En direct
Best of
Best of du 20 au 26 juin
En direct
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Présidentielle 2022 : pourquoi le duel tant annoncé n’aura pas lieu

02.

Nouvelle explosion des cas de Coronavirus : mais que se passe-t-il aux Etats-Unis ?

03.

Houria Bouteldja assassina la "gauche blanche"…

04.

2020, fin de l’hégémonie occidentale et première victoire de la Chine dans la nouvelle guerre froide ?

05.

Le parti EELV va alerter le CSA après les propos d'Eric Zemmour sur CNEWS dans "Face à l'Info" sur la vague verte et l'islam

06.

L'éolien peut-il être une alternative verte crédible au nucléaire ?

07.

Le journaliste Carl Bernstein révèle les édifiantes conversations privées de Donald Trump avec Vladimir Poutine, Recep Tayyip Erdogan, Emmanuel Macron ou bien encore Angela Merkel

01.

Les Vikings nous ont envahis et colonisés au IXe siècle ! Nous exigeons donc que le Danemark, la Norvège, la Suède et l’Islande se repentent

02.

Qualité nutritionnelle : et voilà la liste des 100 meilleurs aliments au monde

03.

"Tuez Sarkozy !". On ignore encore qui a donné l’ordre mais le Parquet National Financier s’est chargé de son exécution

04.

Pas de démocratie sans droit à offenser : ce capitalisme qui prend le risque de précipiter la guerre civile à trop vouloir montrer patte progressiste

05.

L'éolien peut-il être une alternative verte crédible au nucléaire ?

06.

Cet espoir dans la lutte contre la Covid-19 qui se cache dans des études soviétiques vieilles de plusieurs décennies

01.

Municipales : mais que cache donc l’étonnante schizophrénie des Français entre élections locales et nationales ?

02.

Toutes ces erreurs que le Défenseur des droits commet dans son rapport sur la discrimination en France

03.

"Tuez Sarkozy !". On ignore encore qui a donné l’ordre mais le Parquet National Financier s’est chargé de son exécution

04.

Arsène Lupin était noir ! La preuve : il va être joué par Omar Sy

05.

Désordres publics : la lourde facture des dérives de la lutte contre le racisme et les violences dans la police

06.

Affaire Fillon : François Fillon est condamné à 5 ans de prison, dont 3 avec sursis, et Penelope Fillon à 3 ans de prison avec sursis

ça vient d'être publié
pépites > Politique
"Ouvrir un nouveau chemin"
Emmanuel Macron se confie à la presse quotidienne régionale avant le remaniement et dévoile ses priorités pour la fin du quinquennat
il y a 20 min 4 sec
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Le Cafard" de Ian McEwan : une fable mordante sur les politiciens britanniques et le Brexit, par un des maîtres du roman anglo-saxon contemporain

il y a 6 heures 1 min
pépites > Politique
Retrait stratégique
Municipales à Marseille : Martine Vassal se retire, Les Républicains vont présenter le député Guy Teissier pour la mairie
il y a 6 heures 48 min
pépites > Santé
Lourdes accusations
Covid-19 : le Conseil scientifique et la Haute autorité de santé dénoncent des propos "infamants" de Didier Raoult devant les députés
il y a 8 heures 4 min
pépite vidéo > International
Tragédie
Birmanie : un glissement de terrain provoque la mort d’une centaine de mineurs
il y a 9 heures 45 min
décryptage > Politique
Formation politique

Les 4 piliers : un parti libéral souverainiste se crée et recrute des candidats pour les régionales

il y a 10 heures 38 min
rendez-vous > Media
Revue de presse des hebdos
Affaire Fillon : Hollande a envisagé de reporter la présidentielle; Dati a cherché le soutien de l'Elysée contre Hidalgo; Ecologie : truc de riches ou cauchemar vert ?; Cyberhaine sur les réseaux sociaux : le marché plus fort que la loi
il y a 11 heures 10 min
décryptage > International
Soft power

Comment les Émirats arabes unis sont devenus curieusement le partenaire économique et commercial incontournable de Damas

il y a 11 heures 33 min
décryptage > Histoire
Rivalité

Et si on s’était trompé de Voltaire ?

il y a 12 heures 30 min
décryptage > Santé
Vives inquiétudes

Nouvelle explosion des cas de Coronavirus : mais que se passe-t-il aux Etats-Unis ?

il y a 13 heures 26 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Histoire du Consulat et de l’Empire" de Adolphe Thiers : le Consulat, le meilleur de Bonaparte ?

il y a 5 heures 46 min
light > Justice
Espoir pour les victimes
Affaire Jeffrey Epstein : Ghislaine Maxwell, sa complice présumée, a été enfin arrêtée par le FBI
il y a 6 heures 23 min
pépites > Media
Critiques
Le parti EELV va alerter le CSA après les propos d'Eric Zemmour sur CNEWS dans "Face à l'Info" sur la vague verte et l'islam
il y a 7 heures 36 min
pépites > Justice
Condamnation
Scandale de la Dépakine : la justice reconnaît la responsabilité de l'Etat
il y a 8 heures 23 min
décryptage > France
Bataille de chiffres

Pourquoi les comparaisons internationales sur la mortalité du Covid-19 sont moins fiables qu’on ne le pense

il y a 10 heures 24 min
décryptage > Société
Mobilisation planétaire

Antiracisme et environnement : l’été 2020 sera radicalement exigeant ou ne le sera pas

il y a 10 heures 51 min
décryptage > Politique
Macron - Le Pen

Présidentielle 2022 : pourquoi le duel tant annoncé n’aura pas lieu

il y a 11 heures 21 min
décryptage > France
Exercices de coloriage

Houria Bouteldja assassina la "gauche blanche"…

il y a 11 heures 55 min
décryptage > Consommation
Sucre caché ?

Eaux parfumées : comment repérer celles qui vous font grossir l’air de rien ?

il y a 12 heures 52 min
décryptage > Europe
Menace pour l'Etat allemand ?

L’Allemagne a-t-elle un problème d’infiltration de son extrême droite dans les rouages de l’Etat ?

il y a 14 heures 16 min
© Reuters
La France devra tenir son rôle, et au-delà des clivages droite-gauche, défendre les valeurs d’humanité et de liberté qui devront être au cœur du mandat du successeur de Ban Ki-moon aux Nations Unies.
© Reuters
La France devra tenir son rôle, et au-delà des clivages droite-gauche, défendre les valeurs d’humanité et de liberté qui devront être au cœur du mandat du successeur de Ban Ki-moon aux Nations Unies.
Succession

L’Europe et les Nations-Unies, dessous de la campagne pour l’élection du prochain Secrétaire Général des Nations-Unies

Publié le 12 septembre 2016
Avec Joël Ruet
Depuis que l’ONU existe, elle est régie par un principe de rotation par région de l’origine de son SG. Le poste revient aujourd'hui de préférence à l’Europe de l’Est, longtemps disqualifiée pour d’évidentes raisons de guerre froide puis non priorisée après 1991 pour des motivations compréhensibles de transition. Irina Bokova a en revanche la chance d’être une femme d’Europe de l’Est...
Joël Ruet
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Joël Ruet est économiste, chercheur CNRS au CEPN (Centre d'économie de Paris-Nord) et associé au Centre de Recherche en Gestion de l’Ecole Polytechnique. Il a enseigné à l'École des Mines de Paris, à HEC-Paris, à l’université Jawaharlal Nehru ...
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Depuis que l’ONU existe, elle est régie par un principe de rotation par région de l’origine de son SG. Le poste revient aujourd'hui de préférence à l’Europe de l’Est, longtemps disqualifiée pour d’évidentes raisons de guerre froide puis non priorisée après 1991 pour des motivations compréhensibles de transition. Irina Bokova a en revanche la chance d’être une femme d’Europe de l’Est...
Avec Joël Ruet

La France se met déjà en ordre rangé pour l’élection présidentielle de 2017. Mais le reste de l’Europe et du monde bruit d’une autre élection qui a lieu maintenant : le ou la futur(e) Secrétaire Général(e) (SG) des Nations-Unies sera élu(e) dans les semaines à venir, et une règle non écrite de l’institution voudrait que ce soit au tour de l’Europe de l’Est d’occuper le poste. La France, membre permanent du Conseil de Sécurité, aura un rôle à majeur à jouer.

Le calendrier est serré. Les leaders du G20 ont échangé informellement sur le sujet les 4 et 5 septembre à Pékin, le vendredi 9 septembre le Conseil de Sécurité se réunissait à New York pour un « pré-vote », le quatrième à ce jour, et il ne fait nul doute que ce sera l’un des sujets du Sommet informel de l’Union européenne en Slovaquie, pour lequel le Chef de l’Etat François Hollande s’envolera vers Bratislava le 16 septembre.

Depuis que l’ONU existe, elle est régie par un principe de rotation par région de l’origine de son SG. Le poste revient aujourd’hui de préférence à l’Europe de l’Est, longtemps disqualifiée pour d’évidentes raisons de guerre froide puis non priorisée après 1991 pour des motivations compréhensibles de transition.

Les Etats-Unis ont bien tenté de soutenir des candidats de leur zone d’influence, la Costa Ricaine Christiana Figueres et l’Argentine Susana Malcorra, mais sans succès, et la France a su ne pas s’aligner sur Washington. De même, la Russie a activement promu la candidature du Serbe Vuk Jeremić et du Slovaque Miroslav Lajčák. Là encore, il est de l’intérêt de la France de ne pas s’aligner avec Moscou. Jeremić s’est de tous temps opposé à l’OTAN et refuse de reconnaître l’indépendance du Kosovo, tandis que Lajčák s’est illustré par un refus dogmatique de l’accueil des réfugiés syriens au motif que “les Slovaques n’ont jamais été en lien avec les musulmans et sont effrayés”. Aucun de ces candidats ne devrait franchir la ligne d’arrivée.

En revanche, en parallèle à ces manœuvres d’influence de Washington et de Moscou, deux candidats indépendants ont réussi à générer un soutien large et constant auprès des membres du Conseil de Sécurité : le portugais António Guterres et la Bulgare Irina Bokova. Tous deux sont francophones et francophiles. Il est socialiste, elle est non affiliée politiquement.

Même s’il est arrivé largement en tête des votes, Guterres fait face à une double difficulté : premièrement c’est un homme, alors qu’Obama tient à soutenir l’élection de la première femme à la maison blanche ainsi qu’à l’ONU ; deuxièmement il est d’Europe Occidentale, alors que les Russes tiennent à ce que le principe de rotation géographique soit scrupuleusement respecté et qu’on élise un leader d’Europe de l’Est.

Irina Bokova a en revanche la chance d’être une femme d’Europe de l’Est. Très grande diplomate, femme à la fois habile et de principe, parlant quatre des six langues officielles de l’ONU, respectée à la fois à Washington, Moscou et Pékin, elle est la candidate idéale de compromis entre les membres permanents du Conseil de Sécurité. Directrice Générale de l’UNESCO, basée à Paris, elle est aussi la candidate soutenue par la France.

La confusion est venue ce week-end du fin fond de l’Europe de l’Est : Sofia envisagerait de remplacer la candidature de Bokova par celle d’une autre Bulgare, la Commissaire Européenne Kristalina Georgieva. Il semblerait que le Premier Ministre bulgare Borissov soit sous la pression de la droite européenne – le Parti Populaire Européen – afin d’aligner un candidat conservateur pour s’opposer au socialiste Guterres. La charge est menée par le peu fréquentable Premier Ministre hongrois Viktor Orbán qui doit se rendre mardi à Sofia. Amalgame, vision à courte vue, qui méconnaît les réalités des Nations-Unies : changer de candidate à ce stade serait un suicide politique pour Borissov. Alors même que Bokova a de bonnes chances de l’emporter, Georgieva n’a rien à espérer. Le porte-parole du ministère des affaires étrangères russe a été clair sur ce point ce weekend : la Russie s’oppose à Georgieva qui a contribué à mettre en œuvre au sein de la Commission Européenne les sanctions économiques contre Moscou.

Technocrate, elle n’a quasiment aucune expérience diplomatique. Georgieva suivra probablement le même chemin que Christiana Figueres, une autre technocrate très compétente qui s’est effondrée dans sa course aux Nations Unies malgré le soutien très appuyé des Américains. Même le Venezuela, membre du Conseil de Sécurité, vient d’indiquer publiquement son opposition : ‘trop tard‘ alors que la majorité de l’Assemblée Générale pousse pour une élection enfin transparente et que la campagne a commencé il y a déjà plusieurs mois. De nombreux autres membres du Conseil de Sécurité partageraient le même agacement face à cette candidature peu crédible de dernière minute.

D’autres surprises et coups de théâtre ne devraient pas manquer d’avoir lieu dans les semaines à venir jusqu’à la décision finale courant octobre. D’ici là, la France devra tenir son rôle, et au-delà des clivages droite-gauche, défendre les valeurs d’humanité et de liberté qui devront être au cœur du mandat du successeur de Ban Ki-moon aux Nations Unies.

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Le sujet vous intéresse ?
Commentaires (0)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
Pas d'autres commentaires