En direct
Best of
Best of du samedi 2 au vendredi 8 novembre
En direct
Flash-actu
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Et si l’univers était une sphère fermée ? C’est ce que pourraient suggérer des observations de l’Agence spatiale européenne

02.

Le sondage qui fait peur sur l’état intellectuel de la fonction publique

03.

Les hyper riches croulent sous des montagnes de cash mais l’excès de liquidités tue leur richesse

04.

Elle donne naissance à son bébé en boîte de nuit, les responsables offrent une "entrée gratuite à vie" à l'enfant

05.

Julie Graziani : « Criminaliser les idées et les mots, c’est empêcher de réfléchir »

06.

Petites leçons du Brexit sur ce que vivent Paris et la France aujourd’hui

07.

Drogués à la dopamine : quand les employés de la Silicon Valley se font souffrir pour le plaisir

01.

Vers une nouvelle crise alimentaire?

01.

Et si l’univers était une sphère fermée ? C’est ce que pourraient suggérer des observations de l’Agence spatiale européenne

02.

Euphémisation du réel : les évidences inaudibles de Zineb El Rhazoui et Julie Graziani

03.

Vérité des chiffres : il faudrait ouvrir une centrale nucléaire par jour dans le monde pour respecter l’objectif d’émissions carbone zéro en 2050

04.

Le sondage qui fait peur sur l’état intellectuel de la fonction publique

05.

Julie Graziani : « Criminaliser les idées et les mots, c’est empêcher de réfléchir »

06.

Les aventuriers du bon sens perdu : ce que la tempête autour de Julie Graziani nous dit des blocages intellectuels du monde actuel

01.

"Islamophobie" : question choc sur une nouvelle névrose nationale

02.

Les aventuriers du bon sens perdu : ce que la tempête autour de Julie Graziani nous dit des blocages intellectuels du monde actuel

03.

"Quand des Juifs partent c'est la France qu'on ampute" a dit Macron. Mais il a omis de préciser qui ampute…

04.

30 ans après la chute du mur de Berlin, les communistes européens sont encore bien vivants

05.

Oui, nous voulons des plages islamiques !

06.

Immigration : ces éléments qui manqueront au plan du gouvernement pour espérer atteindre l’efficacité (autre qu’électorale)

ça vient d'être publié
Surprise !
Elle donne naissance à son bébé en boîte de nuit, les responsables offrent une "entrée gratuite à vie" à l'enfant
il y a 7 heures 54 min
pépite vidéo > Santé
(Grosse) révolution
Une société française annonce pouvoir détecter la bipolarité avec une simple prise de sang
il y a 9 heures 3 min
pépites > Politique
Too much ?
LFI demande l'ouverture d'une commission parlementaire sur "l'indépendance du pouvoir judiciaire"
il y a 10 heures 48 sec
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Journal d'un amour perdu" : Voyage dans l'intimité du deuil d'un colosse de la littérature

il y a 12 heures 37 min
light > Santé
Veggie mania
Burger King cède à la tendance vegan et lance son premier veggie Whopper
il y a 13 heures 34 min
pépites > Politique
Hospitalisation
Etats-Unis : Jimmy Carter hospitalisé après plusieurs chutes
il y a 14 heures 56 min
décryptage > Politique
L'art de la punchline

Un 11 novembre en tweets : Jean-Sébastien Ferjou en 280 caractères

il y a 16 heures 6 min
décryptage > Santé
Bonnes feuilles

Levothyrox : le combat des associations pour obtenir la vérité

il y a 18 heures 57 min
décryptage > Politique
Bonnes feuilles

Le 10 mai 1981 : un jour maudit pour la droite

il y a 18 heures 58 min
décryptage > Société
Ras des pâquerettes ?

Le sondage qui fait peur sur l’état intellectuel de la fonction publique

il y a 18 heures 59 min
light > People
Karma ?
Pete Doherty condamné à 3 ans de prison avec sursis, 2 ans de mise à l'épreuve et 5000 euros d'amende
il y a 8 heures 24 min
light > Culture
Mauvais augure
Plus de promotion pour J'accuse, le nouveau film de Polanski
il y a 9 heures 32 min
pépites > Europe
Opération conjointe
Blocage de l'autoroute A9 par des indépendantistes espagnols : la France et l'Espagne tentent de les déloger
il y a 11 heures 18 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"La dame de chez Maxim" : Cette dame d'autrefois nous met toujours en joie

il y a 12 heures 43 min
pépites > International
Débordements et violence
Hong Kong : un manifestant blessé par balle et un homme brûlé vif lundi 11 novembre
il y a 14 heures 19 min
décryptage > Economie
Mêmes causes, mêmes effets ?

Petites leçons du Brexit sur ce que vivent Paris et la France aujourd’hui

il y a 16 heures 1 min
décryptage > Santé
Techno-Masochisme

Drogués à la dopamine : quand les employés de la Silicon Valley se font souffrir pour le plaisir

il y a 16 heures 41 min
décryptage > Economie
(Petite) révolution

Révolution dans la Silicon Valley : les investisseurs américains veulent des entreprises rentables maintenant et pas uniquement des licornes en croissance

il y a 18 heures 58 min
décryptage > Politique
Malédiction

Guillaume Tabard : « La droite devrait s’inspirer de François Mitterrand pour faire renaître LR »

il y a 18 heures 59 min
décryptage > Economie
Commerce et stratégie

Amorce de détente : mais que veulent vraiment obtenir les Etats-Unis de la Chine ?

il y a 19 heures 23 sec
© Reuters
© Reuters
Tribune

La menace nucléaire grandit avec Daech

Publié le 03 août 2016
Nice, Istanbul, Bruxelles, Paris… Depuis deux ans, l’organisation terroriste Daech démontre sa capacité à diversifier les moyens utilisés pour commettre des attentats. On observe aussi une tendance inquiétante, qui est illustrée par l’attaque d’objectifs hautement stratégiques, comme les deux aéroports d’Istanbul et de Bruxelles. L’enquête sur ce dernier attentat a révélé ce que la communauté des analystes et du renseignement craignait : l’organisation Etat Islamique planifiait une opération contre une centrale nucléaire en Belgique.
Ilan Scialom est géopolitologue et enseignant, diplômé de l'Ecole Normale Supérieure Ulm et de l'Université Panthéon Sorbonne. Il a été conseiller parlementaire au Parlement européen, en charge des questions relatives au Moyen-Orient et à la...
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Ilan Scialom
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Ilan Scialom est géopolitologue et enseignant, diplômé de l'Ecole Normale Supérieure Ulm et de l'Université Panthéon Sorbonne. Il a été conseiller parlementaire au Parlement européen, en charge des questions relatives au Moyen-Orient et à la...
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nice, Istanbul, Bruxelles, Paris… Depuis deux ans, l’organisation terroriste Daech démontre sa capacité à diversifier les moyens utilisés pour commettre des attentats. On observe aussi une tendance inquiétante, qui est illustrée par l’attaque d’objectifs hautement stratégiques, comme les deux aéroports d’Istanbul et de Bruxelles. L’enquête sur ce dernier attentat a révélé ce que la communauté des analystes et du renseignement craignait : l’organisation Etat Islamique planifiait une opération contre une centrale nucléaire en Belgique.

Alors que la fin de la Guerre Froide semblait éloigner le risque d’une guerre nucléaire, la menace terroriste constituée par Daech est venue réactiver ce type de scénario. De telles attaques sont probables aujourd’hui et supposent une surveillance accrue de nos installations. Le coordinateur de l’Union européenne pour la lutte contre le terrorisme, Gilles de Kerchove, déclarait récemment que "le Web rendait possible la prise de contrôle d’un centre de gestion d’une centrale nucléaire". Face à cette menace tangible, certaines installations, situées dans l’ex Union soviétique sont au cœur des préoccupations et laissent craindre le pire.

Daech, ou la stratégie du fou nucléaire

Un faisceau d’éléments témoigne de la volonté de Daech et d’autres groupes terroristes de produire et d’utiliser des armes nucléaires. En 2015, les djihadistes ont dérobé 40 kg d’uranium faiblement enrichi à l’Université de Mossoul en Irak. Ce vol témoigne de l’échec des autorités irakiennes, en collaboration avec les Etats-Unis et les pays occidentaux, à sécuriser et à déplacer les matériaux dangereux pour prévenir le risque terroriste. Du coté de la Syrie, en proie à la guerre depuis plus de 5 ans, aucun rapport ne confirme que le matériel nucléaire utilisé dans le réacteur détruit de Dair-al-Sour a été mis en sécurité.

Plus récemment, en avril dernier, les services géorgiens de sécurité ont arrêté six trafiquants, trois Arméniens et trois Géorgiens, pour avoir tenté de vendre 200 millions de dollars d’uranium 238. Ces arrestations ne sont pas les premières, les trafics ont en effet augmenté depuis 2 ans selon le World Post, publication partenaire du Huffington Post. En effet, l’enclavement géographique de l’Arménie oblige les trafiquants à emprunter la route de la Géorgie pour accéder aux ports de la Mer Noire, utilisés pour transférer du matériel nucléaire vers le Moyen-Orient. Le démantèlement de ces réseaux a alerté les experts de la non-prolifération nucléaire. Des institutions comme la Nuclear Threat Initiative, organisation américaine spécialisée dans l’analyse des risques nucléaires, insiste depuis de nombreux mois sur le sérieux de ce danger et regrette que le monde se soit exclusivement focalisé sur le dossier nucléaire iranien, au détriment d’autres questions plus explosives.

La stratégie de l’Etat islamique rend la menace crédible. Outre une idéologie basée sur la terreur, le groupe cherche à "subjuguer" en multipliant les tueries de masse et en les diffusant massivement sur les réseaux sociaux. Leurs atrocités maintiennent l’attention de la communauté internationale. Et il va sans dire qu’une attaque nucléaire correspondrait au paroxysme de cette stratégie. Par ailleurs, différents rapports des services de renseignement précisent que Daech a attiré dans ses rangs des recrues dont certaines ont de solides connaissances en physique, chimie et informatique. A travers leur expertise, l’organisation serait donc en capacité d’utiliser des matériaux nucléaires mais aussi chimiques comme des "armes de terreur" selon la très sérieuse NATO Review.

Dans ce contexte, la faible protection des centrales de l’Ex-URSS, principalement en Ukraine, Moldavie et Arménie, en font de réelles sources d’approvisionnement mais aussi les cibles d’attaques potentielles perpétrées par Daesh.

Metsamor, vétusté et tensions géopolitiques dans le Caucase

Le cas de la centrale de Metsamor, en Arménie, est particulièrement préoccupant.

Outre la menace terroriste, cette dernière cumule les dangers : bâtie sur une zone sismique active, elle ne possède pas de système de refroidissement, crucial pour circonscrire la surchauffe du cœur nucléaire. De plus, le Nagorno-Karabakh, territoire azerbaïdjanais occupé par l’Arménie depuis 1994, est utilisé pour stocker les déchets nucléaires. Leur faible surveillance en fait une cible facile pour les terroristes et laisse envisager une catastrophe environnementale majeure dans le Sud Caucase.

Metsamor a été construite en 1976 avec une technologie soviétique similaire à celle de Tchernobyl. Décrit comme étant "le plus vieux et le moins fiable" des réacteurs nucléaires par l’Union européenne et comme "la centrale la plus dangereuse du monde" par le National Geographic, l’installation avait fermé en 1988 suite à un tremblement de terre mais elle a été rouverte – une première dans l’histoire- en 1995.

Le stockage de déchets nucléaires sur le territoire occupé du Nagorno-Karabakh par les Arméniens laisse planer un sérieux danger pour toute la région du Caucase et au delà. En cas d’accident, les effets sur l’environnement seraient désastreux. De plus, la grande dispersion des sites de stockages – 29 centres de radiation sur le territoire occupé- en font autant de cibles potentielles pour Daech, mais aussi dans un scénario de guerre entre l’Arménie et l’Azerbaïdjan. La tension sur le terrain entre Erevan et Bakou est palpable et pourrait conduire à une véritable confrontation d’envergure entre les deux pays, si la diplomatie venait à échouer.

A plusieurs reprises, l’Union européenne a appelé à la fermeture rapide de la centrale – son cycle de vie devait s’achever en 2010 - mais elle s’est heurtée au refus du gouvernement arménien – 40% de l’approvisionnement en électricité en Arménie provient de Metsamor. Récemment, il a été annoncé que les opérations seraient maintenues jusqu’en 2026. Cette décision politique des autorités arméniennes est lourde de conséquences et pourrait conduire la région vers une catastrophe de grande ampleur.

Cumul des dangers, notamment montée en puissance de le menace terroriste, manque de volonté politique, rivalité géopolitique… Le décor est planté pour ce qui pourrait s’avérer être l’une des plus graves catastrophes nucléaires de l’Histoire. Consciente de la détermination meurtrière de nos ennemis, La France, cible privilégiée de Daech, aurait tout intérêt à accroître la pression sur l’Arménie, en coopération avec l’Union européenne et l’Agence Internationale de l’Energie Atomique, pour démanteler au plus vite la centrale de Metsamor. Sans cela, elle prendrait le risque de s’exposer à une attaque de la même envergure que celles qu’ont connue les Etats-Unis le 11 septembre 2001.

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Et si l’univers était une sphère fermée ? C’est ce que pourraient suggérer des observations de l’Agence spatiale européenne

02.

Le sondage qui fait peur sur l’état intellectuel de la fonction publique

03.

Les hyper riches croulent sous des montagnes de cash mais l’excès de liquidités tue leur richesse

04.

Elle donne naissance à son bébé en boîte de nuit, les responsables offrent une "entrée gratuite à vie" à l'enfant

05.

Julie Graziani : « Criminaliser les idées et les mots, c’est empêcher de réfléchir »

06.

Petites leçons du Brexit sur ce que vivent Paris et la France aujourd’hui

07.

Drogués à la dopamine : quand les employés de la Silicon Valley se font souffrir pour le plaisir

01.

Vers une nouvelle crise alimentaire?

01.

Et si l’univers était une sphère fermée ? C’est ce que pourraient suggérer des observations de l’Agence spatiale européenne

02.

Euphémisation du réel : les évidences inaudibles de Zineb El Rhazoui et Julie Graziani

03.

Vérité des chiffres : il faudrait ouvrir une centrale nucléaire par jour dans le monde pour respecter l’objectif d’émissions carbone zéro en 2050

04.

Le sondage qui fait peur sur l’état intellectuel de la fonction publique

05.

Julie Graziani : « Criminaliser les idées et les mots, c’est empêcher de réfléchir »

06.

Les aventuriers du bon sens perdu : ce que la tempête autour de Julie Graziani nous dit des blocages intellectuels du monde actuel

01.

"Islamophobie" : question choc sur une nouvelle névrose nationale

02.

Les aventuriers du bon sens perdu : ce que la tempête autour de Julie Graziani nous dit des blocages intellectuels du monde actuel

03.

"Quand des Juifs partent c'est la France qu'on ampute" a dit Macron. Mais il a omis de préciser qui ampute…

04.

30 ans après la chute du mur de Berlin, les communistes européens sont encore bien vivants

05.

Oui, nous voulons des plages islamiques !

06.

Immigration : ces éléments qui manqueront au plan du gouvernement pour espérer atteindre l’efficacité (autre qu’électorale)

Commentaires (7)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
Anguerrand
- 04/08/2016 - 10:39
A schmurtz
C'est bien pour ça que l'on continue à recruter des milliers de fonctionnaires, de mémoire 6.000 rien que pour cette annee. La France a déjà en proportion le plus grand nombre de fonctionnaires payés par nos impôt du recrutement à la mort.
Calumet
- 04/08/2016 - 07:44
Ce sera le prétexte qu'attend Poutine
pour envoyer des bombes à neutrons (sans radiations) et régler définitivement le problème de cette fourmilière barbare.
schmurtz
- 03/08/2016 - 20:44
d'accord
Je vous suis totalement, le problème ce sont les élections. Avec 15 millions de gens dépendant plus ou moins de l'Administration, donc risquant de laisser des plumes en cas de changement de société. je crains que rien ne change vraiment en 2017...