En direct
Best of
Best of du 12 au 18 janvier
En direct
© Reuters
Le Royaume-Uni dispose de la même marge de manœuvre qu'avant le scrutin. En revanche, les responsables politiques sont désormais plus pragmatiques et ne craignent pas de mettre en place des politiques de relances budgétaires.
City connais rien, tais-toi donc
Quand les grandes banques britanniques reconnaissent s'être totalement trompées sur les risques de récession engendrés par le Brexit
Publié le 09 septembre 2016
Le Brexit était supposé être la catastrophe économique du siècle, à en croire les différentes prévisions. Pourtant, d'importantes banques internationales comme Morgan Stanley reviennent désormais sur leurs estimations en matière de récession de l'économie du Royaume-Uni.
Avec une double formation française et polonaise, Christopher Dembik est diplômé de Sciences-Po Paris et de l’Institut d’Economie de l’Académie des Sciences polonaise. Il a vécu cinq ans à l’étranger, en Pologne et en Israël, où il a travaillé pour la...
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Christopher Dembik
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Avec une double formation française et polonaise, Christopher Dembik est diplômé de Sciences-Po Paris et de l’Institut d’Economie de l’Académie des Sciences polonaise. Il a vécu cinq ans à l’étranger, en Pologne et en Israël, où il a travaillé pour la...
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Le Brexit était supposé être la catastrophe économique du siècle, à en croire les différentes prévisions. Pourtant, d'importantes banques internationales comme Morgan Stanley reviennent désormais sur leurs estimations en matière de récession de l'économie du Royaume-Uni.

Atlantico : Tant le Crédit Suisse que Morgan Stanley estiment désormais s'être trompées au sujet de la récession économique que devait subir le Royaume-Uni à la suite du Brexit. Selon eux, l'économie britannique résiste bien mieux que prévu. Qu'en est-il dans les faits ? Pour quelles raisons l'économie britannique peut-elle s'avérer à ce point résiliente ?

Christopher Dembik : Globalement, on constate au Royaume-Uni une décélération de l'activité économique depuis 2016. C'est quelque chose qui est très remarquable quand on observe l'indice PMI construction : il était en territoire négatif depuis le début de l'année. Cela témoigne bien, dans tous les cas, que l'économie britannique est en fin de cycle et que le Brexit, s'il peut accélérer la décélération de la croissance, n'est en aucun cas un facteur déclencheur de cette situation. Il n'est pas la cause d'une éventuelle récession ou d'un potentiel ralentissement de l'activité. 

Par conséquent, oui, on peut tout à fait dire que l'économie résiste mieux que prévu. Elle résiste même nettement mieux que prévu. Et ce, que ce soit du côté de la confiance des agents économiques (qui réunissent aussi bien les consommateurs que les chefs d'entreprises)  du côté de la stabilité monétaire. Après une forte chute, il apparaît désormais que la livre sterling entame un mouvement de stabilisation. En fait, en un sens et dans l'immédiat, le Brexit fait (un peu) office de non-évènement économique.

Cette résilience de l'économie britannique est la résurgence de différents facteurs. D'une part et tout d'abord, elle s'explique par un secteur financier qui n'a pas été pénalisé dans l'immédiat. De facto, donc, il demeure très attractif et extrêmement solide. Dans un deuxième temps, le gouvernement britannique et la Banque Centrale ont adopté des mesures très rapides (baisses d'impôts sur les sociétés, augmentation des rachats d'obligations d'entreprises, d'obligations souveraines, etc.) qui, si elles étaient déjà prévues – c'est important de le préciser –, ont constitué un signal extrêmement fort pour rétablir la confiance et montrer que le Brexit n'a pas un impact essentiel sur l'économie. On notera enfin qu'en octobre le chancelier de l'Échiquier doit présenter un plan de relance de l'économie. Celui-ci devrait très vraisemblablement se concentrer sur les infrastructures, qui nécessitent des travaux, et sur l'éducation afin d'améliorer la productivité. Ce serait un stimulus très important pour l'économie britannique, qui pourra rompre avec les plans de consolidation budgétaire du chancelier Osborne.

Dans l'immédiat, les traités n'ayant pas encore changé, le Royaume-Uni dispose strictement de la même marge de manœuvre qu'avant le scrutin. En revanche, on constate un changement de paradigme idéologique : les responsables politiques sont désormais plus pragmatiques et ne craignent pas de mettre en place des politiques de relances budgétaires (d'ailleurs mis en avant par le FMI dans un revirement assez spectaculaire). Ce changement de paradigme, considérable, est nécessaire pour rassurer les chefs d'entreprises et les consommateurs.

Comment expliquer une telle erreur de jugement de la part d'autorités reconnues parfois mondialement reconnues ? Qu'est-ce que cela traduit des volontés de prédictions, ou de la qualité des experts économiques ?

Les prévisions qui ont été effectuées par le secteur bancaire (notamment, mais pas que) ont été nourries, au moins partiellement, par un objectif de lobbying. Il s'agissait de montrer la catastrophe économique – pour le Royaume-Uni – que génèrerait une sortie de l'Union européenne. Pour autant, le fait est qu'en lisant précisément les prévisions, on constate que l'intégralité des acteurs, Banque d'Angleterre inclue, reconnaissaient la difficulté de l'exercice. Quantifier l'impact du Brexit était quelque chose de très complexe, même à court terme.

Il me semble important de préciser que tout exercice de prévision économique est, par essence, extrêmement difficile à mener. Quand bien même nous disposons dorénavant de très bonnes compétences en économétrie, il s'agit toujours d'un exercice très hasardeux. Rappelons que toutes les prévisions des différents organismes internationaux, des banques centrales au FMI, sont systématiquement mises en échec. À l'heure actuelle, elles sont en permanence révisées à la baisse. Il faut comprendre que ce n'est ni plus ni moins qu'un cadre de réflexion, notamment pour le décideur politique. Ces prévisions ne doivent pas être des chiffres jugés automatiquement fiables.

Nos experts ne sont pas mauvais pour autant, ni plus mauvais qu'hier. Depuis les années 1990, un pan entier de l'économie s'est concentré sur l'économétrie, voire peut-être à outrance. Cela a donné lieu à une mathématisation extrêmement importante de la discipline. Dans le même temps, il faut bien réaliser qu'on ne peut ni intégrer ni quantifier des données psychologiques comme la confiance des investisseurs ou des agents économiques. Ce sont précisément ces deux points-là qui ont beaucoup joué dans le cadre du Brexit.

Sans s'essayer à un exercice de voyance, le risque d'une récession est-il durablement exclu, néanmoins ? Quelle pourrait être la responsabilité du Brexit dans une telle situation ?

Non, il n'est pas durablement exclu. Il y a une incertitude réelle sur le processus politique qui va s'ouvrir. Si ce dernier se passe mal avec l'Union européenne, il va de soi que cela va affoler les investisseurs et engendrer un effet délétère sur la confiance.

Cependant, je le répète et c'est le point le plus important : l'économie britannique arrive en fin de cycle. Il ne sera donc pas surprenant d'assister à une récession en 2017 ou en 2018. Cette récession est en réalité inévitable, peu importe le contexte politique, peu importe le Brexit. Ces dimensions-là ne viendront qu'accentuer une fatalité due à la fin de cycle de l'économie britannique.

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.
Emmanuel Macron est brillant, mais il n’est pas le président qu’il faut à la France
02.
Radioscopie des dépenses de la France : ces nouvelles inégalités qui se cachent derrière la puissance apparente de l'État-providence
03.
Connaissez vous Marie Kondo (la Japonaise qui a déclenché une folie du rangement dans le monde qui ne devrait pas tarder à atteindre la France) ?
04.
Et si le Rassemblement National était en train de faire un bien mauvais coup à l’euro en renonçant à exiger que nous en sortions ?
05.
Réponse à tout… sauf aux Gilets jaunes ? Pourquoi l’intelligence de Macron participe plus du problème que de la solution à la crise de défiance qui ébranle la société française
06.
Iran, pourquoi la menace d’une intervention militaire brandie par John Bolton pourrait marcher
07.
Gérard Larcher, l'Homme qui tient tête à Emmanuel Macron et ...à Laurent Wauquiez
01.
Patrick Bruel aime une nouvelle femme de (bien) moins de 50 ans; Vincent Cassel : entre sa (très) jeune épouse & sa fille aînée, c’est tendu; Sophie Marceau s’occupe de son fils, René-Charles Angélil-Dion de ses frères, Anouchka Delon de toute la famille
02.
Ce sondage dévastateur qui fait le procès de Macron le condamne sans appel
03.
Le Royaume-Uni se prépare à un Brexit sans accord et ne voit plus comment arrêter cette chronique d’un chaos annoncé
04.
Wauquiez pousse une colère contre la direction de LR, et Thierry Mariani contre Wauquiez ; L'Obs s'inquiète de la crise financière qui vient ; François-Xavier Bellamy en guerre contre le progressisme ; Ces députés LREM attaqués
05.
Littéralement explosif : le sondage exclusif qui montre que la condamnation de la violence par les Français... baisse (et que le nombre de ceux qui disent la comprendre augmente)
06.
Inégalités : la France est allée au maximum de ce que la redistribution fiscale permettait. Voilà ce qui pourrait être fait désormais
07.
Robots payeurs : mais que s’est-il vraiment passé sur la cagnotte de soutien aux policiers ?
01.
Ce sondage dévastateur qui fait le procès de Macron le condamne sans appel
02.
Gilets jaunes : un syndicat policier s’émeut des ordres de répression et du comptage des manifestants
03.
Patrick Bruel aime une nouvelle femme de (bien) moins de 50 ans; Vincent Cassel : entre sa (très) jeune épouse & sa fille aînée, c’est tendu; Sophie Marceau s’occupe de son fils, René-Charles Angélil-Dion de ses frères, Anouchka Delon de toute la famille
04.
Réponse à tout… sauf aux Gilets jaunes ? Pourquoi l’intelligence de Macron participe plus du problème que de la solution à la crise de défiance qui ébranle la société française
05.
Ce à quoi se condamnent lentement mais sûrement les Gilets jaunes
06.
Sévère répression des gilets jaunes : la justice française est-elle en train de préfèrer l’ordre à la justice ?
01.
Grand débat national : l’équation impossible d’Emmanuel Macron
02.
Réponse à tout… sauf aux Gilets jaunes ? Pourquoi l’intelligence de Macron participe plus du problème que de la solution à la crise de défiance qui ébranle la société française
03.
Pourquoi Macron, les populistes et les gilets jaunes sont tous le produit de la même vague (et pourquoi ils seraient bien inspirés de le comprendre réciproquement)
04.
Ce sondage dévastateur qui fait le procès de Macron le condamne sans appel
05.
Radioscopie des dépenses de la France : ces nouvelles inégalités qui se cachent derrière la puissance apparente de l'État-providence
06.
Si la France vit un moment révolutionnaire (et voilà pourquoi c’en est bien un), quelle stratégie politique pour éviter le chaos et en sortir par le haut ?
Commentaires (8)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
J'accuse
- 11/09/2016 - 11:22
Les Nostradamus du XXIe siècle
"Toutes les prévisions des différents organismes internationaux sont systématiquement mises en échec" : en toute logique, il faudrait donc prendre pour vrai exactement le contraire de ce qu'elles disent. Dans le même ordre d'idées, ne sont-ce pas les mêmes types de modélisations mathématiques qui nous annoncent l'apocalypse climatique ? Un vrai scientifique vous dira qu'il est impossible de prédire l'avenir avec certitude; cependant, les économistes, les climatologues et les politiciens veulent nous faire croire le contraire, et qu'ils savent tout sur notre futur.
Baleine91
- 10/09/2016 - 14:49
Prévisions politisés
A cour terme les anglais souffriront peut être mais à moyen et long terme ils s'en sortiront mieux que nous. L'Europe est une nasse, un piège destiné à nous manipuler plus facilement. Ne pas être dans l'Europe n'a jamais gêné la Suisse par exemple. Je pense que l'Angleterre va s'en sortir, a par peut être le grand Londres qui me paraît dériver vers le délire Franco allemand actuel.
Anouman
- 09/09/2016 - 20:17
Prévisions
S'ils se sont trompés c'est que les théories qui sous-tendent leurs modèles de prévisions sont fausses, simplement. Par ailleurs ils ont du en rajouter un peu histoire de faire paniquer les indécis.
Au lieu de faire des prévisions foireuses ils devraient rechercher des théories qui sont confirmées par la réalités et non qui satisfont leurs désirs personnels.