En direct
Best of
Best of du 9 au 15 janvier
En direct
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

La fatigue de l’épidémie, cet élément historiquement documenté, qu’ignore superbement le gouvernement français

02.

Une étude démontre que les crises cardiaques pourraient être détectées des années à l’avance en surveillant le niveau de calcium dans les artères

03.

Il paraît qu'on ne peut pas accueillir toute la misère du monde. Mais qui est responsable de toute la misère du monde ?

04.

Communication politique : Jean Castex et Olivier Veran, perdus pour la France

05.

Nouvelle colère d'Emmanuel Macron, cette fois contre certains ministres

06.

La Cour européenne des droits de l’homme (CEDH) confirme l’illégalité de la publication d’enregistrements de Mme Bettencourt par Mediapart

07.

Covid-19 : les modèles d’efficacité sanitaire asiatiques, impossibles à reproduire en Europe ? 5 arguments pour démonter une imposture intellectuelle

01.

Affaire Duhamel : les inavouables secrets des bourgeois de la gauche caviar

02.

Trump banni de Twitter : « Nous, Français, ne pouvons accepter ce qui se joue en ce moment pour la liberté du monde »

03.

Trump, le plus détesté des présidents mais celui qui a fait une des politiques les plus profitables à tous les Américains

04.

Ces impensés de l’affaire Duhamel que masque son intense médiatisation

05.

La fatigue de l’épidémie, cet élément historiquement documenté, qu’ignore superbement le gouvernement français

06.

Diam's bientôt de retour, Alain Chabat bientôt papy; Grand froid entre Charlène & Albert de Monaco, grand frais entre Emmanuel Macron & sa famille; Divorce imminent chez les Kardashian West; Ben Affleck se gave de doughnuts, Laura Smet prend un coach

01.

Ces impensés de l’affaire Duhamel que masque son intense médiatisation

02.

Trump banni de Twitter : « Nous, Français, ne pouvons accepter ce qui se joue en ce moment pour la liberté du monde »

03.

Affaire Olivier Duhamel : Alain Finkielkraut, ne sera plus chroniqueur de l’émission 24h Pujadas, diffusée sur LCI

04.

Affaire Duhamel : les inavouables secrets des bourgeois de la gauche caviar

05.

Les complotistes et autres trumpistes ou Gilets jaunes radicalisés, enfants monstrueux de la déconstruction, de la cancel culture et des guérilleros de la justice sociale

06.

La grande épuration : mais pourquoi la Silicon Valley se comporte-t-elle comme si elle voulait donner raison aux complotistes à la QAnon ?

ça vient d'être publié
pépites > Politique
« Cher Tayyip »
Emmanuel Macron et Recep Tayyip Erdogan s'écrivent pour apaiser les tensions
il y a 8 heures 38 min
pépites > Justice
Révélations de Mediapart
Justice : enquête ouverte contre Nicolas Sarkozy pour « trafic d’influence » dans le cadre d’activités de conseil pour le groupe russe Reso-Garantia
il y a 13 heures 16 min
pépites > Politique
Jupiter
Nouvelle colère d'Emmanuel Macron, cette fois contre certains ministres
il y a 14 heures 5 min
décryptage > International
Démocratie américaine en danger

Assaut sur le Capitole : autopsie de trois jours de folies américaines

il y a 14 heures 42 min
pépite vidéo > Santé
Eviter la pénurie
Le PDG de Moderna, Stéphane Bancel, alerte sur la question de l'approvisionnement des vaccins pour l'hiver prochain
il y a 15 heures 20 min
décryptage > International
Université de Bogazici

Révolte étudiante à Istanbul ou les prémices d’un printemps turc

il y a 15 heures 57 min
pépites > Santé
Coronavirus
Bruno Le Maire et Gabriel Attal indiquent qu'un confinement est toujours possible
il y a 16 heures 26 min
décryptage > Santé
Espoir

Une étude démontre que les crises cardiaques pourraient être détectées des années à l’avance en surveillant le niveau de calcium dans les artères

il y a 17 heures 6 min
décryptage > Environnement
instrumentalisation judiciaire

Procès contre l’inaction de l’Etat : l’affaire du siècle est aussi la pire imaginable pour... le climat lui-même

il y a 17 heures 27 min
décryptage > Santé
Urgence sanitaire

Face à la Covid-19, finissons-en avec l’amateurisme public ! Le diagnostic implacable de fonctionnaires de la santé

il y a 17 heures 53 min
rendez-vous > Consommation
Atlantic-tac
Quand les billes précisent le moment et quand les disques détournent les heures : c’est l’actualité hivernale des montres
il y a 11 heures 37 min
pépites > Santé
Pénurie
Le maire de Neuilly-sur-Seine déplore que les quantités de vaccins annoncées ne soient pas au rendez-vous
il y a 13 heures 30 min
pépites > Santé
Coronavirus
La présence du virus dans les eaux usées de l'Ile-de-France en forte augmentation
il y a 14 heures 27 min
pépites > Santé
Bug
Après avoir été volontairement fermé hier le site Santé.fr de rendez-vous pour les vaccinations est ouvert en version simplifiée aujourd'hui
il y a 14 heures 59 min
décryptage > France
Couvre-feu à 18h

La fatigue de l’épidémie, cet élément historiquement documenté, qu’ignore superbement le gouvernement français

il y a 15 heures 34 min
décryptage > International
Guerre de l'information

A propos d’infox : la tentation de Joe Biden de suivre la politique des néoconservateurs

il y a 16 heures 16 min
décryptage > Santé
Mesures efficaces contre le virus

Covid-19 : les modèles d’efficacité sanitaire asiatiques, impossibles à reproduire en Europe ? 5 arguments pour démonter une imposture intellectuelle

il y a 16 heures 29 min
décryptage > Economie
Impact économique de la pandémie

Records à l’export : la Chine est-elle en train de gagner une bataille... ou la guerre des puissances commerciales ?

il y a 17 heures 24 min
décryptage > France
"Je ne livre pas les Juifs"

Il paraît qu'on ne peut pas accueillir toute la misère du monde. Mais qui est responsable de toute la misère du monde ?

il y a 17 heures 33 min
pépites > Politique
Voile
Aurore Bergé dépose un amendement interdisant le port du voile aux petites filles
il y a 17 heures 55 min
© Reuters
Plutôt que d’ignorer les attaques de M. Khan, qui auraient été noyées dans le flot d’invectives dont Trump fut l’objet pendant la convention démocrate, il les avaient relevées et leur avait donné une résonance démesurée. Double erreur tactique.
© Reuters
Plutôt que d’ignorer les attaques de M. Khan, qui auraient été noyées dans le flot d’invectives dont Trump fut l’objet pendant la convention démocrate, il les avaient relevées et leur avait donné une résonance démesurée. Double erreur tactique.
Trans-amérique Express

Trump, la gaffe de trop… ?

Publié le 03 août 2016
En s’en prenant aux parents musulmans d’un soldat américain mort en Irak, Donald Trump a peut-être commis la gaffe de trop ? L’incident a déstabilisé sa campagne. Hillary est plus que jamais favorite. Mais il reste cent jours avant le vote.
Gérald Olivier
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Gérald Olivier est journaliste et  partage sa vie entre la France et les États-Unis. Titulaire d’un Master of Arts en Histoire américaine de l’Université de Californie, il a été le correspondant du groupe Valmonde sur la côte ouest dans les années 1990,...
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
En s’en prenant aux parents musulmans d’un soldat américain mort en Irak, Donald Trump a peut-être commis la gaffe de trop ? L’incident a déstabilisé sa campagne. Hillary est plus que jamais favorite. Mais il reste cent jours avant le vote.

C’est l’incident que tout le monde attendait mais auquel on avait presque cessé de croire : la gaffe de trop, celle dont on ne se relève peut-être pas! L’équivalent du commentaire de Mitt Romney sur les « 47% d’Américains auxquels il ne s’intéressait pas » en 2012… Donald Trump vient de se laisser emporter dans une joute verbale aussi vaine qu’inutile qui a réveillé les pires doutes sur sa personne et son aptitude à être président des Etats-Unis.

Dès l’annonce de sa candidature présidentielle le 16 juin 2015, les observateurs avaient souligné que Donald Trump était son propre pire ennemi. Ses outrances verbales allaient inévitablement lui nuire. Elles lui ôtaient toute chance de voir sa campagne couronnée de succès. Sa chute était écrite. 

Mais jour après jour ses outrances se succédaient sans jamais entraver son inexorable marche vers la nomination. Il y avait d’abord eu une attaque en règle contre les immigrants mexicains, « voleurs, violeurs, et trafiquants de drogue ». Il y avait eu un règlement de compte avec John Mc Cain, ancien combattant de la guerre du Vietnam, et candidat présidentiel en 2008, qualifié de « perdant » pour avoir été fait prisonnier. Il y avait eu une altercation avec Carli Fiorina, candidate à la nomination comme lui, où il avait critiqué son physique et afficher son mépris pour toutes les femmes ne correspondant pas à ses canons de beauté. Il y avait eu sa proposition – largement inapplicable - d’interdire l’entrée sur le territoire américain à tous les musulmans. Et il y en avait encore bien d’autres… Mais rien n’y avait fait. Trump déjouait tous les pronostics et défiait toutes les lois de la politique. Il substituait l’insulte rageuse à l’argument raisonné sans être sanctionnée par l’opinion. Au contraire, plus ses propos étaient excessifs, voire insensés, plus il grimpait dans les sondages et plus il remportait de primaires..jusqu'à sa nomination triomphale à Cleveland au soir du 21 juillet.

Donald Trump avait alors articulé une vision cohérente de son Amérique et de sa présidence, en même temps qu’une critique légitime de l’administration « Obama-Clinton ». Et puis il y eut cette joute bizarre et inutile qui a gâché son week-end et déstabilisé sa campagne.

Rappel des faits. Au dernier soir de la convention démocrate, le 28 juillet, quelques minutes avant le discours, très attendu, d’Hillary Clinton, Khirz Khan, un Américain d’origine pakistanaise, père d’un soldat tué en Iraq en 2004, prit la parole à la tribune. Avec son épouse, silencieuse et voilée, à ses côtés, il affirma sa « loyauté sans faille » aux Etats-Unis, en tant que « musulman et patriote ». Et il s’en prit à Donald Trump, l’accusant de bafouer la Constitution par ses propos et d’ignorer le sens du « sacrifice patriotique », alors que lui-même avait donné son fils pour la défense des valeurs américaines… Son intervention, chargée d’émotion, et saluée par une« standing ovation » fut un grand moment de politique spectacle, une célébration de la diversité américaine, une communion de la salle et du pays par-delà les divisions ethniques ou religieuses. Ce moment dura à peine six minutes. Et fut presque oublié quand Chelsea Clinton prit la parole pour présenter sa mère…

Dans les heures qui suivirent, toutefois, par Twitter interposé, Donald Trump s’en prit personnellement à Khirz Khan. « J’ai fait l’objet d’une « attaque vicieuse » de la part de M. Khan. N’ai-je pas le droit de me défendre ? Hillary a voté « pour » la guerre en Irak, moi j’étais contre. »« Le Capitaine Khan tué il y a douze ans était bien un héros, mais il s’agit à présent de la « terreur islamique radicale » et de l’incapacité de nos dirigeants à la juguler. »

Dans la foulée M. Khan se voyait invité sur tous les plateaux télés, répétant à loisir ses accusations contre Donald Trump, qui se fendait d’une nouvelle volée de tweets rageurs.

Résultat : quatre jours après ses six minutes d’antenne, la joute entre M. Khan et Donald Trump faisait toujours la une des journaux. Avec comme grand vainqueur le digne intervenant démocrate, et comme grand vaincu Donald Trump. Le candidat républicain se voyait critiqué sur le fond, car l’intervention de M. Khan avait démontré combien ses propos, assimilant tous les musulmans à des terroristes, étaient abusifs. Ce qui était le but de la manoeuvre. Mais Trump se voyait surtout critiqué sur la forme, et cela au sein de son propre camp, pour sa très mauvaise gestion de l’affaire. Plutôt que d’ignorer les attaques de M. Khan, qui auraient été noyées dans le flot d’invectives dont Trump fut l’objet pendant la convention démocrate, il les avaient relevées et leur avait donné une résonance démesurée. Double erreur tactique. Un, son comportement illustrait, à nouveau si nécessaire, l’étendue de son narcissisme et de sa susceptibilité. Deux, et encore plus grave, cela remettait en question sa capacité même à occuper la Maison Blanche. Car Trump venait de démontrer qu’il n’avait pas le sang-froid nécessaire à la fonction. En politique il faut savoir ignorer certaines critiques. Savoir encaisser et se taire. Il faut avoir la peau dure et non pas les émotions à fleur de peau. L’impétuosité d’un Trump pourrait avoir des conséquences désastreuses, s’il parvenait aux affaires … Or les Démocrates venaient de passer quatre soirées à dénoncer Donald Trump comme à la fois indigne et incapable d’être président…

L’affaire Khan a également réveillé les doutes d’une partie du camp républicain. Trump n’a toujours pas réussi à rallier l’aile conservatrice. Et ceux que sa personne révulsent ne se gênent plus pour le dire. En quelques jours, côté républicain l’optimisme né de la convention de Cleveland a fait place au défaitisme et au fatalisme.

Pourtant la campagne ne fait que commencer. Les interventions de Bernie Sanders et Elizabeth Warren lors de la convention démocrate ont souligné que tout n’allait pas si bien que cela dans l’Amérique de Barack Obama. En dépit de ce que le président a affirmé lui-même à cette même tribune quelques heures plus tard… Les Républicains ne sont pas non plus à court d’arguments contre Hillary Clinton.

Mais tant que Donald Trump sera le sujet du débat, au lieu d’en être l’acteur, ils n’auront aucune chance de les faire entendre.

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Commentaires (4)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
ikaris
- 03/08/2016 - 23:04
Rebondissments en série
on arrête pas de nous parler de la dynamique de l'un ou de l'autre ... tempête dans un verre d'eau et pur exercice de communication ... les américains seraient bien stupides si ils s'arrêtaient à ça. Clinton sera businness as usual (mondialisation, impérialisme et immigration). Trump sera isolationniste et rendra la maitrise de leur destin aux américains de souche. C'est ce choix là qui importe, pas le style de l'une ou l'autre.
vangog
- 03/08/2016 - 21:43
Bien-sûr qu'il fallait ignorer les attaques de Khan...
en les ignorant, Trump aurait obligé les démocrates à chercher les responsables de leur mauvais mélodrame. Et ils se seraient naturellement tournés vers Hilarious elle-même, car elle avait voté la guerre en Irak, contrairement à Trump. En se défendant d'une accusation qui ne le visait pas, Trump a fait une erreur stratégique...souhaitons que cela lui serve de leçon!
Texas
- 03/08/2016 - 21:17
Background
Tous les deux sont dans l' erreur , l' un de ne pas encaisser , l' autre de tirer profit de la mort de son fils pour une tribune politique , d' autant que son Background n' est pas très lisse et ses intentions pas aussi désintéressées qu' elles le paraissent . Mr Khan a fermé son site Web depuis et après avoir lu son passé , on peut comprendre qu' il pourrait prêter le flanc aux Républicains .