En direct
Best of
Best of du samedi 9 au vendredi 15 novembre
En direct
Flash-actu
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Corinna Betsch, la femme de Michael Schumacher, évoque l'état de santé de l'ancien champion de Formule 1

02.

Retraites : le modèle suédois ne va pas si mal que ça, merci

03.

La fusion nucléaire pourrait-elle être notre bouée de sauvetage énergétique ?

04.

Univers : les physiciens commencent à comprendre les structures géantes qui connecteraient des galaxies distantes de milliards d’années lumière

05.

Finkielkraut, apologiste du viol ? Bullshit au carré sur les réseaux sociaux

06.

Toujours plus… sauf sur le terrain idéologique : la diversité selon Delphine Ernotte

07.

Emmanuel Macron en passe d’entériner la victoire posthume des Gilets jaunes

01.

Et si l’univers était une sphère fermée ? C’est ce que pourraient suggérer des observations de l’Agence spatiale européenne

02.

Euphémisation du réel : les évidences inaudibles de Zineb El Rhazoui et Julie Graziani

03.

Le sondage qui fait peur sur l’état intellectuel de la fonction publique

04.

Finkielkraut, apologiste du viol ? Bullshit au carré sur les réseaux sociaux

05.

Vérité des chiffres : il faudrait ouvrir une centrale nucléaire par jour dans le monde pour respecter l’objectif d’émissions carbone zéro en 2050

06.

Julie Graziani : « Criminaliser les idées et les mots, c’est empêcher de réfléchir »

01.

"Quand des Juifs partent c'est la France qu'on ampute" a dit Macron. Mais il a omis de préciser qui ampute…

02.

Et si l’univers était une sphère fermée ? C’est ce que pourraient suggérer des observations de l’Agence spatiale européenne

03.

Notre-Dame de Paris : Jean-Louis Georgelin rappelle à l’ordre l’architecte des monuments historiques et lui demande de "fermer sa gueule"

04.

Crise (permanente) à l’hôpital : mais que faisons-nous donc de nos prélèvements obligatoires records ?

05.

Euphémisation du réel : les évidences inaudibles de Zineb El Rhazoui et Julie Graziani

06.

Finkielkraut, apologiste du viol ? Bullshit au carré sur les réseaux sociaux

ça vient d'être publié
light > Justice
Témoignages
Affaire Epstein : un appel à témoins international a été lancé afin de retrouver d'éventuelles victimes
il y a 3 heures 46 min
pépites > Terrorisme
Enquête
Projet d'attentat contre Emmanuel Macron : arrestation de deux nouveaux suspects liés à l'ultra-droite
il y a 4 heures 43 min
pépites > Environnement
Tri des déchêts
La décharge géante chinoise de Xi'an atteint déjà ses limites avec 25 ans d'avance
il y a 5 heures 34 min
décryptage > Media
L'art de la punchline

Un 14 novembre en tweets : Jean-Sébastien Ferjou en 280 caractères

il y a 6 heures 37 min
décryptage > Culture
Atlantico Culture

"Le Mur des cons, le vrai pouvoir des juges" de Philippe Bilger : les dérives de la justice dénoncées dans un essai revigorant

il y a 7 heures 49 min
pépite vidéo > Terrorisme
Coopération internationale
La Turquie poursuit sa politique d'expulsions de djihadistes
il y a 10 heures 2 min
décryptage > Politique
Sondages

Cette volatilité croissante de l'électorat qui renforce le risque de crise sociale

il y a 11 heures 42 min
décryptage > Education
Comme les chemises brunes…

Fac de Jussieu : une conférence sur le terrorisme interdite par des terroristes d'un nouveau genre !

il y a 12 heures 29 min
décryptage > Media
France Télévisions

Toujours plus… sauf sur le terrain idéologique : la diversité selon Delphine Ernotte

il y a 13 heures 52 sec
décryptage > High-tech
Maîtres des données personnelles

Ce que Margrethe Vestager ne semble pas comprendre à la phase 2 de la conquête du monde par les GAFAM

il y a 13 heures 41 min
pépites > Justice
Derniers mystères
Chokri Wakrim, témoin-clé dans l'affaire Benalla, pourrait livrer des informations sur un deuxième coffre-fort et souhaiterait être entendu par la justice
il y a 4 heures 15 min
pépite vidéo > Europe
Patience
Venise : les digues pour protéger la ville ne seront pas opérationnelles avant 2021
il y a 5 heures 9 min
rendez-vous > International
Géopolitico-scanner
Éclatement des positions kurdes en Syrie : une aubaine pour l’État islamique ?
il y a 6 heures 6 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"La famille Ortiz" de jean-Philippe Daguerre : ce n’est pas un beau roman, mais c’est une belle histoire !

il y a 7 heures 41 min
rendez-vous > Consommation
Atlantic-tac
Quand Mars regarde la Terre et quand les stylos écrivent l’heure : c’est l’actualité des montres aux premières neiges
il y a 9 heures 41 min
pépites > Social
Montoir-de-Bretagne
Les Gilets jaunes ont bloqué brièvement une usine chimique classée Seveso en Loire-Atlantique
il y a 10 heures 49 min
décryptage > Sport
Euro 2020

France - Moldavie : Olivier Giroud se rapproche du record de buts de Michel Platini... ou pas

il y a 12 heures 6 min
décryptage > Science
Espace

Univers : les physiciens commencent à comprendre les structures géantes qui connecteraient des galaxies distantes de milliards d’années lumière

il y a 12 heures 46 min
décryptage > Société
"Arabe de service", "nègre de maison" et autres joyeusetés

Pourquoi les militants qui traitent leurs adversaires issus de minorités de "native informant" ne sont ni démocrates, ni républicains

il y a 13 heures 27 min
décryptage > Social
Mesures fortes ?

Emmanuel Macron en passe d’entériner la victoire posthume des Gilets jaunes

il y a 13 heures 56 min
info atlantico
© Reuters
© Reuters
Info Atlantico

Alstom, une fatalité ? 56% des Français pensent, eux, qu'il est possible de conserver une activité industrielle productive en France

Publié le 23 septembre 2016
Selon un sondage exclusif Ifop pour Atlantico, 56% des Français pensent qu'il est possible de conserver une activité industrielle compétitive en France. Pour ce qui est de l'attitude que devrait adopter le gouvernement face au cas Alstom, les Français sont en revanche très divisés.
Jérôme Fourquet est directeur du Département opinion publique à l’Ifop.
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Jérôme Fourquet
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Jérôme Fourquet est directeur du Département opinion publique à l’Ifop.
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Selon un sondage exclusif Ifop pour Atlantico, 56% des Français pensent qu'il est possible de conserver une activité industrielle compétitive en France. Pour ce qui est de l'attitude que devrait adopter le gouvernement face au cas Alstom, les Français sont en revanche très divisés.

Atlantico : Quel est selon vous le principal enseignement de ce sondage ?

Jérôme Fourquet : L'affaire d'Alstom fait beaucoup de bruit, elle qui renvoie à des symboles lourds (précédent de Florange, histoire industrielle de Belfort et statut particulier d'Alstom qui est une grande entreprise démantelée en partie en 2014 et possédée à 20% par l'État). Il y a donc des implications politiques évidentes à ce dossier, qui a une résonnance particulière.

A lire également sur notre site : Mondialisation, marchés financiers, politique industrielle : mais que peut véritablement faire un État face à l’économie du XXIe siècle ?

 

On constate que l'opinion publique est très partagée concernant l'attitude à adopter, comme cela avait déjà été le cas pour d'autres affaires de ce type qui figurent dans cette enquête. L'idée que le gouvernement doive obliger la direction d'Alstom à revenir sur sa décision de fermer le site rassemble 30% des Français, ce qui est un résultat non négligeable mais encore loin de la barre des 50%. À l'inverse, la réponse qui rallie le plus grand nombre de suffrages, c'est celle qui consiste à demander au gouvernement de s'assurer que toutes les solutions du dialogue social ont été explorées ("quitte à fermer, autant le faire dans de bonnes conditions"). Il y a donc une attitude assez résignée de la part de ces Français qui n'attendent pas forcément une solution ferme et autoritaire.

On remarque également que ceux qui prônent le laisser-faire sont très nettement minoritaires (17%), alors qu'une autre frange se prononce pour un accompagnement social des salariés concernés. 15% des Français prônent par ailleurs une aide financière de l'État pour éviter la fermeture du site. L'opinion est donc très fortement divisée et ne réagit pas de manière automatique et massive en faveur d'une reprise en main du gouvernement. Si l'on additionne les deux positions les plus volontaristes (aider financièrement le groupe et obliger la direction à revenir sur la fermeture du site), on obtient 45%. Ce n'est pas loin de la moitié, mais on n'y est quand même pas.

 

On observe que parmi les Français, les sympathisants du Front national semblent plus pessimistes que les autres sur l'avenir industriel de la France. Cela peut-il confirmer selon vous la thèse selon laquelle le FN serait devenu le parti majoritaire chez les ouvriers ?

Sur cette question, les Français sont divisés mais majoritairement optimistes : 56% pensent qu'il est encore possible de conserver une activité industrielle compétitive dans notre pays. Cette question de la poursuite d'une activité industrielle en France est de nouveau pleinement posée par cette affaire de Belfort-Alstom. 56% de nos concitoyens continuent d'avoir envie d'y croire mais une forte minorité (44%) estiment qu'avec l'accélération de la mondialisation, la France a vocation à voir ses usines filer les unes après les autres vers des pays où le coût de la main-d'œuvre est nettement plus faible.

Pour revenir à votre question, si l'on regarde les résultats en termes de CSP, on remarque que 52% des ouvriers pensent que l'on peut maintenir une activité industrielle en France. C'est moins que les cadres, mais c'est quand même assez parlant. Le prisme sociologique n'est donc pas forcément le plus déterminant sur cette question. Les écarts sont un peu plus marqués en termes de proximité électorale. L'électorat légitimiste du Parti socialiste se dit que tout est encore possible, qu'on peut encore y croire avec le pacte de compétitivité du gouvernement et les autres mesures mises en place. Le Front de Gauche partage cette opinion dans des proportions assez similaires. Cela se complique un peu dans l'électorat de droite. Une partie est décliniste et pessimiste, une autre est également très sceptique sur François Hollande et sa politique. Enfin, ceux chez qui le pessimisme est majoritaire sont à chercher du côté de l'électorat frontiste (44% seulement d'entre eux sont optimistes). En revanche, lier ça à la représentation des ouvriers n'est pas forcément pertinent dans la mesure où les ouvriers eux-mêmes sont 52% à penser qu'il est possible de conserver nos usines en France. Cela renvoie toutefois à la lecture très pessimiste de la situation du pays de la part des électeurs FN et leur inquiétude très sourde face à l'avenir.

 

La dispersion des Français quant à la priorité qui devrait être celle du gouvernement dans l'affaire Alstom n'illustre-t-elle pas quelque part la complexité de cette situation, et l'absence de solution facile à trouver ?

Tout à fait. Deux grilles de lecture sont possibles : soit les Français sont très divisés, soit il s'agit de sujets très complexes où la formule idéale ne vient pas spontanément. Il est par ailleurs intéressant de constater que la variété des réponses attendues de la part du public ne date pas d'aujourd'hui. Déjà au moment de l'affaire Vilvorde (1997), nous avions des prises de position très différentes. On remarque en revanche que l'idée d'obliger la direction à revenir sur la décision de fermer le site a gagné petit à petit en popularité (21% pour Vilvorde, 23-22% pour Michelin et Danone-Lu, 28% pour PSA et 30% aujourd'hui pour Alstom). L'attente d'une réponse des pouvoirs publics est en progression.

Le cas Alstom nous indique aussi qu'il y a un effet d'accumulation en ce qui concerne les très grands groupes. Les années passant, les Français se disent qu'ils ont déjà vu ce genre de scénarios et qu'il faut peut-être à un moment donné arrêter la série noire et faire quelque chose si l'on veut garder nos usines. Avec la situation des grandes entreprises qui ont défrayé la chronique, plus celles plus petites au niveau plus local, les Français ont le sentiment que la substance industrielle de la France est en train de se perdre ou de s'étioler progressivement. C'est cela qui peut expliquer la plus forte demande d'implication directe, même si – encore une fois – ce n'est pas un sentiment majoritaire.

Un autre élément intéressant est de constater que sur la longue période, nous avons une hausse de la volonté d'une plus grande implication des pouvoirs publics, mais ce n'est pas forcément le cas pour la demande d'aide financière de l'État. Peut-être que les Français ont intériorisé le fait que nous n'avons plus forcément les moyens aujourd'hui pour renflouer ou aider significativement un groupe industriel.

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Corinna Betsch, la femme de Michael Schumacher, évoque l'état de santé de l'ancien champion de Formule 1

02.

Retraites : le modèle suédois ne va pas si mal que ça, merci

03.

La fusion nucléaire pourrait-elle être notre bouée de sauvetage énergétique ?

04.

Univers : les physiciens commencent à comprendre les structures géantes qui connecteraient des galaxies distantes de milliards d’années lumière

05.

Finkielkraut, apologiste du viol ? Bullshit au carré sur les réseaux sociaux

06.

Toujours plus… sauf sur le terrain idéologique : la diversité selon Delphine Ernotte

07.

Emmanuel Macron en passe d’entériner la victoire posthume des Gilets jaunes

01.

Et si l’univers était une sphère fermée ? C’est ce que pourraient suggérer des observations de l’Agence spatiale européenne

02.

Euphémisation du réel : les évidences inaudibles de Zineb El Rhazoui et Julie Graziani

03.

Le sondage qui fait peur sur l’état intellectuel de la fonction publique

04.

Finkielkraut, apologiste du viol ? Bullshit au carré sur les réseaux sociaux

05.

Vérité des chiffres : il faudrait ouvrir une centrale nucléaire par jour dans le monde pour respecter l’objectif d’émissions carbone zéro en 2050

06.

Julie Graziani : « Criminaliser les idées et les mots, c’est empêcher de réfléchir »

01.

"Quand des Juifs partent c'est la France qu'on ampute" a dit Macron. Mais il a omis de préciser qui ampute…

02.

Et si l’univers était une sphère fermée ? C’est ce que pourraient suggérer des observations de l’Agence spatiale européenne

03.

Notre-Dame de Paris : Jean-Louis Georgelin rappelle à l’ordre l’architecte des monuments historiques et lui demande de "fermer sa gueule"

04.

Crise (permanente) à l’hôpital : mais que faisons-nous donc de nos prélèvements obligatoires records ?

05.

Euphémisation du réel : les évidences inaudibles de Zineb El Rhazoui et Julie Graziani

06.

Finkielkraut, apologiste du viol ? Bullshit au carré sur les réseaux sociaux

Commentaires (10)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
totor101
- 19/09/2016 - 11:34
La solution !
- en 1965 la structure d'une boite de 2500 emplois et 5 usines coutait 16%
- en 2004 la structure d'une boite de 100 emplois et 1 usine coutait entre 45 et 50%
POURQUOI ?
- une prolifération de paperasse qui gonfle les effectifs administratifs et des couts d'imposition en hausse
RÉSULTAT
- une perte de compétitivité
- des pertes d'emplois
LA FAUTE A QUI ?
- à nos zélus qui depuis des décennies plaident pour les emplois de services contre les emplois industriels
- à notre administration papivorace
- à une informatisation qui devait réduire l'administratif (zéro papier) et qui en fait l'a augmenté.....

IL SERAIT TEMPS QUE LES RESPONSABLES SE RÉVEILLENT !
mais ils sont au cœur de tellement de conflits d’intérêts ...........
QUI est l

vangog
- 18/09/2016 - 23:27
@l'enclume Alors, le saccage d'Alstom
est donc le fruit d'une complicité entre Mario Monti et Nicolas Sarkozy, deux hommes dont il ne faut surtout pas retenir les promesses ni les vœux pieux, mais les résultats concrets: Comme pour la Lybie envahie par les généraux Levy et Sarkozy, après quelques années, un désastre total pour Alstom...
l'enclume
- 18/09/2016 - 16:20
Croquinol perd ses nerfs wouah, wouah !!!!!
@2 - "Il devra cependant sortir du capital dans un délai maximal de quatre ans." Ce qui fut fait avec une plus value très importante. Quand au "gros con" alias monsieur je sais tout, Ganesha. ses commentaires sont tellement débiles qu'ils ne méritent qu'un "no comment".