En direct
Best of
Best of du 11 au 17 janvier
En direct
Flash-actu
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Mais pourquoi les pêcheurs chinois découvrent-ils autant de petits sous-marins espions dans leurs filets ?

02.

Le taux du Livret A à 0,5% : une règle nouvelle sans « coup de pouce » ? Qu’aurait donné l’ancienne ?

03.

L’arme à 3 coups qui pourrait porter Ségolène Royal vers 2022

04.

La bombe démographique européenne : à partir de 2021, la population diminuera

05.

Laeticia Hallyday agressée dans une rue de Paris parce que "trop riche" ; 150 000 € la semaine, Gims ne skie pas comme un pauvre ; Keanu Reeves montre ses fesses en Californie ; Adèle n'en a plus à montrer ; Céline Dion bénit la fiancée de René-Charles

06.

Ce que “l’amitié” entre Donald Trump et Bernard Arnault révèle de la manière dont l’Europe a échappé au pire de la guerre commerciale. Sans que rien ne soit gagné...

07.

Quand les justiciers progressistes prennent leur propre caricature au sérieux : l’étude du cas Rokhaya Diallo

01.

Les 100 ans de Gallimard

01.

Succès du lait d’amande : les abeilles ne disent pas merci aux bobos bio

02.

Quand certains médicaments changent drastiquement nos personnalités dans l’indifférence totale de l’industrie pharmaceutique et des autorités sanitaires

03.

Arretmaladie.fr permet d’obtenir un arrêt maladie en 3 minutes sur internet mais déclenche la colère de la sécurité sociale. Sauf que...

04.

Epidémie de gastro-entérites : tout ce qu’il faut savoir pour éviter d’attraper le norovirus

05.

Chine : un virus mystérieux inquiète les autorités chinoises. Et désormais l'OMS

06.

La bombe démographique européenne : à partir de 2021, la population diminuera

01.

Ce boulevard qui devrait s’ouvrir au RN… mais ne s’ouvre pas tant que ça

02.

"Des profondeurs de nos cœurs" : un livre qui ébranle l'Eglise

03.

LR : le tigre de papier

04.

Jeanne Balibar (« Les Misérables ») veut qu'on enseigne les mathématiques en arabe !

05.

Ce duel nationaux/mondialistes auquel s’accrochent Marine Le Pen et Emmanuel Macron alors qu’il n’intéresse pas vraiment les Français

06.

« Voulez-vous que l'air soit plus pur ? » : le référendum que Macron ne peut pas perdre !

ça vient d'être publié
pépites > Politique
A torts ou à raison ?
Violences policières : Sibeth Ndiaye défend les forces de l'ordre
il y a 2 heures 50 min
pépites > Politique
"10, 9, 8... boum"
Donald Trump raconte l'élimination du général Qassem Soleimani par les forces américaines
il y a 5 heures 16 min
rendez-vous > Science
Atlantico Sciences
Proxima Centauri c : y a-t-il une superterre à 4,2 années-lumière du Soleil ? ; Bételgeuse : sa baisse de luminosité décryptée par Sylvie Vauclair
il y a 9 heures 11 min
décryptage > International
Fiche de lecture

Goliath : le livre choc sur la manière dont les citoyens occidentaux ont organisé la dangereuse impuissance des démocraties (et la surpuissance des géants du web)

il y a 10 heures 36 min
décryptage > Culture
Atlantico Litterati

Daniel Pennac, rêveur sacré

il y a 10 heures 40 min
décryptage > International
Disparition passée inaperçue

Avec la mort du sultan d'Oman, quel avenir pour la diplomatie conciliatrice au Moyen-Orient ?

il y a 10 heures 41 min
décryptage > Société
Bonnes feuilles

Attentat de Charlie Hebdo, entraves à la laïcité : vers le rétablissement du délit de blasphème ?

il y a 10 heures 43 min
décryptage > Religion
Bonnes feuilles

Comment le dieu social s’est installé dans l’inconscient des musulmans

il y a 10 heures 44 min
décryptage > Religion
Au nom de l'islam

Malik Bezouh : « Le fondamentalisme musulman ne sera pas défait à coups de proclamation de morale creuses »

il y a 11 heures 3 min
décryptage > Economie
Une bromance

Ce que “l’amitié” entre Donald Trump et Bernard Arnault révèle de la manière dont l’Europe a échappé au pire de la guerre commerciale. Sans que rien ne soit gagné...

il y a 11 heures 43 min
light > Politique
Une nouvelle vie
Royaume-Uni : le prince Harry et son épouse Meghan Markle renoncent à leur titre d'altesse royale
il y a 4 heures 20 min
pépites > Politique
Numéro 1
Municipales 2020, Paris : Anne Hidalgo prend la première place
il y a 7 heures 45 min
décryptage > Tribunes
De nouveaux enjeux

Les étranges voeux d’Emmanuel Macron pour l’environnement en 2020

il y a 9 heures 54 min
décryptage > Economie
Un constructeur qui tient la route

Baisse des ventes mondiales d’automobiles : comment Renault est parvenu à limiter la casse même sans Carlos Ghosn

il y a 10 heures 39 min
décryptage > Politique
On a besoin de lui !

M'jid el Guerrab (plus connu sous le sobriquet de "l'homme au casque") va-t-il reprendre du service auprès de Ségolène Royal ?

il y a 10 heures 40 min
décryptage > International
Contre-intuitif

Pourquoi, contrairement aux apparences, l'Iran a gagné face aux Etats-Unis

il y a 10 heures 42 min
décryptage > Santé
Bonnes feuilles

Système de santé en France : les dérives de la gestion administrative et du manque d’engagement et de courage du pouvoir politique

il y a 10 heures 44 min
décryptage > Social
Bonnes feuilles

Paris brûle-t-il ? : les Gilets jaunes face au "mépris" d’Emmanuel Macron

il y a 10 heures 44 min
décryptage > Politique
Etre pris la main dans le sac

Mais pourquoi les pêcheurs chinois découvrent-ils autant de petits sous-marins espions dans leurs filets ?

il y a 11 heures 25 min
décryptage > Politique
La factrice sonne toujours deux fois

L’arme à 3 coups qui pourrait porter Ségolène Royal vers 2022

il y a 12 heures 8 min
© Reuters
© Reuters
Carte blanche

Pénibilité : la CFDT et son permis de tuer

Publié le 20 septembre 2016
Le dossier de la pénibilité constitue une impressionnante révélation sur le fondement idéologique de la sécurité sociale, cette forme dégradée de protection sociale à laquelle les corps intermédiaires, CFDT en tête, sont religieusement attachés pour des raisons qui méritent d'être expliquées. L'affaire des mines de Lorraine et de leur préjudice d'anxiété en dévoile la partie immergée.
Éric Verhaeghe est le fondateur du cabinet Parménide et président de Triapalio. Il est l'auteur de Faut-il quitter la France ? (Jacob-Duvernet, avril 2012). Son site : www.eric-verhaeghe.fr Il vient de créer un nouveau site : www...
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Éric Verhaeghe
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Éric Verhaeghe est le fondateur du cabinet Parménide et président de Triapalio. Il est l'auteur de Faut-il quitter la France ? (Jacob-Duvernet, avril 2012). Son site : www.eric-verhaeghe.fr Il vient de créer un nouveau site : www...
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Le dossier de la pénibilité constitue une impressionnante révélation sur le fondement idéologique de la sécurité sociale, cette forme dégradée de protection sociale à laquelle les corps intermédiaires, CFDT en tête, sont religieusement attachés pour des raisons qui méritent d'être expliquées. L'affaire des mines de Lorraine et de leur préjudice d'anxiété en dévoile la partie immergée.

Pénibilité et mines de Lorraine

Contrairement à une idée reçue (et volontiers véhiculée par des manuels scolaires d'ailleurs), travailler à la mine n'a jamais constitué une partie de plaisir qu'on se transmettait de père en fils. Que ces mines fussent de charbon ou de fer, la vie y était horrible et aucun esprit normalement constitué ne souhaitait ces longues heures passées à plusieurs centaines de mètres sous la lumière du soleil, les poumons emplis de poussières.

Comme le disait un ancien mineur:

"Des millions de litres de produits toxiques étaient descendus dans les mines. Ils sont restés au fond des mines, et au fond des poumons de tous les mineurs".

Et c'est vrai!

Comment indemniser la pénibilité?

Maintenant, se pose une vraie question… comment prendre en compte cette pénibilité au travail dans la mine? Dans le cas des mineurs de Lorraine, une dizaine d'avant-gardistes (retraités) a traîné l'ancien employeur aux prud'hommes pour obtenir une indemnisation du préjudice d'anxiété.

Apparu dans le cadre du dossier de l'amiante, à l'occasion d'une décision de la Cour de Cassation de 2010, ce préjudice se définit ainsi:

une situation d'inquiétude permanente face au risque de déclaration à tout moment d'une maladie liée à l'amiante et (…) à subir des contrôles et examens réguliers propres à réactiver cette angoisse

Les prud'hommes de Longwy ont validé cette demande, en allouant à chaque plaignant 4.500 euros de dommages intérêts. 750 autres mineurs comptaient bien sur cette procédure pour demander, à leur tour, réparation. C'est cette décision que la Cour d'Appel de Nancy a cassée.

Quelques rappels sur la branche AT-MP

C'est ici qu'il faut rappeler la situation particulière des maladies professionnelles dans le droit français.

Avec la mise en place d'une branche de la sécurité sociale appelée "accidents du travail" en 1898, flanquée d'un tableau des maladies professionnelles en 1919, la protection sociale en France (notre brillante sécurité sociale que tout le monde nous envie) a mis en place un système (non revu en tant que tel depuis cette date) profondément défavorable aux salariés.

Il permet en effet trois pratiques totalement scélérates.

La première consiste à indemniser les salariés victimes d'une maladie professionnelle ou d'un accident du travail sur une base forfaitaire, quand l'indemnisation civile est proportionnelle au préjudice subi. Autrement dit, un salarié victime d'un accident de la route le dimanche à la campagne sera beaucoup mieux indemnisé que dans un accident survenu sur le trajet du travail. C'est tout simplement scandaleux.

La deuxième consiste à délier les employeurs de toute responsabilité, sauf en cas de faute inexcusable (dont le salarié doit apporter la preuve). Là encore, ce système empêche régulièrement le salarié d'invoquer la responsabilité particulière de l'entreprise, et limite donc l'incitation aux mesures de prévention. Il a fallu l'intervention répétée du juge pour faire évoluer le système.

La troisième consiste à "mutualiser" les coûts entre employeurs. Autrement dit, les patrons vertueux qui préviennent les accidents payent pour les voyous qui y prêtent moins attention.

La branche AT-MP et les mines de Lorraine

Dans un système normalement constitué, les mineurs de Lorraine menacés par des maladies liées à la pénibilité de leur travail devraient avoir, comme le prévoit la loi de 1985 sur l'indemnisation du dommage corporel, la faculté d'invoquer la totalité des dommages subis et d'en demander la réparation globale. Dans le fonctionnement désormais très rôdé de l'indemnisation civile, c'est d'ailleurs souvent l'assureur qui se substitue à la victime pour obtenir le remboursement des avances qu'il fait au plaignant, compte non tenu de l'indemnisation supplémentaire à laquelle la victime peut prétendre.

Parce que les mineurs de Lorraine subissent une maladie professionnelle, ou craignent de la subir, le système d'indemnisation est beaucoup moins favorable et limite les indemnités auxquelles le mineur peut prétendre.

Une injustice paritairement consentie

Bien entendu, il existe une explication à la préservation de ce système profondément injuste, qui fut un progrès lors de sa mise en place en 1898, et qui est devenu un boulet au fur et à mesure de l'amélioration des procédures d'indemnisation en droit civil. Si ce système rétrograde survit, c'est qu'il est cadenassé par les partenaires sociaux qui le gouvernent et qui s'en nourrissent comme d'un fromage.

Ainsi, au lieu de faire voler en éclat une usine à gaz qui protège les moins vertueux et pénalise les plus soucieux des conditions de travail, les partenaires sociaux préfèrent préserver un existant où ils jouent un rôle qui sert leur soif inextinguible de reconnaissance et de cordons honorifiques en tous genres.

On ne s'étonnera pas de voir que la CFDT regrette la décision de la cour d'appel de Nancy, mais ne s'interroge surtout pas sur la pénalisation globale des mineurs dans leur parcours d'indemnisation: l'enjeu consiste bien à préserver un épais écran de fumée devant les tares du système paritaire.

La préférence de la CFDT pour la réparation

Au demeurant, cette posture est conforme à la doctrine de la CFDT en matière de pénibilité.

Là où tous les pays industrialisés ont réglé la question de la pénibilité en misant sur la prévention, la France, aiguillonnée par la CFDT, a misé sur la réparation et le paritarisme.

La réparation d'abord: le compte pénibilité fabriqué de concert avec la CFDT consiste à comptabiliser l'état de la pénibilité emploi par emploi, selon une procédure bureaucratique dont le seul objectif est d'indemniser la victime (toujours de façon forfaitaire).

Le paritarisme ensuite: à aucun moment, la CFDT n'a entendu briser le système de mutualisation des coûts qui permet aux moins vertueux de se comporter comme des passagers clandestins. Autrement dit, le patron qui recourt plus que de raison aux travaux pénibles fera endosser le coût de ces externalités négatives auprès de ceux qui font attention.

La CFDT le sait, du jour où la "mutualisation" est remise en cause, les conseils d'administration pléthoriques dans des instances paritaires où le réseautage permet de faire du business s'écroule. Et ça, cela passe bien avant l'intérêt des salariés au nom desquels on distille des leçons de morale.

En quoi ce système constitue-t-il un permis de tuer?

Rappelons là encore deux principes fondamentaux simples.

Le premier est que tout dommage indemnisé au lieu d'être prévenu est une catastrophe humaine. Or, en donnant une préférence à l'indemnisation de la pénibilité plutôt qu'à sa prévention, la CFDT préfère de fait un système où le salarié meurt jeune mais indemnisé plutôt que vieux mais non indemnisé.

Le second est que toute mutualisation de la pénibilité donne une prime aux mauvais élèves. En défendant ce système qui évite la mise en cause de la responsabilité des employeurs, la CFDT protège des pratiques où il vaut mieux ne pas investir dans la prévention et laisser les autres payer les dégâts, plutôt que faire effort pour prévenir les dommages.

Toutes choses égales par ailleurs, nous sommes bien dans le système de la COP de Rio, qui prévoyait des échanges de droit à polluer: il est, en France, plus rentable de tuer ses salariés à petits feux que de les protéger. Avec la bénédiction de la CFDT.

Article originellement publié sur le blog d'Eric Verhaeghe

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Mais pourquoi les pêcheurs chinois découvrent-ils autant de petits sous-marins espions dans leurs filets ?

02.

Le taux du Livret A à 0,5% : une règle nouvelle sans « coup de pouce » ? Qu’aurait donné l’ancienne ?

03.

L’arme à 3 coups qui pourrait porter Ségolène Royal vers 2022

04.

La bombe démographique européenne : à partir de 2021, la population diminuera

05.

Laeticia Hallyday agressée dans une rue de Paris parce que "trop riche" ; 150 000 € la semaine, Gims ne skie pas comme un pauvre ; Keanu Reeves montre ses fesses en Californie ; Adèle n'en a plus à montrer ; Céline Dion bénit la fiancée de René-Charles

06.

Ce que “l’amitié” entre Donald Trump et Bernard Arnault révèle de la manière dont l’Europe a échappé au pire de la guerre commerciale. Sans que rien ne soit gagné...

07.

Quand les justiciers progressistes prennent leur propre caricature au sérieux : l’étude du cas Rokhaya Diallo

01.

Les 100 ans de Gallimard

01.

Succès du lait d’amande : les abeilles ne disent pas merci aux bobos bio

02.

Quand certains médicaments changent drastiquement nos personnalités dans l’indifférence totale de l’industrie pharmaceutique et des autorités sanitaires

03.

Arretmaladie.fr permet d’obtenir un arrêt maladie en 3 minutes sur internet mais déclenche la colère de la sécurité sociale. Sauf que...

04.

Epidémie de gastro-entérites : tout ce qu’il faut savoir pour éviter d’attraper le norovirus

05.

Chine : un virus mystérieux inquiète les autorités chinoises. Et désormais l'OMS

06.

La bombe démographique européenne : à partir de 2021, la population diminuera

01.

Ce boulevard qui devrait s’ouvrir au RN… mais ne s’ouvre pas tant que ça

02.

"Des profondeurs de nos cœurs" : un livre qui ébranle l'Eglise

03.

LR : le tigre de papier

04.

Jeanne Balibar (« Les Misérables ») veut qu'on enseigne les mathématiques en arabe !

05.

Ce duel nationaux/mondialistes auquel s’accrochent Marine Le Pen et Emmanuel Macron alors qu’il n’intéresse pas vraiment les Français

06.

« Voulez-vous que l'air soit plus pur ? » : le référendum que Macron ne peut pas perdre !

Commentaires (1)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
Péache
- 20/09/2016 - 10:59
Motivation, mutualisation, assurances, responsabilité
Merci de cet article qui jette un coup d’œil sur nos motivations diverses et les troncatures d'esprit d'humanité. Ancien patron d'une petite entreprise à risques (dont aucun n'est survenu pendant ma carrière) mais très peu pénible, je mesurais la réalité de ces choses par le taux accident du travail, AT, fort élevé à mes yeux. La mutualisation coûte cher à ceux qui sont à la marge.
Ne pas se pencher sur la prévention est un crime en soi, comme si l'intention de dégradation humaine était préférable à tout autre effort.
Peut-être cet article fera prendre conscience de la responsabilité individuelle, de chacun, chef, petit chef, ouvrier, acteur direct, etc. qui est impliqué dans tout acte humain. L'assurance, excellente en soi pour atténuer les dégâts et les faire partager par ceux qui sauront tirer profit donc économie de l'expérience ainsi acquise, ne saurait diminuer la responsabilité essentielle de tout individu. Même si ce principe de responsabilité n'est pas dans l'air du temps !