En direct
Best of
Best of du samedi 9 au vendredi 15 novembre
En direct
Flash-actu
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Ile-de-France : un nouveau pass Navigo plus pratique pour les usagers occasionnels

02.

Capucine Anav & Alain-Fabien victimes de la santé d'Alain Delon, les hebdos people très inquiets pour celle de Catherine Deneuve. Et pour la sécurité du bébé de Nabilla (aux mains d'UN baby sitter sorti de prison); Kate & Meghan s'ignorent ouvertement

03.

Retraites : le modèle suédois ne va pas si mal que ça, merci

04.

Nintendo Switch : l'UFC-Que choisir dénonce "l'obsolescence programmée" des manettes

05.

La fusion nucléaire pourrait-elle être notre bouée de sauvetage énergétique ?

06.

Le surprenant silence du Hamas dans l’affrontement entre Israël et djihad islamique palestinien

07.

Les hyper riches croulent sous des montagnes de cash mais l’excès de liquidités tue leur richesse

01.

Et si l’univers était une sphère fermée ? C’est ce que pourraient suggérer des observations de l’Agence spatiale européenne

02.

Le sondage qui fait peur sur l’état intellectuel de la fonction publique

03.

Finkielkraut, apologiste du viol ? Bullshit au carré sur les réseaux sociaux

04.

Vérité des chiffres : il faudrait ouvrir une centrale nucléaire par jour dans le monde pour respecter l’objectif d’émissions carbone zéro en 2050

05.

Julie Graziani : « Criminaliser les idées et les mots, c’est empêcher de réfléchir »

06.

Les hyper riches croulent sous des montagnes de cash mais l’excès de liquidités tue leur richesse

01.

Notre-Dame de Paris : Jean-Louis Georgelin rappelle à l’ordre l’architecte des monuments historiques et lui demande de "fermer sa gueule"

02.

Et si l’univers était une sphère fermée ? C’est ce que pourraient suggérer des observations de l’Agence spatiale européenne

03.

Crise (permanente) à l’hôpital : mais que faisons-nous donc de nos prélèvements obligatoires records ?

04.

Finkielkraut, apologiste du viol ? Bullshit au carré sur les réseaux sociaux

05.

Toujours plus… sauf sur le terrain idéologique : la diversité selon Delphine Ernotte

06.

Emmanuel Macron et sa névrose de l’ennemi

ça vient d'être publié
light > High-tech
Jeu de vilains
Nintendo Switch : l'UFC-Que choisir dénonce "l'obsolescence programmée" des manettes
il y a 14 heures 52 min
light > Société
Transports
Ile-de-France : un nouveau pass Navigo plus pratique pour les usagers occasionnels
il y a 15 heures 25 min
pépites > France
Chaos
Gilets jaunes : en raison des violences, la préfecture a décidé d'interdire la manifestation prévue cet après-midi
il y a 16 heures 29 min
pépites > Environnement
Volte-face
Huile de palme : l'Assemblée vote finalement pour la suppression de l'avantage fiscal
il y a 16 heures 57 min
décryptage > Culture
Atlanti-Culture

La Fabrique des salauds : Un livre-choc, un roman-fleuve aussi dérangeant qu’indispensable sur l’histoire allemande du XXe siècle

il y a 18 heures 10 min
décryptage > France
Censure

Alerte météo sur la liberté d’expression

il y a 20 heures 55 min
décryptage > Société
Polémique

Culture du viol, polémiques et gadgétisation du débat public

il y a 21 heures 19 min
décryptage > France
Crise de foi (en l’avenir)

Vague à l’âme démocratique : 30 ans après la chute du mur de Berlin, la France et l’Europe de l’Ouest en plein désenchantement

il y a 21 heures 42 min
décryptage > Science
Bonnes feuilles

Quand l'échange avec autri stimule notre cerveau : les atouts de l'intelligence collective décryptés

il y a 22 heures 5 min
décryptage > Santé
Bonnes feuilles

Les principaux outils et les solutions médicales de demain pour lutter efficacement contre les maladies cardio-vasculaires

il y a 22 heures 8 min
Pas bien
Un tiers des Français avoue avoir déjà fraudé son assurance
il y a 15 heures 7 min
pépites > France
Enquête
Projet d'attentat contre Emmanuel Macron : deux hommes mis en examen
il y a 15 heures 52 min
pépites > France
Prudence
Pluies et inondations : des départements du sud-ouest en vigilance orange
il y a 16 heures 46 min
décryptage > Culture
Atlanti-Culture

"Orbital, tome 8 : contacts" : Orbital, une série qui tourne rond

il y a 18 heures 6 min
décryptage > Media
L'art de la punchline

Un 15 novembre en tweets : Jean-Sébastien Ferjou en 280 caractères

il y a 20 heures 16 min
décryptage > International
A l'écart

Le surprenant silence du Hamas dans l’affrontement entre Israël et djihad islamique palestinien

il y a 21 heures 12 min
décryptage > France
Soif de populisme

Mais que révèlent les attentes paradoxales des Français vis-à-vis des Gilets jaunes ?

il y a 21 heures 31 min
rendez-vous > Media
Revue de presse people
Capucine Anav & Alain-Fabien victimes de la santé d'Alain Delon, les hebdos people très inquiets pour celle de Catherine Deneuve. Et pour la sécurité du bébé de Nabilla (aux mains d'UN baby sitter sorti de prison); Kate & Meghan s'ignorent ouvertement
il y a 21 heures 49 min
décryptage > Histoire
Bonnes feuilles

Le jour où Howard Carter et Lord Carnarvon ont découvert les trésors cachés et les vestiges du tombeau de Toutankhamon

il y a 22 heures 7 min
décryptage > Economie
Bonnes feuilles

Un virage libéral sauvera-t-il la France d'Emmanuel Macron ?

il y a 22 heures 9 min
© Reuters
© Reuters
Caillou dans la chaussure

Et Alain Juppé envoya un petit tacle à Bruno Le Maire… Mais au fait, pour quel candidat de droite le chantre du "renouveau" représente-t-il le plus grand danger ?

Publié le 16 septembre 2016
Alors que les petites phrases se succèdent à droite en cette période de campagne pour la primaire, c'est au tour d'Alain Juppé de cibler subtilement... Bruno Le Maire. En souhaitant incarner le renouveau chez Les Républicains, ce dernier compte bien jouer sa carte jusqu'au bout, lui qui pourrait bien prendre des voix à tous ses principaux concurrents.
Bruno Jeudy est rédacteur en chef Politique et Économie chez Paris Match. Spécialiste de la droite, il est notamment le co-auteur du livre Le Coup monté, avec Carole Barjon.
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Bruno Jeudy
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Bruno Jeudy est rédacteur en chef Politique et Économie chez Paris Match. Spécialiste de la droite, il est notamment le co-auteur du livre Le Coup monté, avec Carole Barjon.
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Alors que les petites phrases se succèdent à droite en cette période de campagne pour la primaire, c'est au tour d'Alain Juppé de cibler subtilement... Bruno Le Maire. En souhaitant incarner le renouveau chez Les Républicains, ce dernier compte bien jouer sa carte jusqu'au bout, lui qui pourrait bien prendre des voix à tous ses principaux concurrents.

Atlantico : Alors qu'Alain Juppé a adressé ce mardi une petite pique à Bruno Le Maire et sa proposition de supprimer l'ENA, estimant que cela "revenait à faire du neuf avec du très vieux", pour quel candidat à la primaire de la droite le député de l'Eure représente-t-il le plus grand danger ?

Bruno Jeudy : Bruno Le Maire est potentiellement un danger pour tous les candidats de la primaire de la droite et du centre, en tous cas pour ce qui est des favoris présumés (Alain Juppé et Nicolas Sarkozy). Premièrement parce que c'est un quadragénaire, et ensuite parce que c'est un nouveau venu dans la catégorie des présidentiables. Enfin, il a déjà réalisé une belle percée à l'occasion de l'élection pour la présidence de l'UMP en 2014, où il a montré en flirtant avec les 30% des qualités de détermination, une capacité à ne pas "avoir peur" de Nicolas Sarkozy et une aptitude à venir troubler l'ordre établi à droite.

Avec son discours qui embrasse un peu toutes les tendances de la droite, il est capable de ratisser assez large.

Il peut prendre des voix à Alain Juppé avec son côté villepino-chiraquien et son parcours d'énarque, et haut fonctionnaire pondéré.

Il peut aussi en prendre à Nicolas Sarkozy car il a plutôt durci son discours depuis le début de la campagne sur les questions régaliennes et son côté anti-mai 68 (discours sur l'éducation, etc.).

Enfin, en matière économique, il concurrence François Fillon même s'il va moins loin que lui dans ses options libérales. Il a un discours un peu plus en rupture avec la doxa classique de l'étatisme économique de droite.

Il représente donc un caillou dans la chaussure d'un peu tout le monde à droite.

Depuis le début de la campagne, Bruno Le Maire prend soin de ne pas s'impliquer dans la lutte que se livrent les deux favoris, Alain Juppé et Nicolas Sarkozy. Alors que son soutien sera sans doute très convoité pour le deuxième tour de la primaire, de quoi dépendra selon vous l'obtention de ce soutien (scores des uns et des autres, positionnements politiques, promesses d'une place de choix en 2017…) ?

Bruno Le Maire axe toute sa campagne sur le thème "j'incarne le renouveau alors que mes concurrents sont des hommes du passé". Il met donc dans le même sac Nicolas Sarkozy (ancien Président), Alain Juppé et François Fillon (anciens Premiers ministres). Il tente de jouer l'homme neuf. Peut-être surjoue-t-il un peu le renouveau, mais cela le conduit à aller assez loin dans la rupture avec ses aînés. Il y a effectivement un petit côté bravache chez lui : il répète qu'il va gagner, il refuse de donner le moindre signe pouvant être interprété comme une inclinaison envers Alain Juppé ou Nicolas Sarkozy, il répète qu'il ne veut pas de poste, etc.

En même temps, Nicolas Sarkozy a déjà plus ou moins "vendu" Matignon à François Baroin, la présidence de l'Assemblée nationale à Christian Jacob et la présidence du parti à Laurent Wauquiez. Il n'a donc plus beaucoup de cartes dans sa manche. Quant à Alain Juppé, il refuse de rentrer dans ce jeu-là et de désigner un Premier ministre, ce qui est peut-être une stratégie plus prudente.

Je pense sincèrement que Bruno Le Maire ne veut aucun poste pour l'instant, pas même celui de Premier ministre. S'il joue quelque chose, c'est plutôt la présidentielle de 2022. Mais forcément, il pèsera lourd dans l'entre-deux-tours, et la logique – on l'a vu avec la primaire socialiste de 2011 – sera d'aller vers celui qui sera le mieux placé pour la victoire. Restera à ce moment-là à trouver un discours compatible avec le futur vainqueur.

Quels sont les principaux écueils que doit désormais éviter Bruno Le Maire dans cette campagne ?

Bruno Le Maire, qui a baissé dans les sondages depuis la rentrée, pense qu'il a sans doute un peu surjoué le coup du renouveau. C'est un bon concept pour démarrer une campagne, mais il nécessite maintenant d'être alimenté par du contenu. Il doit donc moins parler de renouveau et montrer davantage ce qu'il pourrait vraiment faire. C'est la condition sine qua non pour relancer sa campagne à moins de deux mois du scrutin.

Il doit par ailleurs faire attention à ce que le renouveau qu'il met tant en avant ne soit pas finalement incarné par Emmanuel Macron. Même si ce dernier n'est pas candidat à la primaire de la droite, on constate que dans l'opinion c'est peut-être plus l'ancien ministre de l'Économie qui incarne ce renouveau que Bruno Le Maire. Et ce, même si les deux se sont donnés rendez-vous au deuxième tour de la présidentielle lors de leur rencontre impromptue au salon de la coiffure.

Alors qu'ils sont tous deux au coude à coude pour la troisième place de cette primaire dans le dernier sondage Ifop-Fiducial, François Fillon n'est-il pas celui qui aurait le plus à craindre de Bruno Le Maire ? S'il perd sa place de troisième homme, la carrière politique de François Fillon ne subirait-elle pas un grand coup d'arrêt ?

Il est vrai qu'il y a actuellement une âpre bataille pour la troisième place. Bruno Le Maire a pâti d'une rentrée en demi-teinte, sans doute va-t-il donc jouer gros le week-end prochain en réunissant ses amis à Sète. Il recule dans les sondages, il était plutôt 3-4 points au-dessus avant l'été. François Fillon stagne lui aussi aux alentours des 10% et joue sans doute plus gros que son ancien ministre.

Pour lui, c'est la présidentielle ou rien du tout. La carrière d'un homme politique n'est jamais terminée tant qu'il n'a pas lui-même annoncé son retrait, mais un revers au premier tour de la primaire marquerait assurément un échec cuisant pour François Fillon. Il vise la présidentielle, ce n'est un secret pour personne. Il a déjà été à Matignon et a occupé à peu près tous les postes de la République, on ne voit donc pas trop ce qui pourrait encore le motiver à part ça. Il n'est pas dans la même situation que Bruno Le Maire, qui peut attendre le coup suivant ou même celui d'après.

Propos recueillis par Benjamin Jeanjean.

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Ile-de-France : un nouveau pass Navigo plus pratique pour les usagers occasionnels

02.

Capucine Anav & Alain-Fabien victimes de la santé d'Alain Delon, les hebdos people très inquiets pour celle de Catherine Deneuve. Et pour la sécurité du bébé de Nabilla (aux mains d'UN baby sitter sorti de prison); Kate & Meghan s'ignorent ouvertement

03.

Retraites : le modèle suédois ne va pas si mal que ça, merci

04.

Nintendo Switch : l'UFC-Que choisir dénonce "l'obsolescence programmée" des manettes

05.

La fusion nucléaire pourrait-elle être notre bouée de sauvetage énergétique ?

06.

Le surprenant silence du Hamas dans l’affrontement entre Israël et djihad islamique palestinien

07.

Les hyper riches croulent sous des montagnes de cash mais l’excès de liquidités tue leur richesse

01.

Et si l’univers était une sphère fermée ? C’est ce que pourraient suggérer des observations de l’Agence spatiale européenne

02.

Le sondage qui fait peur sur l’état intellectuel de la fonction publique

03.

Finkielkraut, apologiste du viol ? Bullshit au carré sur les réseaux sociaux

04.

Vérité des chiffres : il faudrait ouvrir une centrale nucléaire par jour dans le monde pour respecter l’objectif d’émissions carbone zéro en 2050

05.

Julie Graziani : « Criminaliser les idées et les mots, c’est empêcher de réfléchir »

06.

Les hyper riches croulent sous des montagnes de cash mais l’excès de liquidités tue leur richesse

01.

Notre-Dame de Paris : Jean-Louis Georgelin rappelle à l’ordre l’architecte des monuments historiques et lui demande de "fermer sa gueule"

02.

Et si l’univers était une sphère fermée ? C’est ce que pourraient suggérer des observations de l’Agence spatiale européenne

03.

Crise (permanente) à l’hôpital : mais que faisons-nous donc de nos prélèvements obligatoires records ?

04.

Finkielkraut, apologiste du viol ? Bullshit au carré sur les réseaux sociaux

05.

Toujours plus… sauf sur le terrain idéologique : la diversité selon Delphine Ernotte

06.

Emmanuel Macron et sa névrose de l’ennemi

Commentaires (3)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
assougoudrel
- 15/09/2016 - 16:37
Le vieux Pelé a
taclé Ronaldo. Il coure vite encore, l'ancien.
lasenorita
- 15/09/2016 - 14:51
Ali Juppé,le lèche-babouches.
Tous les moyens sont bons pour Juppé pour avoir ''le pouvoir'' ainsi il donne l'argent des contribuables aux musulmans afin qu'ils construisent, à Bordeaux, une grande mosquée... parce que les musulmans ont le droit de vote chez nous!. .Juppé a demandé à Hollande de décorer de la Légion d'Honneur l'iman de Bordeaux bien que celui-ci soit un islamiste reconnu...voir http://www.libertepolitique.com/Actualite/Coup-de-projecteur/Alain-Juppe-et-son-mentor-Tareq-Oubrose-l-islamiste-pur-jus si Juppé est choisi pour être le candidat ''de droite'' je voterai F.N...
POLITQ
- 15/09/2016 - 11:07
JUPPE?... MECHANT?...
Ah Ah Ah!!!... Tellement volontaire le Juppé.... On l'a vu en 95.... Elevé par Chirac... le "grand méchant mou"... toujours prêt à s'écraser pour tout, il a bien retenu les leçons de son maître. A Bordeaux qu'a-t-il fait ? Ruiné les transports en commun avec le tram qui ne sert qu'à 5% de la population, jamais pris la décision d'un grand contournement pour le trafic international, embouteillages de +en+ cataclysmiques, a pris une brosse pour gratter les façades, et dit ensuite "c'est moi qui ait fait la belle ville de Bx", ah oui ? La Garonne et les bâtiments des XVII et XVIII siècles installés par Juppé?.... C'est répugnant. Que Srko lui repasse devant, tant mieux. Même si j'attends Marine....