En direct
Best of
Best of du 6 au 12 avril 2019
En direct
© REUTERS/Mike Segar
Vous avez dit déclin ?
Sommet européen sur les migrants sans la France : François Hollande inaugure une nouvelle version de la politique de la chaise vide
Publié le 30 septembre 2016
Silencieuse sur la question de la politique migratoire européenne, la France n'a plus la moindre crédibilité et s'écrase derrière la politique allemande. Un rapport de force d'autant plus clair que François Hollande ne se déplace même plus jusqu'aux sommets européens sur la crise des migrants.
Laurent Chalard est géographe-consultant, membre du think tank European Centre for International Affairs.
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Laurent Chalard
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Laurent Chalard est géographe-consultant, membre du think tank European Centre for International Affairs.
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Silencieuse sur la question de la politique migratoire européenne, la France n'a plus la moindre crédibilité et s'écrase derrière la politique allemande. Un rapport de force d'autant plus clair que François Hollande ne se déplace même plus jusqu'aux sommets européens sur la crise des migrants.

Atlantico : Ce samedi 24 septembre, Vienne est le théâtre d'un sommet européen sur les questions migratoires. Si Angela Merkel est attendue, François Hollande a annoncé qu'il devait visiter le centre d'accueil des réfugiés de Tours. Quelles sont les différentes positions, en matière d'immigration, des principaux acteurs européens ?

Laurent Chalard : Tout d’abord, il convient de noter qu’il existe un désaccord généralisé entre les différents pays membres de l’Union Européenne concernant les questions migratoires, du fait d’intérêts divergents en fonction des situations démographique, philosophique et économique de chacun. 

D’un côté, nous avons des pays favorables à une ouverture partielle des frontières, dont, à sa tête, l’Allemagne, qui a un besoin énorme de main d‘œuvre du fait d’une situation démographique très dégradée dans un contexte d’économie qui fonctionne relativement bien. Même si ses dirigeants souhaitent aujourd’hui freiner les flux migratoires, ils ne parlent pas d’y mettre fin totalement. Les pays scandinaves, dont la Suède, s’inscrivent dans la même logique d’ouverture partielle, principalement par positionnement idéologique, un jusqu’au-boutisme pro-immigration au nom des droits de l’homme. 

D’un autre côté, les autres pays de l’Union Européenne, c’est-à-dire la majorité, sont favorables à la fermeture des frontières pour des raisons variées, même s’ils ne le clament pas tous aussi fortement que la Hongrie. Certains pays ne souhaitent pas recevoir massivement des immigrés, principalement car ils sont dans une situation économique catastrophique ne permettant pas d’accueillir de nouvelles personnes, c’est le cas des Etats d’Europe méridionale. D’autres pays ont fait un choix sociétal rejetant le principe même de la société multiculturelle, ayant souffert de l’idéologie communiste qui brimait le nationalisme, c’est le cas de l’Europe de l’Est. Enfin, d’autres Etats sont dans une logique de fermeture car leur meilleure situation démographique fait qu’ils n’ont pas de besoins importants en main d’œuvre, c’est le cas du Royaume-Uni et de la France.  

Qu'est-ce que l'absence de François Hollande traduit, concrètement, du rapport de force entre les pays d'Europe ? Qui tire aujourd'hui les ficelles et décide de la politique européenne d'immigration ? Quelle portée pour la voix de la France ?

Il est difficile d’interpréter l’absence de François Hollande, ne connaissant pas les raisons profondes de son choix, même si elle apparaît grandement regrettable, étant donné l’enjeu majeur de la question migratoire pour le devenir du continent. Malheureusement, concernant la politique migratoire européenne, qui n’existe pas (c’est là le problème !), il est clair que la France est en retrait, ne s’étant jamais clairement exprimée sur cette question. Notre pays apparaît complètement à la remorque des prises de décision de son voisin allemand. Comme bien souvent, François Hollande fuit ses responsabilités face à une question fortement clivée. En effet, il paraît surprenant que le choix de l’Allemagne d’ouvrir grande ses portes aux migrants syriens l’année dernière n’ait pas fait l’objet d’une concertation en amont avec la France, alors que cette décision, d’importance majeure, était susceptible de modifier le peuplement du continent, en faisant un choix existentiel. 

Comment la France pourrait-elle retrouver une certaine crédibilité ou un certain poids sur ces questions ? Quel impact ce déséquilibre a-t-il et comment y remédier ?

La France ne peut retrouver une certaine crédibilité qu’en défendant une position claire auprès de ses partenaires européens, en l’occurrence assumer sa politique de fermeture dans un contexte de terrorisme et de risque d’anarchie généralisée sur le continent. Cependant, à l’heure actuelle, il est peu probable qu’un président de gauche, à l’exception peut-être de Manuel Valls s’il devenait président, ait l’audace de défendre publiquement une politique de fermeture, qui, rappelons-le, n’est pas spécifiquement partisane (les plus forts partisans de l’ouverture aux migrants se retrouvent chez les ultra-libéraux classés à droite). 

Le principal impact de ce déséquilibre est que la politique migratoire de l’Union Européenne s’apparente à une politique migratoire allemande, conduisant à une ouverture, qui n’aurait probablement pas été aussi importante si la France avait manifesté un refus à la politique d’Angela Merkel l’année dernière. Cependant, cette situation témoigne surtout du fait que l’Union Européenne prend l’eau de toute part, chaque pays jouant sa propre carte. Les choix migratoires allemands sont à l’origine du Brexit et constituent probablement le début de la fin pour une Union Européenne sans pilote dans l’avion.

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.
Ils reconnaissent l'une des écoles de leur village dans un film porno
02.
Mais pourquoi se poser la question sur l’origine de l’incendie de Notre-Dame classe-t-il automatiquement dans le camp des complotistes ?
03.
Un pognon de dingue pour Notre-Dame de Paris ? Oui, car l'Homme ne vit pas que de pain
04.
Les puissants relais de l'Algérie en France ; Ces amis de Ghosn que tout le monde craignait chez Renault; L'avertissement de Philippe à Castaner; Technip: et un mégagâchis industriel de plus; Notre-Dame partout dans les hebdos, le catholicisme plus rare
05.
Trêve ou flottement au sommet ? Quoiqu’il en soit, voilà les 9 questions de fond auxquelles Emmanuel Macron devra absolument répondre s’il veut reprendre la main
06.
Près d'un milliard d'euros de dons pour Notre-Dame : une occasion en or pour repenser le lien entre sens de la dépense publique et consentement à l'impôt
07.
Pourquoi l’incendie de Notre-Dame oblige Emmanuel Macron à revoir sa copie
01.
Notre-Dame de Paris : des dirigeants de l’Unef se moquent de l'incendie
02.
Mais pourquoi se poser la question sur l’origine de l’incendie de Notre-Dame classe-t-il automatiquement dans le camp des complotistes ?
03.
Ce que pèse vraiment le vote musulman dans la balance démocratique française
04.
L’insoutenable légèreté de la majorité LREM ?
05.
Grand Débat : le revenu universel, la mesure qui pourrait produire l’effet whaouh recherché par Emmanuel Macron
06.
Cardinal Robert Sarah : “Ceux qui veulent m’opposer au Pape perdent leur temps et leurs propos ne sont que le paravent qui masque leur propre opposition au Saint-Père”
01.
Après les Gilets jaunes, Notre-Dame : cette France qui se redécouvre des sentiments perdus de vue
02.
Mais pourquoi se poser la question sur l’origine de l’incendie de Notre-Dame classe-t-il automatiquement dans le camp des complotistes ?
03.
Du “Yes We Can” au “Yes I can” : de quelle crise politique le succès phénoménal de Michelle Obama est-il le symptôme ?
04.
Incendie de Notre-Dame : et notre mémoire ancestrale fit irruption dans la post-modernité
05.
Suppression de l’ENA : en marche vers des records de démagogie
06.
Grand Débat : le revenu universel, la mesure qui pourrait produire l’effet whaouh recherché par Emmanuel Macron
Commentaires (9)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
lafronde
- 24/09/2016 - 23:19
Oxymores européens
L'Union européenne et la majorité des Etats membres vivent une contradiction entre deux logiques. 1 La demande intérieure et démocratique d'un Etat-Providence. 2 La libre circulation, et l'ouverture à l'immigration venant de pays inefficaces au pan économique. Il est fatal que des biesn gratuit offert à tous finissent par faire exploser les budgets publics. Après l'économie, l'identitaire. La femme européenne, donc l'Europe a fait le choix d'une fécondité contrôlée, différée, et limitée. C'est un choix de civilisation (qui peut être critiqué mais qui demeure). Si l'Europe voulait rester elle-même, elle limiterait l'immigration selon sa croissance démographique endogène. peu d'immigré, instruits et compétents, sans aide sociale. Eh non, l'Union Européenne ne veut pas rester elle-même charnellement, elle veut changer les peuples européens, sans qu'ils soient consultés, par une brusque immigration de masse. Est-ce un abus de pouvoir ? Certes ! Une trahison ? Oui ! même si les décideurs européens se fichent des identités, ne voulant considérer que le Droit des migrants. L'Europe espère son Comte Egmont, son Prince de Nassau pour la libérer de la tyrannie migrationiste et islamisante.
lafronde
- 24/09/2016 - 22:57
Union Européenne : terres à coloniser !
Quelle rationalité dans le choix d'ouvrir en grand les portes de l'Allemagne au migrants venus de Turquie ? Le plus cocasse est l'argument économico-démographique. Les migrants musulmans, en age militaire, point à garder en mémoire, ne vont pas travailler pour faire tourner l'usine allemande, ils vont vivre au dépends des allemands (jizya) islamiser le pays, et en prendre le contrôle. Pareil en Suède. La prudence voudrait que moins un pays a de jeunes d'age militaire, moins il se risque à accueillir de jeunes gens, surtout s'ils sont musulmans ! Mais cette immigration se fait au nom du Droit naturel de migrer où l'on veut ! On peut donc dire merci au FN de tenir la garde idéologique de la République sur cette question. Au moins nombre de migrants musulmans sont rebutés par la France, et c'est heureux. Pouvons-nous les dissuader un peu plus ? Il doit y avoir des moyens honorables de le faire : rappeler aux musulmans qu'ils fuient la misère d'un pays adorateur d' Allah, et que tout ce qu'ils recevront en France est dû à la Charité chrétienne ! Ensuite instaurer une obligation de travailler pour tous les immigrés. Compatabiliser l'aides sociale comme une dette personnelle...
clint
- 24/09/2016 - 21:19
M. Courage Fuyons croit en sa bonne étoile !
Il ne pouvait aller dans une réunion où il aurait été obligé de choisir entre laisser entrer "officiellement" les réfugiés, ce qui aurait été ressenti comme une ouverture officielle à l'arrivée de plus en plus de migrants, et prendre une position contre l'entrée alors qu'il a besoin des immigrationnistes pour espérer d'être au moins le candidat de la gauche !