En direct
Best of
Best of du 1er au 7 août
En direct
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Explosion de la violence en France : comment expliquer la faillite de l’Etat (puisque le Hezbollah n’y est pour rien ici...) ?

02.

Ces répliques du Hezbollah et de l’Iran auxquelles s’expose Emmanuel Macron

03.

Le télétravail va-t-il provoquer la fin de l'invulnérabilité des cadres sur le marché mondial du travail ?

04.

Du glyphosate concentré utilisé comme arme chimique pour détruire une exploitation bio

05.

Pourquoi le Coronavirus ne repartira plus jamais

06.

Ce qui se passe pour notre corps quand on arrête l’alcool

07.

Emmanuel Macron exhibe son engin (à moteur) et Voici pense qu’il ne s’épile plus; Nicolas S. & Carla Bruni saluent leurs fans; Joey Starr, Cauet &Clara Luciani amoureux, Charlize Theron en couple avec elle-même; Justin Bieber veut sauver Kim K. & Kanye W.

01.

Pourquoi le Coronavirus ne repartira plus jamais

02.

Savez-vous pourquoi des centaines de "jeunes" se sont affrontés à Etampes ? Parce qu’ils étaient empêchés d’aller au bled

03.

Explosion de la violence en France : comment expliquer la faillite de l’Etat (puisque le Hezbollah n’y est pour rien ici...) ?

04.

Covid-19 : ce que les bonnes nouvelles en provenance de Suède et d’Italie pourraient nous apprendre pour maîtriser le retour du virus

05.

Loi bioéthique : le naufrage moral de l’amendement sur l’interruption médicale de grossesse

06.

La Turquie d’Erdogan ne cache plus ses ambitions de dominer le monde musulman en fondant le califat rêvé par les Frères musulmans

01.

Explosion de la violence en France : comment expliquer la faillite de l’Etat (puisque le Hezbollah n’y est pour rien ici...) ?

02.

Loi bioéthique : le naufrage moral de l’amendement sur l’interruption médicale de grossesse

03.

Edwy Plenel est en très, très grande forme : il assimile la police d'aujourd'hui à celle de Vichy en 1942 !

04.

La morphologie des dingos, des chiens sauvages d’Australie, a fortement évolué au cours des 80 dernières années, les pesticides seraient en cause notamment

05.

Covid-19 : ce que les bonnes nouvelles en provenance de Suède et d’Italie pourraient nous apprendre pour maîtriser le retour du virus

06.

Orange mécanique, le retour : mais que cachent ces tabassages en série pour des histoires de masques ?

ça vient d'être publié
pépites > France
Mais que fait la police ?
En moyenne, un maire ou un adjoint est agressé chaque jour en France
il y a 13 min 51 sec
pépite vidéo > International
Catastrophe écologique
Ile Maurice : des images aériennes montrent l'étendue de la marée noire qui menace
il y a 46 min 15 sec
rendez-vous > Science
Atlantico Sciences
Une galaxie au premier stade de l'évolution débusquée grâce à l'IA ; Voici ce qu'il se passe quand un trou noir ne « fonctionne » pas
il y a 3 heures 22 min
pépites > Santé
Au bal masqué ohé ohé
Covid-19 : deux tiers des Français favorables au port obligatoire du masque à l’extérieur
il y a 4 heures 10 min
pépites > International
Onde de choc
Liban : le Premier ministre propose des élections anticipées pour apaiser la colère des habitants
il y a 5 heures 43 min
décryptage > Société
Disruption

Le télétravail va-t-il provoquer la fin de l'invulnérabilité des cadres sur le marché mondial du travail ?

il y a 6 heures 40 min
décryptage > Justice
Bonnes feuilles

La France des caïds : voyage au pays des narcobandits

il y a 7 heures 15 sec
décryptage > Société
Agriculture

Du glyphosate concentré utilisé comme arme chimique pour détruire une exploitation bio

il y a 7 heures 40 sec
décryptage > Société
Délinquants déconfinés

Gérald Pandelon : "Avec la crise sanitaire, le risque d’augmentation de la délinquance de droit commun est réel ; les gros voyous, en revanche, s’y sont préparés et ont des réserves"

il y a 7 heures 57 sec
décryptage > Economie
Différence de taille

Le match du plan de relance allemand et français

il y a 7 heures 2 min
pépite vidéo > Environnement
Cassandre
Canicule : le bulletin météo de 2050 basé sur des prévisions climatiques est déjà devenu réalité
il y a 30 min 14 sec
pépite vidéo > Europe
Les "jeunes" à la plage
Belgique : émeutes sur des plages pour cause de "distanciation" non respectée
il y a 1 heure 23 min
pépites > International
Dernière dictature d'Europe
Belarus : journée d'élection présidentielle, sur fonds de fraudes et d'arrestations arbitraires
il y a 3 heures 40 min
pépites > Santé
Sortez couverts
Ile-de-France : les zones où le masque devient obligatoire à partir de ce lundi
il y a 4 heures 36 min
rendez-vous > Environnement
Atlantico Green
Dérèglement climatique : les émissions de carbone ont chuté en 2020... sans effet notable pour la planète. Les solutions sont ailleurs
il y a 5 heures 59 min
décryptage > Société
SOS liberté d’opinion en danger

Cancel culture : pourquoi les pires dérives du XXe siècle nous menacent à nouveau

il y a 6 heures 46 min
décryptage > International
Zone de tension

L'annexion du Cachemire déclenchera t-elle une nouvelle guerre indo-pakistanaise ?

il y a 7 heures 30 sec
décryptage > France
Immortel Astérix

Voulez-vous savoir pourquoi le mot "Gaulois" a émigré en banlieue ?

il y a 7 heures 48 sec
décryptage > Santé
Différences

Le Covid-19 allemand est-il quatre fois moins meurtrier que le français ?

il y a 7 heures 1 min
décryptage > Media
Economie des médias

Tuer les cookies pour sauver le journalisme ? Les très intéressantes leçons venues des Pays-Bas

il y a 7 heures 2 min
© Reuters
© Reuters
Panne

Les mystères de la productivité : les raisons pour lesquelles nos économies ne parviennent pas à retrouver le véritable moteur de la croissance

Publié le 26 août 2016
La croissance de l'activité des pays européens est en berne depuis huit ans maintenant. Au-delà de la crise, le problème pourrait venir d'une faiblesse structurelle de la productivité qui affecte nos économies.
Sarah Guillou
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Sarah Guillou est économiste à l’OFCE dans le domaine de l’économie internationale et des politiques publiques affectant la compétitivité des entreprises. Son travail mobilise l’exploitation statistique de bases de données d’entreprises et de salariés...
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
La croissance de l'activité des pays européens est en berne depuis huit ans maintenant. Au-delà de la crise, le problème pourrait venir d'une faiblesse structurelle de la productivité qui affecte nos économies.

Atlantico : D'après une étude de Diego Comin pour le Dartmouth College, la productivité américaine ralentit, voire diminue, depuis 2005. Deux raisons sont mises en évidence : la baisse de la productivité des activités de R&D entre 2001 et 2004, puis le recul de la vitesse de l'adoption de nouvelles technologies, dû à la crise. Comment expliquer un tel phénomène ? Cette situation est-elle également observable en France ?

Sarah Guillou : La croissance de la productivité ralentit en effet depuis le début des années 2000 aux Etats-Unis. C’est également le cas en Europe où la baisse des taux de croissance de la productivité apparaît dès les années 2000. La persistance d’une faible croissance de la productivité voire de croissance nulle malgré la reprise interroge. En France, la croissance de la productivité du travail (PIB par heure) a été en moyenne de 0,4% sur la période 2007-2013, elle chute en 2014 et remonte à 0,8% en 2015. L’Allemagne présente une croissance moyenne de 0,7% (2007-2013) mais des taux de 0,4 et 0,5% en 2014 et 2015. 

Certains argumentent qu’existent des causes structurelles indépendantes de la conjoncture - donc antérieures à la crise - qui tiennent aux moindres aptitudes des technologies contemporaines à se transformer en gains de productivité. C’est notamment la thèse de R. Gordon. La désindustrialisation participe également à l’explication structurelle.

Une autre thèse incrimine les comportements des entreprises pendant la crise, qui ralentissent leurs investissements mais aussi le rythme de l’adoption des technologies. En période de crise, moins d’entreprises adoptent des comportements innovants et risqués, moins d’entreprises se contraignent à se rapprocher de la frontière technologique : c’est comme si les entreprises étaient comme paralysées par l’incertitude. On observe notamment un ralentissement des dépenses de R&D en période de crise mais aussi d’adoption des technologies. Or, ce sont ces comportements qui seront déterminants pour engranger des gains de productivité futurs. 

Quelle thèse est la plus valable ? L’étude que vous citez montre que pour les Etats-Unis, la deuxième thèse est plus explicative depuis 2000. Pour la France, il n’existe pas d’études comparables. Cependant, une étude de l’OFCE (2015) a montré que le rendement d’un euro d’investissement a diminué pendant la crise, ce qui valide aussi la seconde hypothèse.

Existe-t-il des moyens de contrer le phénomène ? Quels sont les moteurs essentiels permettant d'inverser cette situation ? 

Il faudrait pouvoir enrayer ces comportements de frilosité face à l’innovation et à l’adoption des technologies. La politique économique française n’est pas toujours cohérente à cet égard.

La compression des marges que suscite la crise est un obstacle majeur à l’adoption de comportements innovants. La fiscalité des entreprises doit donc être accommodante afin de ne pas comprimer les marges des entreprises déjà touchées par la crise. Mais éviter les politiques qui compriment les marges n’assure pas forcément que les marges seront utilisées en investissement productif, d’où l’orientation des politiques vers un ciblage des comportements innovants.

De nombreuses politiques depuis 2009 satisfont cet objectif. Ainsi, le plan de soutien à l’automobile de 2009 conditionnait l’aide financière aux dépenses de R&D ; la réforme de 2009 du Crédit Impôt Recherche a fait gonflé le montant d’aides indirectes (fiscales) à la R&D ; plus récemment, le dispositif de "sur-armortissement" depuis avril 2015 cible les investissements productifs ; enfin les dispositifs d’incitation aux investissements dans le numérique et les TIC ("Investissements d’avenir" et Stratégie pour les nouvelles opportunités économiques, NOE) cherchent à combler le retard dans les TIC et offrent une marge de gains de productivité future. Afin d’intensifier l’adoption des technologies, il n’est pas inutile de poursuivre la mobilisation des entreprises vers leur modernisation numérique comme le font les Allemands avec leur plan "industrie 4.0".

Toutefois, il est difficile de contrer l’incertitude mondiale qui fige les comportements des entreprises. Et la politique des gouvernements se doit alors de créer les conditions macroéconomiques d’une reprise afin d’écourter le plus possible la période de torpeur qui handicape les gains de productivité futurs. Les gouvernements européens n’ont, pour la plupart, pas rempli cette mission au plus fort de la crise, aggravant le ralentissement de la productivité.  

Quelles sont les conséquences sur l'économie réelle d'un tel ralentissement prolongé de la productivité ?

La conséquence majeure de la faiblesse de la productivité est le ralentissement de la croissance, la faiblesse des créations d’emplois à salaires élevés et la perte de compétitivité. L’absence de gain de productivité bloque les moteurs de la croissance : emplois, salaires et exportations. De plus, l’absence de gains de productivité marque une absence d’amélioration qualitative de la production.

Par ailleurs, ce ralentissement renforce les inégalités. La crise a polarisé les profils d’entreprises : celles qui sont proches de la frontière technologique et celles qui suivent. Les plus innovantes et donc les plus productives sont les moins aptes à adopter un comportement attentiste. Ayant une culture de rupture et appartenant à des secteurs en forte turbulence, elles sont promptes à s’adapter et à se créer des occasions de croissance. L’écart se creuse entre ces deux grands types d’entreprises. Ce phénomène est une autre explication de l’accroissement des inégalités au cours du 21ème siècle, car les inégalités de productivité se traduisent en inégalités de salaires.

Bien sûr, ce ralentissement prolongé est sans doute moins inquiétant qu’il n’y paraît car il signale également le changement des économies industrielles vers des économies de services. Et la mesure, tout comme l’interprétation, de la productivité des services appellent de nouveaux indicateurs. Autrement dit, l’amélioration qualitative aurait bien lieu mais elle ne se mesure plus en termes de productivité. Pour finir, les progrès des technologies du futur, des biotechnologies à l’intelligence artificielle en passant par la robotisation, laissent entrevoir une nouvelle étape du capitalisme productif, dont les nouveaux enjeux pourraient éclairer différemment les interrogations sur la productivité.

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Commentaires (2)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
Ganesha
- 21/08/2016 - 08:43
Alice au Pays des Merveilles
Bel article de ''Bullshit'' ! Je ne pourrais pas traduire ce mot en français : il ne serait pas admis par la censure d'Atlantico. Venir parler de croissance et de productivité, c'est nous raconter ''Alice au Pays des Merveilles''. Dans le monde actuel, 1 % de la population possède 50 % des richesses et ce qui croît, c'est le nombre et la richesses des milliardaires. Discours gauchiste et simpliste ? Non, simple constat de la réalité, qu'aucun observateur sérieux ne conteste !
vangog
- 21/08/2016 - 01:21
Le carburant de la productivité, c'est l'innovation...
et l'innovation a besoin de liberté individuelle pour s'épanouir. Pendant les trente glorieuses, régnait une atmosphère de liberté et d'insouciance très favorable à l'innovation tous azimuts. Puis est arrivé, d'abord en France, ensuite aux USA, le gauchisme déresponsabilisant et déstructurant, remplaçant les structures anciennes fiables par une avalanche de normes, contraintes et strates de dilution des responsabilité. Les USA tiraient encore l'économie mondiale, avant Clinton et Bush, mais elle avait déjà abandonné le rythme de la créativité des biens et des entreprises, pour faire de la mauvaise copie asiatique et des fusacqs à la goldmann-sachs...le coup de massue finale sur la créativité et l'innovation a été assené par ce mauvais écologisme de salon, idélogie de la décroissance, qui s'est répandue partout où la démagogie socialiste avait échoué, comme une lèpre invalidante...Bien-sûr, tout cela échappe à ces petites économistes, incapables de penser par elles-mêmes et biberonnées à la pensée unique...Leurs profs leur on dit que c'était la faute des entreprises, qui ne faisaient plus assez de R et D, alors elles répètent bêtement ce que leur ont dit leurs profs gauchistes...