En direct
Best of
Best of du 21 au 27 mars
En direct
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Fonctionnaires en déroute... mais que se passe-t-il dans le secteur public ?

02.

Coronavirus : ces éléments venus d’Italie qui montrent que le nombre réel de morts pourrait être 4 fois supérieur aux chiffres officiels

03.

Confinement : petits trucs et astuces pour préserver la rapidité de votre accès Internet par temps de surcharge

04.

Coronavirus : pourquoi votre groupe sanguin a une influence sur votre risque d'être infecté

05.

Coronavirus : et voilà ce qui se serait passé si on n’avait rien fait contre l’épidémie

06.

Coronavirus : pourquoi l’Occident ne comprend pas ce qui a vraiment marché à Wuhan

07.

Procédures contre les responsables publics : ce qui sera juridiquement possible (ou pas)

01.

Que ferons-nous de la France post-coronavirus ?

02.

Covid-19 : l'Aide sociale à l’enfance au bord de l'explosion

03.

1050 milliards pour la BCE, 700 milliards de dollars pour le budget américain, 50 milliards d’euros pour le Français… d’où vient tout cet argent ?

04.

Saint-Denis, ville ouverte : ouverte au coronavirus !

05.

Fonctionnaires en déroute... mais que se passe-t-il dans le secteur public ?

06.

Covid-19 et confinement strict : pourquoi une résurgence du virus est inévitable

01.

Coronavirus : la plus grande crise économique de tous les temps… ou pas. Car les armes existent pour la contrer

02.

Aussi inquiétante que le Covid-19, la crise de la raison ? Gourous et boucs émissaires font leur retour

03.

Chloroquine : les doutes qui pèsent sur la rigueur de l’étude du professeur Raoult expliqués par un biostatisticien

04.

Que ferons-nous de la France post-coronavirus ?

05.

Lutte contre le Coronavirus : ces failles intellectuelles qui fragilisent la méthode française

06.

Coronavirus : ces éléments venus d’Italie qui montrent que le nombre réel de morts pourrait être 4 fois supérieur aux chiffres officiels

ça vient d'être publié
décryptage > Santé
Bonnes feuilles

Traquer et terrasser le fléau : la lutte acharnée de Pasteur et d’Adrien Loir contre le mal rouge des porcs dans le Vaucluse

il y a 1 heure 3 min
décryptage > Economie
Choix cornéliens

Covid-19 : des morts plutôt que la crise ?

il y a 1 heure 29 min
décryptage > Economie
En toute sécurité

Comment les grandes entreprises ont parfois changé de locaux pour se cacher dans des bureaux "secrets"

il y a 2 heures 44 sec
décryptage > Société
Egoïsme ?

Pourquoi il est si compliqué d’accepter les règles du confinement même quand on en a compris l’intérêt

il y a 2 heures 24 min
décryptage > Science
Hécatombe

Coronavirus : et voilà ce qui se serait passé si on n’avait rien fait contre l’épidémie

il y a 3 heures 1 min
décryptage > Santé
Nembro

Coronavirus : ces éléments venus d’Italie qui montrent que le nombre réel de morts pourrait être 4 fois supérieur aux chiffres officiels

il y a 4 heures 2 min
pépites > International
ONG
SOS Chrétiens d'Orient : libération de trois otages français en Irak
il y a 15 heures 43 min
pépite vidéo > France
Victimes françaises
Covid-19 : "les visages d’une tragédie"
il y a 18 heures 24 min
pépites > Politique
Deux semaines de plus
Coronavirus : Edouard Philippe officialise le prolongement du confinement jusqu’au 15 avril
il y a 19 heures 53 min
pépites > Religion
"Urbi et Orbi"
Vatican : le pape François va présider une prière planétaire et bénir le monde entier face au Covid-19
il y a 21 heures 37 min
décryptage > Société
Tentation

Coronavirus : la dérive totalitaire ?

il y a 1 heure 15 min
décryptage > Défense
Terrorisme

Afrique : malgré le coronavirus, la guerre continue

il y a 1 heure 50 min
décryptage > Santé
Exemple chinois

Coronavirus : pourquoi l’Occident ne comprend pas ce qui a vraiment marché à Wuhan

il y a 2 heures 18 min
décryptage > Finance
Nerf de la guerre

Crise de trésorerie généralisée : tensions (évitables) sur le secteur bancaire

il y a 2 heures 43 min
rendez-vous > Media
Revue de presse people
Béatrice Dalle se marie à nouveau, Katy Perry & Orlando Bloom décalent; Daniel Craig veut tout claquer avant de mourir; Kim Kardashian : sex-exploitée par sa mère ?; Angelina Jolie repart en guerre contre Brad
il y a 3 heures 47 min
light > Culture
Fin du confinement ?
Olivier Py reste optimiste pour la prochaine édition du Festival d’Avignon en juillet 2020
il y a 14 heures 57 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"La fin de l'amour" d'Eva Illouz : quand Tinder, grand centre commercial de rencontres, détrône la cour amoureuse

il y a 16 heures 16 min
pépites > International
Lutter contre un retour du virus
Covid-19 : la Chine décide de fermer temporairement ses frontières aux étrangers
il y a 19 heures 27 min
light > France
Changement d’heure
Malgré le confinement, n’oubliez pas le passage à l’heure d’été ce week-end
il y a 21 heures 12 min
pépites > Politique
Face à la vague
Covid-19 : Edouard Philippe alerte contre "la vague extrêmement élevée" qui "déferle"
il y a 22 heures 12 min
© Reuters
© Reuters
Huit années d'austérité plus tard...

L'Europe à nouveau à la manœuvre pour sauver cette économie grecque qu'elle a tant contribué à transformer en cadavre

Publié le 14 septembre 2016
Entre 2008 et 2013, un quart de l'économie grecque a été détruit. Il est urgent que la Grèce reconstruise son appareil productif au travers d'une politique industrielle offensive. Mais une telle perspective semble cependant impossible à concrétiser tant que le pays reste dans la zone euro.
Sébastien Villemot est économiste au département analyse et prévision de l'OFCE, ses recherches portent sur la dette publique et les politiques macroéconomiques en zone euro. Il est l'auteur du blog :http://sebastien.villemot.name/
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Sébastien Villemot
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Sébastien Villemot est économiste au département analyse et prévision de l'OFCE, ses recherches portent sur la dette publique et les politiques macroéconomiques en zone euro. Il est l'auteur du blog :http://sebastien.villemot.name/
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Entre 2008 et 2013, un quart de l'économie grecque a été détruit. Il est urgent que la Grèce reconstruise son appareil productif au travers d'une politique industrielle offensive. Mais une telle perspective semble cependant impossible à concrétiser tant que le pays reste dans la zone euro.

Atlantico : Au cours d'un "Sommet du Sud" ce vendredi 9 septembre à Athènes ayant réuni la Grèce, la France, l'Italie, l'Espagne, le Portugal, Malte et Chypre, la question des plans de relance économique a été évoquée. Ce lundi 12 septembre, le Président de l'Eurogroupe, Jeroen Dijsselbloem, a fait part de son agacement à l'égard de la Grèce, concernant l'avancée des réformes, en déclarant "l’été est fini, il faut remballer le matériel de camping". Au regard de l'intensité de la crise qui a fait chuter le PIB grec de plus de 25% depuis 2008 et des mesures proposées, est-il possible de croire en une réelle et rapide amélioration de la situation du pays ?

Sébastien Villemot : L’économie grecque a effectivement subi un choc d’une violence inouïe, avec plus d’un quart de l’économie détruite entre 2008 et 2013. La crise est également sociale, politique et même sanitaire, et on trouve peu de précédents similaires en temps de paix pour une économie avancée. Cette situation est la conséquence de la crise financière de 2007-2008, puis des plans d’austérité drastique imposés par les institutions européennes le FMI à partir de 2009.

Depuis la mi-2013, l’économie fait du surplace : la situation ne s’aggrave plus, sans pour autant que ne commence à être rattrapé le terrain perdu depuis 2008. Cette accalmie dans la crise coïncide précisément avec une nette inflexion dans le processus d’ajustement budgétaire, devenu moins violent à partir de 2013. Cela tend d’ailleurs à confirmer que ce sont bien les plans d’austérité aveugle qui ont aggravé le mal qu’ils étaient censés guérir.

Malheureusement, il y a lieu d’être inquiet pour l’avenir. Non seulement il est illusoire d’attendre un redémarrage spontané de l’activité vu l’état de faiblesse extrême de l’économie, mais les exigences des créanciers vont immanquablement relancer la crise, car elles procèdent toujours des mêmes logiques dont l’échec est pourtant démontré.

Les créanciers demandent ainsi de nouvelles mesures d’austérité (baisse des retraites, hausses d’impôts, baisse du traitement des fonctionnaires) pour un montant de 3 % du PIB à l’horizon 2018. Compte tenu de l’état dépressif de l’économie grecque, qui implique un multiplicateur budgétaire élevé, cela ne peut qu’entrainer une nouvelle baisse du PIB de plusieurs points.

La Commission européenne se veut pourtant optimiste et table sur une croissance de 2,7 % en 2017 puis 3,1 % en 2018. Il est difficile de prendre ces prévisions au sérieux, compte tenu des erreurs systématiques par le passé : ainsi, au printemps 2011, la Commission prévoyait une croissance de 1,1 % en 2012 ; celle-ci fut finalement de −7 % !

L’erreur de la Commission est toujours la même : elle affirme que les "réformes structurelles" qui accompagnent le plan d’austérité (démantèlement du droit du travail, augmentation de la concurrence sur les marchés des biens, privatisations) devraient "restaurer la confiance" et compenser les effets négatifs de l’austérité budgétaire. Mais à court terme ces mesures sont au mieux inutiles, au pire contre-productives. Par exemple, une libéralisation du marché du travail entraine des baisses de salaires, donc une contraction de la demande intérieure et finalement de l’économie dans son ensemble. Par ailleurs, le programme de privatisations, d’une ampleur sans précédent, pose de sérieux problèmes du point de vue de la souveraineté et de la défense de l’intérêt général.

Sur le long terme, quelles seront les conséquences de cette fragmentation du PIB ? En juillet dernier, la banque de Grèce indiquait que 427 000 personnes de 15 à 64 ans avaient quitté le pays. Entre économie et capital humain, la Grèce n'est-elle pas d'ores et déjà dans l'incapacité de se rétablir ?

Le potentiel productif d’un pays dépend de trois facteurs : la population active, le stock de capital fixe (privé et public), et le niveau technologique. Mettons de côté la technologie, qui est une variable plus mondiale que nationale.

Alors que la population grecque était en augmentation jusqu’en 2011, la tendance s’est inversée depuis. En cinq années, la Grèce a perdu 330 000 habitants, sur environ 11 millions, soit une baisse de 3 %. Tous les indicateurs sont au rouge. Le taux de natalité est passé de 10,6 ‰ en 2009 à 8,5 ‰ en 2014 ; cela correspond certes à une tendance historique, mais ce mouvement très rapide reflète également les inquiétudes liées au futur du pays. Le taux de mortalité à lui augmenté de 9,8 ‰ en 2009 à 11,2 ‰ en 2014, symptôme de la crise sanitaire que traverse le pays. Enfin, le solde migratoire est devenu négatif à partir de 2010, avec un pic à −66 000 en 2012 ; si une partie de ces flux correspond à des mouvements de population habituels, il est néanmoins clair que la Grèce connaît actuellement une importante vague d’émigration qui affecte son potentiel à long terme.

D’autant plus qu’il n’y a pas que le nombre de travailleurs qui importe, mais également leur niveau de qualification. Or, ce sont généralement les plus diplômés qui émigrent, car ils ont plus d’opportunités de mobilité. Tandis que, parmi ceux qui restent, le chômage de masse (autour de 25 %) fait des ravages : une longue période de chômage entraîne une déqualification, qui diminue la productivité future de ces travailleurs lorsque ceux-ci retrouveront un emploi.

Du côté du stock de capital fixe, la situation est encore plus inquiétante. Le niveau des investissements, publics comme privés, a été divisé par trois entre 2007 et 2015 ! Le taux d’investissement est à un plus bas historique. Cela signifie que l’appareil productif du pays, machines et infrastructures, est en voie d’usure et d’obsolescence rapide.

Chaque année supplémentaire d’austérité contribue donc à miner durablement le potentiel productif du pays. Il faut d’urgence mettre fin à cette situation pour éviter que la Grèce ne se retrouve projetée des décennies en arrière.

Au regard d'un tel choc, quelles sont les véritables mesures dont la Grèce aurait besoin pour que ses perspectives d'avenir s'améliorent, et ce, dans un délai raisonnable ? Quel est l'horizon permettant de croire à un retour de ceux qui ont quitté le pays ?

Il faut commencer par arrêter les plans d’austérité budgétaire, qui n’ont aucune rationalité économique dans le contexte actuel. La priorité doit aller à la reconstruction de l’appareil productif, ce qui passe par une politique industrielle offensive.

Une telle perspective semble cependant impossible à concrétiser tant que la Grèce reste dans la zone euro. D’une part, l’euro est surévalué d’environ 30 % pour la Grèce : la seule façon pour cette dernière de regagner en compétitivité est donc la "dévaluation interne", mais cela a un impact récessif considérable. D’autre part, la BCE et l’Eurogroupe ont montré en 2015 qu’ils étaient prêts à imposer un blocus monétaire afin d’étouffer toute velléité d’appliquer une politique économique alternative.

La solution la plus raisonnable serait à ce stade d’obtenir une sortie négociée de la zone euro (mais pas de l’Union européenne, car les Grecs tiennent à leur ancrage européen). La Grèce retrouverait des marges de manœuvre budgétaire et monétaire, lui permettant de regagner en compétitivité et de financer sa réindustrialisation. Une restructuration substantielle de la dette permettrait de ramener celle-ci à un niveau soutenable (par exemple 100 % du PIB) : les créanciers y trouveraient également leur intérêt, car mieux vaut un petit débiteur en bonne santé qu’un gros débiteur insolvable. Et la perspective d’un nouveau départ permettrait de faire revenir les expatriés et d’encourager les entrepreneurs à investir.

Une telle solution demanderait de changer radicalement de paradigme. Elle peut paraître irréaliste. Mais faute d’envisager une sortie négociée, le risque d’une sortie en catastrophe reste plus présent que jamais, avec des conséquences bien plus terribles pour la Grèce comme pour le reste de l’Europe…

Propos recueillis par Emilia Capitaine 

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Fonctionnaires en déroute... mais que se passe-t-il dans le secteur public ?

02.

Coronavirus : ces éléments venus d’Italie qui montrent que le nombre réel de morts pourrait être 4 fois supérieur aux chiffres officiels

03.

Confinement : petits trucs et astuces pour préserver la rapidité de votre accès Internet par temps de surcharge

04.

Coronavirus : pourquoi votre groupe sanguin a une influence sur votre risque d'être infecté

05.

Coronavirus : et voilà ce qui se serait passé si on n’avait rien fait contre l’épidémie

06.

Coronavirus : pourquoi l’Occident ne comprend pas ce qui a vraiment marché à Wuhan

07.

Procédures contre les responsables publics : ce qui sera juridiquement possible (ou pas)

01.

Que ferons-nous de la France post-coronavirus ?

02.

Covid-19 : l'Aide sociale à l’enfance au bord de l'explosion

03.

1050 milliards pour la BCE, 700 milliards de dollars pour le budget américain, 50 milliards d’euros pour le Français… d’où vient tout cet argent ?

04.

Saint-Denis, ville ouverte : ouverte au coronavirus !

05.

Fonctionnaires en déroute... mais que se passe-t-il dans le secteur public ?

06.

Covid-19 et confinement strict : pourquoi une résurgence du virus est inévitable

01.

Coronavirus : la plus grande crise économique de tous les temps… ou pas. Car les armes existent pour la contrer

02.

Aussi inquiétante que le Covid-19, la crise de la raison ? Gourous et boucs émissaires font leur retour

03.

Chloroquine : les doutes qui pèsent sur la rigueur de l’étude du professeur Raoult expliqués par un biostatisticien

04.

Que ferons-nous de la France post-coronavirus ?

05.

Lutte contre le Coronavirus : ces failles intellectuelles qui fragilisent la méthode française

06.

Coronavirus : ces éléments venus d’Italie qui montrent que le nombre réel de morts pourrait être 4 fois supérieur aux chiffres officiels

Commentaires (3)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
Anguerrand
- 15/06/2017 - 18:00
A vangog
Le FN de Philippot était prêt à accepter un deficit beaucoup plus important avec entre autre une retraite à 60 ans . Alors d'après vous ce qui est scandaleux en Grèce, serait normal en France ? Un couple ne doit dépenser moins que ce qu'il gagne, un état également sauf à etre degueulasse avec les générations qui viennent, nos enfants !
Anguerrand
- 15/06/2017 - 17:53
A vangog
Ne pas oublier que la dette en question a été pour la plus grande partie effacée avec NOTRE argent. Ce pays commence à redresser sérieusement la barre avec une croissance de 2,7% soit le double de la notre. Les européens accepterons d'aider encore une fois la Grèce, mais qui a mis le pays dans cette situation ; les citoyens qui fraudent et bien sûr les politiques, est ce de notre faute ? Comme quoi un état ne doit pas accepter de deficit, meme pas 3% qui serait l'idéal . Pour rembourser notre dette il faudra bien avoir un budget positif d'autant qu'il y a peu d'inflation.
vangog
- 14/09/2016 - 22:02
427000 grecs ont quitté la Grèce..
Ces europeistes sont des assassins de Nations...sans scrupules et sans vergogne! Les banques Goldman-Sacs et les technocrates sont à l'origine de ce massacre d'une Nation, et ils seront jugés par le tribunal de l'histoire, lorsque cette construction branlante qu'est l'UE sera morte et enterrée...un grand bonheur pour tous ceux épris de liberté!