En direct
Best of
Best of du 27 juin au 3 juillet
En direct
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Tesla à 200 milliards de dollars, c’est le casse du siècle digital ou la promesse du monde d’après...

02.

Deuxième vague du Coronavirus : Olivier Véran a un plan, pourquoi donc s’inquiéter ?

03.

L'autre remaniement dont la France aurait vraiment besoin (mais qu'Emmanuel Macron ne fera pas malgré ses promesses)

04.

Le président algérien réclame (encore) des excuses à la France. Quand sera-t-il rassasié ?

05.

Plus fort qu’Ali Baba et les 40 voleurs : Anne Hidalgo et ses 37 adjoints !

06.

Rester scotché jusqu’à tard le soir sur l’écran de son smartphone nuit plus à la santé mentale que ce vous imaginez sans doute

07.

Une nouvelle étude montre que si, l'argent fait bien le bonheur...(et de plus en plus)

01.

Ophélie Winter médite à la Réunion; Brigitte Macron se promène lugubre en baskets, Edith Philippe souriante en tongs, Catherine Deneuve cheveux au vent et souliers vernis; Melania Trump abuse de l’auto-bronzant; Benjamin Biolay a une fille cachée

02.

Sauver la planète ? Le faux-nez de ces "écologistes" qui détestent l'Homme. Et la liberté

03.

Tesla à 200 milliards de dollars, c’est le casse du siècle digital ou la promesse du monde d’après...

04.

Cet esprit de Munich qui affaiblit la démocratie face à une illusion d’efficacité écologique

05.

L'éolien peut-il être une alternative verte crédible au nucléaire ?

06.

Pas de démocratie sans droit à offenser : ce capitalisme qui prend le risque de précipiter la guerre civile à trop vouloir montrer patte progressiste

01.

Jean Castex, une menace bien plus grande pour LR qu’Edouard Philippe ?

02.

Cet esprit de Munich qui affaiblit la démocratie face à une illusion d’efficacité écologique

03.

Le parti EELV va alerter le CSA après les propos d'Eric Zemmour sur CNEWS dans "Face à l'Info" sur la vague verte et l'islam

04.

Le président algérien réclame (encore) des excuses à la France. Quand sera-t-il rassasié ?

05.

Nouvelle explosion des cas de Coronavirus : mais que se passe-t-il aux Etats-Unis ?

06.

Un nouveau Premier ministre pour rien ? Pourquoi la France a plus besoin d’une vision assumée que d’un En-Même-Temps au carré

ça vient d'être publié
pépite vidéo > Politique
Ministres
Remaniement : retrouvez l’annonce de la composition du gouvernement de Jean Castex
il y a 5 heures 57 min
pépites > Faits divers
Violente agression
Bayonne : un conducteur de bus en état de mort cérébrale, cinq personnes placées en garde à vue
il y a 9 heures 16 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"La vie mensongère des adultes" de Elena Ferrante : un roman d’apprentissage bien sombre et trop prévisible malgré des personnages campés avec talent

il y a 11 heures 36 min
pépites > Santé
Covid-19
239 chercheurs alertent l'OMS sur la transmission du coronavirus par voie aérienne
il y a 12 heures 38 min
light > Culture
Pour une poignée… de bandes originales
Mort du compositeur italien Ennio Morricone, le "maestro" du cinéma
il y a 15 heures 5 min
décryptage > Economie
Menace persistante du virus

Covid-19 : pendant que la pandémie s’étend, la finance regarde un risque de récidive aux États-Unis

il y a 16 heures 2 min
décryptage > High-tech
Piratage informatique

La guerre des codes : les cyberattaques redéfinissent les lignes de bataille des conflits mondiaux

il y a 17 heures 16 min
décryptage > Histoire
Encore un effort

Le président algérien réclame (encore) des excuses à la France. Quand sera-t-il rassasié ?

il y a 17 heures 50 min
décryptage > Société
Bien gérer son stress

Comment prendre des décisions importantes (sans se noyer... ni se tromper)

il y a 18 heures 34 min
décryptage > Politique
Tous les nouveaux chemins mènent à Rome... ou nulle part

Un nouveau Premier ministre pour rien ? Pourquoi la France a plus besoin d’une vision assumée que d’un En-Même-Temps au carré

il y a 19 heures 12 min
pépites > Politique
Nominations
Remaniement : retrouvez la liste du nouveau gouvernement de Jean Castex
il y a 8 heures 57 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Le cottage aux oiseaux" de Eva Meijer : en pleine vague verte, c’est le moment ou jamais de déguster ce bijou !

il y a 11 heures 23 min
pépites > Santé
Bayannur
Chine : un cas de peste bubonique a été découvert en Mongolie intérieure
il y a 11 heures 55 min
décryptage > Economie
Les entrepreneurs parlent aux Français

Gouvernement politicien ou gouvernement d’entrepreneurs ? Un choix entre un destin personnel et celui de l’économie

il y a 13 heures 37 min
décryptage > Santé
Action gouvernementale

Deuxième vague du Coronavirus : Olivier Véran a un plan, pourquoi donc s’inquiéter ?

il y a 15 heures 42 min
pépite vidéo > France
Oeuvre ciblée
Stains : la fresque en hommage à George Floyd et Adama Traoré a été vandalisée
il y a 16 heures 47 min
rendez-vous > High-tech
La minute tech
Petit best of des applications et gadgets tech à ne pas oublier avant de partir en vacances
il y a 17 heures 33 min
décryptage > Economie
Survie économique

Ce que nous apprend le top 100 des entreprises mondiales ayant le plus bénéficié de la crise du Coronavirus

il y a 18 heures 9 min
décryptage > Economie
Transactions immobilières

Hausse ou baisse : quel impact redouter de la crise du coronavirus sur l’immobilier ?

il y a 18 heures 55 min
décryptage > Economie
Atlantico Business

Pour beaucoup de chefs d’entreprises, les écologistes peuvent faire capoter le plan de relance...

il y a 19 heures 35 min
© Reuters
© Reuters
Double-Face

NKM et maintenant Nadine Morano… Pourquoi les favoris de la primaire représentent autant le problème que la solution des outsiders

Publié le 12 août 2016
En début de semaine Nadine Morano, après Nathalie Kosciusko-Morizet, a vertement critiquée l'organisation des primaires, ainsi que son verrouillage par les grands candidats.
Philippe Goulliaud
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Rédacteur en chef du service politique du Figaro, il a co-écrit avec Marie-Benedicte Allaire "L'incroyable septennat" en 2002 (Fayard). 
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
En début de semaine Nadine Morano, après Nathalie Kosciusko-Morizet, a vertement critiquée l'organisation des primaires, ainsi que son verrouillage par les grands candidats.

Atlantico : Le 8 août dernier, Nadine Morano s'est exprimée sur sa participation à la primaire de la droite, critiquant vivement les conditions de candidature. Que sait-on, à quelques mois du scrutin, des coulisses de cette première primaire à droite, de son fonctionnement ?

Philippe Goulliaud : Pour la droite, cette primaire est un voyage en terre inconnue. Certes, il y a eu le précédent de la primaire socialiste, en 2011, qui avait vu la victoire de François Hollande. Le PS a fait figure de précurseur, à l’époque sous les critiques permanente de la droite. Nécessité fait loi, Les Républicains se sont convertis au principe d’une primaire à droite, pour résister à la pression électorale du Front national et tenter d’assurer la présence de leur candidat au second tour de la présidentielle de 2017. Ils se sont inspirés du modèle socialiste de 2011 : primaire ouverte à tous les électeurs, système de parrainages pour filtrer les candidatures, débats télévisés entre les postulants. Cinq ans plus tard, la droite promet une primaire ouverte, les 20 et 27 novembre. Mais dans les faits, ce n’est pas si simple. Le système de parrainages - 2 500 militants à jour de cotisation, 250 élus, 20 parlementaires – est beaucoup plus restrictif et favorise les "grands candidats". Nicolas Sarkozy, Alain Juppé, François Fillon, Bruno Le Maire et sans doute Jean-François Copé réussiront à franchir le pas. Sans oublier Jean-Frédéric Poisson, président du Parti chrétien démocrate, dispensé de rechercher des parrainages comme symbole d’ouverture. Les autres, tous les autres, rament. Et du coup dénoncent un verrouillage par la rue de Vaugirard, le siège du parti. Les tensions devraient monter sur ce thème jusqu’au 9 septembre, date limite de dépôt des parrainages.

Il y a également eu quelques accrochages entre Nicolas Sarkozy et ses rivaux qui l’ont accusé de faire campagne en utilisant les moyens, notamment financiers, du parti, certains souhaitant qu’il démissionne de la présidence de LR. Et il y a eu aussi une passe d’armes sur le vote des Français de l’étranger qui, in fine, s’est traduite par la victoire des concurrents de l’ancien chef de l’État qui ne voulait pas d’un scrutin électronique et a dû s’y résoudre.

De nombreux candidats se plaignent ouvertement des conditions de participation, jugées trop complexes à remplir, et accusent Nicolas Sarkozy de verrouiller le jeu. Qu'en est-il ? Peut-on décemment penser qu'à terme, pour participer, il faudrait être "adoubé" par le chef des Républicains ou par son rival Alain Juppé ? Les deux hommes nourrissent-ils des calculs politiques pour affaiblir l'autre ?

Sarkozy ou Juppé ont-ils intérêt à favoriser des "petits candidats" ? Pas si sûr. Le débat, pour le moment, semble se focaliser sur le duel entre le président des Républicains, le favori des militants, et le maire de Bordeaux, qui reste le favori des sondages même si l’écart s’est resserré. Dans ce contexte, tous les autres candidats seront tentés de les choisir pour cible et de multiplier les critiques contre leurs propositions, voire les critiques ad hominem.

Cela n’empêche pas les calculs pour préparer les rassemblements de second tour. Ainsi Dominique Bussereau, membre de l'équipe de campagne d'Alain Juppé, vient-il de faire un petit signe amical à Nathalie Kosciusko-Morizet. Il a souhaité sur Twitter la bienvenue dans son département de Charente-Maritime à "la courageuse et brillante NKM" qui peine à trouver ses parrainages. Et sans aller jusqu’à lui donner le sien qu’il a déjà accordé au maire de Bordeaux, il a formé le vœu qu’elle puisse participer à la compétition. "Ce serait dommage qu'il n'y ait pas de candidature féminine dans la compétition", a-t-il dit. Les militants et élus LR de son département seront peut-être sensibles à cet appel du pied.

Quant à Nicolas Sarkozy, il a vu Jean-François Copé avant l’été. Il a déjeuné avec Nadine Morano pour tenter de se réconcilier avec elle. Il fera tout pour apparaître plus rassembleur qu’Alain Juppé.

Par ailleurs, l’intérêt de Sarkozy est sans doute qu’il n’y ait pas trop de participants à la primaire. Plus elle sera ouverte aux électeurs modérés, centristes, voire de gauche, et plus on se rapprochera du corps électoral de la présidentielle. Ce qui devrait favoriser Juppé. Plus le corps électoral sera limité et plus les militants LR, tout acquis au président du parti, seront en situation de faire le scrutin. Au profit de l’ancien chef de l’État. Mais le paradoxe de cette consultation est que Sarkozy a aussi intérêt, pour la suite, à ce que la primaire à droite connaisse un succès populaire équivalent, voire supérieur, à celui de la primaire socialiste qui avait attiré quelque trois millions d’électeurs au second tour. Il ne peut pas s’offrir la moindre contestation du résultat du scrutin, quel qu’en soit le vainqueur. En 2006, la primaire interne au PS qui avait vu la victoire de Ségolène Royal n’avait pas été suivie d’une réconciliation avec ses adversaires, DSK et Laurent Fabius. En 2001, les socialistes avaient retenu la leçon et ils ont joué le grand air de la réconciliation. Là encore, la droite va devoir s’inspirer de l’exemple de 2011. Et pour cela, il faut qu’il n’y ait pas eu trop de violence verbale entre les candidats. Ce qui n’empêchera pas quelques tirs de snipers plus ou moins coordonnés par les candidats ou leurs soutiens.

Quels seraient les petits candidats les plus à même de profiter d'une ouverture "stratégique" du jeu des primaires ? Pourquoi ?

A priori, il serait logique qu’une telle ouverture stratégique profite, en priorité, à une femme. Pour la droite, organiser une primaire présidentielle sans la moindre candidate apparaîtrait en effet comme un archaïsme et susciterait des critiques sur le machisme de la droite. Dans cette hypothèse, Nathalie Kosciusko-Morizet pourrait recevoir un petit coup de pouce de l’un ou l’autre candidat pour garantir la candidature d’une femme. Mais la générosité en matière de parrainages ne semble pas de mise aujourd’hui.

Au-delà de l'aspect purement théorique d'une telle stratégie, quelles pourraient en être les résultats dans la pratique ? Doit-on s'attendre à ce que des candidatures comme celle de NKM ou de Nadine Morano volent des voix aux "grands challengers" de la primaire ?

Certes, sur le papier, une candidature de NKM pourrait affaiblir Alain Juppé (sur un positionnement moins droitier) ou Bruno Le Maire (sur le créneau de la rénovation). Mais qui soutiendra-t-elle au second tour ? Une candidature de Geoffroy Didier, naguère proche de Nicolas Sarkozy, pourrait affaiblir celui-ci en mettant en évidence ses contradictions ou ses promesses non tenues. Mais là encore, quelle serait son candidat au second tour ? Même chose pour Nadine Morano qui "chasse" sur les mêmes terres que l’ancien président. Mais elle est très sévère contre le positionnement du maire de Bordeaux. Et elle ne le ménagerait pas pendant la campagne. Alain Juppé n’a donc aucun intérêt à l’aider à figurer sur la ligne de départ.

En fait, cette primaire étant une première à droite, on ne connait pas le corps électoral et on ne sait pas  quelles seront ses réactions. Chacun des prétendants apporte sa pierre, plus ou moins grande, à la construction de l’édifice de la primaire. Il n’est pas prouvé qu’un candidat prenne des voix à un autre. Pour l’emporter, chacun doit mobiliser ses partisans, les convaincre d’aller voter les 20 et 27 novembre, en quelque sorte les "accompagner" dans les bureaux de vote. C’est un exercice très spécifique. Il s’agit de convaincre plus que de contraindre. Et les débats entre les candidats seront déterminants.

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Commentaires (2)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
Ganesha
- 10/08/2016 - 16:22
Chamouton
Pour nous faire une propagande aussi débile, vous êtes rémunéré au commentaire ? Dans l'article récent (Sondage Ifop sur la confiance pour lutter contre le terrorisme) Fillon apparaissait tout en bas du classement. Dans les opéras de Mozart (Don Giovanni, acte II) il est habituel que le maître et le valet (Leporello) échangent leurs vêtements et se fassent passer l'un pour l'autre. C'est exactement le rôle de ce pauvre Fillon !
chamouton
- 10/08/2016 - 13:51
Ras le bol des politicards
Pour Sarkozy et Juppé, les calculs politiciens ont démarré, ils font des alliances éphémères pour attirer des électeurs, avec à la clé, des promesses de postes ministériels. Quand Sarko lorgne sur Copé et Morano, Juppé fait des appels discrets à NKM. Dans ce jeu de rôle, les programmes et les compétences passent au second plan. Ils oublient que les Français sont écoeurés de tous ces arrangements entre amis, car ils sont stériles. François Fillon mise sur une toute autre stratégie : Présenter au Français un programme complet avec pour chaque thème, la personne qui mettra en œuvre les réformes, dans les jours qui suivent la victoire présidentielle. Il fait le pari que les Français sont prêts à entendre un discours réaliste et réformateur, nécessaire pour la relance économique et sociale du pays Ignoré des média, Fillon doit redoubler d'efforts pour se faire entendre. Il attend avec impatience et détermination le lancement officiel de la campagne électorale, qui lui permettra d'avoir le même temps de parole que ses concurrents.