En direct
Best of
Best of du 12 au 18 septembre
En direct
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Brexit : ces 50 milliards de frais de divorce que Boris Johnson est tenté de ne pas payer à l’UE

02.

Attentats islamistes en France : la menace se reprécise

03.

Ne dites plus "séparatisme" (c'est stigmatisant) dites "séparatismes" (ça ne veut rien dire)

04.

Ce que la dernière photo prise par la NASA nous révèle de Jupiter

05.

Tenue libre exigée : les dangereuses impasses du néo-féminisme

06.

"L'islam est la religion avec laquelle la République a eu le moins de problèmes dans l'Histoire". Là, Darmanin en fait un peu trop

07.

La France se créolise-t-elle autant que le croit Jean-Luc Mélenchon ? L’analyse de 40 ans d’évolutions des valeurs des Français suggère que non

01.

Lettre au Professeur Raoult d'un "petit" médecin généraliste

02.

Freeze Corleone, le rappeur qui dit tout haut ce que même les cacochymes du RN n’osent plus penser tout bas

03.

Les Milices islamistes internationales de la Turquie d'Erdogan

04.

Capitalisme de connivence : d’Edouard Philippe à Jean-Marie Le Guen, tous administrateurs

05.

Le (presque) dernier cri d’Olivier Véran : "ave Macron morituri te salutant" !

06.

Comment les industries pétrolières nous ont fait croire que le plastique serait recyclé

01.

Lettre au Professeur Raoult d'un "petit" médecin généraliste

02.

Névrose collective : l’Europe pétrifiée face à la crise des migrants qui se noue à ses portes

03.

Le (presque) dernier cri d’Olivier Véran : "ave Macron morituri te salutant" !

04.

"L'islam est la religion avec laquelle la République a eu le moins de problèmes dans l'Histoire". Là, Darmanin en fait un peu trop

05.

Freeze Corleone, le rappeur qui dit tout haut ce que même les cacochymes du RN n’osent plus penser tout bas

06.

L'Europe gruyère d'Ursula von der Leyen

ça vient d'être publié
décryptage > International
Espoir

Un processus de paix en Afghanistan, quelle issue et à quel prix ?

il y a 1 heure 45 min
Futur
Elon Musk espère produire une voiture électrique coûtant 25.000 dollars d'ici trois ans
il y a 2 heures 8 min
décryptage > Europe
Union européenne

La force : question de taille ou d’agilité ?

il y a 2 heures 19 min
light > People
People
Le prince Harry et Meghan Markle critiqués pour avoir donné leur avis sur la prochaine élection présidentielle américaine
il y a 2 heures 53 min
décryptage > France
Un pluriel apaisant

Ne dites plus "séparatisme" (c'est stigmatisant) dites "séparatismes" (ça ne veut rien dire)

il y a 3 heures 37 min
pépites > Justice
Enquête
Une dizaine d’ADN inconnus trouvés sur un matelas de Michel Fourniret
il y a 3 heures 47 min
pépites > International
Russie
Alexei Navalny, opposant politique russe, a quitté l'hôpital allemand où il était soigné
il y a 4 heures 16 min
décryptage > Europe
Négociations

Brexit : ces 50 milliards de frais de divorce que Boris Johnson est tenté de ne pas payer à l’UE

il y a 4 heures 46 min
pépites > Media
Unis
Appel d'une centaine de médias, pour la liberté d'expression
il y a 5 heures 14 min
décryptage > France
Société française

La France se créolise-t-elle autant que le croit Jean-Luc Mélenchon ? L’analyse de 40 ans d’évolutions des valeurs des Français suggère que non

il y a 5 heures 31 min
décryptage > Terrorisme
Menace terroriste

Daech au grand Sahel : l’assassinat des Français au Niger, une preuve de plus de sa résistance

il y a 2 heures 2 min
décryptage > Economie
Projet de fusion

Suez – Veolia : le mythe toxique du "champion national"

il y a 2 heures 11 min
décryptage > France
"Le Livre noir de l'autisme"

Autisme : les cobayes de la honte

il y a 2 heures 30 min
pépite vidéo > Politique
LREM
Aurore Bergé révèle qu'il existe un "malaise profond" au sein de La République en marche
il y a 3 heures 4 min
décryptage > Science
Univers

Ce que la dernière photo prise par la NASA nous révèle de Jupiter

il y a 3 heures 44 min
décryptage > Finance
Impact de la crise du Covid-19

Retour à la réalité sanitaire sur les marchés financiers : attention aux secousses sur les marchés

il y a 4 heures 9 min
light > Santé
Santé
Covid-19 Alexandre Benalla transféré à l'hôpital Cochin à Paris
il y a 4 heures 45 min
décryptage > Terrorisme
Lutte contre le terrorisme

Attentats islamistes en France : la menace se reprécise

il y a 4 heures 59 min
décryptage > Economie
Atlantico Business

5G, vaccins, alimentation... Pourquoi une partie de la France ne croit plus ni au progrès, ni à l’intelligence du bon sens ?

il y a 5 heures 15 min
décryptage > Société
Mais qui sont ces hommes qu’un nombril déchaîne(rait) ?

Tenue libre exigée : les dangereuses impasses du néo-féminisme

il y a 5 heures 50 min
© Reuters
© Reuters
Revers de la médaille

Ces très fâcheuses conséquences auxquelles la Turquie n'a pas pensé en lançant l'opération Bouclier de l'Euphrate en Syrie

Publié le 02 septembre 2016
Lancée le mercredi 24 août par la Turquie, l'opération Bouclier de l'Euphrate, qui devait être de courte durée, pourrait se prolonger du fait de la résistance des forces kurdes. Si l'objectif d'Ankara d'empêcher la formation d'une entité kurde autonome en Syrie est en passe d'être atteint -les Kurdes, alliés des Etats-Unis depuis des mois étant de surcroît abandonnés par ces derniers- Ankara pourrait subir les conséquences de son intervention sur son territoire et voir se multiplier des attentats revendiqués par le PKK ou l'Etat Islamique.
Alain Rodier
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Alain Rodier, ancien officier supérieur au sein des services de renseignement français, est directeur adjoint du Centre français de recherche sur le renseignement (CF2R). Il est particulièrement chargé de suivre le terrorisme d’origine islamique et la...
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lancée le mercredi 24 août par la Turquie, l'opération Bouclier de l'Euphrate, qui devait être de courte durée, pourrait se prolonger du fait de la résistance des forces kurdes. Si l'objectif d'Ankara d'empêcher la formation d'une entité kurde autonome en Syrie est en passe d'être atteint -les Kurdes, alliés des Etats-Unis depuis des mois étant de surcroît abandonnés par ces derniers- Ankara pourrait subir les conséquences de son intervention sur son territoire et voir se multiplier des attentats revendiqués par le PKK ou l'Etat Islamique.

Atlantico : Lancée mercredi 24 août, l'opération Bouclier de l'Euphrate a fait ce week-end une vingtaine de morts civils côté kurde et un mort côté turc. Si le Premier ministre turc Binali Yildirim avait évoqué une offensive rapide, la Turquie a-t-elle bien anticipé la résistance des Kurdes ? Quelle est la probabilité que l'offensive dure plus longtemps que prévu ? Les victimes turques seront-elles également plus nombreuses que prévu ?

Alain Rodier : L’offensive de le 2ème Armée turque (PC à Malatya) en Syrie est prévue pour durer dans le temps. A la fin août, elle regrouperait 500 hommes de la 1ère et 2ème brigade commando du 4ème corps d’armée, des chars M60A3 de la 5ème brigade blindée du 6ème corps d’armée et des véhicules de combat d’infanterie ACV-15 la 20ème brigade mécanisée du 7ème corps d’armée. Les pièces d’artillerie de 155 mm du 106ème régiment d’artillerie du 6ème corps d’armée assuraient les feux d’appuis depuis la frontière. Pour apporter un semblant de légitimité à la violation de territoire d’un pays souverain, un millier d’activistes appartenant à des groupes rebelles syriens (turkmènes et arabes) étaient mis en avant devant les caméras. Mais dans les faits, peu de capitales sauf Damas, ne semblent avoir protesté contre cette violation des lois internationales. La Syrie n’est pas la Crimée…

L’objectif prioritaire poursuivi par le président Recep Tayyip Erdoğan est d’empêcher la création d’un Kurdistan autonome (le Rojava) au nord de la Syrie à la frontière sud de la Turquie. A cela une raison principale, le Parti de l’union démocratique (PYD) qui est la principale formation politique locale à cause de la puissance de son bras armé, les Unités de protection populaires (YPG), est d’obédience marxiste-léniniste et très proche des séparatistes du PKK. Pour Ankara, il est donc intolérable de laisser faire et la solution militaire trouvée a été de lancer une offensive sur la ville de Jarablus qui se trouve à l’ouest de l’Euphrate pour s’emparer de cette portion de territoire qui va couper le Rojava en deux. A l’ouest le canton d’Efrin, à l’est ceux de Kobané et de Djezireh.

Accessoirement, cela a permis à Ankara de faire un geste vers la coalition internationale en s’attaquant à Daech qui tenait Jarablus. Mais fort étrangement, les activistes islamiques et leurs familles qui résidaient dans cette localité avaient évacué la ville depuis un certain temps -sans doute depuis plusieurs jours-. C’est pour cette raison qu’il n’y a pas vraiment eu de combats. Le seul militaire turc tué pour l’instant l’a été au sud de Jarablus lorsque le blindé à bord duquel il se trouvait a été atteint par un missile guidé mis en œuvre par des membres des YPG. Cette arme avait vraisemblablement été livrée par les Américains qui soutiennent les Forces Démocratiques Syriennes (FDS) dont les YPG sont la principale composante. Les FDS se battent effectivement contre Daech et ont notamment repris le 12 août la localité de Manbij, un carrefour logistique important de Daech situé à une quarantaine de kilomètres au sud-ouest de Jarablus. Elles avaient l’intention de poursuivre sur Jarablus mais elles ont été doublées par l’offensive turque. Les accrochages ont désormais lieu entre ces forces au sud de cette ville.

Dernier point, pour la Turquie établir la zone tampon d’une trentaine de kilomètres de profondeur entre l’Euphrate et le corridor d’Azaz à l’ouest (ce n’est pas encore fait mais cette région est en partie tenue par des mouvements turkmènes favorables à Ankara) permet d’enfoncer un coin dans le régime honni de Bachar el-Assad et de préparer l’avenir. Mais pour cela, il faudra que l’armée turque s’engage beaucoup plus. Ce ne sont pas les quelques centaines de militaires et les dizaines de blindés actuellement déployés qui seront suffisants, un, pour conquérir cette zone, deux, pour la tenir dans la durée. Des renforts seraient en cours d’acheminement par voie ferrée. Il est difficile de savoir quelles seront les pertes turques, mais plus leur présence en territoire syrien sera longue, plus elles risquent d’être élevées. Affaire à suivre.

Alors que la Turquie a subi une série d'attentats meurtriers, dont le dernier a fait une cinquantaine de morts lors d'un mariage à Gaziantep, dans quelle mesure l'offensive turque dans le nord de la Syrie peut-elle provoquer une recrudescence des attentats du PKK et de l'Etat Islamique ? Quelles conséquences cela pourrait-il avoir tant sur la société que politiquement ?

Sur le plan du terrorisme, la Turquie n’avait plus rien à perdre. Les activistes du PKK sont repassés à l’action armée depuis la rupture des négociations de paix l’année dernière. C’est une véritable guerre oubliée qui se déroule actuellement dans le sud-est du pays. Daech s’est également lancé dans la course sachant que ses relations privilégiées qu’il entretenait avec Ankara étaient désormais terminées. La rupture sera vraiment consommée quand Daech revendiquera clairement ses actions terroristes en Turquie, ce qu’il n’a pas fait jusqu’à présent pour préserver la susceptibilité du président Erdoğan capable de tout. Il faut dire que jusqu’à maintenant, Daech ne visait pas directement l’Etat turc mais des opposants kurdes, des socialistes et des touristes étrangers. Dans ce dernier cas, cela a tout de même amplifié la crise traversée par l’industrie du tourisme et par là même, a porté atteinte à la bonne santé de l’économie du pays. En comparaison, le PKK cible des militaires, des policiers, des fonctionnaires, des politiques, etc. La différence est de taille.

Qu’importe pour Erdoğan. Pour lui, c’est son ennemi juré -mais aussi ancien allié, on ne peut être trahi que par ses proches- Fetullah Gülen qui est derrière le putsch, derrière Daech, derrière le PKK. Demain, si par malheur il y a un tremblement de terre en Turquie, ce qui est relativement fréquent, ce sera la faute de Gülen ! Le pire, c’est qu’il est cru par une grande majorité de ses administrés. Le président Erdoğan est désormais au faîte de sa puissance, adulé par la majorité de son peuple et craint par les acteurs étrangers en raison de la position géostratégique incontournable de son pays. Déjà qu’il n’a plus d’opposition politique à l’intérieur, une campagne terroriste ne ferait que le renforcer plus encore. Je l’ai écrit à plusieurs reprises : le Turc n’a peur de rien et surtout pas de la violence. Si Daech (et Al-Qaida "canal historique" que l’on a tendance à oublier) peuvent faire trembler les dirigeants et les peuples occidentaux, leurs émirs savent que rien de tel n’est possible en Turquie.

Enfin, quelles sont les retombées diplomatiques de l'initiative turque ? Comment a-t-elle été perçue du côté du Washington et Moscou ? Quel avenir semble se dessiner pour les Kurdes de Syrie et la création d'une entité kurde autonome ?

Washington affirme haut et fort soutenir l’offensive d’Ankara et avoir demandé aux Kurdes des FDS de repasser à l’est de l’Euphrate comme l’a exigé Ankara sinon, ils ont promis de leur couper les vivres ! De plus, Les Etats-Unis confirment ne pas vouloir la partition de la Syrie, ce qui, en conséquence, interdit la fondation du Rojava.

Mais en fait, les Américains sont, une fois de plus, obligés de faire le grand écart. Ils ne veulent pas mécontenter Erdoğan (1) qui détient les clefs des bases aériennes où sont présents les appareils de l’US Air Force et parallèlement, ils comptaient beaucoup sur les FDS pour combattre Daech et même, dans leurs rêves les plus fous, pour reprendre Raqqa la "capitale" de l’"Etat" islamique. Ils avaient déjà échoué en tentant de former l’Armée Syrienne Libre puis des brigades de rebelles islamiques "modérés". C’est ce qui est aussi en train de se passer avec la "nouvelle armée syrienne" (Jaysh Suriya al-Jadid) formée à grands frais en Jordanie. Elle devait s’emparer d’une partie sud de la frontière syro-irakienne au niveau d’Abou Kamal et cela s’est terminé par un échec. Les FDS risquent maintenant de faire défection, la seule chose qui les lie encore à Washington étant les approvisionnements en armes et munitions.

Le président Obama ne va plus rien faire de marquant laissant le soin à son successeur de gérer la suite. La vieille Europe craint surtout l’ouverture possible des vannes de réfugiés (trois millions en Turquie) si Erdoğan le décide et il en est tout à fait capable si un mot de trop le dérange… Le régime syrien et ses alliés russe, iranien, irakien et du Hezbollah n’ont qu’une marge de manœuvre réduite et, au fond, ils sont enchantés que les Kurdes ne parviennent pas à établir leur Etat en Syrie. Cela aurait pu donner des idées à d’autres.

C’est Erdoğan qui détient aujourd’hui les cartes maîtresses même si son armée, sa police, son administration et autres institutions sont aujourd’hui déstabilisées suite à la répression qui les ont frappées avec comme prétexte le putsch raté.

__________________________

1. Il va falloir prendre une décision concernant l’extradition ou non de Gülen qui vit aux Etats-Unis. Le président Erdoğan en fait une question personnelle.

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Commentaires (4)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
Gordion
- 01/09/2016 - 15:43
@A.Rodier:
Je sais que vous n'aimez pas les boules de cristal, mais je pense que les US n'extraderont pas F.Gülen en Turquie. Il pourrait peut-être leur servir le jour venu.
Du reste, cette action, qui va durer, de la Turquie en violation des lois internationales est tout de même limitée en moyens, et ne risque pas de provoquer l'ire de Washington. Et cela souligne la faiblesse des moyens du PYD/YPG qui ne vont pas oser s'attaquer à ces - modestes - brigades turques.
Rappelons-nous que la Turquie a maintenu pendant des années - et peut-être encore à ce jour - des forces armées dans le Kurdistan irakien, pour lutter contre le PKK. Même principe d'une zone tampon qu'en Syrie.
Je n'ai pas entendu la "communauté internationale", l'Irak excepté, pour condamner l'agression turque en Irak. Alors, en Syrie...Ce n'est pas les US qui vont agiter le chiffon rouge vers l'allié turc, encore moins l'UE terrifiée à l'idée que le néo-sultan turc soit courroucé et lâche quelques millions de réfugiés supplémentaires vers les îles grecques....La question intéressante est, Poutine va-t-il se substituer à Washington pour soutenir - sans affaiblir Assad - les Kurdes du PYD? J'en doute toutefois.
A M A
- 30/08/2016 - 17:32
Erdogan n'est pas maître du
Erdogan n'est pas maître du jeu. Il ne peut que se plier aux conséquences d'une situation sur laquelle il n'a que peu de maîtrise. Les vrais acteurs sont les Etats-Unis et la Russie qui ne font que continuer les politiques du XIX° siècle, la fameuse Question d'Orient sur les Détroits, en grande parie à l'origine de Première Guerre Mondiale. Le cadre de ses initiatives est limité à une tentative de régler au mieux des questions tribales internes excitées par les partenaires et voisins de la région, ce qui a pour conséquence inéluctable des actions militaires et des attentats. Ceci durera tant qu'une entente ne sera pas réalisée entre les russes et les américains sur la gestion de la région.
Pourquoi-pas31
- 30/08/2016 - 17:32
La solution !
Accepter la venue de trois millions de réfugiés et dans le même temps, réouvrir les vannes de Calais et du transit vers l'Angleterre par tous les ports de la Manche. Armer les peuples kurdes et dénoncer leur génocide a l'ONU.