En direct
Best of
Best of du 17 au 23 octobre
En direct
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Plus odieuse que les caricatures de Mahomet, la caricature d'Erdogan

02.

Parcs, plages et autres interdictions de promenade : ces mesures du premier confinement qu’aucune efficacité sanitaire ne justifie

03.

Une certaine gauche s’étrangle des accusations de complicité avec l’islamisme mais sera-t-elle capable d’en tirer des leçons sur ses propres chasses aux fachos imaginaires ?

04.

Un sondage dévastateur pour Macron et aussi, hélas, pour la France

05.

Les investissements s’effondrent et signent la fin d’une mondialisation effrénée… Sauf pour la Chine, grande gagnante de la crise

06.

Voici comment et pourquoi Hollande et le CFCM sont bizarrement devenus islamophobes

07.

Reconfinement généralisé : les failles (masquées) de la détermination affichée par Emmanuel Macron

01.

L‘épargne des Français va nous sauver de la ruine et financer l’argent magique de la relance : démonstration

02.

Stéphane Plaza se fait larguer pour un plus jeune; Laeticia Hallyday plaque Pascal; Sia adopte des adultes; Kylian Mbappé récupère l'ex de Neymar; Marlène Schiappa aime les hommes, Britney Spears profite

03.

Bahar Kimyongür : "Dans sa fuite en avant, Erdogan n'hésitera pas à faire flamber le danger islamiste en France"

04.

Une certaine gauche s’étrangle des accusations de complicité avec l’islamisme mais sera-t-elle capable d’en tirer des leçons sur ses propres chasses aux fachos imaginaires ?

05.

Ce qui s'est vraiment passé au sein du ministère de l'Education nationale dans les jours ayant précédé la mort de Samuel Paty

06.

« Qu'est-ce que ce pays qui a perdu la tête ? » Clémentine Autain a fait mine d'oublier que c'est Samuel Paty qui avait perdu la sienne

01.

François Hollande : "une partie minoritaire de la gauche a pu manifester une étrange tolérance envers l’islam"

02.

Un sondage dévastateur pour Macron et aussi, hélas, pour la France

03.

Islamisme : pour Alain Juppé, "plus que du séparatisme, c'est un esprit de conquête"

04.

Mais qu’est ce qu’ont vraiment loupé les partis pour que 79% des Français soient désormais prêts à un vote anti-système ?

05.

Islamo-gauchisme : les lendemains ne chantent plus, c'est interdit

06.

Attaque à l'arme blanche à Nice, l'auteur a été interpellé

ça vient d'être publié
pépites > Politique
Réalité du confinement
Jean Castex et les ministres du gouvernement ont dévoilé les différentes mesures et aménagements liés au reconfinement
il y a 3 min 36 sec
pépite vidéo > Religion
Emotion
Attaque à Nice : le glas a résonné dans les églises de France en hommage aux victimes
il y a 3 heures 27 min
rendez-vous > Media
Revue de presse des hebdos
Macron s’inquiète de l’affaiblissement de Castex, les islamo-gauchistes refusent d’assumer leurs responsabilités; Le juteux business des ex-politiques; Olivier Véran, l’homme qui dit qu’on n’a pas voulu l’écouter sur la gravité du Covid
il y a 4 heures 21 min
pépites > France
Opération Sentinelle
Attentat à Nice : Emmanuel Macron réhausse de "3.000 à 7.000" le nombre de militaires déployés sur le sol français
il y a 5 heures 26 sec
pépites > Terrorisme
Menace terroriste
Attentat à Nice : Jean Castex indique que le plan vigipirate a été réhaussé au niveau "urgence attentat" partout en France
il y a 6 heures 6 min
décryptage > Sport
Moïse prophète en son Paris

Basaksehir/PSG : Paris, sauvé des eaux par Moïse

il y a 8 heures 21 min
décryptage > Consommation
Leçons du 1er confinement

Pénuries de (re)confinement : voilà ce que vous devriez acheter pour affronter novembre (et non, on ne vous parle pas de papier toilette)

il y a 9 heures 12 min
décryptage > France
Pression sur l'exécutif

Meurtre de Samuel Paty, islam et liberté d’expression : réseaux sociaux arabes, élites anglo-saxonnes, l’étau fatal qui étrangle la France

il y a 10 heures 7 min
décryptage > Economie
"Quoi qu'il en coûte"

Reconfinement : le prix que nous sommes prêts à payer pour sauver une vie est-il en train de flamber ?

il y a 11 heures 6 min
décryptage > Santé
"Tester, alerter, protéger"

Reconfinement généralisé : les failles (masquées) de la détermination affichée par Emmanuel Macron

il y a 12 heures 50 sec
pépites > Terrorisme
Enquête en cours
Attentat à Nice : l'assaillant serait un Tunisien de 21 ans arrivé par Lampedusa
il y a 3 heures 5 min
pépites > International
Multiples attaques
Arabie saoudite : un vigile du consulat français à été blessé au couteau à Djeddah
il y a 4 heures 41 sec
pépites > France
Vigilance des forces de l'ordre
Un islamiste radical armé d'un couteau a été interpellé dans le centre de Lyon
il y a 4 heures 46 min
light > Religion
Vatican
Attentat à Nice : le pape François "prie pour les victimes et leurs proches"
il y a 5 heures 44 min
décryptage > Environnement
Plan vélo

Et pendant ce temps-là se poursuivait joyeusement la guerre absurde contre la voiture

il y a 7 heures 59 min
pépite vidéo > France
Pensées aux victimes
Attaque à Nice : l’Assemblée nationale observe une minute de silence
il y a 8 heures 46 min
décryptage > Société
Second Impact du Covid-19

Petits conseils pour gérer son anxiété face à une actualité déprimante et angoissante

il y a 9 heures 28 min
décryptage > Santé
Bis repetita

Isolement des cas positifs : le ratage massif qu’Emmanuel Macron feint de ne pas voir (et qui pourrait faire échouer le 2ème déconfinement)

il y a 10 heures 37 min
pépites > France
Enquête en cours
Attaque à l'arme blanche à Nice, l'auteur a été interpellé
il y a 11 heures 15 min
décryptage > International
Mais qu'est-ce qu'ils allaient faire dans cette galère ?

Plus odieuse que les caricatures de Mahomet, la caricature d'Erdogan

il y a 12 heures 38 min
info atlantico
© Reuters
© Reuters
He is back

La déclaration de candidature de Nicolas Sarkozy se veut un symbole, il ne sera jamais là où on l'attend

Publié le 26 août 2016
Annoncée par un confidentiel du Figaro, la candidature de Nicolas Sarkozy se veut inédite. Elle présage une campagne hors norme durant laquelle l'ancien Président s’emploiera à surprendre les Français. Il a fêté ce lundi soir le lancement de sa campagne avec quelques soutiens.
Christelle Bertrand
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Christelle Bertrand, journaliste politique à Atlantico, suit la vie politique française depuis 1999 pour le quotidien France-Soir, puis pour le magazine VSD, participant à de nombreux déplacements avec Nicolas Sarkozy, Alain Juppé, François Hollande,...
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Annoncée par un confidentiel du Figaro, la candidature de Nicolas Sarkozy se veut inédite. Elle présage une campagne hors norme durant laquelle l'ancien Président s’emploiera à surprendre les Français. Il a fêté ce lundi soir le lancement de sa campagne avec quelques soutiens.

"Si Christian a dit 'dans quelques heures', ça n'est pas dans quelques jours. Il sait de quoi il parle"... Ce matin déjà, le suspens entretenu autour de la déclaration de candidature de Nicolas Sarkozy était partiellement levé par un très proche de l'ancien Président qui insistait : "ça va être très rapide, oui. A Châteaurenard il sera déjà candidat".

 

Une fois de plus, Nicolas Sarkozy n'est pas là où on l'attend. Ses équipes avaient tout d'abord laissé croire à une déclaration de candidature devant les jeunes Républicains réunis les 27 et 28 août au Touquet puis fut lancée la piste "Châteaurenard". Invité par le maire de cette petite commune des Bouches-du-Rhône, Nicolas Sarkozy a, en effet, décidé d'y faire son grand meeting de rentrée. Mais pour sa déclaration de candidature, il a finalement choisi un autre canal. L'information a été divulguée vers 16h par une indiscrétion du Figaro.

 

Le site du quotidien a dévoilé cette phrase, rédigée sur la quatrième de couverture d'un nouveau livre (Tout pour la France, publié chez Plon) à paraître mercredi : "J'ai décidé d'être candidat à l'élection présidentielle de 2017. La France exige qu'on lui donne tout. J'ai senti que j'avais la force pour mener ce combat à un moment si tourmenté de notre histoire. J'ai hésité, j'ai retourné les données du débat dans tous les sens. J'ai essayé d'être le plus honnête possible vis-à-vis des autres, de ma famille, comme de moi-même".

 

Tout l'été, Nicolas Sarkozy a préparé cet atterrissage. Le livre, commencé en juin, a été bouclé mi août. "Depuis quelques jours, les choses étaient enfin déblayées sur le fond, sur la forme et sur le moment, explique un très proche, Nicolas n'a plus de doute sur ce qu'il faut dire, ni comment le dire. C'est quelque chose qui vient du fond et pas par l'émotion, il s'est demandé : est-ce que je peux être utile à mon pays. C'est une réflexion qu’il a étoffée en observant l'évolution de la France et pas uniquement le quinquennat de François Hollande dont il n’attendait rien".

 

La date choisie, la forme extrêmement originale, sonne comme un signal. Ce retour a été pesé, travaillé pour surprendre. Il sonne comme un avertissement : Nicolas Sarkozy ne sera jamais là où on l’attend, ni sur la forme ni sur le fond. Sur les questions économiques, par exemple, l'ancien chef de l’État entend jouer la carte de la contre-programmation. Ses adversaires ont entamé une course au libéralisme, lui sera plus nuancé : "Le pays a besoin de liberté mais, dans un monde mondialisé, il a aussi besoin de protection : protection en matière économique, sur la question des migrations et même dans le domaine social. Il pense que le clivage droite/gauche existe toujours mais pas sur les éléments qui le définissaient auparavant", explique un intime qui ajoute "La droite que veut incarner Nicolas Sarkozy est réformiste et protectrice, car sous les coups de la mondialisation la France s'est fragilisée, c'est surtout vrai pour les plus démunis".

 

Nicolas Sarkozy consacre d’ailleurs de longues pages à la santé des plus âgés, aux maux qui touchent une société vieillissante, à la nécessaire protection des plus fragiles. "Il ne veut pas se laisser porter par une pulsion libérale tout azimut, explique un proche, parce qu'il a conscience que la société est déjà blessée, il ne faut pas donner aux Français le sentiment que l'on remet tout en cause".

 

Là où on ne l'attend pas c'est aussi loin de la ligne Buisson : "on sera loin de la dérive droitière explique l'un de ses conseillers. Nicolas Sarkozy va désormais aussi lier la question de l'identité à celle de la culture et pas uniquement à celle de l'immigration" et d'ajouter "il préemptera un terrain qui lui permettra de se protéger des attaques". "Mais, ajoute un autre membre du staff, il doit aussi faire attention à ne pas se renier car "lorsqu'il est revenu à la tête du parti les gens ont été déstabilisés parce qu'ils l'ont trouvé atone. Ses électeurs aiment cette boule d'énergie". Et de ce point de vue-là, ils ne seront pas déçus. Au fils des pages, Nicolas Sarkozy explique notamment, qu'il ne croit pas à l'identité heureuse, qu'il n'y a pas d’alternative modérée possible, qu'il va falloir agir très fortement.

 

L'ouvrage est découpé en 5 grandes parties, 5 grands défis à relever : le défit de la vérité -qui sera une réponse aux Français qui ne croient plus en la politique- le défi de l'identité, celui de la compétitivité, de l'autorité et de la liberté. "Ça n'est pas un livre programme, Nicolas Sarkozy veut partager sa vision de la France à venir, il a été président de la République, il se devait de prendre de la hauteur", explique un conseiller qui ajoute, "on ne se prépare pas pour une élection législative mais pour une présidentielle, Nicolas Sarkozy ne pouvait se contenter de collectionner des propositions". Clin d’œil aux ouvrages que ses concurrents ont publiés ces derniers mois.

 

Pour les questions techniques, l’affaire est réglée depuis la fin du printemps, les parrainages d'ores et déjà engrangés, les fonds affluent. Un local de campagne a été trouvé rue de l'Université à Paris, plus de 400 mètres carrés en face du musée du Quai Branly, tout un symbole. Les locaux seraient loués jusqu'en... mai 2017. Selon l'un de ses membres, l'équipe fonctionnelle ne devrait pas être modifiée, elle sera toujours composée de Véronique Waché, Eric Schahl, Franck Philippe Georgin. Frédéric Péchenard, lui, pourrait prendre ses distances et rester au parti, histoire de "jouer les médiateurs" entre Eric Woerth et Laurent Wauquiez. L'équipe politique, elle, va évoluer et s'étoffer. Elle sera composée de Christian Jacob, François Baroin, Laurent Wauquiez, Eric Woerth et Gérald Darmanin. Les deux conseillers historiques de l'ancien président : Pierre Giacometti et Sébastien Proto seront plus que jamais présents.

 

La campagne est donc lancée. Ce lundi soir quelques élus, comme Laurent Wauquiez ou Eric Woerth, se sont joints au candidat pour saluer cette nouvelle étape. Ce mardi après-midi aura lieu la première réunion au QG et, très vite, l'ancien président devrait entamer une série de déplacements. Mercredi soir, après un passage par le journal de 20h, il sera à Châteaurenard pour son premier meeting. Les 27 et 28 août, Nicolas Sarkozy se rendra au Touquet, puis à l’université d’été du Medef, à Jouy-en-Josas le 31 août. Les 3 et 4 septembre, il sera à la Baule où se tiendra le campus des Républicains. Il sera le premier invité de la nouvelle émission politique de France 2, jeudi 15 septembre, présenté par David Pujadas, Léa Salamé et Karim Rissouli. Ses derniers jours, son staff avait prévenu : ce début de campagne ce sera un "Blast".

 

 

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Commentaires (30)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
D'AMATO
- 24/08/2016 - 00:52
Mais...
...a souvent mis à coté de la plaque....
Ni lui, ni Fillon, ni Copé, ni Juppé...esperons qu"il y ait de bonnes candidatures, sinon ce sera FN...
Ici Londres
- 23/08/2016 - 23:17
C'est pour cela...
qu'il faut soutenir Fillon...
Ici Londres
- 23/08/2016 - 23:16
@Paulqui...
et si en dernier ressort les sondages contredisent votre hypothèse, les juges du mur des cons sonneront l'hallali ... c'est effectivement cela la tactique pourrie de CavamieuxPadbol 1er...