En direct
Best of
Best of du 3 au 9 août
En direct
Juppé

Alain Juppé le modéré est-il à la hauteur des défis du terrorisme ?

Publié le 01 août 2016
La tonalité de son intervention sur le terrorisme, à son retour de Nouvelle-Calédonie et de Polynésie, était aisément prévisible.
Philippe Bilger est président de l'Institut de la parole. Il a exercé pendant plus de vingt ans la fonction d'avocat général à la Cour d'assises de Paris, et est aujourd'hui magistrat honoraire. Il est l'auteur de La France en...
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Philippe Bilger
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Philippe Bilger est président de l'Institut de la parole. Il a exercé pendant plus de vingt ans la fonction d'avocat général à la Cour d'assises de Paris, et est aujourd'hui magistrat honoraire. Il est l'auteur de La France en...
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
La tonalité de son intervention sur le terrorisme, à son retour de Nouvelle-Calédonie et de Polynésie, était aisément prévisible.

Loin de moi la prétention de m’immiscer dans la campagne d’Alain Juppé, mais puis-je tout de même dire que la tonalité de son intervention sur le terrorisme, à son retour de Nouvelle-Calédonie et de Polynésie, était aisément prévisible ?

[…]

Il y a clairement une identité « Juppé ». Qui pouvait ignorer qu’il se situerait entre « angélisme » et « surenchère » ? Qui pouvait croire qu’il approuverait les appels à la démission du Premier ministre et du ministre de l’Intérieur ? Qui pouvait se tromper sur son respect de l’état de droit ? Qui pouvait douter de sa crainte de l’amalgame ?

Une telle constance qui donne à la pensée sa logique, à son opposition sa cohérence et au personnage sa marque n’est pas un mince avantage. Mais la raison a ses limites dans cette terrible et durable période qui appelle l’audace de l’invention et l’aptitude aux transgressions salutaires. Pour le bien de tous.

Le risque est, ainsi, d’éprouver une sorte de frustration face à une « machine » qui semble de plus en plus gouvernée par le souci de ne pas dire comme les autres tout en puisant dans un fond commun à la droite.

C’est, à la longue, davantage un discours de la méthode qui donne de bons ou de mauvais points à ses adversaires qu’un élan intense et novateur. A force de se méfier du caractère exceptionnel des circonstances, sa tendance est de ne proposer qu’un ordinaire à peine retouché.

J’avais déjà considéré que son projet régalien n’était pas à la hauteur de ce qu’on aurait attendu d’une équipe qui, paraît-il, travaillait depuis longtemps à ses côtés sur ce plan.

Contre le terrorisme islamiste, Alain Juppé reprend l’excellente idée de François Fillon et de Nicolas Dupont-Aignan sur la qualification d’intelligence avec l’ennemi.

Pour les fichés S, il s’inscrit dans un mouvement de plus grande rigueur mais en veillant à ne pas tomber dans une globalisation.

Toujours se distinguer pour ne pas donner l’impression d’être emporté dans une dérive qui ne mettrait plus assez de centrisme dans la droite.

Mais les contorsions intellectuelles et politiques sont difficiles. Il soutient qu’on pourrait améliorer le dispositif antiterroriste dans le cadre de l’état de droit.

Je n’en suis pas persuadé. Il y a des chemins que le pouvoir devrait emprunter et qui sont recommandés par l’opposition, imposant une conception plus souple […] de l’état de droit. L’essentiel est que la démocratie amplifie ses moyens de sauvegarde et ils seront légitimés parce qu’ils auront le label républicain.

Ensuite, Nicolas Sarkozy – il convient de lui reconnaître ce mérite – a justement mis l’accent sur cette particularité du combat contre le terrorisme : il est urgent d’inventer une pénalisation de cette zone grise intermédiaire entre les innocents et les coupables. Quand on a la quasi-certitude que des virtualités n’aspirent qu’à devenir criminelles, il faut leur assigner un statut pénal.

Enfin, Alain Juppé, s’il n’a pas l’air de récuser le terme de « guerre » – sa validité est démontrée par ceux qui la mènent contre la France, dans la barbarie et l’abjection -, paraît cependant se tenir subtilement en retrait.

Mais les massacres qui se répètent sont révélateurs du fait que le classicisme de la lutte n’est plus de mise. Le combat a changé d’âme et nous n’avons plus besoin de la politique des mots et des avertissements de la sagesse. Mais d’un chef de guerre et d’un Président de paix. En même temps.

Alain Juppé, entre mesure et modération, saura-t-il être ce personnage rare dont la France est privée, dont elle aura besoin ?

Cet article a également été publié sur le blog de Philippe Bilger

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

La guerre de France aura-t-elle lieu ?

02.

Crise de foie, 5 fruits et légumes : petit inventaire de ces fausses idées reçues en nutrition

03.

Le Titanic est-il en train de disparaître définitivement ?

04.

Quand Isabelle (Saporta) trompe Yannick (Jadot) avec Gaspard (Gantzer) et que le vrai cocu s'appelle David (Belliard)

05.

La fin des Bisounours : les experts en marketing découvrent que plus d’un Français sur deux avoue une attirance pour « les méchants »

06.

Jean-Bernard Lévy, celui qui doit faire d’EDF le champion du monde de l’énergie propre et renouvelable après un siècle d’histoire

07.

Record de distribution des dividendes : ces grossières erreurs d'interprétation qui expliquent la levée de bouclier

01.

La guerre de France aura-t-elle lieu ?

02.

« La France a une part d’Afrique en elle » a dit Macron. Non, Monsieur le Président, la France est la France, et c'est tout !

03.

Crise de foie, 5 fruits et légumes : petit inventaire de ces fausses idées reçues en nutrition

04.

​Présidentielles 2022 : une Arabe à la tête de la France, ça aurait de la gueule, non ?

05.

Manger du pain fait grossir : petit inventaire de ces contre-vérités en médecine et santé

06.

La saga du Club Med : comment le Club Med résiste à la crise chinoise

01.

Ces quatre pièges qui pourraient bien perturber la rentrée d'Emmanuel Macron (et la botte secrète du Président)

02.

Record de distribution des dividendes : ces grossières erreurs d'interprétation qui expliquent la levée de bouclier

03.

"Une part d'Afrique en elle" : petit voyage dans les méandres de la conception macronienne de la nation

04.

La guerre de France aura-t-elle lieu ?

05.

Un été tranquille ? Pourquoi Emmanuel Macron ne devrait pas se fier à ce (relatif) calme apparent

06.

« La France a une part d’Afrique en elle » a dit Macron. Non, Monsieur le Président, la France est la France, et c'est tout !

Commentaires (7)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
Marie-E
- 01/08/2016 - 22:00
Non Non Non
Juppé jamais
vangog
- 01/08/2016 - 21:13
Juppé fait partie de ces hommes qui n'osent pas
se dresser ni agir contre une diversité, préférant se laisser mener par le sens du vent...nous sommes à une étape de la dégradation de nos sociétés occidentales, où l'inaction, le discours entre deux-eaux, mi chèvre-mi-choux, qui ne sait ni choisir, ni trancher, ni décider, est mortifère. Car ce discours de bisounours déconnecté des réalités, a participé de la dégradation et il l'entretient passivement. Pour atteindre ses objectifs immigrationnistes et anti-nationaux, la gauche a mis beaucoup d'hormones femelles dans la politique. Il faut maintenant lui redonner une bonne dose de testostérone...et ce n'est pas Ali Juppé qui en aura le courage!
Liberté-on-étouffe
- 01/08/2016 - 20:19
NON Juppé n'est pas l'homme de la situation, loin de là.
A force de vouloir caresser toutes les couches de la société dans le sens du poil pour simple raison électoraliste, il représente un candidat bien peureux qui ne fait qu'appliquer "le surtout pas de vague" pour ne facher personne, autrement dit il est très loin d'un chef de guerre qu'il nous faudra en 2017.