting Fellow au Washington Institute et ancien directeur du Groupe de recherches et d’études sur la Méditerranée et le Moyen-Orient à la Maison de l’Orient.
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
L'armée syrienne a lancé lundi un nouvel assaut sur Homs, haut lieu de contestation au régime de Bachar el-Assad, alors que le blocage au sein de la communauté internationale reste entier. Mais si le régime ne s’est toujours pas écroulé, c'est qu'il bénéficie d’une assise sociale importante.

Vu d’Occident, nous avons l’impression que l’ensemble de la population syrienne s’est soulevée contre le régime de Bachar el-Assad. Il ne se maintiendrait que par la peur et une répression aveugle. Pourtant quelques médias montrent des images de manifestations en faveur du régime : propagande gouvernementale ou bien réel soutient populaire ?

A Lattaquié et à Tartous, principales villes de la région alaouite, les manifestations de soutien à Bachar el-Assad rassemblent des centaines de milliers de personnes. A Alep, Bachar el-Assad fait le plein dans les quartiers chrétiens, notamment parmi la communauté arménienne, dont le parti Tachnag a organisé dès avril 2011 des rassemblements de soutien au président syrien. Les deux grandes places des Omeyyades et des Abbassides à Damas sont envahies régulièrement par les supporters du régime, notamment lorsque la Syrie est condamnée par les pays occidentaux et les "pétromarchies" du Golfe. Il s’agit également d’empêcher l’opposition d’occuper ces lieux pour en faire de nouvelles places Tahrir (Caire) et de montrer ainsi que la rue syrienne est unie derrière son Président.

Le régime syrien ne s’est pas écroulé dès les premiers mois de la contestation car il bénéficie d’une assise sociale importante qui transcende les communautés confessionnelles et ethniques. Certes, les minorités confessionnelles telles que les alaouites, les druzes, les chrétiens, les chiites duodécimains et les ismaéliens sont plus enclines à soutenir le régime par peur de la revanche de la majorité sunnite. Mais si le régime ne pouvait compter que sur la fidélité active ou passive de seulement 20% de la population, il serait déjà tombé. Bachar el-Assad bénéficie du soutien d’un appareil d’État pléthorique qui, malgré sa faible productivité, a reçu une augmentation de salaire de 30% dès le mois d’avril 2011, en plus de ces divers avantages matériels.

La bourgeoisie syrienne, commerçante et industrielle, a les faveurs de Bachar el-Assad depuis son accession au pouvoir : la libéralisation du secteur bancaire, des changes et de l’import-export lui assuraient jusqu’au début de la crise une large prospérité économique garantie par la stabilité du régime. La concurrence des produits turcs et chinois avait cependant causé, ces dernières années, plusieurs faillites dans l’industrie syrienne, provoquant notamment le mécontentement des entrepreneurs du textile alépin. Cette grogne a disparu avec la rupture du traité de libre-échange avec la Turquie et l’ouverture du marché irakien, sans taxe ni certification, aux produits syriens. Il est vrai que l’économie syrienne souffre, ce qui a terme pourrait faire basculer la bourgeoisie dans l’opposition, si elle ne craignait pas davantage les couches populaires qui se sont soulevées.

Outre le conflit communautaire entre alaouites et sunnites, nous sommes aussi face à un conflit social, qui pousse dans la rue les populations pauvres, des banlieues déshéritées et des campagnes, marginalisées par la nouvelle politique économique syrienne. Ces populations sont sunnites, plus ou moins islamistes, ou ont tendance à le devenir en réaction à la répression. L’islamisation de la contestation intérieure constitue un véritable repoussoir pour tous les Syriens qui souhaitent conserver un style de vie laïc, qu’ils soient baathistes, nationaliste arabes, marxistes ou même musulmans sunnites pratiquants. C’est également pour cette raison que le grand Mufti de Syrie et la majorité des clercs sunnites demeurent fidèle au régime, craignant que le pays ne tombe sous la domination des salafistes et sombre dans l’anarchie : "il vaut mieux un mauvais roi, qu’une seule nuit sans roi" selon un proverbe arabe qui est dans toutes les mémoires en Syrie. La peur d’un scénario à l’irakienne ne concerne donc pas seulement les chrétiens et les autres minorités confessionnelles.

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Commentaires (3)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
PUAKA
- 10/02/2012 - 13:46
Syrie
Ces Salafistes qui deviennent les nouveaux maîtres du Moyenne Orion, savent que l'émotion et l’affection sont leurs armes pour entraîner les Occidentaux dans une guerre en Syrie.
Le président Bachar Al Assad exerce son devoir Régalien de chef de maintien de l'ordre et de la paix dans son pays. Vendredi dernier les groupes armée Salafistes ont détruits des installations vitale du pays, commis plusieurs attentat et des assassinats sur des civiles pro-Al Assad. Et les Frères Musulmans s'attendent à quoi ? Que le président les décores de la médaille du mérite et de bravoure ? Ils payent là les conséquences de leurs actes. Ce qui est étrange dans toute cette propagande, les images nous montres que les groupes armées se replis après chaque attaques sur des zones d'habitation et là ils exposent eux mêmes les civiles aux tirs d'en face. Autre information douteuse sont les bombardements.
PUAKA
- 10/02/2012 - 13:45
Syrie
Les Frères Musulmans affirment que l'armée bombarde sans discontinue depuis une semaine trois villes. Si l’information est vrais, il n'y aurait pas seulement que dix, vingt ou trente morts par jour, mais bien des dizaines de millier morts. Alors messieurs et mesdames les spécialistes de la propagande, il y a vraisemblablement des efforts a faire de ce coté là.
Tant qu'il y a de profondes divergences entre la fraction des Frères Musulmans qui dans le pays payent le prix forts des combats et ceux qui vivent en toute sécurité hors de Syrie et qui avaient décidés unilatéralement de recourir aux armes, ce sera le statu-quo.
le14ecossais
- 10/02/2012 - 09:31
Obscurantisme des bien pensants
Nos bien pensants ne voient rien , n'entendent rien , et se contentent de relayer des images qui ne sont pas toujours vérifiées. Ne parlons pas de certains journalistes que l'on présente comme envoyés spéciaux mais qui sont dans la partialité la plus totale .( Voir certains reportages vidéo)
Peut-être faudrait-il s'apercevoir que le Président de la Syrie dispose du soutien d'une partie de son peuple et non pas essayer de démontrer le contraire. Ce que font nos bien pensants en tous genres qui, d'ailleurs pour la plupart ne se sont jamais rendus en Syrie et qui jugent souvent assis le cul sur une chaise dans leurs bureaux parisiens