En direct
Best of
Best of du 28 mars au 3 avril
En direct
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Corona : la production de la célèbre bière va s’interrompre suite aux mesures de restriction au Mexique

02.

Bayonne : le journaliste Christophe Hondelatte déplore les nuisances sonores du 1er RPIMa en plein confinement

03.

Coronavirus : les fonctionnaires qui nous sauvent et ceux qui nous plombent (voire pire...)

04.

Covid-19 et chloroquine : et si l'on écoutait le Dr Vladimir Zelenko nous parler de sa propre expérience ?

05.

Philippe Juvin : "Les chefs et petits chefs de l’administration qui nous entravent face à l’urgence devront répondre de leurs actions après cette crise"

06.

Coronavirus : où l’on apprend qu’en Afrique du Sud les heures les plus sombres de l’apartheid sont revenues…

07.

Voilà comment se passe le déconfinement à Wuhan (et ce que ça nous apprend sur la réalité de la violence de l’épidémie)

01.

Coronavirus : les fonctionnaires qui nous sauvent et ceux qui nous plombent (voire pire...)

02.

Covid-19 et chloroquine : et si l'on écoutait le Dr Vladimir Zelenko nous parler de sa propre expérience ?

03.

Yazdan Yazdapanah, qui coordonne les essais contre le coronavirus, est-il l'homme des laboratoires américains ?

04.

Jean-Noël Fabiani : "Il ne pourra pas y avoir de sortie du confinement sans dépistage de masse, ni mesures de très grande précaution"

05.

Philippe Juvin : "Les chefs et petits chefs de l’administration qui nous entravent face à l’urgence devront répondre de leurs actions après cette crise"

06.

Coronavirus : ces éléments venus d’Italie qui montrent que le nombre réel de morts pourrait être 4 fois supérieur aux chiffres officiels

01.

Tests : la stratégie du gouvernement nous accule à un (nouveau) retard évitable

02.

Coronavirus : ces éléments venus d’Italie qui montrent que le nombre réel de morts pourrait être 4 fois supérieur aux chiffres officiels

03.

Coronavirus : les fonctionnaires qui nous sauvent et ceux qui nous plombent (voire pire...)

04.

Philippe Juvin : "Les chefs et petits chefs de l’administration qui nous entravent face à l’urgence devront répondre de leurs actions après cette crise"

05.

Crise du coronavirus : Nicolas Sarkozy, le recours silencieux ?

06.

Covid-19 et chloroquine : et si l'on écoutait le Dr Vladimir Zelenko nous parler de sa propre expérience ?

ça vient d'être publié
pépites > International
Aux origines du virus
Chine : des marchés d’animaux sauvages auraient réouvert
il y a 24 min 18 sec
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Chanson bretonne, L’Enfant et la Guerre, Deux contes" de J.M.G. Le Clézio : l’émotion des souvenirs d’enfance. 2 contes sensibles et subtils

il y a 1 heure 55 min
light > France
Manœuvres militaires
Bayonne : le journaliste Christophe Hondelatte déplore les nuisances sonores du 1er RPIMa en plein confinement
il y a 5 heures 54 min
Avec modération
Corona : la production de la célèbre bière va s’interrompre suite aux mesures de restriction au Mexique
il y a 7 heures 51 min
light > Culture
"Magie" du confinement
J.K Rowling lance un site Internet dédié à Harry Potter en cette période de confinement
il y a 9 heures 13 min
pépites > International
Bilan présidentiel
Coronavirus : Donald Trump révèle qu'il a été testé une nouvelle fois et qu’il est toujours négatif
il y a 11 heures 51 min
pépite vidéo > Politique
"Restez chez vous" pour sauver des vies
Le gouvernement a un message clair : "ne partez pas en vacances" et "respectez le confinement"
il y a 13 heures 10 min
pépites > Education
Calendrier bouleversé
Jean-Michel Blanquer révèle que les épreuves du bac 2020 et du brevet seront remplacées et validées par le contrôle continu
il y a 14 heures 1 min
décryptage > France
Face à la crise

L’incapacité bureaucratique française face au Covid-19

il y a 15 heures 25 sec
décryptage > International
Le bon vieux temps ?

Coronavirus : où l’on apprend qu’en Afrique du Sud les heures les plus sombres de l’apartheid sont revenues…

il y a 16 heures 9 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Le Siècle des Quatre Empereurs" de Rémi Kauffer : un formidable récit historique, une gigantesque fresque humaine et une épopée haletante

il y a 1 heure 35 min
pépites > Santé
Données des Ehpad communiquées
Covid-19 : plus de 6.500 morts en France, selon les derniers chiffres dévoilés par Jérôme Salomon
il y a 5 heures 19 min
pépite vidéo > Economie
Leçons de la crise
Jacques Attali estime que "commencer à parler" maintenant "du déconfinement est une plaisanterie du 1er avril"
il y a 6 heures 51 min
pépites > Santé
Recommandations
Covid-19 : l'Académie de médecine se prononce pour le port obligatoire du masque, même pour les modèles "alternatifs"
il y a 8 heures 40 min
rendez-vous > Consommation
Atlantic-tac
Quand le noir se noircit et quand le bleu devient plus bleu : c’est l’actualité toujours pas déconfinée des montres
il y a 11 heures 25 min
pépites > France
Polémique
Covid-19 : les patients en réanimation n’ont "pas respecté le confinement" ? Didier Lallement s’excuse
il y a 12 heures 34 min
pépites > Justice
"Bombe" sanitaire
Coronavirus : les prisons françaises comptabilisent 6.266 détenus en moins depuis le début du confinement
il y a 13 heures 28 min
décryptage > Politique
Contagion

Abjurez le libéralisme et vous serez sauvé !

il y a 14 heures 46 min
décryptage > Economie
Ralentissement

Inflation en chute libre : la déflation est en marche et nous ne réagissons pas (assez)

il y a 15 heures 27 min
décryptage > Science
Prouesse

Super décodeur : une machine réussit désormais à traduire des ondes cérébrales en phrases

il y a 16 heures 27 min
© Reuters
Le Royaume-Uni dispose de la même marge de manœuvre qu'avant le scrutin. En revanche, les responsables politiques sont désormais plus pragmatiques et ne craignent pas de mettre en place des politiques de relances budgétaires.
© Reuters
Le Royaume-Uni dispose de la même marge de manœuvre qu'avant le scrutin. En revanche, les responsables politiques sont désormais plus pragmatiques et ne craignent pas de mettre en place des politiques de relances budgétaires.
City connais rien, tais-toi donc

Quand les grandes banques britanniques reconnaissent s'être totalement trompées sur les risques de récession engendrés par le Brexit

Publié le 09 septembre 2016
Le Brexit était supposé être la catastrophe économique du siècle, à en croire les différentes prévisions. Pourtant, d'importantes banques internationales comme Morgan Stanley reviennent désormais sur leurs estimations en matière de récession de l'économie du Royaume-Uni.
Avec une double formation française et polonaise, Christopher Dembik est diplômé de Sciences-Po Paris et de l’Institut d’Economie de l’Académie des Sciences polonaise. Il a vécu cinq ans à l’étranger, en Pologne et en Israël, où il a travaillé pour la...
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Christopher Dembik
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Avec une double formation française et polonaise, Christopher Dembik est diplômé de Sciences-Po Paris et de l’Institut d’Economie de l’Académie des Sciences polonaise. Il a vécu cinq ans à l’étranger, en Pologne et en Israël, où il a travaillé pour la...
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Le Brexit était supposé être la catastrophe économique du siècle, à en croire les différentes prévisions. Pourtant, d'importantes banques internationales comme Morgan Stanley reviennent désormais sur leurs estimations en matière de récession de l'économie du Royaume-Uni.

Atlantico : Tant le Crédit Suisse que Morgan Stanley estiment désormais s'être trompées au sujet de la récession économique que devait subir le Royaume-Uni à la suite du Brexit. Selon eux, l'économie britannique résiste bien mieux que prévu. Qu'en est-il dans les faits ? Pour quelles raisons l'économie britannique peut-elle s'avérer à ce point résiliente ?

Christopher Dembik : Globalement, on constate au Royaume-Uni une décélération de l'activité économique depuis 2016. C'est quelque chose qui est très remarquable quand on observe l'indice PMI construction : il était en territoire négatif depuis le début de l'année. Cela témoigne bien, dans tous les cas, que l'économie britannique est en fin de cycle et que le Brexit, s'il peut accélérer la décélération de la croissance, n'est en aucun cas un facteur déclencheur de cette situation. Il n'est pas la cause d'une éventuelle récession ou d'un potentiel ralentissement de l'activité. 

Par conséquent, oui, on peut tout à fait dire que l'économie résiste mieux que prévu. Elle résiste même nettement mieux que prévu. Et ce, que ce soit du côté de la confiance des agents économiques (qui réunissent aussi bien les consommateurs que les chefs d'entreprises)  du côté de la stabilité monétaire. Après une forte chute, il apparaît désormais que la livre sterling entame un mouvement de stabilisation. En fait, en un sens et dans l'immédiat, le Brexit fait (un peu) office de non-évènement économique.

Cette résilience de l'économie britannique est la résurgence de différents facteurs. D'une part et tout d'abord, elle s'explique par un secteur financier qui n'a pas été pénalisé dans l'immédiat. De facto, donc, il demeure très attractif et extrêmement solide. Dans un deuxième temps, le gouvernement britannique et la Banque Centrale ont adopté des mesures très rapides (baisses d'impôts sur les sociétés, augmentation des rachats d'obligations d'entreprises, d'obligations souveraines, etc.) qui, si elles étaient déjà prévues – c'est important de le préciser –, ont constitué un signal extrêmement fort pour rétablir la confiance et montrer que le Brexit n'a pas un impact essentiel sur l'économie. On notera enfin qu'en octobre le chancelier de l'Échiquier doit présenter un plan de relance de l'économie. Celui-ci devrait très vraisemblablement se concentrer sur les infrastructures, qui nécessitent des travaux, et sur l'éducation afin d'améliorer la productivité. Ce serait un stimulus très important pour l'économie britannique, qui pourra rompre avec les plans de consolidation budgétaire du chancelier Osborne.

Dans l'immédiat, les traités n'ayant pas encore changé, le Royaume-Uni dispose strictement de la même marge de manœuvre qu'avant le scrutin. En revanche, on constate un changement de paradigme idéologique : les responsables politiques sont désormais plus pragmatiques et ne craignent pas de mettre en place des politiques de relances budgétaires (d'ailleurs mis en avant par le FMI dans un revirement assez spectaculaire). Ce changement de paradigme, considérable, est nécessaire pour rassurer les chefs d'entreprises et les consommateurs.

Comment expliquer une telle erreur de jugement de la part d'autorités reconnues parfois mondialement reconnues ? Qu'est-ce que cela traduit des volontés de prédictions, ou de la qualité des experts économiques ?

Les prévisions qui ont été effectuées par le secteur bancaire (notamment, mais pas que) ont été nourries, au moins partiellement, par un objectif de lobbying. Il s'agissait de montrer la catastrophe économique – pour le Royaume-Uni – que génèrerait une sortie de l'Union européenne. Pour autant, le fait est qu'en lisant précisément les prévisions, on constate que l'intégralité des acteurs, Banque d'Angleterre inclue, reconnaissaient la difficulté de l'exercice. Quantifier l'impact du Brexit était quelque chose de très complexe, même à court terme.

Il me semble important de préciser que tout exercice de prévision économique est, par essence, extrêmement difficile à mener. Quand bien même nous disposons dorénavant de très bonnes compétences en économétrie, il s'agit toujours d'un exercice très hasardeux. Rappelons que toutes les prévisions des différents organismes internationaux, des banques centrales au FMI, sont systématiquement mises en échec. À l'heure actuelle, elles sont en permanence révisées à la baisse. Il faut comprendre que ce n'est ni plus ni moins qu'un cadre de réflexion, notamment pour le décideur politique. Ces prévisions ne doivent pas être des chiffres jugés automatiquement fiables.

Nos experts ne sont pas mauvais pour autant, ni plus mauvais qu'hier. Depuis les années 1990, un pan entier de l'économie s'est concentré sur l'économétrie, voire peut-être à outrance. Cela a donné lieu à une mathématisation extrêmement importante de la discipline. Dans le même temps, il faut bien réaliser qu'on ne peut ni intégrer ni quantifier des données psychologiques comme la confiance des investisseurs ou des agents économiques. Ce sont précisément ces deux points-là qui ont beaucoup joué dans le cadre du Brexit.

Sans s'essayer à un exercice de voyance, le risque d'une récession est-il durablement exclu, néanmoins ? Quelle pourrait être la responsabilité du Brexit dans une telle situation ?

Non, il n'est pas durablement exclu. Il y a une incertitude réelle sur le processus politique qui va s'ouvrir. Si ce dernier se passe mal avec l'Union européenne, il va de soi que cela va affoler les investisseurs et engendrer un effet délétère sur la confiance.

Cependant, je le répète et c'est le point le plus important : l'économie britannique arrive en fin de cycle. Il ne sera donc pas surprenant d'assister à une récession en 2017 ou en 2018. Cette récession est en réalité inévitable, peu importe le contexte politique, peu importe le Brexit. Ces dimensions-là ne viendront qu'accentuer une fatalité due à la fin de cycle de l'économie britannique.

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Corona : la production de la célèbre bière va s’interrompre suite aux mesures de restriction au Mexique

02.

Bayonne : le journaliste Christophe Hondelatte déplore les nuisances sonores du 1er RPIMa en plein confinement

03.

Coronavirus : les fonctionnaires qui nous sauvent et ceux qui nous plombent (voire pire...)

04.

Covid-19 et chloroquine : et si l'on écoutait le Dr Vladimir Zelenko nous parler de sa propre expérience ?

05.

Philippe Juvin : "Les chefs et petits chefs de l’administration qui nous entravent face à l’urgence devront répondre de leurs actions après cette crise"

06.

Coronavirus : où l’on apprend qu’en Afrique du Sud les heures les plus sombres de l’apartheid sont revenues…

07.

Voilà comment se passe le déconfinement à Wuhan (et ce que ça nous apprend sur la réalité de la violence de l’épidémie)

01.

Coronavirus : les fonctionnaires qui nous sauvent et ceux qui nous plombent (voire pire...)

02.

Covid-19 et chloroquine : et si l'on écoutait le Dr Vladimir Zelenko nous parler de sa propre expérience ?

03.

Yazdan Yazdapanah, qui coordonne les essais contre le coronavirus, est-il l'homme des laboratoires américains ?

04.

Jean-Noël Fabiani : "Il ne pourra pas y avoir de sortie du confinement sans dépistage de masse, ni mesures de très grande précaution"

05.

Philippe Juvin : "Les chefs et petits chefs de l’administration qui nous entravent face à l’urgence devront répondre de leurs actions après cette crise"

06.

Coronavirus : ces éléments venus d’Italie qui montrent que le nombre réel de morts pourrait être 4 fois supérieur aux chiffres officiels

01.

Tests : la stratégie du gouvernement nous accule à un (nouveau) retard évitable

02.

Coronavirus : ces éléments venus d’Italie qui montrent que le nombre réel de morts pourrait être 4 fois supérieur aux chiffres officiels

03.

Coronavirus : les fonctionnaires qui nous sauvent et ceux qui nous plombent (voire pire...)

04.

Philippe Juvin : "Les chefs et petits chefs de l’administration qui nous entravent face à l’urgence devront répondre de leurs actions après cette crise"

05.

Crise du coronavirus : Nicolas Sarkozy, le recours silencieux ?

06.

Covid-19 et chloroquine : et si l'on écoutait le Dr Vladimir Zelenko nous parler de sa propre expérience ?

Commentaires (8)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
J'accuse
- 11/09/2016 - 11:22
Les Nostradamus du XXIe siècle
"Toutes les prévisions des différents organismes internationaux sont systématiquement mises en échec" : en toute logique, il faudrait donc prendre pour vrai exactement le contraire de ce qu'elles disent. Dans le même ordre d'idées, ne sont-ce pas les mêmes types de modélisations mathématiques qui nous annoncent l'apocalypse climatique ? Un vrai scientifique vous dira qu'il est impossible de prédire l'avenir avec certitude; cependant, les économistes, les climatologues et les politiciens veulent nous faire croire le contraire, et qu'ils savent tout sur notre futur.
Baleine91
- 10/09/2016 - 14:49
Prévisions politisés
A cour terme les anglais souffriront peut être mais à moyen et long terme ils s'en sortiront mieux que nous. L'Europe est une nasse, un piège destiné à nous manipuler plus facilement. Ne pas être dans l'Europe n'a jamais gêné la Suisse par exemple. Je pense que l'Angleterre va s'en sortir, a par peut être le grand Londres qui me paraît dériver vers le délire Franco allemand actuel.
Anouman
- 09/09/2016 - 20:17
Prévisions
S'ils se sont trompés c'est que les théories qui sous-tendent leurs modèles de prévisions sont fausses, simplement. Par ailleurs ils ont du en rajouter un peu histoire de faire paniquer les indécis.
Au lieu de faire des prévisions foireuses ils devraient rechercher des théories qui sont confirmées par la réalités et non qui satisfont leurs désirs personnels.