En direct
Best of
Best of du samedi 2 au vendredi 8 novembre
En direct
Flash-actu
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Le sondage qui fait peur sur l’état intellectuel de la fonction publique

02.

Et si l’univers était une sphère fermée ? C’est ce que pourraient suggérer des observations de l’Agence spatiale européenne

03.

Les hyper riches croulent sous des montagnes de cash mais l’excès de liquidités tue leur richesse

04.

Julie Graziani : « Criminaliser les idées et les mots, c’est empêcher de réfléchir »

05.

Petites leçons du Brexit sur ce que vivent Paris et la France aujourd’hui

06.

Drogués à la dopamine : quand les employés de la Silicon Valley se font souffrir pour le plaisir

07.

Mais pourquoi la pollution en Inde est-elle bien pire qu’en Chine ?

01.

Et si l’univers était une sphère fermée ? C’est ce que pourraient suggérer des observations de l’Agence spatiale européenne

02.

Euphémisation du réel : les évidences inaudibles de Zineb El Rhazoui et Julie Graziani

03.

Vérité des chiffres : il faudrait ouvrir une centrale nucléaire par jour dans le monde pour respecter l’objectif d’émissions carbone zéro en 2050

04.

Les aventuriers du bon sens perdu : ce que la tempête autour de Julie Graziani nous dit des blocages intellectuels du monde actuel

05.

Julie Graziani : « Criminaliser les idées et les mots, c’est empêcher de réfléchir »

06.

Le sondage qui fait peur sur l’état intellectuel de la fonction publique

01.

"Islamophobie" : question choc sur une nouvelle névrose nationale

02.

Les aventuriers du bon sens perdu : ce que la tempête autour de Julie Graziani nous dit des blocages intellectuels du monde actuel

03.

Oui, nous voulons des plages islamiques !

04.

"Quand des Juifs partent c'est la France qu'on ampute" a dit Macron. Mais il a omis de préciser qui ampute…

05.

30 ans après la chute du mur de Berlin, les communistes européens sont encore bien vivants

06.

Immigration : ces éléments qui manqueront au plan du gouvernement pour espérer atteindre l’efficacité (autre qu’électorale)

ça vient d'être publié
Surprise !
Elle donne naissance à son bébé en boîte de nuit, les responsables offrent une "entrée gratuite à vie" à l'enfant
il y a 20 min 36 sec
pépite vidéo > Santé
(Grosse) révolution
Une société française annonce pouvoir détecter la bipolarité avec une simple prise de sang
il y a 1 heure 29 min
pépites > Politique
Too much ?
LFI demande l'ouverture d'une commission parlementaire sur "l'indépendance du pouvoir judiciaire"
il y a 2 heures 26 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Journal d'un amour perdu" : Voyage dans l'intimité du deuil d'un colosse de la littérature

il y a 5 heures 3 min
light > Santé
Veggie mania
Burger King cède à la tendance vegan et lance son premier veggie Whopper
il y a 5 heures 59 min
pépites > Politique
Hospitalisation
Etats-Unis : Jimmy Carter hospitalisé après plusieurs chutes
il y a 7 heures 22 min
décryptage > Politique
L'art de la punchline

Un 11 novembre en tweets : Jean-Sébastien Ferjou en 280 caractères

il y a 8 heures 32 min
décryptage > Santé
Bonnes feuilles

Levothyrox : le combat des associations pour obtenir la vérité

il y a 11 heures 23 min
décryptage > Politique
Bonnes feuilles

Le 10 mai 1981 : un jour maudit pour la droite

il y a 11 heures 23 min
décryptage > Société
Ras des pâquerettes ?

Le sondage qui fait peur sur l’état intellectuel de la fonction publique

il y a 11 heures 25 min
light > People
Karma ?
Pete Doherty condamné à 3 ans de prison avec sursis, 2 ans de mise à l'épreuve et 5000 euros d'amende
il y a 49 min 53 sec
light > Culture
Mauvais augure
Plus de promotion pour J'accuse, le nouveau film de Polanski
il y a 1 heure 58 min
pépites > Europe
Opération conjointe
Blocage de l'autoroute A9 par des indépendantistes espagnols : la France et l'Espagne tentent de les déloger
il y a 3 heures 44 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"La dame de chez Maxim" : Cette dame d'autrefois nous met toujours en joie

il y a 5 heures 8 min
pépites > International
Débordements et violence
Hong Kong : un manifestant blessé par balle et un homme brûlé vif lundi 11 novembre
il y a 6 heures 44 min
décryptage > Economie
Mêmes causes, mêmes effets ?

Petites leçons du Brexit sur ce que vivent Paris et la France aujourd’hui

il y a 8 heures 27 min
décryptage > Santé
Techno-Masochisme

Drogués à la dopamine : quand les employés de la Silicon Valley se font souffrir pour le plaisir

il y a 9 heures 7 min
décryptage > Economie
(Petite) révolution

Révolution dans la Silicon Valley : les investisseurs américains veulent des entreprises rentables maintenant et pas uniquement des licornes en croissance

il y a 11 heures 23 min
décryptage > Politique
Malédiction

Guillaume Tabard : « La droite devrait s’inspirer de François Mitterrand pour faire renaître LR »

il y a 11 heures 25 min
décryptage > Economie
Commerce et stratégie

Amorce de détente : mais que veulent vraiment obtenir les Etats-Unis de la Chine ?

il y a 11 heures 26 min
THE DAILY BEAST

JO de Rio 2016 : mais laissez donc les Brésiliens applaudir ou siffler qui ils veulent !

Publié le 09 août 2016
Les Brésiliens commencent à peine à s'intéresser aux épreuves des JO. Alors, pourquoi leur dit-on qu'ils ne se comportent pas comme ils le devraient ?
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Les Brésiliens commencent à peine à s'intéresser aux épreuves des JO. Alors, pourquoi leur dit-on qu'ils ne se comportent pas comme ils le devraient ?

Copyright The Daily Beast 

C'est leur fête et ils siffleront s'ils en ont envie.

Il aura fallu du temps à Rio pour se passionner pour les premiers Jeux Olympiques accueillis en Amérique du Sud, mais la ville s'est remplie de maillots jaunes dimanche soir et la foule, de plus en plus bruyante, laissait penser que la fièvre olympique commençait à s’installer.

Le second match du Brésil dans les matchs de foot, et non d'autres sports olympiques plus traditionnels, expliquait la quantité de maillots brésiliens sur les gradins pendant le spectacle. Mais cet esprit pourrait se révéler contagieux si l'équipe améliore son match nul lamentable contre l'Irak et se place pour la médaille d'or.

La passion croissante des Brésiliens, cependant, commence à importuner les étrangers. Que ce soit le beach-volley, la boxe, le basket-ball, ou la natation, les spectateurs dans les gradins ont fait preuve d'une frénésie assez rare durant des Jeux olympiques. Naturellement, les plus fortes acclamations durant la première nuit des épreuves de natation furent réservées aux deux Brésiliens qui ont obtenu la troisième place dans leur série plutôt qu’aux incroyables performances qui ont amené médailles d'or et records du monde.

Il n'est pas surprenant que les éternels rivaux des Brésiliens, les Argentins, aient été hués alors qu'ils rentraient dans le Maracanã lors de la cérémonie d'ouverture. Ce que les athlètes trouvent étrange, c’est la propagation de la foule pour des épreuves où ne concourre aucun ressortissant local. A Rio, les foules choisissent une équipe, généralement les outsiders, et la soutiennent jusqu'au bout. En sport brésilien, cela signifie encourager votre côté tout en huant les autres et en se réjouissant de leurs erreurs.

Durant un match de basket-ball, dimanche, les Espagnols, favoris, ont rapidement mené la Croatie. Les fans brésiliens ont commencé à supporter la Croatie. Ils ont applaudi chaque panier croate mais ont aussi hué à chaque fois que l'Espagne de Pau Gasol avait la balle, et célébré chacun de leur lancer franc manqué. Finalement, l'Espagne a subi une défaite choc : 72-70.

"Cela fait partie de la fête", a expliqué Emanuel Morgado, 35 ans, sur Twitter. "Ils veulent troubler la concentration des adversaires, mais c'est du cinéma."

Il en était de même dans l'arène de volleyball de plage, alors que l'Allemagne voguait vers la victoire contre l'Egypte. La foule était assez silencieuse jusqu'à ce que les Européennes prennent une grande avance. A partir de ce moment, les Cariocas - les résidents de Rio - ont soutenu les Égyptiennes, qui peuvent concourir aux JO maintenant que les bikinis ne sont plus obligatoires. Ils ont applaudi lorsque les Allemandes ont servi dans le filet et sauté de joie chaque fois que les Égyptiennes grappillaient un point. Les Brésiliens aiment les outsiders sans espoir. "Les habitants de Rio sont toujours enthousiastes, puis déçus, puis enthousiastes à nouveau", explique Marcel Pragana, musicien. "Voilà pourquoi rien ne change au Brésil".

D'autres Brésiliens ont moins apprécié la réaction spontanée des spectateurs. "Le Brésil est un putain de pays stupide", a déclaré Pedro de Mourgado, qui était en visite à Rio depuis son domicile dans la capitale, Brasilia. "Les gens ne sont pas très instruits".

Reste à voir si cela durera, mais pour le moment, la préférence des Brésiliens pour les outsiders tend à favoriser les pays situés en dehors de l'Europe et des Etats-Unis. "Les gens d'ici pensent : 'je sais ce que vous avez, je sais ce que j'ai et c'est injuste'", explique Mario Terra, 22 ans, du district Tijuca à Rio. "Comme Shakespeare l'a dit : “Il n'y a d'autres ténèbres que l'ignorance”.

Le chauvinisme est peut-être allé trop loin lors d'un match de tennis, dimanche. Une foule surexcitée soutenait le héros local Thomaz Bellucci avec tant de véhémence qu'ils ont hué son adversaire allemand, Dustin Brown, lorsque celui-ci s'est effondré, la cheville tordue. Il a finalement été contraint d'abandonner la partie et d'aller à l'hôpital. "Quand vous jouez en Europe, les gens sont plus calmes", a déclaré Bellucci après le match. "Au Brésil, les gens deviennent dingues et c'est vraiment sympa". L'équipe américaine a reçu plus que sa part de sifflets jusqu'à maintenant, simplement parce qu'ils sont loin d'être les outsiders, mais aussi à cause de la réticence des Etats-Unis à venir au Brésil. La plupart des Cariocas trouvent hilarant et pathétique que les athlètes étrangers aient peur d'attraper Zika pendant les mois d'hiver de Rio où les moustiques sont rares. Hope Solo, la gardienne de but américaine, a été le paratonnerre des moqueries. Elle s'était interrogée très publiquement sur la sécurité sanitaire au Brésil. Chaque fois qu'elle touchait le ballon durant les deux premiers matchs des Etas-Unis, elle était accueillie par une cacophonie de huées ou de "Ziiiiiika ! Ziiiiiika !". Ce slogan a visiblement amusé le public brésilien car il est réapparu à Copacabana le dimanche. Les spectateurs criaient le nom du virus chaque fois que Lauren Fendrick ou Brooke Sweat s'apprêtaient à servir au beach-volley, même si aucune de ces Américaines n'avaient exprimé d'inquiétude avant de venir à Rio. Si l'équipe des Etats-Unis s'est sentie visée, elle doit cependant garder à l'esprit que le président brésilien Michel Temer a tenté en vain d'échapper à des huées impitoyables lors de la cérémonie d'ouverture des JO. Le Comité Olympique International a été contraint d'appeler explicitement à une interdiction des manifestations contre le président par intérim quand des manifestants ont été interdits de protester lors d'événements olympiques.

Même les chouchous de la nation, l'équipe de football du Brésil, n’est pas immunisée. Les joueurs ont jusqu'à présent disputé deux matchs, en quatre périodes, qui ont toutes fini en 0-0. Quatre fois, ils ont été hués.

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Le sondage qui fait peur sur l’état intellectuel de la fonction publique

02.

Et si l’univers était une sphère fermée ? C’est ce que pourraient suggérer des observations de l’Agence spatiale européenne

03.

Les hyper riches croulent sous des montagnes de cash mais l’excès de liquidités tue leur richesse

04.

Julie Graziani : « Criminaliser les idées et les mots, c’est empêcher de réfléchir »

05.

Petites leçons du Brexit sur ce que vivent Paris et la France aujourd’hui

06.

Drogués à la dopamine : quand les employés de la Silicon Valley se font souffrir pour le plaisir

07.

Mais pourquoi la pollution en Inde est-elle bien pire qu’en Chine ?

01.

Et si l’univers était une sphère fermée ? C’est ce que pourraient suggérer des observations de l’Agence spatiale européenne

02.

Euphémisation du réel : les évidences inaudibles de Zineb El Rhazoui et Julie Graziani

03.

Vérité des chiffres : il faudrait ouvrir une centrale nucléaire par jour dans le monde pour respecter l’objectif d’émissions carbone zéro en 2050

04.

Les aventuriers du bon sens perdu : ce que la tempête autour de Julie Graziani nous dit des blocages intellectuels du monde actuel

05.

Julie Graziani : « Criminaliser les idées et les mots, c’est empêcher de réfléchir »

06.

Le sondage qui fait peur sur l’état intellectuel de la fonction publique

01.

"Islamophobie" : question choc sur une nouvelle névrose nationale

02.

Les aventuriers du bon sens perdu : ce que la tempête autour de Julie Graziani nous dit des blocages intellectuels du monde actuel

03.

Oui, nous voulons des plages islamiques !

04.

"Quand des Juifs partent c'est la France qu'on ampute" a dit Macron. Mais il a omis de préciser qui ampute…

05.

30 ans après la chute du mur de Berlin, les communistes européens sont encore bien vivants

06.

Immigration : ces éléments qui manqueront au plan du gouvernement pour espérer atteindre l’efficacité (autre qu’électorale)

Commentaires (0)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
Pas d'autres commentaires