En direct
Best of
Best of du 17 au 23 octobre
En direct
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Stéphane Plaza se fait larguer pour un plus jeune; Laeticia Hallyday plaque Pascal; Sia adopte des adultes; Kylian Mbappé récupère l'ex de Neymar; Marlène Schiappa aime les hommes, Britney Spears profite

02.

L‘épargne des Français va nous sauver de la ruine et financer l’argent magique de la relance : démonstration

03.

Ce qui s'est vraiment passé au sein du ministère de l'Education nationale dans les jours ayant précédé la mort de Samuel Paty

04.

« Qu'est-ce que ce pays qui a perdu la tête ? » Clémentine Autain a fait mine d'oublier que c'est Samuel Paty qui avait perdu la sienne

05.

Pascal Bruckner : « Le rire et la moquerie peuvent suffire face aux guérilleros de la justice sociale, pas face à la menace islamiste »

06.

Islamisme : Yannick Jadot demande la fin de "toutes les complaisances" dans les mairies et au gouvernement

07.

Rokhaya Diallo n'est pas responsable de la mort de l'équipe de Charlie. Mais voilà de quoi ses idées sont incontestablement responsables

01.

L‘épargne des Français va nous sauver de la ruine et financer l’argent magique de la relance : démonstration

02.

Stéphane Plaza se fait larguer pour un plus jeune; Laeticia Hallyday plaque Pascal; Sia adopte des adultes; Kylian Mbappé récupère l'ex de Neymar; Marlène Schiappa aime les hommes, Britney Spears profite

03.

Coronavirus : L’Etat freine-t-il des médicaments français qui pourraient être efficaces ?

04.

Comment les islamistes ont réussi à noyauter la pensée universitaire sur... l’islamisme

05.

La France maltraite ses profs et devra en payer le prix

06.

Professeur décapité : voilà ce que nous coûtera notre retard face à l’islamisme

01.

Professeur décapité : voilà ce que nous coûtera notre retard face à l’islamisme

02.

Non, la République ne peut pas protéger les musulmans de l’islam radical et voilà pourquoi

03.

François Hollande : "une partie minoritaire de la gauche a pu manifester une étrange tolérance envers l’islam"

04.

Professeur décapité : "je crains plus le silence des pantoufles que le bruit des bottes"

05.

Islamo-gauchisme : les lendemains ne chantent plus, c'est interdit

06.

Covid-19 : voilà ce que l’Etat n’a toujours pas compris sur son incapacité à enrayer la deuxième vague

ça vient d'être publié
pépites > Politique
Grand nettoyage
Islamisme : Yannick Jadot demande la fin de "toutes les complaisances" dans les mairies et au gouvernement
il y a 15 heures 35 min
rendez-vous > Science
Atlantico Sciences
Une galaxie naine est entrée en collision frontale avec la Voie lactée ; Osiris-Rex : la Nasa inquiète de perdre son précieux chargement prélevé sur l’astéroïde Bennu
il y a 18 heures 6 min
pépites > International
Tensions
Macron a rappelé à Paris l'ambassadeur de France en Turquie après l'insulte d'Erdogan
il y a 20 heures 8 min
décryptage > Economie
Les lignes bougent

Etats-Unis, Chine, Europe : quelle remondialisation ?

il y a 21 heures 43 min
décryptage > Culture
Atlantico Litterati

Hélène Cixous ou l’empire des nuances

il y a 21 heures 52 min
décryptage > Education
Signes de faiblesses et de lucidité

Ce qui s'est vraiment passé au sein du ministère de l'Education nationale dans les jours ayant précédé la mort de Samuel Paty

il y a 22 heures 14 min
décryptage > Société
Bonnes feuilles

Intégration et inégalités : comment la pensée décoloniale s’est propagée au sein des banlieues

il y a 22 heures 31 min
décryptage > Société
Bonnes feuilles

Survivre : la quête de l’espèce humaine face aux multiples menaces

il y a 22 heures 34 min
décryptage > Politique
LFI (La France Islamiste)

« Qu'est-ce que ce pays qui a perdu la tête ? » Clémentine Autain a fait mine d'oublier que c'est Samuel Paty qui avait perdu la sienne

il y a 22 heures 35 min
décryptage > Société
Dangers du siècle

Pascal Bruckner : « Le rire et la moquerie peuvent suffire face aux guérilleros de la justice sociale, pas face à la menace islamiste »

il y a 22 heures 39 min
pépites > Société
Les affaires ont repris
Paris : la délinquance a explosé depuis le déconfinement
il y a 16 heures 2 min
pépites > Politique
Menace qui pèse sur la France
Islamisme : pour Alain Juppé, "plus que du séparatisme, c'est un esprit de conquête"
il y a 19 heures 53 min
décryptage > Politique
Non-débat

Pourquoi l’usage abusif de la honte comme argument politique est en train d’asphyxier notre démocratie

il y a 21 heures 28 min
décryptage > International
Coup diplomatique

Du blé contre la reconnaissance d’Israël par le Soudan

il y a 21 heures 48 min
rendez-vous > Environnement
Atlantico Green
Climatisation à moindre impact : de nouvelles peintures pour bâtiments pourraient permettre de rafraîchir les immeubles
il y a 21 heures 59 min
décryptage > Histoire
Latrines

Des archéologues fouillent les restes de toilettes médiévales afin de mieux comprendre l'impact de notre régime alimentaire sur notre santé

il y a 22 heures 20 min
décryptage > Société
Bonnes feuilles

Les surdoués demandent-ils l’impossible en amour ?

il y a 22 heures 33 min
décryptage > France
Bonnes feuilles

L’absence de débouché politique face à la colère du peuple

il y a 22 heures 35 min
décryptage > Politique
Bonnes feuilles

Emmanuel Macron : de la réforme à la transformation

il y a 22 heures 35 min
décryptage > Société
Etat profond

QAnon contre Antifas : pour de plus en plus de gens, la vérité est ailleurs. Et le problème est qu’ils ont partiellement raison…

il y a 22 heures 39 min
© Reuters
© Reuters
Refondation

Terrorisme, démocratures aux frontières européennes... Comment adapter la sécurité de la France et de l’Europe aux nouvelles menaces

Publié le 09 septembre 2016
Seules des stratégies globales peuvent répondre aux nouveaux risques. Elles doivent mobiliser tous les pans de l'action publique mais aussi la société civile et se déployer au niveau national et européen.
Nicolas Baverez
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nicolas Baverez est docteur en histoire et agrégé de sciences sociales. Un temps éditorialiste pour Les Echos et Le Monde, il analyse aujourd'hui la politique économique et internationale pour Le Point.Il est l'auteur de Lettres béninoises et de...
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Seules des stratégies globales peuvent répondre aux nouveaux risques. Elles doivent mobiliser tous les pans de l'action publique mais aussi la société civile et se déployer au niveau national et européen.

Atlantico : Dans quelle mesure le dispositif français de sécurité est-il inadapté aux principales menaces actuelles, et notamment à celle du terrorisme ?

Nicolas Baverez : Le dispositif français de sécurité comme le dispositif européen se trouvent largement en porte-à-faux par rapport à des risques qui ont changé de nature et d'intensité. Dans les années 1970, le terrorisme était piloté par les Etats. Puis est apparu Al-Qaïda qui conservait une structure pyramidale et hiérarchique. Le terrorisme s’est transformé avec l'Etat Islamique : il est à la fois intérieur et extérieur. L’organisation montre une grande capacité à se régénérer, y compris après l’élimination de certains de ses dirigeants. Elle se déploie au Moyen-Orient et en Afrique mais aussi au cœur des sociétés développées. Nos pays sont des théâtres d’opération et des bases de combattants qui peuvent opérer à l’étranger ou sur notre sol. Le recrutement, la propagande et la radicalisation utilisent massivement les réseaux sociaux. Les services français et européens n'étaient pas préparés à affronter cette menace qu’ils n’ont pas anticipée...

Par ailleurs, le terrorisme n'est pas le seul risque. Des menaces viennent aussi des autres puissances, et notamment de ces nouveaux régimes que l'on peut qualifier de "démocratures". La Russie et la Turquie en sont emblématiques. Ces régimes sont dirigés par des hommes forts qui contrôlent l’exercice du suffrage universel, la société, l'économie et les médias. Ils déploient une propagande massive à l’intérieur comme à l’extérieur. Ils cultivent un nationalisme exacerbé, souvent associé aux passions religieuses. Ils se rejoignent dans leur détestation et leur opposition aux démocraties dont ils utilisent les faiblesses et les divisions. Ils ont un tropisme marqué pour la violence et excellent dans la conduite des conflits hybrides - comme on le voit en Ukraine ou dans les tentatives de déstabilisation des Etats baltes -. Les démocraties, qui se sont à tort persuadées de leur triomphe avec l’effondrement de l’Union soviétique, ont été prises de court et peinent à répondre à la politique de puissance et aux coups de force de ces régimes. 

Face à ces évolutions, les systèmes de sécurité français et européen ont été pris à revers. Leur stratégie, leur doctrine, leurs organisations, les moyens qu’ils mobilisent se sont révélés largement caducs. Ainsi, en dépit de la remontée des risques stratégiques, l'Europe a poursuivi son désarmement unilatéral jusqu’en 2015 quand les dépenses militaires augmentaient de 255% dans le monde depuis les années 1990. Le budget de défense européen ne représente qu'un tiers de celui des Etats-Unis. Quant à la France, elle ne consacre que 1,5% du PIB à sa défense et 0,7% à la sécurité intérieure alors qu’elle affecte 34% de sa richesse nationale aux transferts sociaux.

Quelles sont selon vous les actions à mettre prioritairement en œuvre pour refonder la sécurité nationale ?

Seules des stratégies globales peuvent répondre aux nouveaux risques. Elles doivent mobiliser tous les pans de l'action publique mais aussi la société civile. Elle doivent se déployer au niveau national mais aussi européen.

Au niveau national, plusieurs actions peuvent être prises. La première priorité consiste à créer un Conseil de sécurité nationale auprès du président de la République qui aura pour vocation d’élaborer cette stratégie globale. Deuxièmement, si un million de personnes travaillent dans la sécurité en France - ce qui est loin d'être négligeable -, on constate d'énormes problèmes de coordination à tous les niveaux (entre les services de renseignement, entre sécurité intérieure et extérieure). Pour pallier ce problème, il faudrait créer un centre opérationnel permanent auprès du ministère de l'Intérieur pour tout ce qui concerne la sécurité sur le territoire national. Il faut par ailleurs regrouper et réorganiser les services de renseignement et unifier les forces d'intervention qui sont éclatées entre le GIGN, le RAID et la BRI.

Parallèlement, la mobilisation des forces économiques et sociales mais aussi des citoyens est très importante. Les entreprises sont des cibles mais aussi des acteurs de la sécurité : elles ont besoin de sécuriser un certain nombre de lieux pour leurs salariés et leurs clients ; mais elles se trouvent aussi, pour certaines d'entre elles, à la pointe de la recherche dans des secteurs comme le cyber - la recherche dans ce secteur étant aujourd'hui largement privée -. Les entreprises devront donc réinvestir le champ de la sécurité. C'est vrai aussi des citoyens. La sécurité est l'affaire de tous : les citoyens doivent se réengager dans la sécurité à travers la formation à la gestion des situations d'urgence, à travers l'engagement dans les réserves, à travers l'acceptation de la réorientation d’une partie - au reste minime - des dépenses de l'Etat-providence vers l'Etat régalien. L’objectif consiste à porter le budget de la défense jusqu'à 2% du PIB en 2025, comme la France en a pris l'engagement au sein de l'Otan, et à accroître le budget de la sécurité intérieure jusqu'à 1% du PIB.

La dimension européenne est aussi très importante. Il existe un paradoxe : si les citoyens européens plébiscitent l'Europe en matière de sécurité, cette dernière est pour l'instant un vide stratégique. Nous préconisons la création d'une Union européenne pour la sécurité qui aurait pour mission la coordination de la lutte contre le terrorisme,  la protection des infrastructures essentielles et le contrôle des frontières extérieures de l'Union. Cela permettra de répondre à la très grande inquiétude des citoyens européens qui s'est exprimée lors du référendum sur le Brexit, lors des élections régionales allemandes et qui va continuer à s'exprimer lors du cycle électoral qui va démarrer cet automne en Autriche et en Italie jusqu'à l'automne prochain lors des élections législatives en Allemagne.

Qui aujourd'hui, au sein de la majorité ou de l'opposition, vous semble avoir le discours le plus pertinent sur la question de la sécurité nationale ?  

L'enjeu de la sécurité nationale dépasse les clivages partisans. A huit mois de l'élection présidentielle - au cours de laquelle les Français décideront de leur destin et de celui de la nation - et au moment où la sécurité est avec la relance de la croissance et de l'emploi le thème le plus important pour l'avenir de notre pays, nous avons souhaité mettre à la disposition de tous - les dirigeants politiques qui sont au pouvoir ou dans l'opposition mais aussi les citoyens - à la fois un constat précis de la situation, une analyse des faiblesses actuelles et surtout des propositions pour y remédier. Il me semble que cette logique qui mêle à la fois une connaissance du sujet et des propositions pour gérer les risques est le meilleur antidote aux embardées populistes et au risque de démagogie. Par ailleurs, la France, qui reste en Europe, après le Brexit, le seul membre permanent du conseil de sécurité, la seule puissance nucléaire, la seule nation à pouvoir projeter des forces et commander des opérations complexes, dispose d’une responsabilité majeure dans la défense de la liberté et de la souveraineté du continent. C’est aussi une formidable chance pour elle de retrouver son rang. 

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Commentaires (3)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
lafronde
- 09/09/2016 - 12:56
Quid des constructions de prisons nouvelles ?
Qui veut la sûreté, exige que la délinquance et le crime soient réprimés sans faiblesse. Or les peines prononcées "au nom du peuple français" sont en majorité non exécutées. ceci pour des raisons matérielles, les prisons sont déjà pleines. Il y a a ici une défaillance des trois pouvoirs républicains : les gouvernements successifs qui n'ont pas construit ces prisons nécessitées par la hausse de la criminalité, le Parlement qui ne l'a pas exigé du Gouvernement, la Magistrature qui revoit l'exécution des peines à la baisse. C'est donc la République elle-même qui se montre défaillante sur sa raison d'être : la défense de la Sûreté, de la Liberté de la Propriété, et celle de l'Egalité en Droit. La République politicienne et clientéliste a remplacé en France la République des libertés fondamentales. Bien entendu le personnel politique qui s'est montré défaillant va chercher à faire peur, pour conserver son pouvoir. Le citoyen devra se montrer vigilant vis à vis des media "politiquement correct" (qui veulent "éduquer" l'opinion publique), et vigilant sur un bourrage d'urnes "à l'autrichienne".
vangog
- 09/09/2016 - 12:51
Les "nouvelles menaces" sont les mêmes...
depuis quarante ans! Les attentats ont simplement augmenté de fréquence, alors que le Wahabbisme sent sa fin proche, mais ils ont les mêmes origines que ceux qui provoquaient des centaines de morts à Saint Michel, rue de Rennes, drugstore St Germain, rue des Rosiers...les hommes et les noms des organisations ont changé, depuis ces premiers attentats, mais les origines et les financements sont les mêmes: les Wahabites du Qatar, du Yémen et d'Arabie saoudite finançant les mouvements armés dissidents pro-islamistes, tel que Le Front populaire de libération de la Palestine en 1970, pro-gauchiste et pro-islamiste. Et depuis quarante ans, règne la même confusion des genres entre gauchisme et islamisme qui permet à ces assassins d'en générer d'autres et de se multiplier jusqu'à un stade critique, tel que nous le connaissons aujourd'hui. L'Occident n'aura pas le choix et devra prendre le taureau par les cornes! Il devra condamner tous les financements indirects de l'islamisme (voir l'excellent article de Del Vallee sur le Qatar...), bannir les participations des pays islamistes des entreprises occidentales, et combattre les complices gauchistes et droidelhommistes de l'islamisme!
lafronde
- 09/09/2016 - 12:37
Se protéger du terrorisme artisanal
Le massacre de Nice a démontré que la société civile n'est pas en mesure de parer à la menace du terrorisme artisanal, concrétisé par de nombreux meurtres et assassinats, dont Nice par son ampleur et son absence d'arme a marqué les esprits. Concentrer nos moyens sécuritaire ans l'Etat, c'est déjà fait, et ça ne marche pas. Ne serait-ce que parce qu'un gouvernement n'ose pas faire revenir à l'ordre public "les territoires perdus de la République", de peur d'émeutes façon 2005, et d'y perdre des suffrages électoraux. Les collectivités locales, en particulier les municipalités doivent pouvoir contribuer davantage à la sûreté publique. Ce que les lois républicaines empêchent à ce jour. C'est la même chose pour des entreprises ou des groupements d'entreprise ou de commerce. Ici encore, la République s'en réservant le monopole, ne veut pas que les acteurs économiques contribuent à une sécurité active, les cantonnant à une sécurité statique, onéreuse, et pas assez dissuasive. Des propositions ? Faire passer une bonne partie du personnel sécuritaire de l'Etat vers les municipalités ou entreprise volontaires. Pour la sécurité résidentielle, permettre les milices citoyennes de quartier.