En direct
Best of
Best of du 10 au 16 octobre
En direct
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Selon « Le Monde », Abdouallakh Anzorov, l’auteur de l’attentat, a donné plusieurs centaines d’euros à des élèves du collège en échange d’informations pour identifier le professeur

02.

Professeur décapité : voilà ce que nous coûtera notre retard face à l’islamisme

03.

Professeur décapité : "je crains plus le silence des pantoufles que le bruit des bottes"

04.

Les courants qui nous mènent droit à la déflation se font de plus en plus forts

05.

Islamisme : la République de la complaisance

06.

Gérald Darmanin & Brad Pitt bientôt papas, M. Pokora bientôt marié; Voici pense que le bébé de Laura Smet s'appelle Léo, Closer Jean-Philippe; Adele aurait succombé au charme de l'ex (cogneur) de Rihanna; Kanye West propose l'union libre à Kim Kardashian

07.

Comment les comparateurs en ligne menacent la survie de pans entiers de l’industrie des services en France

01.

Gérald Darmanin & Brad Pitt bientôt papas, M. Pokora bientôt marié; Voici pense que le bébé de Laura Smet s'appelle Léo, Closer Jean-Philippe; Adele aurait succombé au charme de l'ex (cogneur) de Rihanna; Kanye West propose l'union libre à Kim Kardashian

02.

Décapitation islamiste : est-il encore temps d’arrêter la spirale infernale… et comment ?

03.

Islamisme : la République de la complaisance

04.

Professeur décapité : souvenons-nous de la phrase d'Arletty

05.

Thibault de Montbrial : « Le vivre-ensemble n’est plus qu’une incantation psalmodiée par des gens qui, à titre personnel, font tout pour s’y soustraire »

06.

Professeur décapité : voilà ce que nous coûtera notre retard face à l’islamisme

01.

Décapitation islamiste : est-il encore temps d’arrêter la spirale infernale… et comment ?

02.

Islamisme : la République de la complaisance

03.

Professeur décapité : souvenons-nous de la phrase d'Arletty

04.

Professeur décapité : voilà ce que nous coûtera notre retard face à l’islamisme

05.

Professeur décapité à Conflans-Sainte-Honorine : "Il a été assassiné parce qu'il apprenait à des élèves la liberté d'expression"

06.

Emmanuel Macron, le Gorbatchev de la technostructure française ?

ça vient d'être publié
light > Politique
Principe de précaution
Coronavirus : Brigitte Macron décide de se mettre à l'isolement pendant 7 jours après avoir été cas contact
il y a 3 heures 27 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"On purge bébé" de Georges Feydeau : un vaudeville comme on les aime

il y a 4 heures 6 min
pépites > Justice
Enquête en cours
Mort de Samuel Paty : le terroriste était en contact avec les auteurs des vidéos qui visaient l'enseignant
il y a 5 heures 46 min
pépites > Politique
Liberté d'expression
Les régions vont diffuser un livre de caricatures dans les lycées
il y a 6 heures 53 min
décryptage > Economie
Evolution de la pandémie

Panorama COVID-19 : maintenant, c’est l’Europe qui est la plus touchée par les nouveaux cas

il y a 9 heures 31 min
décryptage > France
Liberté d'expression

Pour une publication massive des caricatures

il y a 9 heures 51 min
light > Economie
Voiture propre
La Chine, leader dans le domaine des voitures électriques - avec 138 modèles sur son marché, contre 60 en Europe, et seulement 17 aux États-Unis - abrite aussi le premier constructeur mondial
il y a 10 heures 32 min
Alimentation
La Chine se met à aimer le lait après l'avoir ignoré pendant plusieurs générations
il y a 11 heures 41 min
décryptage > Terrorisme
Reculer pour mieux sauter

Professeur décapité : voilà ce que nous coûtera notre retard face à l’islamisme

il y a 12 heures 14 min
décryptage > Finance
Impact de la pandémie

Les courants qui nous mènent droit à la déflation se font de plus en plus forts

il y a 12 heures 59 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Covid-19 et réchauffement climatique" de Christian de Perthuis : une analyse qui mérite un détour, comme tout témoignage sincère, mais avec ses limites

il y a 3 heures 50 min
pépites > Politique
Chaises musicales
Le rapporteur général de l'Observatoire de la laïcité, Nicolas Cadène, devrait être remplacé
il y a 4 heures 56 min
light > France
Magie de Noël menacée
Covid-19 : le marché de Noël des Tuileries est annulé à Paris suite au coronavirus
il y a 6 heures 21 min
décryptage > Economie
Les entrepreneurs parlent aux Français

Choisir la mort ou la Mort. La France a fait son choix

il y a 8 heures 54 min
décryptage > International
MilkTea

« L’alliance du thé au lait » : le mouvement du refus de l’expansionnisme chinois s’étend en Asie

il y a 9 heures 44 min
light > High-tech
Justice
Instagram visé par une enquête de la Commission irlandaise pour la protection des données
il y a 10 heures 4 min
rendez-vous > High-tech
La minute tech
Couvre-feu : et les meilleures solutions pour les télé-apéros sont...
il y a 10 heures 57 min
pépite vidéo > France
Lutte contre le fondamentalisme
Conflans-Sainte-Honorine : "Nous ne pouvons pas laisser faire ce genre de fatwas en ligne", selon Gérald Darmanin
il y a 11 heures 55 min
décryptage > Politique
Stratégie

LR contraint de s’allier à LREM pour survivre ? Les faux calculs de Christian Estrosi

il y a 12 heures 38 min
rendez-vous > Santé
Zone Franche
Coronavirus : le scandale caché du sous-investissement mortuaire
il y a 13 heures 16 min
DAILY BEAST

Le jour où ma peur panique des aiguilles m'a (méchamment) rattrapé

Publié le 22 septembre 2016
Pour un enfant qui a grandi avec la peur panique des aiguilles chevillée au corps, qu’y a-t-il de pire que d’être diagnostiqué diabétique et insulino-dépendant ?
Jeff Nale
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Jeff Nale est professeur à la retraite. Il écrit notamment pour le Daily Beast.
Voir la bio
Pete Dexter
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Pete Dexter est journaliste chroniqueur. Il écrit notamment pour le Daily Beast.
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Pour un enfant qui a grandi avec la peur panique des aiguilles chevillée au corps, qu’y a-t-il de pire que d’être diagnostiqué diabétique et insulino-dépendant ?

Copyright The Daily Beast - Jeff Nale et Pete Dexter

Mon père était installateur et réparateur de téléphones. Un homme bon, solide, pieux – également charpentier et musicien à ses heures. Le genre de personne, comme on en rencontre de temps de temps, qui fait toujours les choses bien. Ma mère et lui ont divorcé aux alentours de mon premier anniversaire, et j’ai grandi entre deux foyers : à la maison, avec ma mère ; et dans la maison de P’pa, où je passais tous mes week-ends.

Il m’a fallu quelques années pour m’habituer à cette organisation. Il y avait une sorte de formalisme, de gêne entre mon père et moi, et nous avons mis quelques temps à briser la glace. Cela ne signifie pas que j’étais malheureux chez lui, mais je craignais parfois de ne pas mériter son attention ; en même temps, j’étais prêt à tout pour obtenir son approbation.

Comme n'importe quel enfant à l’imagination fertile, j’avais peur des aiguilles. Le fait que mon père s’enfonce plusieurs fois par jour des aiguilles dans le corps (généralement dans l’estomac) ne me paraissait pas anodin. La maladie était alors appelée "diabète juvénile", mais, face aux nombreux cas se développant à l’âge adulte, elle fut rebaptisée plus tard "diabète de type 1 : insulino-dépendant".

J’essayais de faire face aux injections avec la même nonchalance que lui, mais je ne pouvais réprimer un mouvement de recul à la vue d’une aiguille et à l’odeur de l’alcool. Bien sûr, j’ai demandé si les piqures étaient douloureuses. Je savais qu’elles l’étaient, j’avais déjà été chez le médecin. Mais il éludait la question. J’ai l’habitude, disait-il : toujours la même réponse. P’pa se piquait déjà avant que ses mains ne soient assez grandes pour pousser le piston.

J’avais cinq ans quand mon grand-père est mort. Le p’pa de P’pa. Les funérailles se sont déroulées à l’église. Un millier de choses que je ne comprenais pas se déroulaient autour de moi, tandis que je regardais mon père, calme et stoïque, exactement comme quand il s’injectait de l’insuline dans l’estomac.

***

Faisons une ellipse de huit ans. Je passe un mauvais été. Le 4 juillet, j’ai attrapé une pneumonie et j’ai passé le reste du mois cloué au lit. Début août, le médecin de famille m’a déclaré guéri, mais je savais que je ne l’étais pas. Au début, c’était surtout de la fatigue. J’étais tout le temps épuisé, et j’avais tout le temps soif. De l’eau, du jus de fruit, du coca cola : je me relevais dix fois par nuit, soit pour boire au robinet jusqu’à ce que mon estomac soit plein à craquer, soit pour me vider la vessie aux toilettes, soit pour les deux. J'étais en sueur après les repas, et j’avais des migraines permanentes. J’avais la sensation que mes yeux poussaient pour sortir de leurs orbites. Le fils soucieux de plaire de j’étais auparavant avait laissé place à un enfant différent, sans cesse irritable.

En septembre, j’avais perdu près de dix kilos.

J’ai gardé tout cela pour moi autant que possible, jusqu'au jour où ma grand-mère est venue me chercher à l’école pour passer l’après-midi avec moi. En deux ou trois heures, j’ai englouti tout ce qu’il y avait à boire chez elle, et n’ai cessé de faire des allers-retours aux toilettes. Après mon départ, elle a remarqué les tâches d’urine sur la cuvette des toilettes et a compris tout de suite. Ayant élevé mon père, elle connaissait bien les symptômes. Elle a appelé ma mère, mais pas mon père.

***

Le matin suivant, nous nous sommes rendus chez le pédiatre. Les symptômes ne pouvaient pas être plus clairs, et chacun dans la pièce comprenait leur signification. Mais ma mère préférait ne pas prévenir mon père tout de suite. Non seulement pour avoir la confirmation définitive de la part du médecin, mais surtout pour attendre que mon père finisse sa journée. Elle ne voulait pas le prévenir pendant ses heures de travail.

J’ai bien sûr subi des examens, suivis d’un nouveau rendez-vous au cabinet du médecin, où il nous a annoncé ce que nous savions déjà. Diabète de type 1. Le docteur était doux et patient, j’étais décomposé face à tant de gentillesse. Avant qu’il n'ait pu terminer, je me suis excusé, et me suis précipité aux toilettes pour pleurer.

Ma mère n’a pas appelé mon père avant d’être certaine que son équipe d'installation-réparation avait bien terminé sa journée. J’avais entre-temps été installé dans une chambre d’hôpital, et je l’écoutais expliquer toute la situation : où nous étions, pourquoi. C’était comme l’entendre à nouveau pour la première fois. Puis elle s’est tu, et un long silence s’est installé alors qu’elle écoutait. Puis, elle finit par articuler : "Veux-tu bien lui parler ?"

Après une nouvelle pause plus courte, elle m’a passé le combiné.

J’ai approché le combiné de mon oreille et j’ai commencé à m’excuser. D’être à l’hôpital, d’avoir du diabète – je ne sais pas vraiment pourquoi je m’excusais, c’était simplement un réflexe de toujours.

A peine les mots avaient-ils commencé à s’échapper de ma bouche que je me suis tu. Je levais les yeux vers ma mère, et écoutais mon père, généralement si calme et courageux, qui à l’autre bout du fil s’excusait et ravalait ses larmes.

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Commentaires (0)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
Pas d'autres commentaires