En direct
Best of
Best of du 18 au 24 mai 2019
En direct
© Reuters
Etat perturbateur
Mais pourquoi le préfet d’Eure-et-Loir s’obstine-t-il à mettre des bâtons dans les roues aux 21 communes qui souhaitent rejoindre (les succès de) l’agglomération de Chartres ?
Publié le 16 septembre 2016
Dans cet entretien, le député-maire de Chartres, Jean-Pierre Gorges, revient sur les difficultés rencontrées par certaines communes pour intégrer l'agglomération de Chartres, et plus largement sur les dysfonctionnements de la décentralisation en France. L'occasion également de revenir sur son parcours politique et d'évoquer sa candidature à la présidentielle de 2017.
Ancien cadre dirigeant d'entreprise privée, Jean-Pierre Gorges est maire de Chartres depuis 2001. Il est également député de la première circonscription d'Eure-et- Loir depuis 2002.Son livre La France c'est vous ! vient de paraîtres aux...
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Jean-Pierre Gorges
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Ancien cadre dirigeant d'entreprise privée, Jean-Pierre Gorges est maire de Chartres depuis 2001. Il est également député de la première circonscription d'Eure-et- Loir depuis 2002.Son livre La France c'est vous ! vient de paraîtres aux...
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Dans cet entretien, le député-maire de Chartres, Jean-Pierre Gorges, revient sur les difficultés rencontrées par certaines communes pour intégrer l'agglomération de Chartres, et plus largement sur les dysfonctionnements de la décentralisation en France. L'occasion également de revenir sur son parcours politique et d'évoquer sa candidature à la présidentielle de 2017.

Atlantico : Politique de grands chantiers grâce à un fort volume d'investissements, mixité sociale favorisée par le redéploiement du parc d'habitat social sur l'ensemble de la ville, niveau de dette maîtrisé, etc. Chartres Métropole est une structure intercommunale qui affiche de bons résultats. C'est, vraisemblablement, l'une des raisons pour lesquelles près d'une vingtaine de communes souhaitent la rejoindre. Or cet accroissement de Chartres Métropole semble connaître des difficultés. Pouvez-vous nous expliquer précisément la situation ? Quelles en sont les raisons d'après vous ? 

Jean-Pierre Gorges : Effectivement, 21 communes souhaitent rejoindre l'agglomération en raison de son dynamisme. Elles finiront, très certainement, par obtenir cette autorisation d'intégrer l'agglomération chartraine en vertu de la loi, même si cela risque de prendre du temps. Ces communes souhaitaient rentrer dans l'agglomération de Chartres au 1er janvier 2017 parce qu'il s'agit là de la meilleure date qui soit pour l'intercommunalité en général. Or il leur a été notifié qu'elles n'entreraient pas avant le 1er janvier 2018, et ce sans réelle explication. Pour moi, cela est révélateur d'une décentralisation qui ne fonctionne pas. Les communes souhaitent s'organiser en fonction de leur bassin de vie, de ce qu'elles vivent au quotidien, et ce dans un contexte qui se durcit. La situation actuelle inquiète ces communes qui ont peur que le fait de reculer la date de leur entrée dans l'agglomération ne remette en cause leur choix qui a été voté démocratiquement.

Avant l'échéance du 1er janvier 2018, il y a l'élection présidentielle. Et on sait très bien qu'au moment d'une élection présidentielle, tout peut être remis en cause. 

Votre parcours professionnel, avant la politique, est marqué par le fait que vous soyez directement issu de la société civile. Pensez-vous que cela ait pu constituer une force dans votre action en tant que maire de Chartres et président de Chartres Métropole ?

Je pense qu'effectivement, mon parcours à Chartres Métropole constitue une vraie force dans la mesure où j'ai recours à des procédures auxquelles les personnes ne sont pas habituées. Même si cela peut choquer au départ, ces procédures ont donné des résultats satisfaisants. La population locale l'a bien compris : à chaque élection d'ailleurs, je suis reconduit ; lors du dernier scrutin, j'ai même été élu dès le premier tour.

En revanche, il n'en va pas de même dans le cadre de mes activités de député à Paris. Du fait de mon parcours, n'étant pas du sérail, je passe pour une personne atypique à l'Assemblée nationale. Ainsi, mes propositions sont malheureusement très rarement retenues.

Cette situation, qui est paradoxale, me conduit à dire que la France a un véritable problème : sa forte centralisation, qui provoque un décalage entre les élites politiques et les préoccupations de la population.

La France compte près de 618 000 élus locaux qui font marcher le pays quotidiennement. Le constat que je fais au bout de quinze ans est le suivant : je pense que si vous arrêtez les activités de l'Assemblée nationale pendant un an, la situation de la France pourrait s'améliorer ; en revanche, si vous arrêtez le fonctionnement de la commune pendant un an, celle-ci sera en danger. 95% des élus locaux sont issus, comme moi, de la société civile, je tiens à le préciser. 

Dans quelle mesure votre action et ses résultats, en tant qu'élu municipal, vous ont-ils décidé à vous porter candidat pour la présidentielle de 2017 en tant que candidat "républicain indépendant" ? 

Compte-tenu des résultats affichés par l'agglomération de Chartres et mes trois réélections, je me dis, sans avoir la "grosse tête", que les solutions proposées fonctionnent. Par ailleurs, je trouve terrible de constater, depuis près de quinze ans au sein de la Commission des finances, les échecs de notre pays. Je trouverai donc dommage de quitter la politique sans laisser de trace.

Le système des primaires est vraiment révélateur de cette caste qui souhaite bloquer le dispositif. À l'heure actuelle, les candidats désignés ou potentiels aux primaires de droite et de gauche sont d'anciens ministres qui ont échoué. Je ne veux donc pas passer mon temps à expliquer leurs échecs, mais à présenter et développer mon projet qui est nouveau et différent, et qui s'appuie sur une forte décentralisation, un rapprochement vers les citoyens du processus décisionnel, etc. L'organisation jacobine de la France, qui a fait sa force pendant un temps, finira par tuer le pays. Le meilleur accompagnement à la mondialisation réside dans la décentralisation. 

 

Propos recueillis par Thomas Sila

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.
Rihanna éconduit Neymar, Charlotte Casiraghi & Gad Elmaleh s’ignorent, Anthony & Alain-Fabien Delon se vengent de leur père; Karine Ferri investit lourdement pour son mariage (et invite utile); Johnny Depp : c’est Amber qui l’aurait battu
02.
Après les trottinettes électriques, la prochaine mode pourrait bien être le bâton sauteur
03.
Colis piégé à Lyon : pourquoi la menace terroriste ne parviendra pas à prendre cette élection en otage
04.
Le nombre de cancers du côlon chez les jeunes adultes augmente nettement et voilà pourquoi
05.
LREM, UDI, LR ou abstention ? Petit guide pour ceux qui voudraient (vraiment) voter libéral aux Européennes…
06.
Ce qui explique la nouvelle vague d'eugénisme
07.
Cancer : cette découverte sur le cerveau qui ouvre de prometteuses voies de traitement
01.
Pôle Emploi n’aime pas qu’on dise qu’il est peu efficace dans son accompagnement des chômeurs mais qu’en est-il concrètement ?
02.
Semaine à haut risque pour Emmanuel Macron : les trois erreurs qu’il risque de ne pas avoir le temps de corriger
03.
Burkini à la pisicine municipale : les périlleuses relations de la mairie de Grenoble avec les intégristes musulmans
04.
Cancer : cette découverte sur le cerveau qui ouvre de prometteuses voies de traitement
05.
Immobilier : l’idée folle de la mairie de Grenoble pour protéger les locataires mauvais payeurs
06.
Le nombre de cancers du côlon chez les jeunes adultes augmente nettement et voilà pourquoi
01.
Mondialisation, libre-échange et made in France : l’étrange confusion opérée par François-Xavier Bellamy
02.
Appel des personnes en situation de handicap ou familles concernées pour sauver Vincent Lambert d’une mort programmée
03.
La bombe juridique qui se cache derrière la décision de la Cour d’appel de Paris de sauver Vincent Lambert
04.
Chômage historiquement bas mais travailleurs pauvres : le match Royaume-Uni / Allemagne
05.
Des experts estiment dans un nouveau scénario que la hausse du niveau des océans pourrait dépasser deux mètres d'ici 2100
06.
LREM, UDI, LR ou abstention ? Petit guide pour ceux qui voudraient (vraiment) voter libéral aux Européennes…
Commentaires (0)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
Pas d'autres commentaires