En direct
Best of
Best of du 4 au 10 juillet
En direct
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Le secrétaire général du gouvernement, Marc Guillaume, a été démis de ses fonctions à la demande du Premier ministre, Jean Castex

02.

Désirer une Noire, c'est du racisme !

03.

Covid-19 : le monde des supermarchés d’après est arrivé

04.

L’Europe paralysée face au péril turc : cette question brûlante à poser à Emmanuel Macron

05.

Le chauffeur de Bayonne a été lynché à mort : le ministre des transports a osé parler « d’incivilités » !

06.

Comment la politique iranienne de Trump a jeté Téhéran dans les bras de Pékin

07.

Emmanuel Macron, Président de droite à l’insu de son plein gré ?

01.

Hydroxychloroquine et remdésivir : petits repères pour tenter d’y voir plus clair dans le "match" des traitements contre le coronavirus

02.

EPR / éoliennes : le match des dépenses incontrôlées entre la filière nucléaire et les énergies renouvelables

03.

Le graphique qui fait peur: de moins en moins de Français travaillent depuis 1975

04.

L’Europe paralysée face au péril turc : cette question brûlante à poser à Emmanuel Macron

05.

Jacqueline Eustache-Brinio : "La France est confrontée à une pression de l’Islam Politique"

06.

Islam politique : nouveau gouvernement, vieilles lâchetés

01.

Islam politique : nouveau gouvernement, vieilles lâchetés

02.

Ces dénis grandissants de réalité qui asphyxient nos libertés

03.

Reformator ? Quitte à jouer à l’éléphant dans un magasin de porcelaine, que changer pour une justice plus efficace ET plus respectueuse des libertés ?

04.

Comment la politique iranienne de Trump a jeté Téhéran dans les bras de Pékin

05.

"Qu’on est bien dans les bras d’une personne du sexe opposé" : on n’a plus le droit de chanter ça !

06.

La droite, seule menace aux yeux d’Emmanuel Macron

ça vient d'être publié
pépite vidéo > Insolite
Calme et sang-froid
Covid-19 : le tutoriel d’un parc d’attractions japonais pour adopter les bons gestes face au virus
il y a 1 heure 15 sec
pépites > Terrorisme
Nomination
Antiterrorisme : Laurent Nuñez sera nommé patron de la "task force" de l’Elysée
il y a 2 heures 17 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Lectures d'été" : La ballade du soldat Odawaa" de Christian Rossi et Cédric Apikian, ambiance crépusculaire pour ce western moderne

il y a 4 heures 27 min
light > Justice
Taxes
Apple remporte une victoire importante face à Bruxelles
il y a 5 heures 4 min
décryptage > France
AJ+

Désirer une Noire, c'est du racisme !

il y a 6 heures 18 min
décryptage > International
"Avec Castro, à l’heure du crime"

Les connexions castristes du tueur de Dallas : questions sur l’assassinat de John F. Kennedy et ses relations avec le gouvernement cubain

il y a 7 heures 16 min
pépite vidéo > France
Tour eiffel
14 juillet 2020 : revivez l'intégralité du feu d'artifice de Paris
il y a 8 heures 36 min
décryptage > Consommation
Révolution

Covid-19 : le monde des supermarchés d’après est arrivé

il y a 9 heures 23 min
décryptage > Economie
Atlantico Business

Plutôt l’offre que la demande : Macron enterre le mythe keynésien et parie sur l’entreprise pour redresser la situation économique et sociale

il y a 10 heures 19 min
pépites > Economie
EMPLOI
Macron annonce une exonération de cotisations et 300.000 contrats d'insertion pour les jeunes
il y a 1 jour 3 heures
pépite vidéo > Politique
Fin du quinquennat
Retrouvez l'intégralité du discours de politique générale de Jean Castex
il y a 1 heure 36 min
pépites > Politique
Premier ministre
Discours de politique générale : retrouvez les principales annonces de Jean Castex à l'Assemblée nationale
il y a 3 heures 56 min
pépites > Politique
"Premier ministre bis"
Le secrétaire général du gouvernement, Marc Guillaume, a été démis de ses fonctions à la demande du Premier ministre, Jean Castex
il y a 4 heures 44 min
pépites > Faits divers
Incidents lors de la Fête nationale
14 juillet : un pompier a été blessé par balle lors d'une intervention à Etampes
il y a 5 heures 27 min
décryptage > International
Panorama

COVID-19 : la pandémie s’étend et se politise aux États-Unis

il y a 6 heures 28 min
décryptage > Défense
Opération Serval

Depuis 2012, la menace terroriste a évolué dans sa nature et sa géographie mais n’a pas diminué en intensité

il y a 8 heures 8 min
décryptage > Politique
Et en même temps

Emmanuel Macron, Président de droite à l’insu de son plein gré ?

il y a 9 heures 17 min
décryptage > Politique
Le grand flou

Le mystère du financement de la relance

il y a 9 heures 46 min
décryptage > Politique
Oral de rattrapage

Macron, l'incompris... mais la faute à qui ?

il y a 10 heures 30 min
pépite vidéo > Santé
FÊTE NATIONALE
Emmanuel Macron souhaite rendre le masque obligatoire dans les lieux publics clos
il y a 1 jour 3 heures
© Noor Khamis / Reuters
© Noor Khamis / Reuters
Bataille politique

Jean Ping pourrait être le prochain président du Gabon (même si c'est mal parti)

Publié le 31 août 2016
La commission électorale vient d'accorder l'élection au sortant, Ali Bongo. Mais l'opposition, menée par le diplomate sino-gabonais Jean Ping, conteste ces résultats.
Atlantico.fr
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Rédaction Atlantico
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
La commission électorale vient d'accorder l'élection au sortant, Ali Bongo. Mais l'opposition, menée par le diplomate sino-gabonais Jean Ping, conteste ces résultats.

Depuis la décolonisation le Gabon, pays d'Afrique riche en pétrole mais dont les habitants sont pauvres, est gérée comme un fief personnel de la famille Bongo. Omar Bongo a été président de 1967 à sa mort en 2009, et son fils Ali Bongo est président depuis.

La commission électorale du Gabon vient de déclarer qu'Ali Bongo avait remporté l'élection présidentielle du 27 août 2016, avec 49,80% des suffrages, rapporte Reuters. (Au Gabon, le scrutin présidentiel est uninominal à un tour, donc il n'y a pas besoin d'une majorité.)

Mais ce n'est peut-être pas le dernier chapitre : en effet, les membres de l'opposition de la commission ont dénoncé le scrutin. Un commissaire du parti du rival principal, Jean Ping, a déclaré que l'élection avait été "volée". Il y eut des émeutes après la première élection d'Ali Bongo en 2009, et les autorités s'attendent à de nouvelles violences, rapporte le Washington Post. Sur Facebook, les opposants gabonais au régime déclarent que "leur" président est Jean Ping. Cet homme pourrait peut-être encore être président…

Qui est Jean Ping ?

Son nom, et son visage, sont déjà inhabituels. En effet, son père, Wang Ping, est Chinois, et sa mère gabonaise. Il est sans doute l'homme politique gabonais le plus connu dont le nom de famille n'est pas "Bongo".

"Ce mélange culturel a eu un impact profond sur mon enfance. Le fait que j'avais l'air différent […] m'a donné une conscience du monde autour de moi très tôt, et m'a rendu plus ouvert d'esprit", a-t-il déclaré au site Quartz.

L'homme, âgé de 73 ans, n'est pas exactement un étranger au régime : il a eu des postes ministériels sous le régime Bongo pendant plus de dix ans. Il fut également le compagnon de Pascaline Bongo, la fille d'Omar Bongo, avec qui il a deux enfants, rapporte Le Figaro.

Mais il s'est surtout fait connaître par ses positions dans des organisations internationales. De 1978 à 1984, il est délégué permanent du Gabon à l'Unesco. En 1993, il préside l'Opep, dont le Gabon est membre à l'époque. En 2004, il est le 59ème président de l'Assemblée générale des Nations-Unies. Et il a été président de la commission de l'Union africaine de 2008 à 2012.

L'avenir avec Ping ?

Le programme de Jean Ping ? Il semble que son principal argument est qu'il ne s'appelle pas Bongo, ce qui se comprend dans un pays dirigé par la même dynastie depuis plus de 50 ans.

Il propose également des mesures sociales comme l'école obligatoire et gratuite jusqu'à 16 ans, plus de centres de santé, des investissements dans l'infrastructure, mais également plus de démocratie et de transparence. "Je lutterai résolument contre la corruption et la fraude dans les affaires publiques", déclare-t-il.

Encore faut-il qu'il devienne président, ce qui semble tout sauf assuré étant donné les résultats de la commission électorale (quelle que soit leur valeur), et la mainmise des Bongo sur l'appareil d'État.

L'avenir du Gabon semble aujourd'hui incertain. "La rue gronde. Le Gabon est comme le Titanic, il se dirige contre un iceberg et pendant ce temps-là, l’orchestre joue ! Et cet iceberg, si rien n’est fait, c’est la guerre civile", a-t-il déclaré au Monde.

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Commentaires (1)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
schmurtz
- 31/08/2016 - 22:02
Pauvre Gabon
Un pays qui a presque de tout et devrait caracoler sur le podium africain des revenus par habitant. C'est soit A Bongo, francophile mais très corrompu, soit J Ping, francophobe, pro US et surtout pro-chinois. La France dans tout ça ? Elle observe avec anxiété un de ses plus beaux pré carrés africains