En direct
Best of
Best of du 28 novembre au 4 décembre
En direct
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Record de cagnotte pour l’EuroMillions : et au fait, voilà ce que font les vrais riches quand ils ont 200 millions devant eux

02.

Rihanna a un nouveau lover rappeur cogneur; Pas con(finé)s : Patrick Bruel & Ary Abittan sont allés à un dîner clandestin, George Clooney a un coiffeur du même genre dans sa vie; Elie Semoun est sûr qu’il n’y a rien entre François Hollande et son ex

03.

40 ans après son départ vers les profondeurs de l'espace, Voyager continue de découvrir des phénomènes inconnus

04.

Le magazine Time choisit son "enfant de l’année" mais réalise-t-il vraiment ce qu’il fait ?

05.

Macron en appelle à l’ONU. Et contre qui ? Contre Darmanin et Castex !

06.

L'étrange fiasco de la stratégie gouvernementale sur la grippe

07.

Immigration : au coeur du choix des pays de destination pour les réfugiés

01.

"Covid partouze" dans le centre de Bruxelles: la police a interpellé 25 personnes dont un député européen qui a tenté de fuir

02.

Record de cagnotte pour l’EuroMillions : et au fait, voilà ce que font les vrais riches quand ils ont 200 millions devant eux

03.

Emmanuel Macron et la majorité sont-ils en train de perdre à vitesse grand V l’argument de leur supériorité morale et démocratique face au RN ?

04.

Violences et police : quand la droite confond l'ordre et les libertés et se tire une balle dans le pied (électoral)

05.

Pour une Charte de l'Islam de France : la primauté des lois françaises sur la charia n'est pas négociable

06.

Explosif : la dette française, 2700 milliards à la fin 2020. Mais qui va payer, quand et comment ?

01.

Valéry Giscard d’Estaing, le plus grand président de la Ve République après De Gaulle

02.

Loi de Dieu ou loi de la République ? Ce que Jean-Luc Mélenchon feint de ne pas comprendre sur la différence entre l’islam politique et les autres religions

03.

Violences et police : quand la droite confond l'ordre et les libertés et se tire une balle dans le pied (électoral)

04.

Covid-19 : Et si la première cible à convaincre de l’efficacité du vaccin étaient les médecins et soignants eux-mêmes ?

05.

Noël : Emmanuel Macron envisage des « mesures restrictives et dissuasives » pour les Français qui voudraient skier à l'étranger

06.

Emmanuel Macron et la majorité sont-ils en train de perdre à vitesse grand V l’argument de leur supériorité morale et démocratique face au RN ?

ça vient d'être publié
pépite vidéo > France
Les casseurs de sortie
Loi "sécurité globale" : 50.000 manifestants en France, des violences à Paris
il y a 2 heures 11 min
pépite vidéo > France
Vestiges
Sahara : des déchets français radioactifs enfouis sous le sable ?
il y a 9 heures 16 min
pépites > Société
Contrôles au faciès
Après des propos d'Emmanuel Macron, des syndicats de police appellent à l'arrêt des contrôles d'identité
il y a 9 heures 38 min
décryptage > Culture
Atlanti-Culture

"Art Nouveau" : un architecte visionnaire à Budapest juste avant les heures sombres de la guerre de 1914. Un roman dense, bien écrit mais un peu décevant

il y a 10 heures 6 min
décryptage > Culture
Atlanti-Culture

"Le métier de mourir", Prix Renaudot des Lycéens 2020 : le roman inoubliable d'une histoire vraie

il y a 10 heures 12 min
pépites > International
Désengagement
Somalie : la "majorité" des troupes américaines vont se retirer, annonce le Pentagone
il y a 10 heures 43 min
pépites > Société
Droit à l'enfant
L'Assemblée nationale assouplit les conditions d'adoption
il y a 11 heures 47 min
décryptage > Media
L’innocence plus forte que la sagesse ?

Le magazine Time choisit son "enfant de l’année" mais réalise-t-il vraiment ce qu’il fait ?

il y a 13 heures 3 min
décryptage > Politique
Rien de nouveau

Emmanuel Macron chez Brut : le message, c’est le médium

il y a 13 heures 25 min
décryptage > High-tech
Deux poids, deux mesures

Des documents internes montrent que Facebook souhaite modérer les discours de haine contre les Noirs de manière plus agressive que les commentaires anti-blancs : gestion fine d'une réalité complexe ou délire d'apprentis-sorciers woke ?

il y a 13 heures 41 min
pépites > Justice
Justice
Attentat de la rue des Rosiers : le suspect extradé de Norvège mis en examen et écroué
il y a 8 heures 13 min
pépite vidéo > International
My heart will go on
Une entreprise américaine veut proposer des visites touristiques sous-marines du "Titanic"
il y a 9 heures 28 min
pépites > Politique
Elections
Régionales : la candidature de Jean-Michel Blanquer en Ile-de-France se précise
il y a 9 heures 47 min
décryptage > Culture
Atlanti-Culture

"Retour à Martha’s Vineyard" : Trois vieux amis tentent de retrouver la magie du passé. Un beau récit romanesque et nostalgique

il y a 10 heures 9 min
light > Media
Sujet sensible
Royaume-Uni : Netflix accusé de "troller la famille royale" en promouvant un documentaire "mensonger" sur le mariage de Diana et Charles
il y a 10 heures 24 min
pépites > Europe
No deal
Brexit : "les conditions d'un accord ne sont pas réunies", notent les négociateurs
il y a 11 heures 6 min
décryptage > Science
La vérité est ailleurs

40 ans après son départ vers les profondeurs de l'espace, Voyager continue de découvrir des phénomènes inconnus

il y a 12 heures 52 min
décryptage > Santé
Pénurie

L'étrange fiasco de la stratégie gouvernementale sur la grippe

il y a 13 heures 16 min
décryptage > Economie
Atlantico Business

Consommation, Black Friday : adieu le bio, local ou circuit court, 3 Français sur 4 vont regarder d’abord le prix

il y a 13 heures 34 min
rendez-vous > People
Revue de presse people
Rihanna a un nouveau lover rappeur cogneur; Pas con(finé)s : Patrick Bruel & Ary Abittan sont allés à un dîner clandestin, George Clooney a un coiffeur du même genre dans sa vie; Elie Semoun est sûr qu’il n’y a rien entre François Hollande et son ex
il y a 13 heures 47 min
© Reuters
© Reuters
Double-Face

NKM et maintenant Nadine Morano… Pourquoi les favoris de la primaire représentent autant le problème que la solution des outsiders

Publié le 12 août 2016
En début de semaine Nadine Morano, après Nathalie Kosciusko-Morizet, a vertement critiquée l'organisation des primaires, ainsi que son verrouillage par les grands candidats.
Philippe Goulliaud
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Rédacteur en chef du service politique du Figaro, il a co-écrit avec Marie-Benedicte Allaire "L'incroyable septennat" en 2002 (Fayard). 
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
En début de semaine Nadine Morano, après Nathalie Kosciusko-Morizet, a vertement critiquée l'organisation des primaires, ainsi que son verrouillage par les grands candidats.

Atlantico : Le 8 août dernier, Nadine Morano s'est exprimée sur sa participation à la primaire de la droite, critiquant vivement les conditions de candidature. Que sait-on, à quelques mois du scrutin, des coulisses de cette première primaire à droite, de son fonctionnement ?

Philippe Goulliaud : Pour la droite, cette primaire est un voyage en terre inconnue. Certes, il y a eu le précédent de la primaire socialiste, en 2011, qui avait vu la victoire de François Hollande. Le PS a fait figure de précurseur, à l’époque sous les critiques permanente de la droite. Nécessité fait loi, Les Républicains se sont convertis au principe d’une primaire à droite, pour résister à la pression électorale du Front national et tenter d’assurer la présence de leur candidat au second tour de la présidentielle de 2017. Ils se sont inspirés du modèle socialiste de 2011 : primaire ouverte à tous les électeurs, système de parrainages pour filtrer les candidatures, débats télévisés entre les postulants. Cinq ans plus tard, la droite promet une primaire ouverte, les 20 et 27 novembre. Mais dans les faits, ce n’est pas si simple. Le système de parrainages - 2 500 militants à jour de cotisation, 250 élus, 20 parlementaires – est beaucoup plus restrictif et favorise les "grands candidats". Nicolas Sarkozy, Alain Juppé, François Fillon, Bruno Le Maire et sans doute Jean-François Copé réussiront à franchir le pas. Sans oublier Jean-Frédéric Poisson, président du Parti chrétien démocrate, dispensé de rechercher des parrainages comme symbole d’ouverture. Les autres, tous les autres, rament. Et du coup dénoncent un verrouillage par la rue de Vaugirard, le siège du parti. Les tensions devraient monter sur ce thème jusqu’au 9 septembre, date limite de dépôt des parrainages.

Il y a également eu quelques accrochages entre Nicolas Sarkozy et ses rivaux qui l’ont accusé de faire campagne en utilisant les moyens, notamment financiers, du parti, certains souhaitant qu’il démissionne de la présidence de LR. Et il y a eu aussi une passe d’armes sur le vote des Français de l’étranger qui, in fine, s’est traduite par la victoire des concurrents de l’ancien chef de l’État qui ne voulait pas d’un scrutin électronique et a dû s’y résoudre.

De nombreux candidats se plaignent ouvertement des conditions de participation, jugées trop complexes à remplir, et accusent Nicolas Sarkozy de verrouiller le jeu. Qu'en est-il ? Peut-on décemment penser qu'à terme, pour participer, il faudrait être "adoubé" par le chef des Républicains ou par son rival Alain Juppé ? Les deux hommes nourrissent-ils des calculs politiques pour affaiblir l'autre ?

Sarkozy ou Juppé ont-ils intérêt à favoriser des "petits candidats" ? Pas si sûr. Le débat, pour le moment, semble se focaliser sur le duel entre le président des Républicains, le favori des militants, et le maire de Bordeaux, qui reste le favori des sondages même si l’écart s’est resserré. Dans ce contexte, tous les autres candidats seront tentés de les choisir pour cible et de multiplier les critiques contre leurs propositions, voire les critiques ad hominem.

Cela n’empêche pas les calculs pour préparer les rassemblements de second tour. Ainsi Dominique Bussereau, membre de l'équipe de campagne d'Alain Juppé, vient-il de faire un petit signe amical à Nathalie Kosciusko-Morizet. Il a souhaité sur Twitter la bienvenue dans son département de Charente-Maritime à "la courageuse et brillante NKM" qui peine à trouver ses parrainages. Et sans aller jusqu’à lui donner le sien qu’il a déjà accordé au maire de Bordeaux, il a formé le vœu qu’elle puisse participer à la compétition. "Ce serait dommage qu'il n'y ait pas de candidature féminine dans la compétition", a-t-il dit. Les militants et élus LR de son département seront peut-être sensibles à cet appel du pied.

Quant à Nicolas Sarkozy, il a vu Jean-François Copé avant l’été. Il a déjeuné avec Nadine Morano pour tenter de se réconcilier avec elle. Il fera tout pour apparaître plus rassembleur qu’Alain Juppé.

Par ailleurs, l’intérêt de Sarkozy est sans doute qu’il n’y ait pas trop de participants à la primaire. Plus elle sera ouverte aux électeurs modérés, centristes, voire de gauche, et plus on se rapprochera du corps électoral de la présidentielle. Ce qui devrait favoriser Juppé. Plus le corps électoral sera limité et plus les militants LR, tout acquis au président du parti, seront en situation de faire le scrutin. Au profit de l’ancien chef de l’État. Mais le paradoxe de cette consultation est que Sarkozy a aussi intérêt, pour la suite, à ce que la primaire à droite connaisse un succès populaire équivalent, voire supérieur, à celui de la primaire socialiste qui avait attiré quelque trois millions d’électeurs au second tour. Il ne peut pas s’offrir la moindre contestation du résultat du scrutin, quel qu’en soit le vainqueur. En 2006, la primaire interne au PS qui avait vu la victoire de Ségolène Royal n’avait pas été suivie d’une réconciliation avec ses adversaires, DSK et Laurent Fabius. En 2001, les socialistes avaient retenu la leçon et ils ont joué le grand air de la réconciliation. Là encore, la droite va devoir s’inspirer de l’exemple de 2011. Et pour cela, il faut qu’il n’y ait pas eu trop de violence verbale entre les candidats. Ce qui n’empêchera pas quelques tirs de snipers plus ou moins coordonnés par les candidats ou leurs soutiens.

Quels seraient les petits candidats les plus à même de profiter d'une ouverture "stratégique" du jeu des primaires ? Pourquoi ?

A priori, il serait logique qu’une telle ouverture stratégique profite, en priorité, à une femme. Pour la droite, organiser une primaire présidentielle sans la moindre candidate apparaîtrait en effet comme un archaïsme et susciterait des critiques sur le machisme de la droite. Dans cette hypothèse, Nathalie Kosciusko-Morizet pourrait recevoir un petit coup de pouce de l’un ou l’autre candidat pour garantir la candidature d’une femme. Mais la générosité en matière de parrainages ne semble pas de mise aujourd’hui.

Au-delà de l'aspect purement théorique d'une telle stratégie, quelles pourraient en être les résultats dans la pratique ? Doit-on s'attendre à ce que des candidatures comme celle de NKM ou de Nadine Morano volent des voix aux "grands challengers" de la primaire ?

Certes, sur le papier, une candidature de NKM pourrait affaiblir Alain Juppé (sur un positionnement moins droitier) ou Bruno Le Maire (sur le créneau de la rénovation). Mais qui soutiendra-t-elle au second tour ? Une candidature de Geoffroy Didier, naguère proche de Nicolas Sarkozy, pourrait affaiblir celui-ci en mettant en évidence ses contradictions ou ses promesses non tenues. Mais là encore, quelle serait son candidat au second tour ? Même chose pour Nadine Morano qui "chasse" sur les mêmes terres que l’ancien président. Mais elle est très sévère contre le positionnement du maire de Bordeaux. Et elle ne le ménagerait pas pendant la campagne. Alain Juppé n’a donc aucun intérêt à l’aider à figurer sur la ligne de départ.

En fait, cette primaire étant une première à droite, on ne connait pas le corps électoral et on ne sait pas  quelles seront ses réactions. Chacun des prétendants apporte sa pierre, plus ou moins grande, à la construction de l’édifice de la primaire. Il n’est pas prouvé qu’un candidat prenne des voix à un autre. Pour l’emporter, chacun doit mobiliser ses partisans, les convaincre d’aller voter les 20 et 27 novembre, en quelque sorte les "accompagner" dans les bureaux de vote. C’est un exercice très spécifique. Il s’agit de convaincre plus que de contraindre. Et les débats entre les candidats seront déterminants.

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Commentaires (2)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
Ganesha
- 10/08/2016 - 16:22
Chamouton
Pour nous faire une propagande aussi débile, vous êtes rémunéré au commentaire ? Dans l'article récent (Sondage Ifop sur la confiance pour lutter contre le terrorisme) Fillon apparaissait tout en bas du classement. Dans les opéras de Mozart (Don Giovanni, acte II) il est habituel que le maître et le valet (Leporello) échangent leurs vêtements et se fassent passer l'un pour l'autre. C'est exactement le rôle de ce pauvre Fillon !
chamouton
- 10/08/2016 - 13:51
Ras le bol des politicards
Pour Sarkozy et Juppé, les calculs politiciens ont démarré, ils font des alliances éphémères pour attirer des électeurs, avec à la clé, des promesses de postes ministériels. Quand Sarko lorgne sur Copé et Morano, Juppé fait des appels discrets à NKM. Dans ce jeu de rôle, les programmes et les compétences passent au second plan. Ils oublient que les Français sont écoeurés de tous ces arrangements entre amis, car ils sont stériles. François Fillon mise sur une toute autre stratégie : Présenter au Français un programme complet avec pour chaque thème, la personne qui mettra en œuvre les réformes, dans les jours qui suivent la victoire présidentielle. Il fait le pari que les Français sont prêts à entendre un discours réaliste et réformateur, nécessaire pour la relance économique et sociale du pays Ignoré des média, Fillon doit redoubler d'efforts pour se faire entendre. Il attend avec impatience et détermination le lancement officiel de la campagne électorale, qui lui permettra d'avoir le même temps de parole que ses concurrents.