En direct
Best of
Best of du 21 au 27 novembre
En direct
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Elon Musk est devenu le 2ème homme le plus riche au monde et voilà pourquoi la France aurait singulièrement besoin de s'en inspirer

02.

Producteur tabassé : Agnès Pannier-Runacher estime que les policiers "ont franchi la ligne rouge"

03.

Un archéologue britannique fouille les décombres d'une maison, située sous un couvent de Nazareth, qu'il croit être celle où le Christ a vécu enfant

04.

Elections américaines : derrière les suspicions de fraude, une lutte totale opposant "Patriotes" et "mondialistes" à l'échelle occidentale?

05.

70.000 euros par mois en 2019, une Bentley, un bateau, des appartements et maisons, le ministre de la Justice dévoile son patrimoine

06.

Donald Trump a déclaré hier qu'il partirait de la Maison Blanche après l'intronisation de son rival mais il aura du mal car il y a eu une "fraude massive"

07.

Le veganisme bon pour la santé ? Pas pour les os en tous cas, une large étude révèle un risque nettement supérieur de fracture

01.

Julie Gayet tente de sauver son couple, Ingrid Chauvin liquide le sien, celui de Nabilla tangue; Sophie Marceau fait des câlins aux arbres, Aya Nakamura se la pète; Meghan Markle & Katy Perry, voisines et ennemies, Kylie & Kendall Jenner soeurs et idem

02.

Boycott de CNews : quand Decathlon veut faire du profit sur le dos de la liberté d’expression

03.

PSG-LEIPZIG : 1-0 Les Parisiens préservent leurs chances en remportant une victoire inquiétante

04.

Le veganisme bon pour la santé ? Pas pour les os en tous cas, une large étude révèle un risque nettement supérieur de fracture

05.

Carnage en vue sur les banques européennes ?

06.

Migrants de la place de la République : "damned if you do, damned if you don't"

01.

Immigration : les dernières statistiques révèlent l'ampleur des flux vers la France. Mais qui saurait les contrôler ?

02.

Covid-19 : Emmanuel Macron annonce enfin (et sans en avoir l’air) un changement de stratégie

03.

Elon Musk est devenu le 2ème homme le plus riche au monde et voilà pourquoi la France aurait singulièrement besoin de s'en inspirer

04.

Barbara Pompili et Eric Dupond-Moretti annoncent la création d'un "délit d'écocide"

05.

Aucun lien entre le terrorisme et l'immigration !

06.

Boycott de CNews : quand Decathlon veut faire du profit sur le dos de la liberté d’expression

ça vient d'être publié
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Clint et moi" de Eric Libiot : à la fois amusante et érudite, l’exploration d’un géant du cinéma américain par un critique de grande notoriété

il y a 8 heures 54 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

Exposition "Voyage sur la route du Kisokaidō, de Hiroshige à Kuniyoshi" au Musée Cernuschi : les relais-étapes de la route emblématique du Kisokaidō par les maîtres de l'estampe japonaise du XIXe siècle, 150 œuvres magnifiques

il y a 9 heures 16 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Je ne vis que pour toi" de Emmanuelle de Boysson : le Paris saphique, littéraire et artistique du début du XXe siècle. Un mélange subtil de fiction et de réel

il y a 9 heures 58 min
pépites > Justice
Justice
Affaire Carlos Ghosn : Rachida Dati a été placée sous le statut de témoin assisté
il y a 12 heures 10 min
pépites > Terrorisme
Justice
Attentat de la rue des Rosiers : la Norvège autorise l'extradition d'un suspect vers la France
il y a 13 heures 22 min
pépites > International
Opération spéciale ?
Iran : un responsable du programme nucléaire, Mohsen Fakhrizadeh, aurait été assassiné
il y a 13 heures 51 min
rendez-vous > Consommation
Atlantic-tac
Quand Cédric se veut soutenable et quand Franck prend son pied : c’est l’actualité frimaire des montres
il y a 15 heures 50 min
pépites > Religion
Vatican
Coronavirus : une crise qui révèle ce qu'il y a dans nos coeurs estime le pape dans une longue tribune publiée par le New York Times où il évoque en détail la grave maladie qui l'a touché dans sa jeunesse
il y a 17 heures 39 min
décryptage > Politique
Stratégie de lutte contre le virus

Pour protéger mamie du Covid, le gouvernement veut la pousser dans les orties

il y a 18 heures 49 min
pépites > Politique
Couac
Article 24 : le ministre des Relations avec le Parlement déclare que les députés auront le dernier mot
il y a 19 heures 28 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Le pouvoir de la destruction créatrice" de Philippe Aghion, Céline Antonin et Simon Bunel : le capitalisme ? Une formidable capacité à créer de la croissance grâce à son pouvoir de destruction… Remarquable démonstration

il y a 9 heures 3 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"L'historiographe du royaume" de Maël Renouard : à la cour d'Hassan II, les caprices d’un roi et le sort du courtisan malgré lui. De belles pages romanesques mais quelques digressions sans intérêt pour le récit

il y a 9 heures 45 min
pépites > Politique
Ces images "nous font honte"
Producteur passé à tabac par des policiers : Emmanuel Macron réagit dans un long texte sur Facebook
il y a 10 heures 24 min
pépites > France
Lutte contre le séparatisme
Le CCIF, menacé de dissolution par le gouvernement, annonce s'être auto-dissous
il y a 12 heures 58 min
pépites > Politique
Couac
Castex en marche arrière toute : finalement la "commission indépendante" ne réécrira pas l'article 24 de la loi "sécurité globale"
il y a 13 heures 40 min
light > Media
Esprit Canal
Sébastien Thoen aurait été viré de Canal+ après sa parodie de Pascal Praud pour Winamax
il y a 14 heures 10 min
light > Religion
Archéologie
Un archéologue britannique fouille les décombres d'une maison, située sous un couvent de Nazareth, qu'il croit être celle où le Christ a vécu enfant
il y a 16 heures 58 min
décryptage > High-tech
Usage d'Internet

Nos e-mails sont-ils vraiment une menace pour l'environnement ?

il y a 18 heures 14 min
pépite vidéo > Politique
"Images insoutenables"
Producteur tabassé : Agnès Pannier-Runacher estime que les policiers "ont franchi la ligne rouge"
il y a 19 heures 14 min
décryptage > Justice
Législation

Haine en ligne : à Bruxelles comme à Paris, une réponse législative pas à la hauteur du défi sociétal

il y a 19 heures 29 min
Argent sale

Pots-de-vin, détournements de fonds et sociétés fantômes : comment la corruption en Irak a favorisé la naissance de l'Etat islamique

Publié le 24 août 2016
On parle du chantier irakien depuis 2003, mais le redressement du pays n'a jamais réellement débuté. Le gouvernement en place n'avait pas vraiment de raison de le faire : il est bien plus facile de s'enrichir illégalement dans le chaos. Daech en a également profité.
Atlantico.fr
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Rédaction Atlantico
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
On parle du chantier irakien depuis 2003, mais le redressement du pays n'a jamais réellement débuté. Le gouvernement en place n'avait pas vraiment de raison de le faire : il est bien plus facile de s'enrichir illégalement dans le chaos. Daech en a également profité.

Le gouvernement irakien a profité de l'état castastrophique du pays pour se remplir les poches. C'est l'analyse que fait le journaliste d'investigation américain Ken Silverstein dans un article publié sur le site New Republic. Il revient longuement sur la manière dont la corruption des politiques irakiens a servi d'engrais à la poussée de l'Etat islamique, aujourd'hui multinationale du terrorisme.

Misère et peur

"La sagesse conventionnelle est de dire que George Bush est le responsable de la catastrophe en Irak, et que Barack Obama a fait tout son possible pour gérer ce désastre dont il a hérité". Ken Silverstein attaque à couteaux tirés. Il faut dire qu'aujourd'hui, comme il le rappelle, Obama occupe le Bureau ovale depuis huit ans, quand Bush n'a pu influer sur la situation irakienne que durant cinq ans. Treize ans donc que le chaos règne en Irak, treize longues années que ses habitants vivent sous la menace terroriste et, pour une trop grande partie (22,5% en 2014), sous le seuil de pauvreté. Une frustration qui se concrétise par des manifestations où les coups de couteau et les gaz lacrymogènes remplacent les dialogues entre peuple et politiques.

Mais comment un pays disposant de terres arables, de ressources en eau ainsi que de 10% des réserves mondiales de pétrole ne peut-il pas faire repartir son économie ? Remettre le tout sur le dos du terrorisme serait trop facile. L'Etat islamique n'est pas si vieux, et Al-Qaïda est allé en déclinant face à l'interventionnisme militaire américain. Pour Ken Silverstein, les vrais coupables sont les dirigeants irakiens corrompus. Avec comme figure principale de cette discorde : Nouri al-Maliki, l'ex-Premier ministre irakien, membre du parti chiite Dawa et aujourd'hui vice-président du pays. Un homme détesté par son peuple pour sa politique sectaire à l'encontre des minorités sunnites, pour son autoritarisme et les soupçons de corruption qui planent sur lui.

Des milliards mystérieusement volatilisés

Comme le révèle Ken Silverstein, les politiques ont profité du chaos pour s'enrichir. Il raconte comment, à titre d'exemple parmi tant d'autres, les dirigeants du pays ont formulé de faux contrats avec des sociétés fantômes, comme la suisse Satarem, pour détourner l'argent public directement dans leurs propres poches. Dans ce cas-là, ce sont 6 milliards de dollars qui auraient été détournés. C'est simple : "Le gouvernement est comme un gâteau. Tout le monde en prend une part", explique Hamed Al Gaood, un homme d'affaires interrogé par Silverstein. Autre exemple : au cours des dernières années, le ministère de la Défense a acheté pour 150 milliards de dollars d'armes, mais selon un rapport publié en mars par le comité d'audit du Parlement irakien, seulement 20 milliards de ces dépenses ont été effectives. Les 130 autres milliards ont pour ainsi dire disparu.

Les quelques témoignages de personnes ayant baigné dans ces magouilles de grande ampleur, comme celui de cet homme d'affaires, sont évocateurs : "Maliki et ses gars étaient talentueux pour cela. On ne savait pas toujours qui allait être graissé, mais il s'agissait toujours de dirigeants au gouvernement, et Maliki arrivait toujours à se garder une part pour chaque arrangement. Ils ont mis au point un système élaboré qui laisse penser que tout se déroule légalement, mais tout n'est que pots-de-vin. C'est ce pourquoi beaucoup d'argent américain s'est volatilisé". La plupart du matériel reçu datait de l'époque soviétique. Silverstein précise que selon des sources haut-placées au Pentagone, une cinquantaine de snipers de calibre 50 avaient été envoyés plus tard en Irak pour lutter contre Daech. Mais la corruption opérant, les politiques avaient revendu les armes à l'Etat islamique pour s'en mettre un peu plus dans les poches tout en affaiblissant les Peshmergas kurdes, plus féroce force d'opposition locale à Daech et minorité peu appréciée du gouvernement.

Menaces de mort

N'existe-t-il ainsi aucune âme pas encore noircie par la corruption, capable de traîner ces politiques corrompus devant les tribunaux ? Pour ainsi dire, les pots-de-vin, le chantage et les arrangements sont devenus monnaie commune, et on se fait dorénavant davantage remarquer quand on ne fait pas partie de ce système. Les quelques rares braves hommes à vouloir faire éclater la vérité ont reçu des menaces de mort bien entendu anonymes : les juges Mounir Haddad et Radhi Hamza al Radhi ou encore Salam Adhoob, directeur de la Commission irakienne d'intégrité.

Alors, comment pouvoir redresser un pays en ruine quand les dirigeants constatent qu'ils peuvent tirer profit de cette situation ? Erik Gustafson, directeur du Centre d'éducation à la paix en Irak (Epic) interrogé par Silverstein, résume bien la situation : "Si Daech est éliminé, un autre groupe le remplacera. Aussi longtemps qu'il y aura de la corruption et de la misère, il existera cet environnement propice au développement du terrorisme".

Quand on veut, on peut, dit le dicton. Manifestement, les politiques irakiens n'ont aucun intérêt à mettre fin au calvaire de leur peuple.

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Commentaires (3)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
vangog
- 24/08/2016 - 22:16
Quel merdier! Le résultat des politiques Bush-Clinton...
des spécialistes de l'argent sale, ceux-là aussi! Car, pour qu'il y ait des corrompus, il faut des corrupteurs... Quel jeu joue la fondation Clinton-Clinton, subventionnée par les EAU, dans ce bazar? et à qui profite ce bazar? Pour disséminer le wahabitisme et le soufisme, partout dans le monde des bisounours crédules, les Saouds et Qataris ont tout intérêt à favoriser ce type de régime corrompus, afin de convaincre la jeunesse qu'entre les mécréants corrompus, du type Clinton, et les chiites corrompus, du type Al Maliki, il y a eux, les purs, les vrais, les seuls gardiens des lieux saints, les Sunnites...excellente stratégie!
Paul Emiste
- 24/08/2016 - 17:47
Et ensuite?!
Ils vont demander à nos fils d´aller y combattre et risquer leur vie?
zouk
- 24/08/2016 - 12:48
IRAK
D'est un "état faiilly". Espérons que ce n'est pas là ce qui nous attend.