En direct
Best of
Best of du 13 au 19 juillet
En direct
info atlantico
© Reuters
He is back

La déclaration de candidature de Nicolas Sarkozy se veut un symbole, il ne sera jamais là où on l'attend

Publié le 26 août 2016
Annoncée par un confidentiel du Figaro, la candidature de Nicolas Sarkozy se veut inédite. Elle présage une campagne hors norme durant laquelle l'ancien Président s’emploiera à surprendre les Français. Il a fêté ce lundi soir le lancement de sa campagne avec quelques soutiens.
Christelle Bertrand, journaliste politique à Atlantico, suit la vie politique française depuis 1999 pour le quotidien France-Soir, puis pour le magazine VSD, participant à de nombreux déplacements avec Nicolas Sarkozy, Alain Juppé, François Hollande,...
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Christelle Bertrand
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Christelle Bertrand, journaliste politique à Atlantico, suit la vie politique française depuis 1999 pour le quotidien France-Soir, puis pour le magazine VSD, participant à de nombreux déplacements avec Nicolas Sarkozy, Alain Juppé, François Hollande,...
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Annoncée par un confidentiel du Figaro, la candidature de Nicolas Sarkozy se veut inédite. Elle présage une campagne hors norme durant laquelle l'ancien Président s’emploiera à surprendre les Français. Il a fêté ce lundi soir le lancement de sa campagne avec quelques soutiens.

"Si Christian a dit 'dans quelques heures', ça n'est pas dans quelques jours. Il sait de quoi il parle"... Ce matin déjà, le suspens entretenu autour de la déclaration de candidature de Nicolas Sarkozy était partiellement levé par un très proche de l'ancien Président qui insistait : "ça va être très rapide, oui. A Châteaurenard il sera déjà candidat".

 

Une fois de plus, Nicolas Sarkozy n'est pas là où on l'attend. Ses équipes avaient tout d'abord laissé croire à une déclaration de candidature devant les jeunes Républicains réunis les 27 et 28 août au Touquet puis fut lancée la piste "Châteaurenard". Invité par le maire de cette petite commune des Bouches-du-Rhône, Nicolas Sarkozy a, en effet, décidé d'y faire son grand meeting de rentrée. Mais pour sa déclaration de candidature, il a finalement choisi un autre canal. L'information a été divulguée vers 16h par une indiscrétion du Figaro.

 

Le site du quotidien a dévoilé cette phrase, rédigée sur la quatrième de couverture d'un nouveau livre (Tout pour la France, publié chez Plon) à paraître mercredi : "J'ai décidé d'être candidat à l'élection présidentielle de 2017. La France exige qu'on lui donne tout. J'ai senti que j'avais la force pour mener ce combat à un moment si tourmenté de notre histoire. J'ai hésité, j'ai retourné les données du débat dans tous les sens. J'ai essayé d'être le plus honnête possible vis-à-vis des autres, de ma famille, comme de moi-même".

 

Tout l'été, Nicolas Sarkozy a préparé cet atterrissage. Le livre, commencé en juin, a été bouclé mi août. "Depuis quelques jours, les choses étaient enfin déblayées sur le fond, sur la forme et sur le moment, explique un très proche, Nicolas n'a plus de doute sur ce qu'il faut dire, ni comment le dire. C'est quelque chose qui vient du fond et pas par l'émotion, il s'est demandé : est-ce que je peux être utile à mon pays. C'est une réflexion qu’il a étoffée en observant l'évolution de la France et pas uniquement le quinquennat de François Hollande dont il n’attendait rien".

 

La date choisie, la forme extrêmement originale, sonne comme un signal. Ce retour a été pesé, travaillé pour surprendre. Il sonne comme un avertissement : Nicolas Sarkozy ne sera jamais là où on l’attend, ni sur la forme ni sur le fond. Sur les questions économiques, par exemple, l'ancien chef de l’État entend jouer la carte de la contre-programmation. Ses adversaires ont entamé une course au libéralisme, lui sera plus nuancé : "Le pays a besoin de liberté mais, dans un monde mondialisé, il a aussi besoin de protection : protection en matière économique, sur la question des migrations et même dans le domaine social. Il pense que le clivage droite/gauche existe toujours mais pas sur les éléments qui le définissaient auparavant", explique un intime qui ajoute "La droite que veut incarner Nicolas Sarkozy est réformiste et protectrice, car sous les coups de la mondialisation la France s'est fragilisée, c'est surtout vrai pour les plus démunis".

 

Nicolas Sarkozy consacre d’ailleurs de longues pages à la santé des plus âgés, aux maux qui touchent une société vieillissante, à la nécessaire protection des plus fragiles. "Il ne veut pas se laisser porter par une pulsion libérale tout azimut, explique un proche, parce qu'il a conscience que la société est déjà blessée, il ne faut pas donner aux Français le sentiment que l'on remet tout en cause".

 

Là où on ne l'attend pas c'est aussi loin de la ligne Buisson : "on sera loin de la dérive droitière explique l'un de ses conseillers. Nicolas Sarkozy va désormais aussi lier la question de l'identité à celle de la culture et pas uniquement à celle de l'immigration" et d'ajouter "il préemptera un terrain qui lui permettra de se protéger des attaques". "Mais, ajoute un autre membre du staff, il doit aussi faire attention à ne pas se renier car "lorsqu'il est revenu à la tête du parti les gens ont été déstabilisés parce qu'ils l'ont trouvé atone. Ses électeurs aiment cette boule d'énergie". Et de ce point de vue-là, ils ne seront pas déçus. Au fils des pages, Nicolas Sarkozy explique notamment, qu'il ne croit pas à l'identité heureuse, qu'il n'y a pas d’alternative modérée possible, qu'il va falloir agir très fortement.

 

L'ouvrage est découpé en 5 grandes parties, 5 grands défis à relever : le défit de la vérité -qui sera une réponse aux Français qui ne croient plus en la politique- le défi de l'identité, celui de la compétitivité, de l'autorité et de la liberté. "Ça n'est pas un livre programme, Nicolas Sarkozy veut partager sa vision de la France à venir, il a été président de la République, il se devait de prendre de la hauteur", explique un conseiller qui ajoute, "on ne se prépare pas pour une élection législative mais pour une présidentielle, Nicolas Sarkozy ne pouvait se contenter de collectionner des propositions". Clin d’œil aux ouvrages que ses concurrents ont publiés ces derniers mois.

 

Pour les questions techniques, l’affaire est réglée depuis la fin du printemps, les parrainages d'ores et déjà engrangés, les fonds affluent. Un local de campagne a été trouvé rue de l'Université à Paris, plus de 400 mètres carrés en face du musée du Quai Branly, tout un symbole. Les locaux seraient loués jusqu'en... mai 2017. Selon l'un de ses membres, l'équipe fonctionnelle ne devrait pas être modifiée, elle sera toujours composée de Véronique Waché, Eric Schahl, Franck Philippe Georgin. Frédéric Péchenard, lui, pourrait prendre ses distances et rester au parti, histoire de "jouer les médiateurs" entre Eric Woerth et Laurent Wauquiez. L'équipe politique, elle, va évoluer et s'étoffer. Elle sera composée de Christian Jacob, François Baroin, Laurent Wauquiez, Eric Woerth et Gérald Darmanin. Les deux conseillers historiques de l'ancien président : Pierre Giacometti et Sébastien Proto seront plus que jamais présents.

 

La campagne est donc lancée. Ce lundi soir quelques élus, comme Laurent Wauquiez ou Eric Woerth, se sont joints au candidat pour saluer cette nouvelle étape. Ce mardi après-midi aura lieu la première réunion au QG et, très vite, l'ancien président devrait entamer une série de déplacements. Mercredi soir, après un passage par le journal de 20h, il sera à Châteaurenard pour son premier meeting. Les 27 et 28 août, Nicolas Sarkozy se rendra au Touquet, puis à l’université d’été du Medef, à Jouy-en-Josas le 31 août. Les 3 et 4 septembre, il sera à la Baule où se tiendra le campus des Républicains. Il sera le premier invité de la nouvelle émission politique de France 2, jeudi 15 septembre, présenté par David Pujadas, Léa Salamé et Karim Rissouli. Ses derniers jours, son staff avait prévenu : ce début de campagne ce sera un "Blast".

 

 

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Camille Combal et Heidi Klum mariés en secret ; Karine Ferri &Nabilla, Kate &Meghan : tout était faux !; Libertinage et infidélités lesbiennes : Stéphane Plaza & Miley Cyrus assument; Brad Pitt & Angelina Jolie se réconcilient par surprise

02.

Ces raisons pour lesquelles le marché de l’immobilier n’est pas vraiment favorable à ceux qui veulent se loger malgré des taux d’intérêt historiquement bas

03.

Critiquée pour son poids, Miss France réplique : "Moi au moins, j’ai un cerveau"

04.

Les accusations de racisme et de sexisme portées contre Zohra Bitan pour avoir critiqué les tenues et la “coupe de cheveux sans coupe” de Sibeth NDiaye sont-elles justifiées ? Petits éléments de réflexion

05.

Lignes de fractures : ce que les drapeaux algériens nous révèlent de l’état des Français (et des nouveaux clivages politiques)

06.

Fini les trésors à déterrer : comment les missions archéologiques françaises à l'étranger sont devenues plus anthropologiques

07.

D’Emmanuel Macron à Benjamin Griveaux : les petites phrases sur lesquelles on se borne au détriment des sujets de fond

01.

Auriez vous le brevet des collèges ou... signé une pétition car les épreuves étaient trop difficiles ?

02.

Ces raisons pour lesquelles le marché de l’immobilier n’est pas vraiment favorable à ceux qui veulent se loger malgré des taux d’intérêt historiquement bas

03.

Camille Combal et Heidi Klum mariés en secret ; Karine Ferri &Nabilla, Kate &Meghan : tout était faux !; Libertinage et infidélités lesbiennes : Stéphane Plaza & Miley Cyrus assument; Brad Pitt & Angelina Jolie se réconcilient par surprise

04.

Les accusations de racisme et de sexisme portées contre Zohra Bitan pour avoir critiqué les tenues et la “coupe de cheveux sans coupe” de Sibeth NDiaye sont-elles justifiées ? Petits éléments de réflexion

05.

Le Sénégal triompha de la Tunisie par 1-0 : les supporters sénégalais se livrèrent alors en France à une orgie de violences

06.

François de Rugy, le bouc émissaire dont la mise à mort inquiète le monde de l’entreprise

01.

Matteo Salvini / Carola Rackete : mais qui représente le plus grand risque pour la démocratie et la paix civile ?

02.

Greta Thunberg à l’Assemblée nationale : le révélateur de la faiblesse des écologistes politiques ?

03.

Face au "séparatisme islamiste" qui menace l’unité de la France, la tentation de "l’autonomie relative"...

04.

L’humanité a-t-elle atteint son pic d’intelligence ?

05.

François de Rugy, le bouc émissaire dont la mise à mort inquiète le monde de l’entreprise

06.

Intégration sensible : le cas particulier des immigrés d’origine algérienne ou turque

Commentaires (30)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
D'AMATO
- 24/08/2016 - 00:52
Mais...
...a souvent mis à coté de la plaque....
Ni lui, ni Fillon, ni Copé, ni Juppé...esperons qu"il y ait de bonnes candidatures, sinon ce sera FN...
Yves3531
- 23/08/2016 - 23:17
C'est pour cela...
qu'il faut soutenir Fillon...
Yves3531
- 23/08/2016 - 23:16
@Paulqui...
et si en dernier ressort les sondages contredisent votre hypothèse, les juges du mur des cons sonneront l'hallali ... c'est effectivement cela la tactique pourrie de CavamieuxPadbol 1er...