En direct
Best of
Best of du 27 juin au 3 juillet
En direct
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Après avoir massivement accepté le télétravail, les Français commencent à en ressentir les perversions...

02.

HATVP : Pénélope Komitès, adjointe d'Anne Hidalgo, aurait oublié de déclarer 250.000 euros et évoque une "erreur"

03.

Bombe à retardement ? La pandémie a fait chuter les transferts d'argent vers les pays d’origine des immigrés comme jamais auparavant

04.

Horizon 2022 : le sondage qui (re)douche les espoirs de la droite LR

05.

Les bonnes surprises (cachées) du déconfinement pourraient permettre une reprise plus rapide que prévue

06.

Affaire Epstein : Ghislaine Maxwell détiendrait plusieurs vidéos d'actes pédophiles commis chez le milliardaire Jeffrey Epstein

07.

Parc éolien dans le Groenland, une double bonne idée pour l’énergie verte

01.

Ophélie Winter médite à la Réunion; Brigitte Macron se promène lugubre en baskets, Edith Philippe souriante en tongs, Catherine Deneuve cheveux au vent et souliers vernis; Melania Trump abuse de l’auto-bronzant; Benjamin Biolay a une fille cachée

02.

Après avoir massivement accepté le télétravail, les Français commencent à en ressentir les perversions...

03.

Sauver la planète ? Le faux-nez de ces "écologistes" qui détestent l'Homme. Et la liberté

04.

Tesla à 200 milliards de dollars, c’est le casse du siècle digital ou la promesse du monde d’après...

05.

Cet esprit de Munich qui affaiblit la démocratie face à une illusion d’efficacité écologique

06.

Souveraineté numérique : le choix inquiétant fait par la BPI pour l’hébergement des données sur les prêts des entreprises françaises affaiblies par le Covid-19

01.

Jean Castex, une menace bien plus grande pour LR qu’Edouard Philippe ?

02.

Cet esprit de Munich qui affaiblit la démocratie face à une illusion d’efficacité écologique

03.

Le président algérien réclame (encore) des excuses à la France. Quand sera-t-il rassasié ?

04.

Le parti EELV va alerter le CSA après les propos d'Eric Zemmour sur CNEWS dans "Face à l'Info" sur la vague verte et l'islam

05.

Nouvelle explosion des cas de Coronavirus : mais que se passe-t-il aux Etats-Unis ?

06.

Un nouveau Premier ministre pour rien ? Pourquoi la France a plus besoin d’une vision assumée que d’un En-Même-Temps au carré

ça vient d'être publié
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Un garçon sur le pas de la porte" de Anne Tyler : quand la petite vie pépère d’un quadragénaire se déglingue... un petit bijou intimiste et amusant

il y a 14 heures 58 min
pépite vidéo > Politique
Débuts difficiles
Eric Dupond-Moretti a été chahuté par les députés pour ses premiers pas à l’Assemblée nationale
il y a 15 heures 49 min
pépite vidéo > Politique
Cap pour la fin du quiquennat
Remaniement : retrouvez l'entretien du Premier ministre Jean Castex sur RMC - BFMTV
il y a 16 heures 35 min
décryptage > Politique
Intentions de vote

Horizon 2022 : le sondage qui (re)douche les espoirs de la droite LR

il y a 18 heures 23 min
décryptage > France
Moyen sûr de voyager

Le camping-car, star de l’été 2020

il y a 19 heures 30 min
décryptage > Europe
Vers une nouvelle crise politique ?

Irlande du Nord : l’IRA va-t-elle déterrer la hache de guerre ?

il y a 20 heures 21 min
décryptage > Economie
Atlantico Business

Les bonnes surprises (cachées) du déconfinement pourraient permettre une reprise plus rapide que prévue

il y a 21 heures 35 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Dé mem brer" de Joyce Carol Oates : un excellent recueil de 7 nouvelles cinglantes à propos de 7 femmes presque ordinaires

il y a 1 jour 11 heures
pépites > International
Contaminations
Coronavirus au Brésil : le président Jair Bolsonaro a été testé positif
il y a 1 jour 11 heures
light > Politique
Génération Covid
Emmanuel Macron a félicité les nouveaux bacheliers avec un message sur TikTok
il y a 1 jour 13 heures
pépites > Economie
Mesure d'urgence
La région Ile-de-France cesse de payer la RATP et la SNCF, en l'absence d'aide de l'Etat
il y a 15 heures 13 min
pépites > Politique
Déclarations
HATVP : Pénélope Komitès, adjointe d'Anne Hidalgo, aurait oublié de déclarer 250.000 euros et évoque une "erreur"
il y a 16 heures 9 min
décryptage > Politique
Remaniement

Les gouvernements passent, la haute administration demeure (au pouvoir)

il y a 17 heures 11 min
décryptage > Politique
Adieu robe noire

Et le ministre (Dupond-Moretti) brûla ce que l'avocat (Dupond-Moretti) avait adoré !

il y a 19 heures 15 min
décryptage > Economie
Marchés financiers

Ces investisseurs de la Tech qui semblent revenus à l’euphorie pré-bulle de l’an 2000

il y a 19 heures 54 min
décryptage > Politique
Leçons du remaniement

Alerte enlèvement : mais à quoi sert le MoDem ?

il y a 21 heures 2 min
décryptage > Economie
Impact du coronavirus

Bombe à retardement ? La pandémie a fait chuter les transferts d'argent vers les pays d’origine des immigrés comme jamais auparavant

il y a 21 heures 50 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Contre les barbares" de Maurizio Bettini : un roman d’apprentissage bien sombre et trop prévisible malgré des personnages campés avec talent

il y a 1 jour 11 heures
light > Justice
Bombes à retardement
Affaire Epstein : Ghislaine Maxwell détiendrait plusieurs vidéos d'actes pédophiles commis chez le milliardaire Jeffrey Epstein
il y a 1 jour 12 heures
pépites > Politique
Confiance des citoyens ?
Remaniement : les Français approuvent le choix des ministres du gouvernement de Jean Castex mais ne se font pas d'illusion sur la politique qu'ils mèneront
il y a 1 jour 14 heures
© Pixabay
© Pixabay
Jeux en sous-main

Les petits calculs politiques de l'alliance Wauquiez Estrosi qui, main dans la main, refusent d’accueillir leur part de réfugiés

Publié le 16 septembre 2016
Suite au démantèlement de la jungle de Calais et à la décision de répartir les migrants sur le territoire, Christian Estrosi et Laurent Wauquiez se sont opposés à la création de "mini-Calais" dans leurs régions. Une formule bien trouvée qui vise à semer l'effroi dans l'électorat des Républicains afin qu'il se mobilise pour Nicolas Sarkozy lors de la primaire en novembre.
Bruno Larebière
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Journaliste indépendant, spécialisé dans l’étude des droites françaises, Bruno Larebière a été durant dix ans rédacteur en chef de l’hebdomadaire Minute. Il est l’auteur de plusieurs ouvrages dont Jean-Paul II (éd. Chronique, 1998) et De Gaulle (éd....
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Suite au démantèlement de la jungle de Calais et à la décision de répartir les migrants sur le territoire, Christian Estrosi et Laurent Wauquiez se sont opposés à la création de "mini-Calais" dans leurs régions. Une formule bien trouvée qui vise à semer l'effroi dans l'électorat des Républicains afin qu'il se mobilise pour Nicolas Sarkozy lors de la primaire en novembre.

Atlantico : Après l'annonce de la création de centres d'accueil pour migrants en transit, dans l'objectif de démanteler la jungle de Calais, plusieurs élus Les Républicains ont adopté une rhétorique très similaire. Christian Estrosi et Laurent Wauquiez ont notamment critiqué la création de "mini-Calais" dans leurs régions. Au delà du cas d'espèce, quelle peut être la portée politique de cette unité de discours ? 

Bruno Larebière : La formule de "mini-Calais" est une excellente trouvaille, tant elle fait peur – et c’est bien là le but recherché. Bernard Cazeneuve a beau s’indigner de l’emploi de cette expression, qui ne correspond absolument pas à son projet qui est au contraire de démanteler Calais et de répartir les migrants par petites unités à travers toute la France, la formule atteint son objectif, qui est de semer l’inquiétude, et même l’effroi, dans l’électorat des Républicains dans le but de le mobiliser pour la primaire en faveur de leur champion, Nicolas Sarkozy, et de semer le doute dans l’esprit de ceux qui penchent pour Alain Juppé.

Cette offensive est clairement destinée en premier lieu au noyau dur de l’électorat des Républicains, afin de le mobiliser en faveur de Nicolas Sarkozy, dont ils ne vont pas tarder à rappeler que, lui ministre de l’Intérieur, il avait démantelé le camp, que, lui président, il avait renouvelé l’opération – même si, lui président, il a créé la situation en Libye qui a entraîné l’afflux de migrants et le développement inédit de la "jungle".

Dans quelle mesure une telle stratégie peut-elle porter ses fruits ? Quels sont les atouts d'un duo Wauquiez-Estrosi ? Ce duo peut-il espérer "dépasser" le thème de l'l'identité heureuse défendu par Alain Juppé ? Parallèlement, quels sont les obstacles, désaccords et désagréments susceptibles d'enrayer la machine ?

Le problème de Nicolas Sarkozy est évidemment celui d’avoir été président et d’avoir déçu son électorat, de n’avoir pas procédé à la "rupture" promise dans sa campagne de 2007, ce qui lui a déjà coûté sa réélection.

De son côté, Alain Juppé, avec son "identité heureuse", qui est bien sûr un objectif – de la même manière et dans le même esprit que l’est la "France apaisée" de Marine Le Pen –, fait un triple pari : le pari de l’optimisme face au camp du "déclinisme" représenté dans la primaire par Nicolas Sarkozy ; le pari que sa personnalité, apaisée et sereine, séduira plus que celle, agitée et confuse, de l’ancien président ; le pari que son discours lui permettra d’élargir la base électorale de cette primaire.

Car en fait, toute la question est là : si l’électorat de la primaire se réduit à la base des Républicains, Alain Juppé n’a à peu près aucune chance de l’emporter. Si, au contraire, cette primaire mobilise l’ensemble du spectre de la droite et du centre, voire jusqu’à des électeurs de gauche qui voudraient stopper tout de suite le retour de Nicolas Sarkozy, il peut en sortir très largement vainqueur, ce qui ferait de lui, de façon presque certaine, le prochain président de la République.

En durcissant le discours, les sarkozystes espèrent non seulement mobiliser l’électeur de droite mais aussi ancrer l’idée que cette primaire est une affaire interne à la droite, de sorte que tout autre électeur n’ait plus la moindre envie d’y participer. C’est un autre pari car cela peut avoir aussi l’effet inverse mais l’expérience montre que, plus le climat est délétère au sein de la droite, moins ceux qui sont éloignés du noyau dur de ce camp ont envie de s’en mêler, de telle sorte que je fais confiance au camp de Nicolas Sarkozy pour monter en puissance dans les semaines qui viennent…

Il faut dire aussi qu’Alain Juppé donne du grain à moudre à ses adversaires, dans une prise de risque assez étonnante par rapport à la sensibilité de l’électorat des Républicains. Ainsi de sa déclaration estivale dans Le Figaro à propos de la volonté de Nicolas Sarkozy de suspendre le regroupement familial : "A mes yeux, ce n’est pas une attitude humaine", avait-il asséné.

Autre élément à prendre en compte pour comprendre l’offensive sarkozyste : la nécessité d’occuper l’espace, afin de ne laisser aucune marge de manœuvre aux "outsiders" comme François Fillon et Bruno Le Maire.

Qu'est-ce que cette intervention est-elle susceptible de dire de l'importance de la thématique identitaire dans le débat public aujourd'hui ? Nicolas Sarkozy arrive-t-il encore à donner le la ?

S’il est un point sur lequel la quasi-totalité de la classe politique est d’accord, c’est que la thématique identitaire sera au cœur de la prochaine campagne présidentielle. Manuel Valls l’a dit clairement début avril : "Bien sûr, il y a l’économie et le chômage, mais l’essentiel, c’est la bataille culturelle et identitaire."

Pour employer une expression plus neutre, chacun s’apprête à faire campagne sur la question centrale de l’"insécurité culturelle", selon le titre d’un ouvrage de Laurent Bouvet. Avec des réponses évidemment diamétralement opposées.

Dans son discours prononcé salle Wagram, vendredi dernier, François Hollande a, par exemple, posé très clairement les termes de ce que sera sa campagne pour sa réélection, une campagne axée sur la "cohésion nationale", sur le modèle de celle qu’avait menée François Mitterrand en 1988 au nom de "la France unie". Elle se déclinera dans tous les domaines mais la toile de fond en sera très clairement l’"esprit du 11 janvier", autrement dit le "vivre ensemble".

Ce qui est intéressant, c’est qu’on retrouve sensiblement la même thématique entre les deux favoris de la primaire de la droite et du centre, entre un Nicolas Sarkozy qui prend et fait prendre par ses lieutenants une attitude tranchée sur cette thématique identitaire, et un Alain Juppé qui, après avoir hésité, a décidé d’enfoncer le clou sur l’"identité heureuse". Ce qui donne déjà au deuxième tour de la primaire, tel qu’il est annoncé, un petit air de répétition générale d’un second tour de présidentielle.

Jean-Christophe Cambadélis s'étonnait récemment des discours respectifs entre LR et FN, estimant que Marine Le Pen aurait sa place dans la primaire de la droite et du centre. Assiste-t-on effectivement à un inversement en matière de posture ? Pour quelles conséquences politiques ?

La confusion est à son comble.

D’un côté, Marine Le Pen adoucit son discours, comme on a pu le voir dimanche dernier lors de son passage sur TF1, où, de façon étonnante, elle a évoqué un islam "laïcisé par les Lumières" compatible avec la République, de l’autre, le camp sarkozyste ne cède pas un pouce à ce que l’électorat identifie comme étant le cœur du projet de Marine Le Pen, celui de la lutte contre l’immigration, étant entendu que, dans l’esprit du public, immigration et propagation de l’islam ne constituent qu’un seul sujet, même si la problématique est plus complexe que cela. D’où les deux tweets du premier secrétaire du PS lundi dernier : "Marine Le Pen paraît tellement apaisée qu’elle pourrait participer à la primaire des Républicains. Et pendant ce temps Nicolas Sarkozy surfe sur les thèmes du Front national."

Mais ne s’agit-il que de "postures" ? Si les propos de Christian Estrosi en sont une, assurément – n’est-ce pas le même Christian Estrosi qui s’est fait élire à la tête du conseil régional de Paca en se posant en "résistant" face à Marion Maréchal-Le Pen ? –, ceux de la présidente du Front national n’en sont pas forcément une, ou pas uniquement. Certes, Marine Le Pen s’inscrit dans une stratégie d’affrontement avec Nicolas Sarkozy au deuxième tour de la présidentielle, et vise à séduire, ou à tout le moins à neutraliser, l’électorat de gauche, afin d’éviter la constitution d’un "front républicain" contre son accession à la présidence de la République, mais on ne peut balayer d’un revers de main les récents propos d’Eric Zemmour.

Lundi dernier sur LCI, Eric Zemmour, qui la connaît bien, a affirmé que Marine Le Pen "a toujours été de gauche", rappelant qu’il disait cela depuis la présidentielle de 2012. Il ne visait pas là que son programme économique puisqu’il a ajouté : "Identitairement aussi". Il ne s’en fallait pas de beaucoup pour qu’il ajoute, parodiant Cambadélis, qu’elle aurait toute sa place… dans la primaire de la gauche !

Eric Zemmour a été raillé pour ce propos mais il ne faudrait pas le prendre à la légère car il existe en effet un profond décalage – je parlerais même de malentendu – entre ce que veut et pense Marine Le Pen, et ce que ses électeurs pensent qu’elle ferait si elle était élue. Or l’un des enjeux de la campagne présidentielle, qui va être longue, est justement de savoir si ce malentendu persistera ou s’il finira par être levé. Dans la deuxième hypothèse, cela plongerait une part de ses électeurs dans le plus grand désarroi.

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Commentaires (4)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
Atlantica75000
- 16/09/2016 - 22:43
je n'en veux pas. Sans avoir à "calculer"
"tant elle fait peur" Pas à vous M. l'auteur ?
"répartir les migrants par petites unités". Quel discours lénifiant ! Un nouveau porte-parole de cet incapable de Cazeneuve !
lafronde
- 16/09/2016 - 15:17
Présidentielles : un scrutin trop réducteur.
Deux (ou trois) thématiques majeures pour 2017. L'emploi et l'identité jamais traités efficacement. Le 1er depuis 40 ans. Le 2d depuis 20 ans. J'ajouterais la Liberté, mise à mal dans notre République. Liberté économique niée pour nombre de producteurs, réduisant les uns à cesser leur activité, les autres rester au chômage. Liberté politique et liberté de la Presse. Niées par une République liberticide, punissant davantage les opinions dissidente sur l'identité, que les crimes sur les personnes. Nous avons plusieurs dimensions politiques : Liberté vs Etat, dans les champ économique et sociétaux, Identité vs libre circulation, Nation et Islam. Un seul scrutin avec son score binaire ne permet pas de représenter le pays, c'est d'ailleurs le rôle du Parlement, de la Députation. C'est lors de ces Législatives que le citoyen a le plus de chance de se faire entendre, ne serait-ce que par proximité géographique avec les candidats. Ne pas hésiter à les solliciter sur leur programme, mais surtout sur vos demandes et vos craintes. Citoyens ! Coordonnez-vous localement pour faire vivre une société civile qui défende vos intérêts locaux ! Think globally, Act locally !
vangog
- 16/09/2016 - 13:04
Quels faux-culs, ces Estrosi-les 20 mosquées,
Sarko-le-tricheur et Wauquiez! Ils ont soutenu un gouvernement qui a importé un million d'immigrés ( dont 90% de musulmans...) en cinq ans, sans compter les clandestins de Calais, qui existait déjà, et disent Stop, aujourd'hui, alors qu'ils ne sont plus au gouvernement, mais au contact direct du peuple qui continue de subir leur immigrationnisme béât...ces politiciens véreux n'ont aucune cohérence, et vous pouvez être certains que, s'ils reprennent le pouvoir, loin du peuple, ils re-importeront un million d'étrangers, pour créer l'ersatz de croissance qu'ils ne savent plus générer naturellement...