En direct
Best of
Best of du 12 au 18 octobre
En direct
Flash-actu
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Une France, deux sentiments nationaux concurrents ?

02.

Ce que François Hollande semble ne (toujours) pas comprendre à la nature de la crise de défiance qui déstabilise les démocraties occidentales

03.

Logement : il faut faire tout le contraire de la politique d’Anne Hidalgo !

04.

Attention à vos smartphones, les cas de piratage sont de plus en plus fréquents

05.

Le prince William est "inquiet" pour son frère

06.

La haine des bien-pensants : ils voient tous ceux qui ne pensent pas comme eux comme des invalides !

07.

Des chercheurs identifient la mutation génétique qui explique que certaines personnes dorment très peu

01.

Agression sexuelle : ça s'aggrave pour Patrick Bruel ; 25 ans et toutes ses dents, Madonna a un nouveau toyboy ; Céline Dion rate son 1er concert et ne sait plus où elle en est ; Les secrets du revirement de Laeticia Hallyday

02.

Omar Sy, Pascal Boniface, Rokhaya Diallo, pourriez-vous regarder la photo d'Havrin Khalaf, violée et assassinée par les supplétifs d'Erdogan ?

03.

Les Mormons : l'influence du cercle des conseillers d'Emmanuel Macron

04.

Des slips sur des statues de nus à l'UNESCO ! Pour ne pas heurter "certaines sensibilités"…

05.

Petit coup de projecteur sur le classement très discret des vrais salaires des hauts-fonctionnaires

06.

Les musulmans persécutés en France ? La réalité par les chiffres

01.

Emmanuel Macron saura-t-il éviter le piège tendu par les islamistes (et aggravé par les idiots utiles du communautarisme) ?

02.

Les musulmans persécutés en France ? La réalité par les chiffres

03.

Omar Sy, Pascal Boniface, Rokhaya Diallo, pourriez-vous regarder la photo d'Havrin Khalaf, violée et assassinée par les supplétifs d'Erdogan ?

04.

Pression islamiste : quelles leçons de la guerre froide et du "containment" de la menace intérieure communiste ?

05.

Plus urgent que le vote de l'interdiction du voile en sorties scolaires, le combat contre un anti-racisme dévoyé

06.

Eric Zemmour saisit la Cour Européenne des Droits de l'Homme

ça vient d'être publié
pépites > Justice
"Diffamation publique"
L’État décide de porter plainte après les accusations d'un homme qui prétendait que la France était "raciste"
il y a 4 min 35 sec
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Unbelievable" : ... mais vrai !

il y a 1 heure 38 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Hors normes" d'Eric Tolédano et Olivier Nakache : les réalisateurs d'Intouchables nous embarquent dans un film irrésistible

il y a 2 heures 12 min
décryptage > Science
Espace

Les effets du voyage spatial sur le corps humain

il y a 3 heures 12 min
décryptage > France
Repli ?

Une France, deux sentiments nationaux concurrents ?

il y a 4 heures 10 min
décryptage > Société
Tout nouveau, tout beau

L'amour sur Instagram ? C'est de l'art !

il y a 4 heures 50 min
décryptage > Science
Quête des origines

Pourquoi les résultats des tests génétiques faits à distance doivent être traités avec la plus grande prudence

il y a 5 heures 13 min
décryptage > Social
Non-violence

"Résistance civile non-violente" et destruction de la démocratie

il y a 5 heures 36 min
décryptage > International
Revendications

Du Chili au Liban en passant par l’Espagne, une révolte mondiale monte contre les abus de la fiscalité

il y a 6 heures 39 min
décryptage > Politique
Représentation

Ce que François Hollande semble ne (toujours) pas comprendre à la nature de la crise de défiance qui déstabilise les démocraties occidentales

il y a 7 heures 6 min
pépite vidéo > Défense
Promesses tenues ?
Syrie : la Turquie et la Russie évoquent un "accord historique"
il y a 1 heure 15 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Oublier Klara" d'Isabelle Autissier : une saga familiale qui s’étire des goulags staliniens à la décomposition de l’URSS

il y a 1 heure 58 min
décryptage > Société
Conséquences bénéfiques ?

L'impact social de la flexibilité des horaires de travail

il y a 2 heures 44 min
décryptage > Media
L'art de la punchline

Un 22 octobre en tweets : Jean-Sébastien Ferjou en 280 caractères

il y a 3 heures 30 min
décryptage > Sport
Ligue des Champions

Bruges - PSG : 0-5, Avec un Mbappé fulgurant, le PSG caracole en tête de son groupe

il y a 4 heures 36 min
décryptage > Société
Il n'y a rien à voir...

La haine des bien-pensants : ils voient tous ceux qui ne pensent pas comme eux comme des invalides !

il y a 5 heures 3 min
décryptage > Politique
Dilemme cornélien

To Be (un réformateur) or not to Be, That’s the Question pour Emmanuel Macron

il y a 5 heures 27 min
décryptage > France
Chiffres

La France, élève modèle sur le front du (non) creusement des inégalités économiques

il y a 6 heures 32 sec
décryptage > International
Atlantico-Business

Justin Trudeau garde le pouvoir mais pour quoi faire ?

il y a 6 heures 55 min
light > People
Les Rois maudits
Le prince William est "inquiet" pour son frère
il y a 22 heures 30 min
© Reuters
© Reuters
Bonnes feuilles

Alain Juppé, redevenu ministre au grand dam de son épouse Isabelle partie à Paris, se console…chez son ex-femme, Christine

Publié le 28 août 2016
Avec Bruno Dive
Portrait de l'homme politique par un journaliste du quotidien "Sud Ouest" à travers son parcours, les épreuves traversées, ses différentes fonctions, jusqu'à sa participation aux primaires à droite en novembre 2016. Extrait de "Alain Juppé, l'homme qui revient de loin", de Bruno Dive, aux éditions de L'Archipel 2/2
Bruno Dive est journaliste politique et éditorialiste à Sud Ouest, spécialiste de la droite française et auteur de plusieurs livres politiques dont "La métamorphose de Nicolas Sarkozy" (Jacob-Duvernet) en 2012 et "Au coeur du pouvoir : l'exécutif...
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Bruno Dive
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Bruno Dive est journaliste politique et éditorialiste à Sud Ouest, spécialiste de la droite française et auteur de plusieurs livres politiques dont "La métamorphose de Nicolas Sarkozy" (Jacob-Duvernet) en 2012 et "Au coeur du pouvoir : l'exécutif...
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Portrait de l'homme politique par un journaliste du quotidien "Sud Ouest" à travers son parcours, les épreuves traversées, ses différentes fonctions, jusqu'à sa participation aux primaires à droite en novembre 2016. Extrait de "Alain Juppé, l'homme qui revient de loin", de Bruno Dive, aux éditions de L'Archipel 2/2
Avec Bruno Dive

Isabelle s’est éloignée. En cette rentrée 2010, elle s’est définitivement installée à Paris. Terminés les allers retours épuisants entre la capitale et Bordeaux. Elle a opté pour un travail à plein-temps chez Lagardère. Elle a inscrit Clara au lycée Henri-IV, l’un des plus prestigieux de Paris. Elle veut aussi être un peu plus présente auprès de Charline, sa fille aînée, et de son petit-fils Roméo. Mais ces nobles considérations personnelles n’expliquent pas à elles seules le départ d’Isabelle Juppé, qui reproche aussi à son mari d’être redevenu ministre. Elle ne le souhaitait pas… et surtout pas ministre de Nicolas Sarkozy, qu’elle ne porte pas dans son cœur. Leurs chemins vont diverger quelques mois, et Alain en souffre. « J’aime bien la solitude, mais je n’aime pas être seul », dit-il drôlement. La plupart de celles et ceux qui connaissent bien le couple ont toujours eu le sentiment qu’il était le plus amoureux des deux. Alors il va parfois se consoler… chez son ex-femme, Christine, avec laquelle il a gardé des relations cordiales et même amicales.

Ses amis, Jérôme Clément ou Louis Gallois, lui ont également déconseillé de redevenir ministre de Sarkozy. Il ne les a pas écoutés. Il veut tellement reprendre du service ! Certes pas à n’importe quelles conditions ou pour n’importe quel poste. Depuis deux ans et sa belle réélection comme maire de Bordeaux, c’est à un drôle de jeu, une sorte de « Je t’aime, moi non plus », que s’adonnent Nicolas Sarkozy et Alain Juppé. Ministre de l’un et ami de l’autre, Xavier Darcos observe les tentatives d’approche avec le regard amusé de l’érudit : « C’est Rachel et Phèdre : je l’aime ou je le hais ? » Et, quand le futur académicien ne convoque pas Racine, c’est Roland Barthes qu’il appelle à la rescousse pour qualifier cette étrange relation : « On flirte, mais on ne couche pas. »

Aux élections municipales de mars 2008, Alain Juppé a lavé l’affront du scrutin précédent. Tandis que de nombreux maires de droite sont battus, que Nicolas Sarkozy entame sa descente aux enfers dans les sondages, lui est réélu à Bordeaux dès le premier tour avec près de 57 % des voix. Un triomphe.

Pourtant, jamais la tentation de partir n’avait été aussi forte que durant l’été précédent, au cours duquel il ruminait son échec aux législatives. Mais après quelques semaines de vacances en famille, il avait recouvré son allant. Dès la rentrée 2007, alors que plus grand monde ne lui parle, la direction de Sciences Po Bordeaux lui propose de donner un cours inspiré de ses conférences au Québec : « Mondialisation et relations internationales ». Juppé se montre touché par cette attention et accepte aussitôt. Il donnera son cours pendant un semestre et choisit le mardi matin, 8 heures, pour ne pas interférer avec son mandat de maire. Il fait montre d’une grande humilité, « jamais un retard, jamais une absence », se rappelle Jean Petaux, qui a eu la surprise de recevoir du professeur Juppé le plan détaillé de ses cours en douze séances, ce qui n’est pas dans la tradition. « Je ne veux pas commettre d’impair », lui a expliqué ce maître de conférences bien consciencieux. Les étudiants de troisième année sont ravis : « On peut lui poser toutes les questions qu’on veut ! » Alain Juppé revit ; une fois encore, il a repris de l’assurance par le contact avec la jeunesse. Son moral est remonté grâce à l’enseignement.

Mais il n’a pas perdu de vue Bordeaux, qu’il a la grande joie de voir inscrite au Patrimoine mondial de l’Unesco ce même automne. Pour préparer les municipales, il a renouvelé ses listes, écarté Jacques Valade – le dernier survivant, avec Hugues Martin, de l’ère Chaban –, attiré un conseiller général écologiste, Jean-François Berthou – six ans après Michel Duchène –, ainsi que la présidente du Cran, Nicole Tumba Saint-Orice. Bien sûr, il a un peu engueulé ses électeurs. « Allez vivre à la campagne », lance-t-il à une dame qui se plaint du tapage nocturne. Mais il a surtout promis d’être « un maire à plein-temps », et donc de ne pas revenir au gouvernement. Enfin, pas tout de suite…

Et voilà Juppé le mal-aimé qui s’installe dans le rôle du recours, inédit pour lui et que l’on pensait improbable. Pour la première fois depuis 1995, les jugements positifs à son égard l’emportent sur les jugements négatifs dans les baromètres de popularité. Sa cote dépasse désormais celle du nouveau président. « Avec la dégringolade de Nicolas Sarkozy, il est redevenu à la mode. C’est comme si la droite découvrait qu’elle avait en réserve un homme d’État..»

« Tu es le président de la République de Bordeaux ! », lui a lancé son petit-fils Lucas, résumant assez bien la situation du moment. Mais Juppé, comme d’habitude, ne veut pas s’emballer. Le soir de sa victoire aux municipales, il a lancé à ses colistiers : « Soyez sages ! Pas d’excès ! » Puis il est rentré chez lui, a bu un whisky en écoutant du jazz – une manière pour lui de faire la fête –, avant de se coucher, à 1 heure. Même pondération pour la suite : « Il faut d’abord labourer, puis semer, puis arroser, avant de récolter. Le bon paysan sait attendre », écrit-il sur son blog le 19 février 2008.

Sarkozy lui fait la danse du ventre. « Alors, quand est-ce qu’on travaille ensemble ? » Il lui propose tous les postes qui passent à portée de main : un grand ministère de l’Éducation nationale et de la Recherche après les élections européennes de juin 2009, la présidence de la Cour des comptes après la mort soudaine de Philippe Séguin en janvier 2010, voire un poste de commissaire européen. Juppé refuse tout.

Extrait de Alain Juppé, l'homme qui revient de loin, de Bruno Dive, aux éditions de L'Archipel, le 31 août 2016. Pour acheter ce livre, cliquez ici

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Une France, deux sentiments nationaux concurrents ?

02.

Ce que François Hollande semble ne (toujours) pas comprendre à la nature de la crise de défiance qui déstabilise les démocraties occidentales

03.

Logement : il faut faire tout le contraire de la politique d’Anne Hidalgo !

04.

Attention à vos smartphones, les cas de piratage sont de plus en plus fréquents

05.

Le prince William est "inquiet" pour son frère

06.

La haine des bien-pensants : ils voient tous ceux qui ne pensent pas comme eux comme des invalides !

07.

Des chercheurs identifient la mutation génétique qui explique que certaines personnes dorment très peu

01.

Agression sexuelle : ça s'aggrave pour Patrick Bruel ; 25 ans et toutes ses dents, Madonna a un nouveau toyboy ; Céline Dion rate son 1er concert et ne sait plus où elle en est ; Les secrets du revirement de Laeticia Hallyday

02.

Omar Sy, Pascal Boniface, Rokhaya Diallo, pourriez-vous regarder la photo d'Havrin Khalaf, violée et assassinée par les supplétifs d'Erdogan ?

03.

Les Mormons : l'influence du cercle des conseillers d'Emmanuel Macron

04.

Des slips sur des statues de nus à l'UNESCO ! Pour ne pas heurter "certaines sensibilités"…

05.

Petit coup de projecteur sur le classement très discret des vrais salaires des hauts-fonctionnaires

06.

Les musulmans persécutés en France ? La réalité par les chiffres

01.

Emmanuel Macron saura-t-il éviter le piège tendu par les islamistes (et aggravé par les idiots utiles du communautarisme) ?

02.

Les musulmans persécutés en France ? La réalité par les chiffres

03.

Omar Sy, Pascal Boniface, Rokhaya Diallo, pourriez-vous regarder la photo d'Havrin Khalaf, violée et assassinée par les supplétifs d'Erdogan ?

04.

Pression islamiste : quelles leçons de la guerre froide et du "containment" de la menace intérieure communiste ?

05.

Plus urgent que le vote de l'interdiction du voile en sorties scolaires, le combat contre un anti-racisme dévoyé

06.

Eric Zemmour saisit la Cour Européenne des Droits de l'Homme

Commentaires (2)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
Atlantica75000
- 28/08/2016 - 22:40
L'imam de Bordeaux proche des Frères musulmans et le Cran
Inviter le CRAN dans son équipe ? Mais ce type est complètement fou !
C'est la première fois que j'apprends cette histoire après avoir lu la remarque d'un internaute ce matin dans le JDD sur l'origine de l'expression "l'identité heureuse". Cet homme est dangereux


JDD, 28 août, commentaire d’un internaute :« il va gagner si les Français ne lisent pas "L'identité heureuse, penser l'islam de France pour une nation unie, diverse et apaisée Broché de Jamel Khermimoun " qui lui a donné tout cuit un slogan original. La lecture de cet ouvrage dont on trouve un résumé idyllique dans le site oumma ( Le terme est synonyme de ummat islamiyya, « la Nation Islamique » ) décrit un Islam paradisiaque ou les femmes doivent se mobiliser pour faire leur place (si on les voit comme elle sont c'est qu'elle le veulent !), l'islam s'adapte à tout ....à condition que la république adopte ses mœurs. Si tous les Français lisent cet opus (15€) qui parfois tourne à la farce tellement il décrit une situation de paradis, il se pourrait que Juppé et ses soutiens tous vieux briscards de la politique qui nous ont droit conduit dans la chienlit ou nous nous trouvons quittent la scène politique par la petite port"
Anguerrand
- 28/08/2016 - 17:26
Juppé veut imiter Hollande
Une maîtresse dans chaque ville, et le même caractère mou. Je crains que l'on élise de nouveau une brêle comme Hollande pour ne pas élire NS ou un autre socialiste.