En direct
Best of
Best of du 11 au 17 janvier
En direct
Flash-actu
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Quand certains médicaments changent drastiquement nos personnalités dans l’indifférence totale de l’industrie pharmaceutique et des autorités sanitaires

02.

Succès du lait d’amande : les abeilles ne disent pas merci aux bobos bio

03.

Europe post Brexit : et Angela Merkel mit (sans le vouloir) le doigt sur le vrai point de faiblesse de l’Union

04.

Laeticia Hallyday agressée dans une rue de Paris parce que "trop riche" ; 150 000 € la semaine, Gims ne skie pas comme un pauvre ; Keanu Reeves montre ses fesses en Californie ; Adèle n'en a plus à montrer ; Céline Dion bénit la fiancée de René-Charles

05.

Grève contre la réforme des retraites : de la guerre de mouvement à la guerre de tranchées

06.

La bombe démographique européenne : à partir de 2021, la population diminuera

07.

Ces recrutements hasardeux que génère la pénurie de profs en France

01.

Succès du lait d’amande : les abeilles ne disent pas merci aux bobos bio

02.

Malgré les difficultés, la génération Y sera la plus riche de tous les temps

03.

Arretmaladie.fr permet d’obtenir un arrêt maladie en 3 minutes sur internet mais déclenche la colère de la sécurité sociale. Sauf que...

04.

La manifestation du 9 janvier a été beaucoup plus violente que les médias n’ont pu le raconter

05.

Epidémie de gastro-entérites : tout ce qu’il faut savoir pour éviter d’attraper le norovirus

06.

Chine : un virus mystérieux inquiète les autorités chinoises. Et désormais l'OMS

01.

Boeing ukrainien : c’est peut être un déséquilibré radicalisé qui a tiré le missile ?

02.

Ce boulevard qui devrait s’ouvrir au RN… mais ne s’ouvre pas tant que ça

03.

"Des profondeurs de nos cœurs" : un livre qui ébranle l'Eglise

04.

Jeanne Balibar (« Les Misérables ») veut qu'on enseigne les mathématiques en arabe !

05.

LR : le tigre de papier

06.

« Voulez-vous que l'air soit plus pur ? » : le référendum que Macron ne peut pas perdre !

ça vient d'être publié
décryptage > France
Baisse

Le taux du Livret A à 0,5% : une règle nouvelle sans « coup de pouce » ? Qu’aurait donné l’ancienne ?

il y a 31 min 35 sec
décryptage > Politique
Ils ont le plus grand respect l’un pour l’autre

Pourquoi Pierre-Yves Bournazel a-t-il rallié Benjamin Griveaux ? Parce que l’autre le tient par les couilles !

il y a 52 min 53 sec
décryptage > Religion
Bonnes feuilles

Quand la religion sert de justification à la violence contre les femmes : pour en finir avec la gynépathie

il y a 1 heure 2 min
décryptage > Santé
Bonnes feuilles

Système de santé en France : la cruelle absence de vision et le manque de réel projet au sein du ministère de la Santé

il y a 1 heure 3 min
décryptage > Europe
Basculement

La bombe démographique européenne : à partir de 2021, la population diminuera

il y a 1 heure 26 min
décryptage > Politique
Alternative

Ce duel nationaux/mondialistes auquel s’accrochent Marine Le Pen et Emmanuel Macron alors qu’il n’intéresse pas vraiment les Français

il y a 1 heure 44 min
light > Culture
Slim shady
Eminen surprend tout le monde et sort un nouvel album
il y a 18 heures 9 min
pépites > Culture
Evènement chez Michelin
Le guide rétrograde le restaurant de Paul Bocuse
il y a 19 heures 5 min
décryptage > Social
Retraites

Grève contre la réforme des retraites : de la guerre de mouvement à la guerre de tranchées

il y a 20 heures 37 min
décryptage > Culture
Atlanti-Culture

« La révolution des plantes » : un livre scientifique à la portée de l’homme de la rue

il y a 22 heures 35 min
décryptage > International
Régime autoritaire

Vladimir Poutine entend rester au pouvoir ad vitam aeternam mais la population russe l’acceptera-t-elle ?

il y a 41 min 24 sec
décryptage > Société
Bonnes feuilles

La laïcité et le féminisme : les deux atouts de la société française pour lutter contre l'obscurantisme religieux

il y a 1 heure 2 min
décryptage > Social
Bonnes feuilles

Gilets jaunes : les perspectives concrètes pour le mouvement après la phase insurrectionnelle

il y a 1 heure 3 min
décryptage > France
La réalité dépasse la caricature

Quand les justiciers progressistes prennent leur propre caricature au sérieux : l’étude du cas Rokhaya Diallo

il y a 1 heure 15 min
décryptage > International
Retournement

Les trois locomotives de l’économie américaine qui avaient combattu Donald Trump s’allient désormais à lui pour sa réélection

il y a 1 heure 39 min
rendez-vous > Media
Revue de presse people
Laeticia Hallyday agressée dans une rue de Paris parce que "trop riche" ; 150 000 € la semaine, Gims ne skie pas comme un pauvre ; Keanu Reeves montre ses fesses en Californie ; Adèle n'en a plus à montrer ; Céline Dion bénit la fiancée de René-Charles
il y a 1 heure 52 min
L'assassin assassiné
En Inde, un homme arrêté pour le meurtre de son tueur à gages
il y a 18 heures 26 min
pépites > Social
Musée du Louvre
Une grève sauvage provoque la fermeture des portes
il y a 19 heures 11 min
rendez-vous > Consommation
Atlantic-tac
Quand l’octogone redéfinit le classicisme et quand l’étrier d’acier fait danser les chiffres : c’est l’actualité des montres en mode pluviôse
il y a 22 heures 3 min
décryptage > Culture
Atlanti-Culture

Théâtre : « Un contrat » : Polar psychanalytique entre deux hommes de parole... et de silence

il y a 22 heures 43 min
© Reuters
© Reuters
Russian Power

Invasion totale de l’Ukraine par la Russie : et si l’alerte lancée par le Président Porochenko n’avait rien de fantaisiste ?

Publié le 19 août 2016
Alors que le président ukrainien Petro Porochenko a déclaré à la télévision ce jeudi ne pas écarter l'hypothèse d'une invasion "à grande échelle" de l'Ukraine par la Russie, la situation est effectivement tendue dans la région, dans un contexte international très particulier.
Florent Parmentier est enseignant à Sciences Po et chercheur associé au Centre de géopolitique de HEC. Il a récemment publié La Moldavie à la croisée des mondes (avec Josette Durrieu) ainsi que Les chemins de l’Etat de droit, la voie étroite des pays...
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Florent Parmentier
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Florent Parmentier est enseignant à Sciences Po et chercheur associé au Centre de géopolitique de HEC. Il a récemment publié La Moldavie à la croisée des mondes (avec Josette Durrieu) ainsi que Les chemins de l’Etat de droit, la voie étroite des pays...
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Alors que le président ukrainien Petro Porochenko a déclaré à la télévision ce jeudi ne pas écarter l'hypothèse d'une invasion "à grande échelle" de l'Ukraine par la Russie, la situation est effectivement tendue dans la région, dans un contexte international très particulier.

Atlantico : Ce jeudi, le président ukrainien Petro Porochenko a jugé "très signifiante" la probabilité d'une escalade dans le conflit avec la Russie, n'écartant pas la possibilité d'une invasion russe "à grande échelle" en Ukraine. Comment juger cette affirmation faite dans un discours télévisé ? Repose-t-elle sur une réelle augmentation des tensions russo-ukrainiennes ?

Florent Parmentier : Le président ukrainien a effectivement mis en exergue les risques d’escalade du conflit, considérant possible une attaque à grande échelle de la Russie, traduisant une réelle inquiétude existant en Ukraine, mais aussi dans les pays Baltes ou en Pologne. Hélas, il faut constater qu’en dépit des accords de Minsk 2 de février 2015, les tensions n’ont jamais véritablement cessé, chaque semaine voyant s’allonger la liste des victimes. Face à une société ukrainienne épidermique sur le sujet des relations avec la Russie, le président Petro Porochenko doit avoir le verbe haut s’il ne souhaite pas être dépassé par des groupes ultra-nationalistes, marginaux dans l’opinion mais influents.

Les escarmouches actuelles risquent fort de continuer, mais une invasion russe "à grande échelle", allant par exemple jusqu’à Odessa, n’est pas le scénario le plus probable. En effet, la Russie est déjà très fortement engagée militairement sur le front syrien, avec la coopération renforcée de l’Iran. Elle a entrepris un rapprochement diplomatique large avec la Turquie depuis le coup d’Etat, il est donc douteux qu’elle trouve à présent les ressources et l’envie de mobiliser de nouvelles troupes pour faire tomber le port de Marioupol et autres points critiques de l’Ukraine. Même dans les régions russophones, les troupes russes ne seront pas accueillies comme des libérateurs. En outre, même en l’absence d’action militaire, la Russie réussit à imposer son rapport de force à l’Ukraine : elle montre aux investisseurs étrangers et aux partenaires de cette dernière que la situation y reste fragile.

On peut donc imaginer que la victime collatérale des tensions actuelles ne sera pas la souveraineté de l’Ukraine, mais les négociations selon le format dit "Normandie", rassemblant la France, l’Allemagne, l’Ukraine et la Russie.

Alors que l'attention médiatique et politique des puissances occidentales s'est quelque peu détournée du conflit ukrainien depuis plusieurs mois et l'intensification de la lutte contre le terrorisme djihadiste, cet appel du Président Poroshenko peut-il susciter selon vous une réaction de la part des alliés de l'Ukraine (Etats-Unis, UE, Otan…), une réaction autre que de simples déclarations de principe ?

Il est évident que la situation en Ukraine est moins au centre de l’actualité que les conflits du Moyen-Orient, à tout le moins en ce qui concerne l’Europe de l’Ouest. Il faut en effet se souvenir que le ministre des Affaires étrangères polonais, voyant ses partenaires européens se désintéresser du sort de l’Ukraine, n’a pas hésité à dire lors d’une conférence sur la sécurité en avril 2016 que la Russie constituait une plus grande menace que Daech ou les migrants. L’attention ne s’est donc pas détournée de l’Ukraine de manière uniforme en Europe.

Aussi, la réaction du président ukrainien peut s’expliquer par le fait que la question de la pertinence des sanctions commence à se poser aujourd’hui de manière cruciale en Europe. Les retirer sans contreparties serait pour les Européens faire preuve de faiblesse aux yeux des dirigeants russes, et ne serait pas acceptée par la société ukrainienne. Mais en l’absence de perspectives de sortie des sanctions, le risque est de s’enfermer dans une posture d’hostilité et de confrontation qui n’a pas prouvé son efficacité. Après d’autres personnalités politiques de haut rang en Europe, le ministre des Affaires étrangères britannique Boris Johnson a récemment appelé à normaliser les relations du Royaume-Uni avec la Russie.

Il n’y a probablement pas de réponses fortes à attendre au-delà de déclarations de principe pour le président ukrainien, pour au moins deux raisons, outre la prudence des Européens sur le sujet. La première tient à la proximité des élections américaines, où il existe une vraie différence entre les deux candidats à propos de la Russie, Hillary Clinton étant très hostile vis-à-vis de la Russie, soutenue notamment en cela par des néoconservateurs en rupture avec le camp républicain, quand Donald Trump semble beaucoup plus modéré sur ce sujet, au point de se voir accuser d’accointances et de collusion d’intérêt avec le président russe. En attendant le verdict, les Russes comme les Ukrainiens tentent de consolider leurs réseaux à Washington. La seconde tient au fait que le soutien des partenaires internationaux est lié aux processus de réformes en interne ; or, la trajectoire de l’Ukraine dépend d’un certain nombre de difficultés intrinsèques liées à la structure même du pouvoir, ainsi que j’ai pu le montrer dans mon ouvrage Les chemins de l’Etat de droit.

Au-delà du Donbass ukrainien, la situation en Crimée est elle aussi très tendue depuis plusieurs mois. Au vu de l'importance stratégique et symbolique de cette péninsule pour la Russie et pour Vladimir Poutine, peut-on vraiment imaginer une sortie de crise entre les deux camps ?

La péninsule de Crimée, largement peuplée de Russes et siège de la Flotte de la mer Noire, a été depuis son annexion formelle par la Russie le 18 mars 2014 une pomme de discorde entre les deux pays. La Crimée rencontre le paradoxe suivant : tandis qu’elle est intégrée à la Russie sur le plan politique et militaire, elle conserve de forts liens avec les infrastructures économiques de Kiev et la société ukrainienne, notamment via les Tatars.

Depuis son incorporation en Russie, la Crimée a été de plus en plus militarisée, et plusieurs défis politiques, sociaux et économiques se présentent à elle. La minorité tatare, environ 10% de la population avant l’annexion, se montre peu satisfaite de la nouvelle situation, et plutôt désireuse de revenir au sein de l’Ukraine. Certains ont d’ailleurs fui en Ukraine, où ils essaient de contester la mainmise russe sur la région. En novembre 2015, des Tatars ont travaillé avec les ultra-nationalistes ukrainiens de Secteur droit pour priver la Crimée de 70% de ses approvisionnements en électricité. La péninsule s’avère l’otage des désaccords commerciaux russo-ukrainiens, des sanctions euro-américaines, tandis que son approvisionnement en eau a également été menacé. Le secteur touristique, qui comptait naguère une importante clientèle ukrainienne, a connu une crise notable depuis l’annexion.

Dans ce contexte, la stratégie de la tension entre les deux voisins peut fonctionner à plein : dans un contexte économique difficile, il est tentant pour le pouvoir russe d’utiliser la Crimée comme une occasion de hausser le ton, vis-à-vis de l’Ukraine comme des Etats-Unis. La proximité des élections législatives de septembre en Russie rend cette hypothèse crédible.

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Quand certains médicaments changent drastiquement nos personnalités dans l’indifférence totale de l’industrie pharmaceutique et des autorités sanitaires

02.

Succès du lait d’amande : les abeilles ne disent pas merci aux bobos bio

03.

Europe post Brexit : et Angela Merkel mit (sans le vouloir) le doigt sur le vrai point de faiblesse de l’Union

04.

Laeticia Hallyday agressée dans une rue de Paris parce que "trop riche" ; 150 000 € la semaine, Gims ne skie pas comme un pauvre ; Keanu Reeves montre ses fesses en Californie ; Adèle n'en a plus à montrer ; Céline Dion bénit la fiancée de René-Charles

05.

Grève contre la réforme des retraites : de la guerre de mouvement à la guerre de tranchées

06.

La bombe démographique européenne : à partir de 2021, la population diminuera

07.

Ces recrutements hasardeux que génère la pénurie de profs en France

01.

Succès du lait d’amande : les abeilles ne disent pas merci aux bobos bio

02.

Malgré les difficultés, la génération Y sera la plus riche de tous les temps

03.

Arretmaladie.fr permet d’obtenir un arrêt maladie en 3 minutes sur internet mais déclenche la colère de la sécurité sociale. Sauf que...

04.

La manifestation du 9 janvier a été beaucoup plus violente que les médias n’ont pu le raconter

05.

Epidémie de gastro-entérites : tout ce qu’il faut savoir pour éviter d’attraper le norovirus

06.

Chine : un virus mystérieux inquiète les autorités chinoises. Et désormais l'OMS

01.

Boeing ukrainien : c’est peut être un déséquilibré radicalisé qui a tiré le missile ?

02.

Ce boulevard qui devrait s’ouvrir au RN… mais ne s’ouvre pas tant que ça

03.

"Des profondeurs de nos cœurs" : un livre qui ébranle l'Eglise

04.

Jeanne Balibar (« Les Misérables ») veut qu'on enseigne les mathématiques en arabe !

05.

LR : le tigre de papier

06.

« Voulez-vous que l'air soit plus pur ? » : le référendum que Macron ne peut pas perdre !

Commentaires (12)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
Anguerrand
- 20/08/2016 - 16:29
A Eolian
Connaissez vus vraiment l'OTAN ? Vous ne ne connaissez pas les armes et les armées qu'elle peut mobiliser, meme Poutine les redoutent. Un jour nous en auront peut être besoin avec une armée très bien formée mais du matériel usé jusqu'a la corde. Nous avons déjà eu besoin 2 fois des forces allées durant le siècle passé. Nous n'avons qu'un porte avion qui doit régulièrement passer en révision pour des mois. Meme pas un second pour suppléer au Charles de Gaulle. Si l'OTAN n'était pas en mer de Chine, il y a longtemps que la Chine aurait envahi les pays autour en créant des îles artificielles pour y creer des bases et agrandir ses eaux territoriales .sans l'OTAN nous n'aurions pas un bouclier militaire solide. Longue vie à l'OTAN !
Eolian
- 20/08/2016 - 16:02
C'est pas
bientôt fini la propagande amerloque et otanesque? mélangée à un poil de "bhlien"?
cloette
- 19/08/2016 - 21:24
En effet
J'ai regardé un atlas mais un tout petit bout de mer seulement sépare la Crimèe de la frontière russe