En direct
Best of
Best of du samedi 9 au vendredi 15 novembre
En direct
Flash-actu
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Ile-de-France : un nouveau pass Navigo plus pratique pour les usagers occasionnels

02.

Capucine Anav & Alain-Fabien victimes de la santé d'Alain Delon, les hebdos people très inquiets pour celle de Catherine Deneuve. Et pour la sécurité du bébé de Nabilla (aux mains d'UN baby sitter sorti de prison); Kate & Meghan s'ignorent ouvertement

03.

Nintendo Switch : l'UFC-Que choisir dénonce "l'obsolescence programmée" des manettes

04.

Camille Beaurain : "Il n’y a pas un responsable mais plusieurs du suicide de mon mari agriculteur"

05.

La fusion nucléaire pourrait-elle être notre bouée de sauvetage énergétique ?

06.

Le surprenant silence du Hamas dans l’affrontement entre Israël et djihad islamique palestinien

07.

Les hyper riches croulent sous des montagnes de cash mais l’excès de liquidités tue leur richesse

01.

Et si l’univers était une sphère fermée ? C’est ce que pourraient suggérer des observations de l’Agence spatiale européenne

02.

Le sondage qui fait peur sur l’état intellectuel de la fonction publique

03.

Finkielkraut, apologiste du viol ? Bullshit au carré sur les réseaux sociaux

04.

Vérité des chiffres : il faudrait ouvrir une centrale nucléaire par jour dans le monde pour respecter l’objectif d’émissions carbone zéro en 2050

05.

Julie Graziani : « Criminaliser les idées et les mots, c’est empêcher de réfléchir »

06.

Les hyper riches croulent sous des montagnes de cash mais l’excès de liquidités tue leur richesse

01.

Notre-Dame de Paris : Jean-Louis Georgelin rappelle à l’ordre l’architecte des monuments historiques et lui demande de "fermer sa gueule"

02.

Et si l’univers était une sphère fermée ? C’est ce que pourraient suggérer des observations de l’Agence spatiale européenne

03.

Crise (permanente) à l’hôpital : mais que faisons-nous donc de nos prélèvements obligatoires records ?

04.

Finkielkraut, apologiste du viol ? Bullshit au carré sur les réseaux sociaux

05.

Toujours plus… sauf sur le terrain idéologique : la diversité selon Delphine Ernotte

06.

Emmanuel Macron et sa névrose de l’ennemi

ça vient d'être publié
light > High-tech
Jeu de vilains
Nintendo Switch : l'UFC-Que choisir dénonce "l'obsolescence programmée" des manettes
il y a 9 heures 49 min
light > Société
Transports
Ile-de-France : un nouveau pass Navigo plus pratique pour les usagers occasionnels
il y a 10 heures 22 min
pépites > France
Chaos
Gilets jaunes : en raison des violences, la préfecture a décidé d'interdire la manifestation prévue cet après-midi
il y a 11 heures 25 min
pépites > Environnement
Volte-face
Huile de palme : l'Assemblée vote finalement pour la suppression de l'avantage fiscal
il y a 11 heures 53 min
décryptage > Culture
Atlanti-Culture

La Fabrique des salauds : Un livre-choc, un roman-fleuve aussi dérangeant qu’indispensable sur l’histoire allemande du XXe siècle

il y a 13 heures 6 min
décryptage > France
Censure

Alerte météo sur la liberté d’expression

il y a 15 heures 51 min
décryptage > Société
Polémique

Culture du viol, polémiques et gadgétisation du débat public

il y a 16 heures 15 min
décryptage > France
Crise de foi (en l’avenir)

Vague à l’âme démocratique : 30 ans après la chute du mur de Berlin, la France et l’Europe de l’Ouest en plein désenchantement

il y a 16 heures 39 min
décryptage > Science
Bonnes feuilles

Quand l'échange avec autri stimule notre cerveau : les atouts de l'intelligence collective décryptés

il y a 17 heures 1 min
décryptage > Santé
Bonnes feuilles

Les principaux outils et les solutions médicales de demain pour lutter efficacement contre les maladies cardio-vasculaires

il y a 17 heures 5 min
Pas bien
Un tiers des Français avoue avoir déjà fraudé son assurance
il y a 10 heures 4 min
pépites > France
Enquête
Projet d'attentat contre Emmanuel Macron : deux hommes mis en examen
il y a 10 heures 48 min
pépites > France
Prudence
Pluies et inondations : des départements du sud-ouest en vigilance orange
il y a 11 heures 42 min
décryptage > Culture
Atlanti-Culture

"Orbital, tome 8 : contacts" : Orbital, une série qui tourne rond

il y a 13 heures 3 min
décryptage > Media
L'art de la punchline

Un 15 novembre en tweets : Jean-Sébastien Ferjou en 280 caractères

il y a 15 heures 12 min
décryptage > International
A l'écart

Le surprenant silence du Hamas dans l’affrontement entre Israël et djihad islamique palestinien

il y a 16 heures 8 min
décryptage > France
Soif de populisme

Mais que révèlent les attentes paradoxales des Français vis-à-vis des Gilets jaunes ?

il y a 16 heures 27 min
rendez-vous > Media
Revue de presse people
Capucine Anav & Alain-Fabien victimes de la santé d'Alain Delon, les hebdos people très inquiets pour celle de Catherine Deneuve. Et pour la sécurité du bébé de Nabilla (aux mains d'UN baby sitter sorti de prison); Kate & Meghan s'ignorent ouvertement
il y a 16 heures 46 min
décryptage > Histoire
Bonnes feuilles

Le jour où Howard Carter et Lord Carnarvon ont découvert les trésors cachés et les vestiges du tombeau de Toutankhamon

il y a 17 heures 4 min
décryptage > Economie
Bonnes feuilles

Un virage libéral sauvera-t-il la France d'Emmanuel Macron ?

il y a 17 heures 5 min
© Reuters
© Reuters
Panne

Les mystères de la productivité : les raisons pour lesquelles nos économies ne parviennent pas à retrouver le véritable moteur de la croissance

Publié le 26 août 2016
La croissance de l'activité des pays européens est en berne depuis huit ans maintenant. Au-delà de la crise, le problème pourrait venir d'une faiblesse structurelle de la productivité qui affecte nos économies.
Sarah Guillou est économiste à l’OFCE dans le domaine de l’économie internationale et des politiques publiques affectant la compétitivité des entreprises. Son travail mobilise l’exploitation statistique de bases de données d’entreprises et de salariés...
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Sarah Guillou
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Sarah Guillou est économiste à l’OFCE dans le domaine de l’économie internationale et des politiques publiques affectant la compétitivité des entreprises. Son travail mobilise l’exploitation statistique de bases de données d’entreprises et de salariés...
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
La croissance de l'activité des pays européens est en berne depuis huit ans maintenant. Au-delà de la crise, le problème pourrait venir d'une faiblesse structurelle de la productivité qui affecte nos économies.

Atlantico : D'après une étude de Diego Comin pour le Dartmouth College, la productivité américaine ralentit, voire diminue, depuis 2005. Deux raisons sont mises en évidence : la baisse de la productivité des activités de R&D entre 2001 et 2004, puis le recul de la vitesse de l'adoption de nouvelles technologies, dû à la crise. Comment expliquer un tel phénomène ? Cette situation est-elle également observable en France ?

Sarah Guillou : La croissance de la productivité ralentit en effet depuis le début des années 2000 aux Etats-Unis. C’est également le cas en Europe où la baisse des taux de croissance de la productivité apparaît dès les années 2000. La persistance d’une faible croissance de la productivité voire de croissance nulle malgré la reprise interroge. En France, la croissance de la productivité du travail (PIB par heure) a été en moyenne de 0,4% sur la période 2007-2013, elle chute en 2014 et remonte à 0,8% en 2015. L’Allemagne présente une croissance moyenne de 0,7% (2007-2013) mais des taux de 0,4 et 0,5% en 2014 et 2015. 

Certains argumentent qu’existent des causes structurelles indépendantes de la conjoncture - donc antérieures à la crise - qui tiennent aux moindres aptitudes des technologies contemporaines à se transformer en gains de productivité. C’est notamment la thèse de R. Gordon. La désindustrialisation participe également à l’explication structurelle.

Une autre thèse incrimine les comportements des entreprises pendant la crise, qui ralentissent leurs investissements mais aussi le rythme de l’adoption des technologies. En période de crise, moins d’entreprises adoptent des comportements innovants et risqués, moins d’entreprises se contraignent à se rapprocher de la frontière technologique : c’est comme si les entreprises étaient comme paralysées par l’incertitude. On observe notamment un ralentissement des dépenses de R&D en période de crise mais aussi d’adoption des technologies. Or, ce sont ces comportements qui seront déterminants pour engranger des gains de productivité futurs. 

Quelle thèse est la plus valable ? L’étude que vous citez montre que pour les Etats-Unis, la deuxième thèse est plus explicative depuis 2000. Pour la France, il n’existe pas d’études comparables. Cependant, une étude de l’OFCE (2015) a montré que le rendement d’un euro d’investissement a diminué pendant la crise, ce qui valide aussi la seconde hypothèse.

Existe-t-il des moyens de contrer le phénomène ? Quels sont les moteurs essentiels permettant d'inverser cette situation ? 

Il faudrait pouvoir enrayer ces comportements de frilosité face à l’innovation et à l’adoption des technologies. La politique économique française n’est pas toujours cohérente à cet égard.

La compression des marges que suscite la crise est un obstacle majeur à l’adoption de comportements innovants. La fiscalité des entreprises doit donc être accommodante afin de ne pas comprimer les marges des entreprises déjà touchées par la crise. Mais éviter les politiques qui compriment les marges n’assure pas forcément que les marges seront utilisées en investissement productif, d’où l’orientation des politiques vers un ciblage des comportements innovants.

De nombreuses politiques depuis 2009 satisfont cet objectif. Ainsi, le plan de soutien à l’automobile de 2009 conditionnait l’aide financière aux dépenses de R&D ; la réforme de 2009 du Crédit Impôt Recherche a fait gonflé le montant d’aides indirectes (fiscales) à la R&D ; plus récemment, le dispositif de "sur-armortissement" depuis avril 2015 cible les investissements productifs ; enfin les dispositifs d’incitation aux investissements dans le numérique et les TIC ("Investissements d’avenir" et Stratégie pour les nouvelles opportunités économiques, NOE) cherchent à combler le retard dans les TIC et offrent une marge de gains de productivité future. Afin d’intensifier l’adoption des technologies, il n’est pas inutile de poursuivre la mobilisation des entreprises vers leur modernisation numérique comme le font les Allemands avec leur plan "industrie 4.0".

Toutefois, il est difficile de contrer l’incertitude mondiale qui fige les comportements des entreprises. Et la politique des gouvernements se doit alors de créer les conditions macroéconomiques d’une reprise afin d’écourter le plus possible la période de torpeur qui handicape les gains de productivité futurs. Les gouvernements européens n’ont, pour la plupart, pas rempli cette mission au plus fort de la crise, aggravant le ralentissement de la productivité.  

Quelles sont les conséquences sur l'économie réelle d'un tel ralentissement prolongé de la productivité ?

La conséquence majeure de la faiblesse de la productivité est le ralentissement de la croissance, la faiblesse des créations d’emplois à salaires élevés et la perte de compétitivité. L’absence de gain de productivité bloque les moteurs de la croissance : emplois, salaires et exportations. De plus, l’absence de gains de productivité marque une absence d’amélioration qualitative de la production.

Par ailleurs, ce ralentissement renforce les inégalités. La crise a polarisé les profils d’entreprises : celles qui sont proches de la frontière technologique et celles qui suivent. Les plus innovantes et donc les plus productives sont les moins aptes à adopter un comportement attentiste. Ayant une culture de rupture et appartenant à des secteurs en forte turbulence, elles sont promptes à s’adapter et à se créer des occasions de croissance. L’écart se creuse entre ces deux grands types d’entreprises. Ce phénomène est une autre explication de l’accroissement des inégalités au cours du 21ème siècle, car les inégalités de productivité se traduisent en inégalités de salaires.

Bien sûr, ce ralentissement prolongé est sans doute moins inquiétant qu’il n’y paraît car il signale également le changement des économies industrielles vers des économies de services. Et la mesure, tout comme l’interprétation, de la productivité des services appellent de nouveaux indicateurs. Autrement dit, l’amélioration qualitative aurait bien lieu mais elle ne se mesure plus en termes de productivité. Pour finir, les progrès des technologies du futur, des biotechnologies à l’intelligence artificielle en passant par la robotisation, laissent entrevoir une nouvelle étape du capitalisme productif, dont les nouveaux enjeux pourraient éclairer différemment les interrogations sur la productivité.

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Ile-de-France : un nouveau pass Navigo plus pratique pour les usagers occasionnels

02.

Capucine Anav & Alain-Fabien victimes de la santé d'Alain Delon, les hebdos people très inquiets pour celle de Catherine Deneuve. Et pour la sécurité du bébé de Nabilla (aux mains d'UN baby sitter sorti de prison); Kate & Meghan s'ignorent ouvertement

03.

Nintendo Switch : l'UFC-Que choisir dénonce "l'obsolescence programmée" des manettes

04.

Camille Beaurain : "Il n’y a pas un responsable mais plusieurs du suicide de mon mari agriculteur"

05.

La fusion nucléaire pourrait-elle être notre bouée de sauvetage énergétique ?

06.

Le surprenant silence du Hamas dans l’affrontement entre Israël et djihad islamique palestinien

07.

Les hyper riches croulent sous des montagnes de cash mais l’excès de liquidités tue leur richesse

01.

Et si l’univers était une sphère fermée ? C’est ce que pourraient suggérer des observations de l’Agence spatiale européenne

02.

Le sondage qui fait peur sur l’état intellectuel de la fonction publique

03.

Finkielkraut, apologiste du viol ? Bullshit au carré sur les réseaux sociaux

04.

Vérité des chiffres : il faudrait ouvrir une centrale nucléaire par jour dans le monde pour respecter l’objectif d’émissions carbone zéro en 2050

05.

Julie Graziani : « Criminaliser les idées et les mots, c’est empêcher de réfléchir »

06.

Les hyper riches croulent sous des montagnes de cash mais l’excès de liquidités tue leur richesse

01.

Notre-Dame de Paris : Jean-Louis Georgelin rappelle à l’ordre l’architecte des monuments historiques et lui demande de "fermer sa gueule"

02.

Et si l’univers était une sphère fermée ? C’est ce que pourraient suggérer des observations de l’Agence spatiale européenne

03.

Crise (permanente) à l’hôpital : mais que faisons-nous donc de nos prélèvements obligatoires records ?

04.

Finkielkraut, apologiste du viol ? Bullshit au carré sur les réseaux sociaux

05.

Toujours plus… sauf sur le terrain idéologique : la diversité selon Delphine Ernotte

06.

Emmanuel Macron et sa névrose de l’ennemi

Commentaires (2)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
Ganesha
- 21/08/2016 - 08:43
Alice au Pays des Merveilles
Bel article de ''Bullshit'' ! Je ne pourrais pas traduire ce mot en français : il ne serait pas admis par la censure d'Atlantico. Venir parler de croissance et de productivité, c'est nous raconter ''Alice au Pays des Merveilles''. Dans le monde actuel, 1 % de la population possède 50 % des richesses et ce qui croît, c'est le nombre et la richesses des milliardaires. Discours gauchiste et simpliste ? Non, simple constat de la réalité, qu'aucun observateur sérieux ne conteste !
vangog
- 21/08/2016 - 01:21
Le carburant de la productivité, c'est l'innovation...
et l'innovation a besoin de liberté individuelle pour s'épanouir. Pendant les trente glorieuses, régnait une atmosphère de liberté et d'insouciance très favorable à l'innovation tous azimuts. Puis est arrivé, d'abord en France, ensuite aux USA, le gauchisme déresponsabilisant et déstructurant, remplaçant les structures anciennes fiables par une avalanche de normes, contraintes et strates de dilution des responsabilité. Les USA tiraient encore l'économie mondiale, avant Clinton et Bush, mais elle avait déjà abandonné le rythme de la créativité des biens et des entreprises, pour faire de la mauvaise copie asiatique et des fusacqs à la goldmann-sachs...le coup de massue finale sur la créativité et l'innovation a été assené par ce mauvais écologisme de salon, idélogie de la décroissance, qui s'est répandue partout où la démagogie socialiste avait échoué, comme une lèpre invalidante...Bien-sûr, tout cela échappe à ces petites économistes, incapables de penser par elles-mêmes et biberonnées à la pensée unique...Leurs profs leur on dit que c'était la faute des entreprises, qui ne faisaient plus assez de R et D, alors elles répètent bêtement ce que leur ont dit leurs profs gauchistes...