En direct
Best of
Best of du 27 juin au 3 juillet
En direct
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Après avoir massivement accepté le télétravail, les Français commencent à en ressentir les perversions...

02.

Reformator ? Quitte à jouer à l’éléphant dans un magasin de porcelaine, que changer pour une justice plus efficace ET plus respectueuse des libertés ?

03.

HATVP : Pénélope Komitès, adjointe d'Anne Hidalgo, aurait oublié de déclarer 250.000 euros et évoque une "erreur"

04.

Macron dans le piège du micro-management; Philippe face à une fenêtre politique étroite, Castaner à la vengeance de Castex, Aubry à de graves accusations d’irrégularités, la France à de mauvais choix de relocalisation; Amazon au secours du cinéma français

05.

Horizon 2022 : le sondage qui (re)douche les espoirs de la droite LR

06.

Les bonnes surprises (cachées) du déconfinement pourraient permettre une reprise plus rapide que prévue

07.

Wall Street se résout à voir arriver Joe Biden et anticipe (sans enthousiasme) ce qui peut se passer après Trump.

01.

Ophélie Winter médite à la Réunion; Brigitte Macron se promène lugubre en baskets, Edith Philippe souriante en tongs, Catherine Deneuve cheveux au vent et souliers vernis; Melania Trump abuse de l’auto-bronzant; Benjamin Biolay a une fille cachée

02.

Après avoir massivement accepté le télétravail, les Français commencent à en ressentir les perversions...

03.

Sauver la planète ? Le faux-nez de ces "écologistes" qui détestent l'Homme. Et la liberté

04.

Tesla à 200 milliards de dollars, c’est le casse du siècle digital ou la promesse du monde d’après...

05.

Cet esprit de Munich qui affaiblit la démocratie face à une illusion d’efficacité écologique

06.

Souveraineté numérique : le choix inquiétant fait par la BPI pour l’hébergement des données sur les prêts des entreprises françaises affaiblies par le Covid-19

01.

Jean Castex, une menace bien plus grande pour LR qu’Edouard Philippe ?

02.

Cet esprit de Munich qui affaiblit la démocratie face à une illusion d’efficacité écologique

03.

Le président algérien réclame (encore) des excuses à la France. Quand sera-t-il rassasié ?

04.

Et le ministre (Dupond-Moretti) brûla ce que l'avocat (Dupond-Moretti) avait adoré !

05.

Un nouveau Premier ministre pour rien ? Pourquoi la France a plus besoin d’une vision assumée que d’un En-Même-Temps au carré

06.

Sauver la planète ? Le faux-nez de ces "écologistes" qui détestent l'Homme. Et la liberté

ça vient d'être publié
pépites > France
Hommage
La gendarme tuée par un chauffard reçoit la légion d'honneur à titre posthume
il y a 32 min 59 sec
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Chained / Beloved" de Yaron Shani : un dyptique dramatique passionnant autour d’un couple en difficulté…

il y a 1 heure 24 min
pépites > Justice
À coeur ouvert
L'enquête au centre du don des corps s'ouvre pour "atteinte à l’intégrité du cadavre"
il y a 2 heures 12 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Le Bureau des légendes" de Éric Rochant : Mille sabords, quelle série !

il y a 2 heures 51 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Nous avons les mains rouges" de Jean Meckert : un roman noir publié en 1947, réédité en 2020 : l'Épuration trop "pure et dure"...

il y a 3 heures 14 min
pépites > France
Constat radical
Un groupe de sénateurs pointe la propagation de l'islam politique
il y a 4 heures 43 min
rendez-vous > Politique
Revue de presse des hebdos
Macron dans le piège du micro-management; Philippe face à une fenêtre politique étroite, Castaner à la vengeance de Castex, Aubry à de graves accusations d’irrégularités, la France à de mauvais choix de relocalisation; Amazon au secours du cinéma français
il y a 6 heures 2 min
décryptage > France
Le retour du débat

Retraites : ce qu’il faut comprendre entre les lignes des déclarations sibyllines de Jean Castex

il y a 6 heures 40 min
décryptage > International
Bibi dans l'impasse

Pourquoi Israël va annexer la vallée du Jourdain

il y a 7 heures 14 min
décryptage > Style de vie
Bien Manger pour bien bouger

Que manger avant, pendant et après un entraînement ?

il y a 7 heures 42 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Le flambeur de la Caspienne" de Jean-Christophe Rufin : une enquête captivante menée par un, désormais fameux, vice-consul décalé et fin limier

il y a 1 heure 9 min
light > Economie
Couple bio-bobo
Les Français ont rattrapé les Allemands en... consommation de produits bio
il y a 1 heure 57 min
pépites > France
Ça vole haut
Greenpeace déploie une banderole sur la grue de Notre-Dame pour alerter de l'inaction climatique du président
il y a 2 heures 41 min
pépites > Santé
Accord nocturne
Ségur de la santé : un projet d'accord trouvé dans la nuit
il y a 3 heures 3 min
pépite vidéo > International
Retour en arrière
À Melbourne, le confinement fait son grand retour
il y a 4 heures 28 min
décryptage > Justice
Reforme en marche forcée

Reformator ? Quitte à jouer à l’éléphant dans un magasin de porcelaine, que changer pour une justice plus efficace ET plus respectueuse des libertés ?

il y a 5 heures 45 min
décryptage > France
Sécu d'État

Sécurité sociale : les tenants du tout-Etat gagnent du terrain

il y a 6 heures 19 min
décryptage > France
En cas de malheur

Coronavirus : et si une seconde vague arrive en France, serons-nous capables de la repérer et de réagir à temps ?

il y a 7 heures 4 min
décryptage > Culture
L'art scandale

Monde de l’art : les scandales aussi ont leurs maitres

il y a 7 heures 26 min
décryptage > International
Atlantico Business

Wall Street se résout à voir arriver Joe Biden et anticipe (sans enthousiasme) ce qui peut se passer après Trump.

il y a 8 heures 16 min
© Reuters
© Reuters
Pas si surprenant...

Accords de Paris sur le climat : la COP 21 dans le mur... comme prévu

Publié le 31 août 2016
Plusieurs mois après la fin de la Cop 21 qui s'est tenue à Paris en décembre dernier, très peu de pays ont ratifié l'accord auxquels sont parvenus les 175 Etats participants à l'issue de cette conférence. Parmi eux, on ne retrouve aucun des principaux pays émetteurs de CO2, ce que dénonce Laurent Fabius dans une tribune parue ce mardi dans "Le Monde". Un constat qui n'est pas vraiment surprenant.
Henri Landes
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Henri Landes est Directeur général de la Fondation GoodPlanet. Il enseigne aussi la politique de l’environnement à SciencesPo Paris depuis 2013 et est le cofondateur de CliMates, un think et do tank sur le changement climatique. Il a également cofondé...
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Plusieurs mois après la fin de la Cop 21 qui s'est tenue à Paris en décembre dernier, très peu de pays ont ratifié l'accord auxquels sont parvenus les 175 Etats participants à l'issue de cette conférence. Parmi eux, on ne retrouve aucun des principaux pays émetteurs de CO2, ce que dénonce Laurent Fabius dans une tribune parue ce mardi dans "Le Monde". Un constat qui n'est pas vraiment surprenant.

Atlantico : Ce mardi, Le Monde a publié une tribune dans laquelle Laurent Fabius exprime ses "inquiétudes" quant au retard pris dans l'application de l'accord de Paris pour lutter contre le réchauffement climatique. Celles-ci concernent tout particulièrement la ratification de l'accord, encore très loin de ce qui est nécessaire car comme le précise l'ancien ministre des Affaires étrangères, "il faut au moins 55% d'Etats représentant plus de 55% des émissions de gaz à effet de serre ; (or) nous en sommes à moins de 2%". Comment expliquer cette situation ?

Henri Landes : Malheureusement, l’Histoire nous apprend que lutter contre le changement climatique est seulement une priorité lorsqu’une grande conférence sur le climat se tient le lendemain. L’après COP21 est marquée par une démobilisation inacceptable des responsables politiques et des médias sur le climat. Les mêmes erreurs sont répétées de l’après COP15 à Copenhague en 2009, bien que dans une moindre mesure.

La COP21 fut seulement un point de départ, et non pas le point d’arrivée. Les négociations à Paris ont été très fructueuses. Maintenant les actes sont nécessaires pour mettre en œuvre l’accord. Ce n’est pas parce que nous avons signé une feuille de papier que les émissions de gaz à effet de serre s’arrêtent.

L’urgence climatique n’a jamais été aussi claire. L’année 2015 était la plus chaude de l’histoire. Juillet 2016 fut le mois le plus chaud de tous les temps. Nous voyons des populations qui sont obligées de se déplacer constamment à cause de la dégradation de l’environnement ou de la montée des mers. Dernier exemple en date, le village de Shishmaref en Alaska a voté son déménagement, une grande première aux Etats-Unis.

En pointant du doigt le fait que les cinq premiers émetteurs de CO2 (Etats-Unis, Chine, UE, Inde et Russie) n'aient pas "franchi le pas" en dépit de leurs promesses, Laurent Fabius espère-t-il faire pression sur ces derniers pour accélérer la ratification ? Quelles pourraient être les chances de réussite de cette tentative ? 

Dans cette tribune, Laurent Fabius espère vraisemblablement faire pression sur les leaders de ces pays, que ce soit directement ou indirectement. Les responsables politiques français doivent aussi être attentifs à son appel qui présente un argument insuffisamment pris en compte : le changement climatique a un impact sur la santé publique, la sécurité nationale et l’économie. Ce n’est pas une question politique marginale qui concerne la protection de la planète. C’est une question centrale qui doit régir l’ensemble des choix politiques de notre société. 

Ces difficultés concernant la ratification et la mise en oeuvre des mesures adoptées dans le cadre de l'accord de Paris sur le climat n'étaient-elles pas prévisibles ? 

Certaines difficultés de ratification étaient prévisibles. L’Union européenne est une structure avec plusieurs acteurs et une procédure complexe de ratification. Elle consiste en un aller retour entre la Commission européenne, le Parlement européen et le Conseil des ministres qui doivent chacun s’exprimer en faveur de la ratification, et pourvu que la présidence slovaque du Conseil mette le sujet à l’ordre du jour rapidement. Il y a une volonté que l’Union européenne et tous ses pays membres présentent leur ratification en même temps, afin de démontrer une véritable cohésion. Par définition, ce scénario prend plus de temps à 28 pays.

Les difficultés pour les autres pays clés des négociations ne sont pas une surprise mais sont regrettables pour autant. Les Etats-Unis, la Russie, la Chine et l’Inde doivent prendre leurs responsabilités. Historiquement, les Etats-Unis n’ont pas joué le jeu dans la ratification de traités sur le climat, à l’image de leur non ratification du Protocole de Kyoto. Barack Obama fera probablement tout pour ratifier l’accord de Paris avant la fin de son mandat. Il devrait pouvoir le faire par décret. Son congrès a majorité républicaine est hostile à une telle mesure. Ne parlons même pas du candidat républicain à la présidentielle qui appelle le changement climatique « un faux problème inventé par les chinois pour affaiblir  l’économie américaine ».

La Russie se montre aussi fidèle à elle-même. Elle n’a jamais été motrice des négociations et elle a souvent été ambiguë dans sa conviction que le changement climatique était un problème majeur et du à l’activité humaine. Pour la Chine et l’Inde, ce sera la première fois qu’ils ratifient un accord contraignant sur le changement climatique.

Dans l’inertie actuelle, nous pouvons observer une petite part de dilemme de prisonnier. Mais c’est surtout que nous avons besoin d’une volonté politique sans précédent pour franchir ce pas. C’est primordial que les chefs d’Etat de ces pays et de l’Union européenne se réveillent et fassent le nécessaire d’ici la COP22. 

A la mi-février, la direction de la Cop 21 a changé de main, passant de Laurent Fabius à l'actuelle ministre de l'Environnement, Ségolène Royal. Ce changement a-t-il pu jouer dans les difficultés rencontrées actuellement dans la ratification et la mise en oeuvre de l'accord de Paris sur le climat ? 

En amont et pendant la COP21, Laurent Fabius avait réussi à créer une confiance remarquable entre les négociateurs,  les ministres et les chefs d’Etat sur la question climatique. Avec son équipe, il était devenu un point de repère dans les discussions. Il est indéniable qu’il y eu une déception dans la communauté internationale lorsqu'il n'a pas continué sa mission présidence de la COP21 jusqu’à la COP22, à Marrakech. 

Compte-tenu de la situation actuelle, à quoi peut bien faire référence Laurent Fabius lorsqu'il parle de "l'immense satisfaction d'avoir réussi (...) la conférence mondiale de Paris sur le climat" ? A quel moment, et par quels modalités, ce soi-disant "succès" s'est-il manifesté ? 

A la COP21,  les leaders politiques et les négociateurs ont réussi à dépasser quelques blocages historiques. Premièrement, ils ont tous décidé d’être réellement sur la même longueur d’onde en ce qui concerne l’objectif global de 2 degrés, voire de 1,5 degrés. Ils ont enfin décrété que la science devait être écoutée. Ils ont annoncé que le monde devait sortir des énergies fossiles.

Deuxièmement, les décideurs de la COP21 ont changé d’approche et d’analyse des relations internationales. Auparavant, ils avaient une lecture simpliste de celles-ci. La Convention cadre des Nations unies sur les changements climatiques ainsi que le Protocole de Kyoto classaient les pays en deux catégories : des pays développés qui prennent des engagements contraignants sur le climat, et des pays en développement qui n’en prennent pas. A la COP21, ils ont décidé de sortir de ce système et de demander à chaque pays, quelque soit son niveau de développement, d’annoncer ses propres objectifs et d’adhérer à un processus collectif de leur révision. C’est une approche qui permet de représenter et de fédérer toute la communauté internationale et l’humanité.

Maintenant, c’est à chaque pays de contribuer à l’effort collectif car tout le monde voit qui sont les bons et les mauvais élèves. Pour l’instant, chaque pays, surtout les pays industrialisés, doit augmenter son ambition car les objectifs, même s’ils sont atteints, n’évitent pas le dépassement des 2 degrés.

Laurent Fabius a raison de parler de succès de la COP21. Nous verrons rapidement si ce succès était éphémère. Cependant, ne nous trompons pas, nous n’avons plus le luxe des atermoiements incessants sur le climat.  

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Commentaires (17)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
brennec
- 02/09/2016 - 09:47
Fabius sonne le glas.
Beaucoup de commentaires bien argumentés (contrairement a l'article de HL qui se contente d'asséner des afirmations). Je me limiterais donc a une simple remarque: tous ces pays qui avancent a reculons vers les solutions de la cop21 ne paraissent pas franchement convaincus de la menace. On doit en déduire qu'ils ont signé pour ne pas paraitre faire partie des méchants.
Pig
- 01/09/2016 - 23:02
Fabius savait à l'avance que...
...sa COP21 ne donnerait rien. Maintenant, il se donne le beau rôle. Est-ce vraiment dans les compétences du président du Conseil constitutionnel de publier une telle tribune ????
jc0206
- 01/09/2016 - 15:12
Normalement
Le problème de la France est en cours de résolution ! Les plus grands pollueurs, industrie et agriculture s'effondrent. D'ici la COP 22 il ne restera plus qu'à traiter le problème des derniers pollueurs, la fonction publique et les politiques.