En direct
Best of
Best of du 1er au 7 août
En direct
ça vient d'être publié
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Lectures d'été" : "Roumeli - Voyages en Grèce du Nord" de Patrick Leigh Fermor, vagabondage dans une Grèce inconnue des touristes

il y a 5 heures 32 min
light > Culture
Secteur menacé par la crise ?
La fréquentation "s'écroule" au château de Versailles face à l’absence de touristes étrangers
il y a 6 heures 6 min
pépites > Politique
Nouvelle affectation ?
Agnès Buzyn pourrait être nommée à la tête d’Universcience
il y a 7 heures 56 min
light > Media
Nouvelle équipe
Plusieurs départs au sein du magazine Paris Match dont Valérie Trierweiler
il y a 9 heures 6 min
pépites > Politique
Vice-présidente
Joe Biden choisit la sénatrice Kamala Harris comme colistière avant l’élection présidentielle face à Donald Trump
il y a 10 heures 15 min
décryptage > High-tech
Avenir

Comment empêcher la fuite des cerveaux français du numérique ?

il y a 13 heures 45 min
décryptage > Santé
Course contre la montre

Vaccin contre la Covid-19 : pourquoi les pérégrinations de la recherche russe pourraient se révéler crédibles

il y a 14 heures 13 min
décryptage > International
Idéologie

Communisme revisité : ces nouveaux penseurs dont s’inspire Xi Jinping pour diriger la Chine d’une main de fer

il y a 14 heures 31 min
décryptage > International
En même temps à risque

L’étrange pas de deux d’Emmanuel Macron avec le Hezbollah

il y a 14 heures 56 min
pépites > Santé
CORONAVIRUS
Les chiffres qui inquiètent en Ile-de-France
il y a 1 jour 9 heures
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Lectures d'été" : "Amazonia" de Patrick Deville, exploration littéraire au coeur du pays d'Aguirre

il y a 5 heures 38 min
pépites > Politique
Démocratie
Biélorussie : Emmanuel Macron exprime sa "très grande préoccupation"
il y a 6 heures 45 min
pépites > Santé
Impact de la catastrophe
Liban : plus de la moitié des hôpitaux de Beyrouth seraient "hors service" après l’explosion
il y a 8 heures 29 min
pépites > Europe
Accident ferroviaire
Un train de passagers déraille en Ecosse, les autorités redoutent un lourd bilan
il y a 9 heures 50 min
pépite vidéo > International
Violence de la catastrophe
Les images de l’explosion à Beyrouth au ralenti
il y a 11 heures 7 min
décryptage > Société
Tout nouveau tout beau

Vous avez aimé le # "privilège blanc" ? Vous adorerez le # "privilège juif"

il y a 14 heures 4 min
décryptage > Science
Espace

Et si l’Univers ne s’expliquait pas par un Big Bang originel mais par un Grand Rebondissement ?

il y a 14 heures 23 min
décryptage > Histoire
Atlantico Business

Les femmes qui ont changé le monde et le cours de l’Histoire. Aujourd’hui, Mata Hari : du mouvement Metoo au Bureau des Légendes

il y a 14 heures 43 min
décryptage > Société
Protection contre le virus

Masques et crise de la masculinité : les ingrédients du cocktail explosif de violences en série

il y a 15 heures 6 min
décryptage > Société
Des mots qui viennent d’ailleurs

Zemmour est « sous-humain » (c'est à dire un sous-homme) ! Et c’est un surhomme qui le dit…

il y a 1 jour 10 heures
THE DAILY BEAST

Donald Trump recrute David Bossie, un des plus vieux "ennemis" d'Hillary Clinton

Publié le 07 septembre 2016
David Bossie s’est fait un nom en vouant toute sa carrière à enquêter sur des scandales touchant Hillary Clinton. Et désormais, il va le faire pour le compte de Donald Trump.
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
David Bossie s’est fait un nom en vouant toute sa carrière à enquêter sur des scandales touchant Hillary Clinton. Et désormais, il va le faire pour le compte de Donald Trump.

Copyright The Daily Beast - Share Harris (traduction par Julie Mangematin)

Nous sommes peut-être en 2016, mais, pour reprendre les termes d’Hillary Clinton, le "vaste complot de la droite" [1] n’est pas mort : il est bien vivant et représente une part croissante de la campagne présidentielle de Donald Trump.

Trump a dévoilé la toute dernière nouveauté jeudi, en recrutant comme directeur de campagne adjoint David Bossie, un enquêteur militant, vétéran de l’opposition conservatrice et adversaire de longue date de Bill et Hillary Clinton.

Dans une interview accordée au Washington Post, qui a révélé jeudi le recrutement de David Bossie, Trump a qualifié ce dernier ’"d’ami de longue date. Solide. Brillant. Amoureux de la politique, qui sait comment gagner."

En tout cas, David Bossie sait parfaitement comment exhumer des casseroles et remuer la boue. Son recrutement indique que Trump a choisi comme livre de chevet pour sa campagne le "manuel anti-Clinton", à la rédaction duquel Bossie a participé dans les années 1990.

David Bossie connait mieux que personne la litanie des scandales Clinton ; il suit le couple à la trace depuis des années, bien avant que Bill Clinton ne devienne président, et a aidé à construire la machine de guerre anti-Clinton à Washington.

Au sein de l’équipe de campagne de Trump, Bossie va à nouveau tremper dans les théories du complot les plus troubles entourant la candidate démocrate, et en particulier celle selon laquelle Hillary Clinton serait impliquée, voire même responsable, de la mort de Vince Foster [2], ce conseiller à la Maison-Blanche dont le corps a été retrouvé en juillet 1993 dans un parc près de Washington avec une blessure par balle qu’il se serait lui-même infligé, selon les autorités.

En juillet dernier, un conseiller de Trump, Roger Stone a avancé (et ce n’était pas la première fois) que Hillary Clinton était impliquée dans la mort de Foster ; il a qualifié la candidate de "criminelle mentalement instable". Trump lui-même avait déjà affirmé que les théories qui voient dans la mort de Foster un assassinat politique sont "très sérieuses" et que les informations sur les causes de sa mort sont "très vaseuses". Hillary Clinton et Vince Foster étaient des amis proches du temps où ils étaient associés dans le cabinet juridique Rose Law à Little Rock, dans l'Arkansas.

__________________________

[1] Formule employée par Hillary Clinton pour défendre son mari Bill, alors président des Etats-Unis, qui subissait des attaques répétées autour de plusieurs scandales, parmi lesquels l’affaire Monica Lewinsky, ndlr.

[2] Vince Foster était un conseiller de la Maison-Blanche pendant le premier mandat de Bill Clinton et aussi un associé et ami de Hillary Clinton. Classée comme suicide par plusieurs enquêtes officielles, sa mort reste un sujet d'intérêt en tant que théorie du complot, ndlr.

David Bossie va donc quitter pour l’instant la tête de Citizens United, le groupe militant fondé par Floyd Brown. Bossie a travaillé pour lui comme enquêteur au début de la carrière de Bill Clinton. Floyd Brown a encensé l'enquête de "fin limirer" conduite par Bossie dans son livre de 1992 : “Slick Willie”: Why America Cannot Trust Bill Clinton ("Slick Willie : Pourquoi l’Amérique ne peut pas faire confiance à Bill Clinton"). Le livre était paru quelques mois avant l’élection. Floyd Brown, cerveau de la célèbre campagne de communication sur Willie Horton lors de la course présidentielle de 1988, a fait du Clinton-bashing une petite industrie, à la fois en tant que directeur de Citizens United et comme chroniqueur de radio  engagé, dont les chroniques étaient rediffusées par de nombreux médias américains.

Après la prise de fonctions de Bill Clinton, Bossie est devenu l’enquêteur en chef anti-Clinton pour Citizens United. Il a passé les premiers mois de ce mandat à tenter de dénicher des scandales en fouillant dans le parcours de la ministre de la Santé Joycelyn Elders, et du procureur général Webster Hubbell, ami de longue date de Clinton et devenu son collaborateur.

Comme le relate le journaliste James B. Stewart dans son anthologie des scandales de la première ère Clinton, Blood Sport: The President and His Adversaries, quelques semaines après la mort de Vince Foster, Bossie a reçu le coup de fil d’un dénommé Jim Johnson, juge de la Cour suprême d’Arkansas à la retraite. "Le juge", tel qu’on l’appelait, était devenu un bruyant opposant de Clinton et a aiguillé Bossie vers un banquier de l’Arkansas nommé David Hale. Celui-ci faisait l’objet d’une enquête et espérait sauver sa peau en marchandant des dossiers compromettants sur le nouveau président.

Mais les procureurs fédéraux refusaient ce troc. David Hale s’est donc mis en quête d’autres débouchés et a fini par discuter des heures au téléphone avec Bossie, avide de tuyaux sur l’époque où Clinton occupait la scène politique en Arkansas.

Hale a affirmé que Clinton, alors gouverneur, avait fait pression sur lui pour le pousser à accorder un prêt illégal de 130 000 dollars à Sunsan McDougal. Cette amie des Clinton et son époux Jim avaient acquis avec les Clinton une propriété pittoresque en rase campagne, Whitewater, dont ils espéraient faire une destination de vacances.

Les allégations de Hale étaient d’un genre différent des spéculations fantaisistes autour de la mort de Vince Foster. Son témoignage est à l'origine du scandale Whitewater, une histoire byzantine de contrats immobiliers louches et de manigances financières dans laquelle s’est enlisée la Maison-Blanche sous Bill Clinton. Whitewater est devenu le symbole des pêchés des Clinton – réels et imaginaires – et la pierre d’achoppement des théoriciens du complot qui les poursuivent encore à ce jour.

Bossie est devenu une source de référence pour les reporters qui couvraient le scandale Whitewater et pour les agents du Congrès américain qui enquêtaient sur l’affaire. Il a été embauché en 1997 par un puissant comité de la Chambre qui lui a donné carte blanche pour enquêter sur les soupçons de fraudes financières de la campagne Clinton. Mais il a été licencié l’année suivante à cause de son implication dans la fuite d’enregistrements de conversations de Hubbell, qui purgeait alors une peine de prison pour des délits exhumés par le procureur indépendant Kenneth Starr dans l’enquête Whitewater.

Bossie n’est que le dernier fantôme du passé de Clinton à refaire surface dans l’arène politique. Auparavant, plusieurs des procès concernant l’usage de la boite mail privée de Hillary Clinton ont été lancés à l’initiative de Judicial Watch, un groupe conservateur fondé en 1994, en grande mesure pour débusquer des dossiers sur l’administration de Bill Clinton.

Judicial Watch, alors sous la direction du militant républicain controversé Larry Klayman, a saisi la justice sur le dossier Whitewater, ainsi qu’au sujet de la polémique autour du licenciement du personnel chargé des voyages de la Maison-Blanche – un des premiers scandales du mandat de la First Lady - et, bien sûr, au sujet de la mort de Vince Foster.

Aujourd’hui sous une nouvelle direction, Judicial Watch est reconnu par les journalistes et les groupes de vigilance citoyenne pour avoir mis Hillary Clinton face à ses responsabilités, à la fois concernant la sécurité de ses courriers électroniques et de potentiels conflits d’intérêt lorsqu’elle occupait le poste de secrétaire d’Etat.

Mais l’équipe de campagne de Hillary Clinton a la mémoire longue et a réagi en rangeant directement Judicial Watch dans le camp autrefois occupé par David Bossie et sa troupe d'inquisiteurs.

"Judicial Watch représente tout ce qui ne tourne pas rond dans notre système politique", expliquait en juin le porte-parole de Clinton, Nick Merrill, au Daily Beast. "La fabrication de preuves de corruption est au centre de leur agenda politique singulier depuis leur lancement… Ils ne s’intéressent qu’aux gros titres, et ont fait de notre système politique une farce ridicule".

Et David Bossie ?

"Il a voué toute sa carrière à tenter de démolir Hillary Clinton" a commenté John Podesta, le directeur de campagne de Clinton, dans un communiqué : "Depuis maintenant des mois, Citizens United fait office de bras armé de la campagne de Trump, et le recrutement de Bossie ne fait qu’officialiser la situation. C’est simplement le dernier signe en date que Trump a placé aux commandes de sa campagne les éléments de la frange la plus extrême de la droite".

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Commentaires (2)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
Liberte5
- 04/09/2016 - 14:17
Pour John Podesta, le directeur de campagne de Clinton
quand vous dénoncez les turpitudes des Clinton vous êtes d'extrême droite. C'est tout simple. Comment ses socialos peuvent -ils être aussi pourris? Je me pose toujours cette question. Je suis toujours sans réponse.
hannibal barca
- 04/09/2016 - 12:07
hillary ou madame casseroles
reste surtout une activiste de la politique des neo conservateurs qui ont detruit le moyen orient pour le plus grand bien d ISRAEL et du complexe militaro industriel US
dommage que le debat electoral US soit si aride et aussi hysterique