En direct
Best of
Best of du 13 au 19 juillet
En direct
Edito

En matière fiscale, c’est toujours la politique de la pétaudière

Publié le 26 août 2016
Le manque de courage de la politique gouvernementale conduit à encourager le repli sur soi plutôt que l’audace de l’investissement. Elle favorise la rente au détriment de l’initiative créatrice.
Michel Garibal , journaliste, a fait une grande partie de sa carrière à la radio, sur France Inter, et dans la presse écrite, aux Échos et au Figaro Magazine.
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Michel Garibal
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Michel Garibal , journaliste, a fait une grande partie de sa carrière à la radio, sur France Inter, et dans la presse écrite, aux Échos et au Figaro Magazine.
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Le manque de courage de la politique gouvernementale conduit à encourager le repli sur soi plutôt que l’audace de l’investissement. Elle favorise la rente au détriment de l’initiative créatrice.

Dans le domaine fiscal comme partout, on ne peut distribuer que ce que l’on a. Cette maxime empruntée au bon sens populaire est toujours ignorée des politiques. Au fur et à mesure que les échéances électorales se rapprochent, les promesses d’alléger les charges des citoyens se multiplient. On assiste même à une course de vitesse entre la droite et la gauche pour laisser entrevoir des lendemains mirifiques, alors qu’aujourd’hui la France figure parmi les champions des prélèvements. François Hollande est le premier à la manœuvre en multipliant les cadeaux, en tentant d’acheter à crédit les votes des électeurs, puisque les factures arriveront après la fin de son mandat et qu’il n’aura plus dès lors à en assumer la responsabilité. Et la tentation est grande dans l’opposition de suivre dans la voie de la facilité, même si certains comme Nicolas Sarkozy ont le courage de proposer du sang et des larmes, en réduisant le nombre des fonctionnaires ou en retardant l’âge de la retraite, au risque de détourner de lui une partie des électeurs.

Pour corriger cette maladie bien française de la dépense publique, il faudrait parallèlement organiser les réformes structurelles indispensables pour ramener le pays au niveau de ses voisins. Celles-ci sont connues et continuent de s’empiler dans des rapports au fil du temps, les débats interminables comme ceux de la loi Travail montrant l’incapacité de les aborder réellement en face pour se contenter d’aménagements dérisoires du système en vigueur. Pour contourner cet insoluble problème, il existe une échappatoire : accélérer le rythme de la croissance de l’économie. C’est ce qu’avait espéré le chef de l’Etat. Mais là aussi c’est l’impasse. L’économie française est encalaminée sous le poids de ses charges et de l’insuffisance de compétitivité qui en résulte. Elle fait du surplace depuis quelques mois, au point que plus personne ne croit à une augmentation de 1,7% du produit intérieur brut cette année, qui aurait permis de diminuer l’impôt sur le revenu sans risque de dérapage selon la version officielle.

Cette hypothèse étant désormais abandonnée, le premier ministre Manuel Valls entend malgré tout maintenir une nouvelle réduction de l’impôt, bien que l’on ne soit même pas certain de réaliser l’objectif de croissance de 1,5% cette année, en raison des perspectives plutôt pessimistes du deuxième semestre : chute de la production agricole de fruits et légumes, érosion du tourisme, recul de l’activité industrielle, liée à l’insuffisance de productivité générée par des charges plus lourdes que nos concurrents étrangers. Dans ce contexte, où la confiance est toujours la grande absente, les entreprises demeurent frileuses, hésitent à investir, d’autant que les conditions plus favorables qu’on ne cesse de leur faire miroiter sont généralement assorties de contraintes telles que le bénéfice qu’elles pourraient en retirer est bien loin de ce qu’on leur annonce. De leur côté les particuliers sont tentés d’accroître une épargne de précaution, comme en témoigne la hausse spectaculaire de l’assurance vie en juillet avec un montant de 3,4 milliards d’euros.

Le manque de courage de la politique gouvernementale conduit à encourager le repli sur soi plutôt que l’audace de l’investissement. Elle favorise la rente au détriment de l’initiative créatrice. Et, au lieu de tenter une mobilisation en faveur d’un véritable pacte d’avenir pour sortir le pays de l’immobilisme dans lequel il est vautré, on assiste à des débats dérisoires sans fin, capables d’atteindre un certain niveau de violence, qui divisent même le gouvernement et dont se gausse la presse étrangère, sur la manière de se vêtir des femmes, comme si le pays restait incapable de se gouverner sur des thèmes qui conditionnent pourtant son avenir.

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Ces raisons pour lesquelles le marché de l’immobilier n’est pas vraiment favorable à ceux qui veulent se loger malgré des taux d’intérêt historiquement bas

02.

Descente aux enfers : alors que la canicule s’abat sur la France, la culture démocratique s’évapore

03.

Dépenses publiques : Emmanuel Macron s’est-il définitivement converti au chiraquo-hollandisme ?

04.

Ces caractéristiques pas très progressistes qui expliquent paradoxalement que Greta Thunberg soit devenue l’idole de ceux qui croient l’être

05.

Un million de personnes veulent envahir la zone 51 aux Etats-Unis

06.

Quand Donald Trump fait la leçon au patron de la Nasa en lui demandant d'aller sur Mars sans passer par la Lune

07.

Les accusations de racisme et de sexisme portées contre Zohra Bitan pour avoir critiqué les tenues et la “coupe de cheveux sans coupe” de Sibeth NDiaye sont-elles justifiées ? Petits éléments de réflexion

01.

Le smartphone Origami de Samsung

01.

Ces raisons pour lesquelles le marché de l’immobilier n’est pas vraiment favorable à ceux qui veulent se loger malgré des taux d’intérêt historiquement bas

02.

Camille Combal et Heidi Klum mariés en secret ; Karine Ferri &Nabilla, Kate &Meghan : tout était faux !; Libertinage et infidélités lesbiennes : Stéphane Plaza & Miley Cyrus assument; Brad Pitt & Angelina Jolie se réconcilient par surprise

03.

Les accusations de racisme et de sexisme portées contre Zohra Bitan pour avoir critiqué les tenues et la “coupe de cheveux sans coupe” de Sibeth NDiaye sont-elles justifiées ? Petits éléments de réflexion

04.

Lignes de fractures : ce que les drapeaux algériens nous révèlent de l’état des Français (et des nouveaux clivages politiques)

05.

Critiquée pour son poids, Miss France réplique : "Moi au moins, j’ai un cerveau"

06.

Matteo Salvini / Carola Rackete : mais qui représente le plus grand risque pour la démocratie et la paix civile ?

01.

Matteo Salvini / Carola Rackete : mais qui représente le plus grand risque pour la démocratie et la paix civile ?

02.

Face au "séparatisme islamiste" qui menace l’unité de la France, la tentation de "l’autonomie relative"...

03.

Les trois (fausses) excuses de Macron pour ne pas mettre en œuvre son programme de réduction de dépenses publiques

04.

François de Rugy a démissionné

05.

Lignes de fractures : ce que les drapeaux algériens nous révèlent de l’état des Français (et des nouveaux clivages politiques)

06.

Les accusations de racisme et de sexisme portées contre Zohra Bitan pour avoir critiqué les tenues et la “coupe de cheveux sans coupe” de Sibeth NDiaye sont-elles justifiées ? Petits éléments de réflexion

Commentaires (4)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
crobard007
- 26/08/2016 - 22:18
Règle d'or :
Si tu a un concept ou une innovation géniale en poche, que tu est courageux travailleur et que tu comptes créer des emplois et de la richesse, il faut absolument quitter ce pays, ou les politiciens n'ayant pour la plupart jamais travaillé dans le privé (travaillé tout court?) considéreront les fruit de tes efforts comme leur caisse à démagogie, au prix de ta spoliation tu engraissera ainsi des gens plus préoccupés de leur melon personnel que de l'intérêt du pays, et ces gougnaffiers, bobos, profiteurs culturels, hauts fonctionnaires, journalistes, syndicalistes... te traineront dans la boue. La France te manque? Reviens y pour les vacances, et la tu pourra dire "J'adore la France!"
D'AMATO
- 26/08/2016 - 14:47
Bien fait pour vos figures d'idiots....
....personne, entendez-vous? ...Personne ne peut gagner contre celui qui entend épargner....Vous pouvez baisser les taux du Livret "A", "B" ou "C"....vous n'y arriverez jamais.....Tel est pris celui qui voulait"CAPTER" les économies de toute une vie des gens.... Vous avez dit PATRIOTISME FISCAL ???
Mon ... ! Et vous ajoutez immigration MASSIVE???.... Les faits sont têtus et les gens aussi.....Ah les hyper-intelligents !!!! Vous êtes des idiots ou alors vous êtes tombés sur la tête....
zouk
- 26/08/2016 - 14:15
Politique fiscale
Demi mesures, succession incessantes de modifications sur les taux, les modalités de perception, dont le projet absurde de prélever l'impôt à la source. Notre système fiscal si compliqué avec tant d'exceptions, "niches"et le fait que moins de la moitié des ménages paient l'IRPP, d'où des taux décourageants pour les autres... rend l'idée parfaitement absurde. Commençons par simplifier le système, le prélèvement à la source sera parfaitement compris donc accepté.