En direct
Best of
Best of du 21 au 27 novembre
En direct
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Karine Le Marchand & Stéphane Plaza s’installent ensemble (elle pète, il ronfle); Jalil & Laeticia Hallyday aussi (mais sont moins bruyants); Yannick Noah retrouve l’amour; Geneviève de Fontenay : petite retraite mais grosse dent (contre Sylvie Tellier)

02.

Popularité : Emmanuel Macron et quasiment tout le gouvernement en hausse

03.

Elon Musk est devenu le 2ème homme le plus riche au monde et voilà pourquoi la France aurait singulièrement besoin de s'en inspirer

04.

Black Friday et soldes en ligne : voilà pourquoi des Bots rafleront vraisemblablement les meilleures affaires sans vous laisser le temps de réagir

05.

Les premiers indices d'un baby krach sont-ils là ?

06.

Donald Trump a déclaré hier qu'il partirait de la Maison Blanche après l'intronisation de son rival mais il aura du mal car il y a eu une "fraude massive"

07.

Le Covid-19 est-il un laboratoire d’expérimentation pour accélérer la transformation des métiers ?

01.

Boycott de CNews : quand Decathlon veut faire du profit sur le dos de la liberté d’expression

02.

PSG-LEIPZIG : 1-0 Les Parisiens préservent leurs chances en remportant une victoire inquiétante

03.

Le veganisme bon pour la santé ? Pas pour les os en tous cas, une large étude révèle un risque nettement supérieur de fracture

04.

Elon Musk est devenu le 2ème homme le plus riche au monde et voilà pourquoi la France aurait singulièrement besoin de s'en inspirer

05.

Migrants de la place de la République : "damned if you do, damned if you don't"

06.

Qui a peur de Jean-Michel Blanquer ?

01.

Immigration : les dernières statistiques révèlent l'ampleur des flux vers la France. Mais qui saurait les contrôler ?

02.

Covid-19 : Emmanuel Macron annonce enfin (et sans en avoir l’air) un changement de stratégie

03.

Barbara Pompili et Eric Dupond-Moretti annoncent la création d'un "délit d'écocide"

04.

Elon Musk est devenu le 2ème homme le plus riche au monde et voilà pourquoi la France aurait singulièrement besoin de s'en inspirer

05.

Migrants de la place de la République : "damned if you do, damned if you don't"

06.

« La France aimez-la ou quittez-la ». Et qui a dit ça ? Le secrétaire général de la Ligue islamique mondiale !

ça vient d'être publié
pépites > France
Manifestations
Loi "sécurité globale" : très forte mobilisation à Paris et dans toute la France
il y a 12 heures 1 min
pépites > Economie
Covid-19
Le plafond d'indemnisation pour les entreprises fermées sera doublé, à 200.000 euros par mois
il y a 12 heures 55 min
décryptage > Culture
Atlanti-Culture

"Histoires du Vendée Globe 2" : L’Everest de la voile vu de l’intérieur !

il y a 15 heures 38 min
light > Insolite
Ah
Lille : la Grande roue sera installée, mais restera fermée au public
il y a 15 heures 50 min
pépites > Politique
Le confinement leur réussit
Popularité : Emmanuel Macron et quasiment tout le gouvernement en hausse
il y a 16 heures 50 min
pépites > France
Libérés, délivrés
Déconfinement : retrouvez la nouvelle attestation et le résumé des changements du jour
il y a 17 heures 56 min
décryptage > Santé
Ils en ont vu d'autres

Ultra Covid Solitude : à la cuisine ou pas, papi et mamie semblent mieux résister à la dépression que les jeunes générations

il y a 19 heures 17 min
décryptage > Société
Visitez avec nous le XVIIIème arrondissement de Paris

A cause de l’insécurité la bibliothèque de la Goutte d’Or a fermé ses portes. Tiens, il y avait une bibliothèque à la Goutte d’Or ?

il y a 19 heures 39 min
décryptage > Culture
Bonnes feuilles

Monstres sacrés : Alain Delon, l’éternel enfant blessé

il y a 19 heures 42 min
décryptage > High-tech
Bonnes feuilles

Monde de demain : la vague de l'intelligence artificielle en action

il y a 19 heures 42 min
light > Media
C'est d'actualité
France Télévisions prépare une adaptation en série TV de "La peste" d'Albert Camus
il y a 12 heures 33 min
pépites > Justice
Justice
Nice : un homme écope de 18 mois de prison ferme pour avoir menacé de mort un professeur
il y a 13 heures 27 min
décryptage > Culture
Atlanti-Culture

"La voyageuse de nuit" : une enquête magistrale où se côtoient révolte et tendresse

il y a 15 heures 41 min
pépites > France
Juste une mise au point
Violences : le préfet de police de Paris Didier Lallement rappelle à l'ordre les policiers
il y a 16 heures 18 min
pépite vidéo > Sport
Rugby
Avant d'affronter l'Argentine, les All Blacks rendent hommage à Maradona
il y a 17 heures 32 min
pépite vidéo > Politique
Déplorable
Manon Aubry (LFI) choque en déclarant que l'insulte "sale macaroni" n'est pas raciste envers les immigrés italiens
il y a 18 heures 46 min
décryptage > International
Chasse ouverte

Iran : assassinat d’un haut scientifique iranien spécialiste du nucléaire

il y a 19 heures 24 min
décryptage > Environnement
Bas-carbone

Énergie nucléaire : l’Union européenne au risque de l’incohérence ?

il y a 19 heures 39 min
décryptage > Economie
Bonnes feuilles

Le Covid-19 est-il un laboratoire d’expérimentation pour accélérer la transformation des métiers ?

il y a 19 heures 42 min
décryptage > Société
Pas de bébés confinement

Les premiers indices d'un baby krach sont-ils là ?

il y a 19 heures 42 min
© Reuters
© Reuters
Plus fort que le libéralisme?

"L’entreprenalisme”, la nouvelle doctrine qui a conquis le Medef et qui pourrait revivifier l'économie française peine à intéresser les politiques

Publié le 16 septembre 2016
Dans son "Manifeste et chantiers de l'entreprenalisme" remis récemment à Pierre Gattaz, Léonidas Kalogeropoulos insiste sur l'engouement des Français pour l'entrepreneuriat et sur la nécessité, pour le rétablissement de l'économie française, de faire de l'initiative citoyenne le moteur du processus de création de richesse. Un enjeu majeur de la présidentielle de 2017 qu'aucune personnalité politique n'a encore érigé en axe structurant.
Leonidas Kalogeropoulos
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
 Léonidas Kalogeropoulos est Président du Cabinet de lobbying Médiation & Arguments qui défend la liberté d’entreprendre, l’innovation, le pluralisme et la concurrence dans les domaines de l’audiovisuel, des télécoms, du sport, d’Internet, de l’énergie,...
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Dans son "Manifeste et chantiers de l'entreprenalisme" remis récemment à Pierre Gattaz, Léonidas Kalogeropoulos insiste sur l'engouement des Français pour l'entrepreneuriat et sur la nécessité, pour le rétablissement de l'économie française, de faire de l'initiative citoyenne le moteur du processus de création de richesse. Un enjeu majeur de la présidentielle de 2017 qu'aucune personnalité politique n'a encore érigé en axe structurant.

Atlantico : Ce mardi, le président du Medef, Pierre Gattaz, a présenté un rapport que vous avez élaboré sur la notion d' "entreprenalisme". Quelle réalité cette notion recouvre-t-elle ? En quoi est-elle différente du libéralisme ? 

Léonidas Kalogeropoulos : En février dernier effectivement, Pierre Gattaz m’a sollicité pour une mission visant à réfléchir sur la problématique suivante : en quoi le dynamisme entrepreneurial, qui a gagné notre pays, s’inscrit dans un renouveau de notre environnement républicain ? Ce travail intellectuel vise à rendre compte d’un phénomène, probablement très surprenant : depuis trois ans, lorsqu’on interroge les Français sur l’esprit d’entreprendre, on a pu constater, au cours d’un sondage réalisé par Opinion Way pour Médiation et Arguments, que 88% d’entre eux affirment qu’il s’agit d’une notion positive qu’il faut encourager. En revanche dès que l’on commence à les interroger sur leur attachement au libéralisme, on atteint 40% dans le meilleur des cas. On remarque donc que le mot "libéralisme" n’englobe pas le champ intégral des Français qui considèrent l’esprit d’entreprendre dans son acceptation positive. Ce mot reste clivant alors que l’adhésion à l’esprit d’entreprendre est en train de faire consensus. C’est la raison pour laquelle le travail intellectuel que j’ai pu accomplir ces derniers mois a eu recours à un nouveau principe, celui de l’entreprenalisme, pour rendre compte d’un engouement qui existe déjà et qui traverse les médias, la classe politique, toutes les tranches d’âges et les secteurs d’activités. Cet engouement – qui provient de l’initiative personnelle, de l’action que chacun peut avoir sur un problème pour continuer à avancer – doit être nommé, et il convient de l’amplifier sans se prendre les pieds dans le tapis d’un mot qui clive. Lorsqu’on parle avec des députés et des sénateurs de tous bords, on se rend compte que tout le monde est d’accord sur les objectifs visant à l’amplification de l’esprit d’entreprendre, à la création d’entreprise, à la levée des obstacles, à la simplification, etc. Mais dès que vous mettez dans le débat le mot de "libéralisme", les désaccords surgissent.

Il y a également un autre élément à prendre en compte, qui découle des évènements récents de notre économie : c’est que la liberté, sous-jacente au mot "libéralisme", n’est pas toujours la meilleure solution pour tous les problèmes. Il y a des circonstances pour lesquelles la liberté absolue correspond à la loi du plus fort. On peut penser notamment au secteur du numérique dans lequel un certain nombre d’acteurs surpuissants, s’ils ne sont pas un peu régulés, écrasent toute capacité d’innovation. Il y a des domaines, comme l’audiovisuel ou les télécoms, dans lesquels on a vu des monopoles installés qu’il était difficile de déloger sans un minimum de régulation. On voit donc bien que dans des situations empiriques, intervenir et réguler sont nécessaires. Je prendrai un dernier exemple pour appuyer mon propos : on a pu constater, récemment, que les délais de paiement s’étaient raccourcis à la suite d’un certain nombre d’initiatives prises par les pouvoirs publics pour dénoncer les comportements d’un certain nombre de grands donneurs d’ordres qui ne payaient pas leurs fournisseurs en temps et en heure. Ces abus, générés par cette liberté absolue, pénalisent les PME, les startups, qui peuvent couler parce qu’acculées à des délais de paiement qui ne sont pas viables. Voici donc pourquoi le libéralisme a fini par devenir un mot qui ne jouait pas son rôle de qualificatif pour expliquer un engouement déjà présent, et qui constitue probablement l’un des plus forts consensus qu’on ait vu en France depuis longtemps autour de l’esprit d’entreprendre perçu comme la principale source d’enrichissement de la nation. 

Quel serait le candidat à droite le plus susceptible d'incarner cette vision de l'économie ? 

L’entreprenalisme est une doctrine qui met au centre de la richesse de la nation l’initiative des citoyens. Ces derniers peuvent être entrepreneurs ou non : il y a notamment des fonctionnaires très entreprenants ; on peut aussi penser aux catastrophes naturelles au cours desquelles on voit nos agents publics intervenir avec héroïsme nuit et jour pour éteindre des feux ou intervenir en cas d’inondation. Ce n’est donc pas le statut qui définit l’initiative d’entreprendre mais ce qui anime chaque individu. Stimuler l’esprit d’entreprendre est bien plus efficace que tous les effets de relance par la dépense ou par la dette. Cette vision est partagée aussi bien à droite qu’à gauche : il y a des candidats qui sont tout à fait légitimes à porter, amplifier et véhiculer cette doctrine. A côté, il y a d’autres candidats dans les deux camps qui considèrent que l’Etat est la solution de tout, qu’une nouvelle loi règle tous les problèmes – j’entends parler des 32 heures, du revenu universel sans conditions, d’un pouvoir exécutif fort et interventionniste dans tous les domaines, etc. Je ne pense donc pas que les clivages traditionnels puissent rendre compte de ce nouveau paysage idéologique. C’est d’ailleurs la raison pour laquelle nous avons choisi le recours à un mot nouveau qui reprend dans sa racine les mots "entreprendre" et "entrepreneur" : nous pensons qu’en utilisant ce dénominateur commun, des personnalités qui étaient de part et d’autre du Rubicon d’un clivage traditionnel droite/gauche parviendront à dialoguer ensemble plus facilement. 

Comment jugez-vous actuellement le niveau de l'entreprenalisme en France ? Pourrait-il constituer l'un des enjeux de la présidentielle de 2017 ? 

Je pense que l’entreprenalisme constitue déjà un enjeu essentiel de 2017. Il convient de rappeler d’ailleurs qu’au début de son quinquennat, François Hollande avait reconnu que stimuler l’esprit d’entreprendre dans tous les domaines était un devoir pour l’Etat. Ensuite, la difficulté réside dans le fait de savoir si ce type de déclaration constitue l’axe structurant d’une politique ou si ce n’est qu’un saupoudrage parmi d’autres. Dans le premier cas, on remarque qu’un certain nombre d’éléments apparaissent comme des obstacles à cette dynamique, à l’instar des 3 600 pages de notre Code du travail. Celles-ci constituent aujourd’hui un obstacle pour ceux qui souhaitent s’émanciper par l’entrepreneuriat.

Il est nécessaire de reconnaître aujourd’hui qu’il n’y pas que d’un côté les entreprises et les patrons de toujours, et de l’autre les salariés de tous temps, mais qu’il existe beaucoup de passerelles que franchissent un certain nombre de citoyens – 500 000 Français chaque année, le nombre le plus élevé d’Europe. En l’état, la difficulté réside dans le fait qu’ils ne passent généralement pas la rampe des 2-3 ans d’ancienneté à cause de la complexité administrative, de la fiscalité, et des charges dans notre pays.

Qu'aurait à gagner concrètement la France à développer son entreprenalisme ? Quels sont les pays qui, à l'heure actuelle, ont saisi les enjeux et mis en application les principes que recouvrent cette notion ? 

En faisant de l’entreprenalisme un axe structurant de politique, le nombre d’entreprises françaises pourrait potentiellement doublé, nous pourrions revenir au plein-emploi, etc. Il n’y a pas meilleure garantie sociale que le plein-emploi ; c’est infiniment plus puissant que le Code du travail et toutes les milliers de pages que l’on pourrait encore y ajouter. En faisant le choix de l’entreprenalisme, il y aurait alors une multitude de réformes que l’on pourrait mettre en œuvre avec un consensus de droite comme de gauche. Malheureusement, ce cap doit être inscrit comme étant prioritaire, ce qui n’est pas encore le cas : à l’heure actuelle, aussi bien parmi les candidats de droite comme de gauche, il y a encore du chemin à faire. Notre objectif est d’espérer que tous les candidats, quelle que soit leur couleur politique, reprennent ces thématiques et en fassent le centre de leurs programmes. Notre volonté n’est pas d’avoir un seul candidat mais une élection présidentielle qui mette en exergue l’extraordinaire richesse qui existe au sein de notre nation grâce à l’esprit d’entreprendre de nos citoyens.

Il y a des exemples formidables à trouver, notamment au Canada. En France, l’administration se comporte face aux entreprises comme un contrôleur permanent. Les échos d’entrepreneurs installés au Canada que nous avons pu recueillir montrent, au contraire, quand dans ce pays, les administrations constituent des partenaires permanents pour les entreprises en vue de les aider, de les développer, de les accompagner à l’international, etc. L’une des principales singularités de la France réside dans le fait que notre pays a beaucoup de mal à s’engager dans une voie sans l’avoir théorisée et globalement comprise. C’est d’ailleurs la raison pour laquelle nous avons accompli ce travail intellectuel. Dans d’autres pays, lorsqu’une solution fonctionne, celle-ci est directement reprise et transposée. Néanmoins, ce qui me rassure dans les capacités de la France à rentrer dans cette voie, c’est qu’il y a une cohérence parfaite entre l’émancipation entrepreneuriale que nous appelons de nos vœux et l’histoire révolutionnaire de la France. L’abolition des privilèges, la société du mérite, et l’attachement à l’émancipation font que nous avons une parfaite capacité à inscrire ces réformes dans l’histoire de notre pays. Il y a eu une méritocratie scolaire ; il faut qu’il y ait désormais une méritocratie entrepreneuriale. 

Propos recueillis par Thomas Sila

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Commentaires (2)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
Paulquiroulenamassepasmousse
- 10/09/2016 - 18:33
A votre avis....?
Les politiques savent bien que ce sont les salaires qui font vivre l'état providence, et sur un salaire net, l'état preçoit 100% de charge, alors que sur le chef d'entreprise, il ne perçoit que 22% s'il s'agit d'un autoentrepreneur, et 30% sur un chef d'entreprise., bien sür ces deux dernières catégories n'ont aucune protection....mais ils ne pourraient assurer le train de vie de l'état et ses fonctionnaires.
vangog
- 10/09/2016 - 14:35
"entreprenalisme ailleurs!"...
mais certainement pas dans l'enfer fiscal généré par les UMPSECOLOCOCOS, la nomenklatura perverse qui régente ce pays...