En direct
Best of
Best of du 21 au 27 novembre
En direct
ça vient d'être publié
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Clint et moi" de Eric Libiot : à la fois amusante et érudite, l’exploration d’un géant du cinéma américain par un critique de grande notoriété

il y a 2 heures 21 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

Exposition "Voyage sur la route du Kisokaidō, de Hiroshige à Kuniyoshi" au Musée Cernuschi : les relais-étapes de la route emblématique du Kisokaidō par les maîtres de l'estampe japonaise du XIXe siècle, 150 œuvres magnifiques

il y a 2 heures 44 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Je ne vis que pour toi" de Emmanuelle de Boysson : le Paris saphique, littéraire et artistique du début du XXe siècle. Un mélange subtil de fiction et de réel

il y a 3 heures 25 min
pépites > Justice
Justice
Affaire Carlos Ghosn : Rachida Dati a été placée sous le statut de témoin assisté
il y a 5 heures 37 min
pépites > Terrorisme
Justice
Attentat de la rue des Rosiers : la Norvège autorise l'extradition d'un suspect vers la France
il y a 6 heures 50 min
pépites > International
Opération spéciale ?
Iran : un responsable du programme nucléaire, Mohsen Fakhrizadeh, aurait été assassiné
il y a 7 heures 18 min
rendez-vous > Consommation
Atlantic-tac
Quand Cédric se veut soutenable et quand Franck prend son pied : c’est l’actualité frimaire des montres
il y a 9 heures 18 min
pépites > Religion
Vatican
Coronavirus : une crise qui révèle ce qu'il y a dans nos coeurs estime le pape dans une longue tribune publiée par le New York Times où il évoque en détail la grave maladie qui l'a touché dans sa jeunesse
il y a 11 heures 6 min
décryptage > Politique
Stratégie de lutte contre le virus

Pour protéger mamie du Covid, le gouvernement veut la pousser dans les orties

il y a 12 heures 17 min
pépites > Politique
Couac
Article 24 : le ministre des Relations avec le Parlement déclare que les députés auront le dernier mot
il y a 12 heures 55 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Le pouvoir de la destruction créatrice" de Philippe Aghion, Céline Antonin et Simon Bunel : le capitalisme ? Une formidable capacité à créer de la croissance grâce à son pouvoir de destruction… Remarquable démonstration

il y a 2 heures 31 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"L'historiographe du royaume" de Maël Renouard : à la cour d'Hassan II, les caprices d’un roi et le sort du courtisan malgré lui. De belles pages romanesques mais quelques digressions sans intérêt pour le récit

il y a 3 heures 12 min
pépites > Politique
Ces images "nous font honte"
Producteur passé à tabac par des policiers : Emmanuel Macron réagit dans un long texte sur Facebook
il y a 3 heures 52 min
pépites > France
Lutte contre le séparatisme
Le CCIF, menacé de dissolution par le gouvernement, annonce s'être auto-dissous
il y a 6 heures 25 min
pépites > Politique
Couac
Castex en marche arrière toute : finalement la "commission indépendante" ne réécrira pas l'article 24 de la loi "sécurité globale"
il y a 7 heures 8 min
light > Media
Esprit Canal
Sébastien Thoen aurait été viré de Canal+ après sa parodie de Pascal Praud pour Winamax
il y a 7 heures 38 min
light > Religion
Archéologie
Un archéologue britannique fouille les décombres d'une maison, située sous un couvent de Nazareth, qu'il croit être celle où le Christ a vécu enfant
il y a 10 heures 26 min
décryptage > High-tech
Usage d'Internet

Nos e-mails sont-ils vraiment une menace pour l'environnement ?

il y a 11 heures 41 min
pépite vidéo > Politique
"Images insoutenables"
Producteur tabassé : Agnès Pannier-Runacher estime que les policiers "ont franchi la ligne rouge"
il y a 12 heures 42 min
décryptage > Justice
Législation

Haine en ligne : à Bruxelles comme à Paris, une réponse législative pas à la hauteur du défi sociétal

il y a 12 heures 57 min
© Reuters
© Reuters
Caillou dans la chaussure

Et Alain Juppé envoya un petit tacle à Bruno Le Maire… Mais au fait, pour quel candidat de droite le chantre du "renouveau" représente-t-il le plus grand danger ?

Publié le 16 septembre 2016
Alors que les petites phrases se succèdent à droite en cette période de campagne pour la primaire, c'est au tour d'Alain Juppé de cibler subtilement... Bruno Le Maire. En souhaitant incarner le renouveau chez Les Républicains, ce dernier compte bien jouer sa carte jusqu'au bout, lui qui pourrait bien prendre des voix à tous ses principaux concurrents.
Bruno Jeudy
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Bruno Jeudy est rédacteur en chef Politique et Économie chez Paris Match. Spécialiste de la droite, il est notamment le co-auteur du livre Le Coup monté, avec Carole Barjon.
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Alors que les petites phrases se succèdent à droite en cette période de campagne pour la primaire, c'est au tour d'Alain Juppé de cibler subtilement... Bruno Le Maire. En souhaitant incarner le renouveau chez Les Républicains, ce dernier compte bien jouer sa carte jusqu'au bout, lui qui pourrait bien prendre des voix à tous ses principaux concurrents.

Atlantico : Alors qu'Alain Juppé a adressé ce mardi une petite pique à Bruno Le Maire et sa proposition de supprimer l'ENA, estimant que cela "revenait à faire du neuf avec du très vieux", pour quel candidat à la primaire de la droite le député de l'Eure représente-t-il le plus grand danger ?

Bruno Jeudy : Bruno Le Maire est potentiellement un danger pour tous les candidats de la primaire de la droite et du centre, en tous cas pour ce qui est des favoris présumés (Alain Juppé et Nicolas Sarkozy). Premièrement parce que c'est un quadragénaire, et ensuite parce que c'est un nouveau venu dans la catégorie des présidentiables. Enfin, il a déjà réalisé une belle percée à l'occasion de l'élection pour la présidence de l'UMP en 2014, où il a montré en flirtant avec les 30% des qualités de détermination, une capacité à ne pas "avoir peur" de Nicolas Sarkozy et une aptitude à venir troubler l'ordre établi à droite.

Avec son discours qui embrasse un peu toutes les tendances de la droite, il est capable de ratisser assez large.

Il peut prendre des voix à Alain Juppé avec son côté villepino-chiraquien et son parcours d'énarque, et haut fonctionnaire pondéré.

Il peut aussi en prendre à Nicolas Sarkozy car il a plutôt durci son discours depuis le début de la campagne sur les questions régaliennes et son côté anti-mai 68 (discours sur l'éducation, etc.).

Enfin, en matière économique, il concurrence François Fillon même s'il va moins loin que lui dans ses options libérales. Il a un discours un peu plus en rupture avec la doxa classique de l'étatisme économique de droite.

Il représente donc un caillou dans la chaussure d'un peu tout le monde à droite.

Depuis le début de la campagne, Bruno Le Maire prend soin de ne pas s'impliquer dans la lutte que se livrent les deux favoris, Alain Juppé et Nicolas Sarkozy. Alors que son soutien sera sans doute très convoité pour le deuxième tour de la primaire, de quoi dépendra selon vous l'obtention de ce soutien (scores des uns et des autres, positionnements politiques, promesses d'une place de choix en 2017…) ?

Bruno Le Maire axe toute sa campagne sur le thème "j'incarne le renouveau alors que mes concurrents sont des hommes du passé". Il met donc dans le même sac Nicolas Sarkozy (ancien Président), Alain Juppé et François Fillon (anciens Premiers ministres). Il tente de jouer l'homme neuf. Peut-être surjoue-t-il un peu le renouveau, mais cela le conduit à aller assez loin dans la rupture avec ses aînés. Il y a effectivement un petit côté bravache chez lui : il répète qu'il va gagner, il refuse de donner le moindre signe pouvant être interprété comme une inclinaison envers Alain Juppé ou Nicolas Sarkozy, il répète qu'il ne veut pas de poste, etc.

En même temps, Nicolas Sarkozy a déjà plus ou moins "vendu" Matignon à François Baroin, la présidence de l'Assemblée nationale à Christian Jacob et la présidence du parti à Laurent Wauquiez. Il n'a donc plus beaucoup de cartes dans sa manche. Quant à Alain Juppé, il refuse de rentrer dans ce jeu-là et de désigner un Premier ministre, ce qui est peut-être une stratégie plus prudente.

Je pense sincèrement que Bruno Le Maire ne veut aucun poste pour l'instant, pas même celui de Premier ministre. S'il joue quelque chose, c'est plutôt la présidentielle de 2022. Mais forcément, il pèsera lourd dans l'entre-deux-tours, et la logique – on l'a vu avec la primaire socialiste de 2011 – sera d'aller vers celui qui sera le mieux placé pour la victoire. Restera à ce moment-là à trouver un discours compatible avec le futur vainqueur.

Quels sont les principaux écueils que doit désormais éviter Bruno Le Maire dans cette campagne ?

Bruno Le Maire, qui a baissé dans les sondages depuis la rentrée, pense qu'il a sans doute un peu surjoué le coup du renouveau. C'est un bon concept pour démarrer une campagne, mais il nécessite maintenant d'être alimenté par du contenu. Il doit donc moins parler de renouveau et montrer davantage ce qu'il pourrait vraiment faire. C'est la condition sine qua non pour relancer sa campagne à moins de deux mois du scrutin.

Il doit par ailleurs faire attention à ce que le renouveau qu'il met tant en avant ne soit pas finalement incarné par Emmanuel Macron. Même si ce dernier n'est pas candidat à la primaire de la droite, on constate que dans l'opinion c'est peut-être plus l'ancien ministre de l'Économie qui incarne ce renouveau que Bruno Le Maire. Et ce, même si les deux se sont donnés rendez-vous au deuxième tour de la présidentielle lors de leur rencontre impromptue au salon de la coiffure.

Alors qu'ils sont tous deux au coude à coude pour la troisième place de cette primaire dans le dernier sondage Ifop-Fiducial, François Fillon n'est-il pas celui qui aurait le plus à craindre de Bruno Le Maire ? S'il perd sa place de troisième homme, la carrière politique de François Fillon ne subirait-elle pas un grand coup d'arrêt ?

Il est vrai qu'il y a actuellement une âpre bataille pour la troisième place. Bruno Le Maire a pâti d'une rentrée en demi-teinte, sans doute va-t-il donc jouer gros le week-end prochain en réunissant ses amis à Sète. Il recule dans les sondages, il était plutôt 3-4 points au-dessus avant l'été. François Fillon stagne lui aussi aux alentours des 10% et joue sans doute plus gros que son ancien ministre.

Pour lui, c'est la présidentielle ou rien du tout. La carrière d'un homme politique n'est jamais terminée tant qu'il n'a pas lui-même annoncé son retrait, mais un revers au premier tour de la primaire marquerait assurément un échec cuisant pour François Fillon. Il vise la présidentielle, ce n'est un secret pour personne. Il a déjà été à Matignon et a occupé à peu près tous les postes de la République, on ne voit donc pas trop ce qui pourrait encore le motiver à part ça. Il n'est pas dans la même situation que Bruno Le Maire, qui peut attendre le coup suivant ou même celui d'après.

Propos recueillis par Benjamin Jeanjean.

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Commentaires (3)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
assougoudrel
- 15/09/2016 - 16:37
Le vieux Pelé a
taclé Ronaldo. Il coure vite encore, l'ancien.
lasenorita
- 15/09/2016 - 14:51
Ali Juppé,le lèche-babouches.
Tous les moyens sont bons pour Juppé pour avoir ''le pouvoir'' ainsi il donne l'argent des contribuables aux musulmans afin qu'ils construisent, à Bordeaux, une grande mosquée... parce que les musulmans ont le droit de vote chez nous!. .Juppé a demandé à Hollande de décorer de la Légion d'Honneur l'iman de Bordeaux bien que celui-ci soit un islamiste reconnu...voir http://www.libertepolitique.com/Actualite/Coup-de-projecteur/Alain-Juppe-et-son-mentor-Tareq-Oubrose-l-islamiste-pur-jus si Juppé est choisi pour être le candidat ''de droite'' je voterai F.N...
POLITQ
- 15/09/2016 - 11:07
JUPPE?... MECHANT?...
Ah Ah Ah!!!... Tellement volontaire le Juppé.... On l'a vu en 95.... Elevé par Chirac... le "grand méchant mou"... toujours prêt à s'écraser pour tout, il a bien retenu les leçons de son maître. A Bordeaux qu'a-t-il fait ? Ruiné les transports en commun avec le tram qui ne sert qu'à 5% de la population, jamais pris la décision d'un grand contournement pour le trafic international, embouteillages de +en+ cataclysmiques, a pris une brosse pour gratter les façades, et dit ensuite "c'est moi qui ait fait la belle ville de Bx", ah oui ? La Garonne et les bâtiments des XVII et XVIII siècles installés par Juppé?.... C'est répugnant. Que Srko lui repasse devant, tant mieux. Même si j'attends Marine....