En direct
Best of
Best-of: le meilleur de la semaine Atlantico
En direct
© REUTERS / Dado Ruvic
Qui veut gagner 13 milliards ?
Apple & l'Irlande : quand Washington menace (très ?) virtuellement Bruxelles d'une réduction des investissements américains en Europe
Publié le 31 août 2016
Washington s'est récemment insurgé de la décision de Bruxelles de réclamer à l'Irlande de récupérer ses arriérés fiscaux auprès d'Apple, à hauteur de 13 milliards d'euros. Une décision qui s'ancre dans la suite des précédentes mesures de Margrethe Vestager, Commissaire européenne à la Concurrence.
Michel Fouquin est conseiller au Centre d'Etudes Prospectives et d'Informations Internationales (CEPII) et professeur d'économie du développement à la faculté de sciences sociales et économiques (FASSE).
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Michel Fouquin
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Michel Fouquin est conseiller au Centre d'Etudes Prospectives et d'Informations Internationales (CEPII) et professeur d'économie du développement à la faculté de sciences sociales et économiques (FASSE).
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Washington s'est récemment insurgé de la décision de Bruxelles de réclamer à l'Irlande de récupérer ses arriérés fiscaux auprès d'Apple, à hauteur de 13 milliards d'euros. Une décision qui s'ancre dans la suite des précédentes mesures de Margrethe Vestager, Commissaire européenne à la Concurrence.

Atlantico : Représentés par Margrethe Vestager, les autorités anti-trust européennes ont pu demander à l'Irlande de collecter quelques 13 milliards d'euros d'arriérés fiscaux auprès de la société Apple, accusant le pays de pratiques fiscales illégales. Une décision qui a attiré les critiques du Trésor américain, indiquant que les autorités européennes outrepassaient ses pouvoirs. Existe t il un risque réel que les relations commerciales des deux zones partenaires soient affectées par une telle décision ? La rétroactivité fiscale de tels accords est elle acceptable ? Quels sont les risques ?

Michel Fouquin : Il y a longtemps que l'on attend - notamment les Allemands et les Français - une action vigoureuse des autorités européennes en matière de concurrence fiscale entre les pays européens. C'est maintenant fait, et c'est une victoire de l'Europe, précieuse en cette période de doute; du moins si la Commission tient bon face aux menaces diverses de rétorsion. Dans le cas irlandais, qui a déjà avec un taux d'imposition sur les sociétés à 12.5%, un des taux plus faibles d'Europe, Apple avait réussi à négocier un accord lui permettant de ne payer que 2% sur des bénéfices fictifs faits en Irlande. Les impôts payés par Apple en Irlande en 2014 ne représentent que 0.005% du total des bénéfices du groupe réalisés en Europe. 

Il a fallu de longues années d'enquêtes pour obtenir cette rectification et sans doute vaincre pas mal d'obstacles mis par certain pays membres à franchir pour aboutir à ce résultat. La rétroactivité fiscale est ici de droit commun. Cela dit l'harmonisation fiscale européenne reste encore à faire.

La réaction du Trésor américain, accusant la Commission d'outrepasser ses pouvoirs, pourrait prêter à sourire un pays qui n'a pas hésité à faire lourdement condamner BNP Paribas pour ses relations financières, qui ne passaient pas par les  États-Unis, avec l'Iran, objet d’embargo de leur part. On peut supposer qu'il s'agit simplement d'une pétition de principe qui n'ira pas plus loin, tant les relations entre les deux zones sont cruciales pour les deux partenaires. On peut aussi penser que le fisc américain ne sera pas mécontent de voir des multinationales qui cherchaient en se délocalisant à minimiser les impôts  qu'ils payaient aux États-Unis leur revenir. Les grands États de ce monde sont tous endettés et cherchent de nouvelles ressources fiscales, ils sont aujourd’hui aussi moins indulgents à l'égard des paradis fiscaux qui choquent leur opinion publique.

Plus sérieuse est la question des conséquences ; on peut penser qu'il s'agit d'une affaire qui fera jurisprudence et que d'autres accords fiscaux ou d'autres pratiques fiscales du passé pourraient être contestés, dans ce cas il est de toutes façons trop tard. Quand à l'avenir il est clair que l'Irlande - qui va tout de même bénéficier cette somme - sera un peu moins attractive et que ce sont les autres pays d'Europe qui pourront en bénéficier. En revanche il est peu probable que cela touche durablement la stratégie des multinationales américaines qui veulent accéder au marché européen qui reste le marché le plus important du monde. 

Pour se justifier, Margrethe Vestager a pu indiquer "il ne s'agit pas de savoir combien Apple paye d'impôts, il s'agit de savoir comment les gouvernements collectent l'argent". Ce renversement de la question est il pertinent ? Les intentions européennes sont-elles légitimes, alors que d'autres précédents ont déjà eu lieu, comme Starbucks aux Pays-Bas, Amazon au Luxembourg, ou Anheuser Bush Inbev en Belgique ?

Il est clair que les États sont les responsables de la collecte fiscale des droits perçus sur leur territoire, cela fait partie de leurs droits régaliens majeurs. Et on sait qu'il y a une résistance farouche des petits États à défendre ces droits. En revanche, s'ils adoptent des procédures fiscales secrètes et illégales pour attirer chez elles des capitaux étrangers, alors on doit faire en sorte que le droit du pays, droit qu'il a choisi en toute liberté et souveraineté, soit appliqué. Ainsi la Commission à la suite des révélations de wilkileaks a entrepris de poursuivre Amazon au Luxembourg et Starbucks aux Pay-Bas pour usage de prix de transfert permettant de faire apparaitre des profits réalisés en Europe dans des filiales résidents au Luxembourg  ou aux Pays Bas : le principe est simple la filiale luxembourgeoise ou néerlandaise surfacture aux autres filiales européennes du groupe des services que soit-disant elle leur vend. Margrethe Vestager, dans le cas d'Apple, affirme que “The so-called head office had no employees, no premises, no real activities" (la soit disant filiale n'a pas d'employés, pas de siège social, pas de locaux (!!), pas de réelles activités) . Ce sont bien les États qui sont responsables d'appliquer leurs régulations, ce qui est étrange c'est qu'ils ne soient pas condamnés à leur tour lorsqu'ils contournent délibérément celles-ci.   

Finalement, au delà d'Apple, la principale "victime" de cette décision n'est elle pas l'Irlande ?

Le premier gain sera pour le remboursement de la dette publique irlandaise, pour le reste on peut penser que les sites de production d'Apple qui ne sont pas concernés par cette décision vont continuer leur activité,de même que celles des autres multinationales qui ont des activités réelles en Irlande. Pour l'avenir, le site industriel irlandais garde les mêmes avantages fiscaux légaux, même si on peut regretter que l'harmonisation fiscale ne progresse que lentement en Europe.

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.
Statistiques du ministère de l’intérieur : Christophe Castaner ou l’imagination au pouvoir
02.
14 tonnes d’aide humanitaire française pour le Venezuela confisquées à Caracas par la Garde nationale
03.
Ce que le projet de loi Dussopt sur la fonction publique indique des renoncements d’Emmanuel Macron
04.
Un président étranger à son peuple mais aussi de plus en plus étranger à la communauté internationale
05.
Ces inquiétants progrès de l’idéologie décoloniale en France
06.
Charlotte Casiraghi &Gad Elmaleh n’ont pas la même (idée de l’)éducation, Meghan Markle &son père non plus; Laeticia H. se dé-esseule avec un Top chef, Karine Ferri &Yoann Gourcuff se marient en vivant chacun seul; Jennifer Aniston : ses 50 ans avec Brad
07.
+ 4,2% des prix de la grande distribution en raison de la loi Alimentation ? Comment les autorités démontrent leur impuissance à soutenir les agriculteurs
01.
Christine Lagarde, la directrice du FMI, prévient d’un risque grave de tempête mondiale mais personne ne semble l’entendre
02.
Condamnations de Gilets jaunes : la curieuse approche quantitative de la justice mise en avant par Édouard Philippe
03.
Comment Alain Juppé s’est transformé en l’un des plus grands fossoyeurs de la droite
04.
Parent 1 / Parent 2 : derrière “l’ajustement administratif”, une lourde offensive idéologique
05.
Statistiques du ministère de l’intérieur : Christophe Castaner ou l’imagination au pouvoir
06.
L’étrange manque de recul d’Alain Juppé sur sa part de responsabilité dans l’état « délétère » du pays
01.
Parent 1 / Parent 2 : derrière “l’ajustement administratif”, une lourde offensive idéologique
02.
L’étrange manque de recul d’Alain Juppé sur sa part de responsabilité dans l’état « délétère » du pays
03.
Agression contre Finkielkraut : certains Gilets jaunes voudraient que les Juifs portent l'étoile jaune
04.
Novethic et autres promoteurs forcenés de la transition écologique : en marche vers un nouveau fascisme vert ?
05.
Derrière le complotisme, l’énorme échec de 50 ans d’égalitarisme et de progressisme à marche forcée impulsés par l’Education nationale comme par la culture dominante
06.
Flambée d’antisémitisme et de violences politiques : ces erreurs politiques et macroéconomiques à ne pas reproduire pour enrayer la crise
Commentaires (3)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
zouk
- 31/08/2016 - 11:54
Investissement américains en Europe menacés?
La menace n'a rien de virtuel, il y a tant de moyens pour Washington d'exercer des représailles sur les activités européennes aux Etats Unis.
lexxis
- 31/08/2016 - 11:46
AVANT DE SE FAIRE ROULER UNE NOUVELLE FOIS PAR LE TAFTA!
Il est tout à fait anormal que l'Irlande récupère à son seul bénéfice le produit considérable de la fraude qu'elle même a contribué à mettre en place avec le géant américain, alors surtout qu'elle a porté préjudice à l'ensemble de la Communauté Européenne en faussant gravement les règles de la concurrence. Il est vrai que Monsieur Juncker avec tout ce qu'il a fait au Luxembourg n'est certainement pas le mieux placé pour faire rentrer dans l'ordre le comportement flibustier de certains gouvernements. Quant aux protestations de Washington, elles sont tellement déplacées après les très lourdes sanctions infligées à la BNP qu'elles justifient l'arrêt des négociations du TAFTA, tant les EU montrent d'arrogance et de mauvaise foi.
assougoudrel
- 31/08/2016 - 07:31
Et le TAFTA?
Les ricains ont sanctionné BNP Paribas, Volkswagen et autres. Tout doit aller que dans leur sens. L'UE a voulu punir Poutine et on le paie cher. Quand on se trompe d'ennemi, que ce soit pour l'économie ou la religion, on en arrive à là.