En direct
Best of
Best of du 21 au 27 novembre
En direct
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Karine Le Marchand & Stéphane Plaza s’installent ensemble (elle pète, il ronfle); Jalil & Laeticia Hallyday aussi (mais sont moins bruyants); Yannick Noah retrouve l’amour; Geneviève de Fontenay : petite retraite mais grosse dent (contre Sylvie Tellier)

02.

Donald Trump a déclaré hier qu'il partirait de la Maison Blanche après l'intronisation de son rival mais il aura du mal car il y a eu une "fraude massive"

03.

Popularité : Emmanuel Macron et quasiment tout le gouvernement en hausse

04.

Les premiers indices d'un baby krach sont-ils là ?

05.

Black Friday et soldes en ligne : voilà pourquoi des Bots rafleront vraisemblablement les meilleures affaires sans vous laisser le temps de réagir

06.

Ultra Covid Solitude : à la cuisine ou pas, papi et mamie semblent mieux résister à la dépression que les jeunes générations

07.

Elon Musk est devenu le 2ème homme le plus riche au monde et voilà pourquoi la France aurait singulièrement besoin de s'en inspirer

01.

Boycott de CNews : quand Decathlon veut faire du profit sur le dos de la liberté d’expression

02.

Le veganisme bon pour la santé ? Pas pour les os en tous cas, une large étude révèle un risque nettement supérieur de fracture

03.

PSG-LEIPZIG : 1-0 Les Parisiens préservent leurs chances en remportant une victoire inquiétante

04.

Elon Musk est devenu le 2ème homme le plus riche au monde et voilà pourquoi la France aurait singulièrement besoin de s'en inspirer

05.

Migrants de la place de la République : "damned if you do, damned if you don't"

06.

Qui a peur de Jean-Michel Blanquer ?

01.

Immigration : les dernières statistiques révèlent l'ampleur des flux vers la France. Mais qui saurait les contrôler ?

02.

Covid-19 : Emmanuel Macron annonce enfin (et sans en avoir l’air) un changement de stratégie

03.

Elon Musk est devenu le 2ème homme le plus riche au monde et voilà pourquoi la France aurait singulièrement besoin de s'en inspirer

04.

Barbara Pompili et Eric Dupond-Moretti annoncent la création d'un "délit d'écocide"

05.

Migrants de la place de la République : "damned if you do, damned if you don't"

06.

« La France aimez-la ou quittez-la ». Et qui a dit ça ? Le secrétaire général de la Ligue islamique mondiale !

ça vient d'être publié
pépites > France
Manifestations
Loi "sécurité globale" : très forte mobilisation à Paris et dans toute la France
il y a 4 heures 44 min
pépites > Economie
Covid-19
Le plafond d'indemnisation pour les entreprises fermées sera doublé, à 200.000 euros par mois
il y a 5 heures 38 min
décryptage > Culture
Atlanti-Culture

"Histoires du Vendée Globe 2" : L’Everest de la voile vu de l’intérieur !

il y a 8 heures 21 min
light > Insolite
Ah
Lille : la Grande roue sera installée, mais restera fermée au public
il y a 8 heures 33 min
pépites > Politique
Le confinement leur réussit
Popularité : Emmanuel Macron et quasiment tout le gouvernement en hausse
il y a 9 heures 33 min
pépites > France
Libérés, délivrés
Déconfinement : retrouvez la nouvelle attestation et le résumé des changements du jour
il y a 10 heures 39 min
décryptage > Santé
Ils en ont vu d'autres

Ultra Covid Solitude : à la cuisine ou pas, papi et mamie semblent mieux résister à la dépression que les jeunes générations

il y a 12 heures 22 sec
décryptage > Société
Visitez avec nous le XVIIIème arrondissement de Paris

A cause de l’insécurité la bibliothèque de la Goutte d’Or a fermé ses portes. Tiens, il y avait une bibliothèque à la Goutte d’Or ?

il y a 12 heures 22 min
décryptage > Culture
Bonnes feuilles

Monstres sacrés : Alain Delon, l’éternel enfant blessé

il y a 12 heures 25 min
décryptage > High-tech
Bonnes feuilles

Monde de demain : la vague de l'intelligence artificielle en action

il y a 12 heures 25 min
light > Media
C'est d'actualité
France Télévisions prépare une adaptation en série TV de "La peste" d'Albert Camus
il y a 5 heures 16 min
pépites > Justice
Justice
Nice : un homme écope de 18 mois de prison ferme pour avoir menacé de mort un professeur
il y a 6 heures 10 min
décryptage > Culture
Atlanti-Culture

"La voyageuse de nuit" : une enquête magistrale où se côtoient révolte et tendresse

il y a 8 heures 24 min
pépites > France
Juste une mise au point
Violences : le préfet de police de Paris Didier Lallement rappelle à l'ordre les policiers
il y a 9 heures 1 min
pépite vidéo > Sport
Rugby
Avant d'affronter l'Argentine, les All Blacks rendent hommage à Maradona
il y a 10 heures 15 min
pépite vidéo > Politique
Déplorable
Manon Aubry (LFI) choque en déclarant que l'insulte "sale macaroni" n'est pas raciste envers les immigrés italiens
il y a 11 heures 29 min
décryptage > International
Chasse ouverte

Iran : assassinat d’un haut scientifique iranien spécialiste du nucléaire

il y a 12 heures 7 min
décryptage > Environnement
Bas-carbone

Énergie nucléaire : l’Union européenne au risque de l’incohérence ?

il y a 12 heures 22 min
décryptage > Economie
Bonnes feuilles

Le Covid-19 est-il un laboratoire d’expérimentation pour accélérer la transformation des métiers ?

il y a 12 heures 25 min
décryptage > Atlantico business
Mauvais arguments

La 5G se déploie mais beaucoup d’édiles locaux la refusent au prix de l’isolement qu’ils reprocheront ensuite à l’Etat

il y a 12 heures 25 min
info atlantico
© Reuters
© Reuters
Et le grand gagnant est...

Le terrorisme enjeu numéro un pour 58% des Français, très loin devant le chômage en numéro deux avec 17% : à qui profite la nouvelle donne politique actuelle ?

Publié le 05 août 2016
Selon un sondage Ifop pour Atlantico, depuis l'attentat de Nice, 58% des Français placent le terrorisme comme enjeu prioritaire. Or, seuls 33% d'entre eux font confiance à François Hollande et au gouvernement dans la lutte antiterrorisme (contre 49% avant). Le pourcentage de Français ne leur faisant pas du tout confiance a quant à lui connu une forte hausse, de 22% à 36%.
Jérôme Fourquet
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Jérôme Fourquet est directeur du Département opinion publique à l’Ifop.
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Selon un sondage Ifop pour Atlantico, depuis l'attentat de Nice, 58% des Français placent le terrorisme comme enjeu prioritaire. Or, seuls 33% d'entre eux font confiance à François Hollande et au gouvernement dans la lutte antiterrorisme (contre 49% avant). Le pourcentage de Français ne leur faisant pas du tout confiance a quant à lui connu une forte hausse, de 22% à 36%.

Atlantico : Au regard des résultats du sondage sur les réactions des Français après l'attentat de l'église de Saint-Etienne-du-Rouvray, à quel parti ou homme politique le contexte actuel de menace terroriste bénéficie-t-il ? A l'inverse, qui est le grand perdant ? 

Jérôme Fourquet : On peut voir tout de suite à qui cela ne profite pas. Certains indicateurs sont très stables tandis que d'autres ont fortement évolué. On constate, à quelques points près, un niveau de confiance dans les forces de sécurité qui s'est maintenu à un très haut niveau depuis janvier 2015. 80% des Français leur font confiance. Cela s'est certes érodé si l'on regarde le pourcentage de personnes qui considèrent que l'on peut leur faire "très confiance" ou "tout à fait confiance", mais on reste dans des niveaux de confiance très élevés ; et ce, alors même que l'attentat de Nice est le troisième attentat majeur et que les attentats de Magnanville et Saint-Etienne-du-Rouvray, même s'ils ont fait moins de victimes, ont été très marquants. On aurait pu s'attendre à ce que les Français se mettent à douter de l'efficacité de leur service de sécurité.

En revanche, le jugement et la confiance accordés au président de la République n'ont pas du tout suivi la même trajectoire. Ici, il est intéressant d'observer que ce jugement était stable jusqu'au début de l'année 2016 : à cette époque, 50% de Français lui faisaient confiance en matière de sécurité. Un Français sur deux, ce n'est pas énorme ; mais si on rapporte ces chiffres aux cotes de confiance de François Hollande sur d'autres questions ou à sa cote de popularité de manière générale (environ 15%), on peut observer que le niveau de confiance sur la question de la lutte contre le terrorisme était très supérieur à son image générale. On se souvient qu'au lendemain des attentats de Charlie Hebdo, il y avait même eu un important regain de cote de popularité.

Bien au contraire, au lendemain de l'attaque de Nice, un décrochage s'opère. Il passe de 49% à 33%, et les gens qui ne lui font pas du tout confiance passent de 22% à 36%. Si les forces de sécurité s'en sortent indemnes, le commandant en chef connaît une vraie rupture, qui s'est illustrée par la huée de Manuel Valls sur la promenade des Anglais. Cela peut s'expliquer aussi par le fait que le gouvernement manœuvre à vue, avec – de manière très malheureuse – une annonce de la fin de l'état d'urgence et de la diminution des effectifs de l'opération Sentinelle à quelques heures de l'attaque de Nice, avant de devoir se reprendre et de changer radicalement de cap quelques heures plus tard. Ce revirement semble avoir été considéré comme très grave par l'opinion et peut expliquer ce décrochage.

Notre sondage montre que ce mouvement de décrochage a été continu et prolongé au lendemain de Saint-Etienne-du-Rouvray. C'est certes moins spectaculaire, mais il s'agit quand même à nouveau d'une baisse de 4 points après une baisse de 16 points, et une progression de 5 points de ceux qui ne font pas du tout confiance à François Hollande et au gouvernement. Ceux qui ne font "pas du tout confiance" sont passés de 22 à 41% entre l'avant-Nice et l'après Saint-Etienne-du-Rouvray, soit deux fois plus. Ceux qui faisaient confiance sont passés de 49% à 29% : on a perdu 20 points à l'occasion de cette double attaque. Hollande et le gouvernement sont donc en difficulté sur un sujet qui leur permettait de surnager quelque peu jusqu'à présent. 

Se pose maintenant la question du "grand gagnant". Au moment du conflit social sur la loi Travail et des affrontements en marge des manifestations, Nicolas Sarkozy, à la faveur de quelques sorties médiatiques, notamment celle où il avait parlé de "chienlit", avait repris du terrain sur Alain Juppé dans les intentions de vote pour la primaire de la droite. Un sondage Ifop pour Sud-Ouest avait montré que Sarkozy surpassait Juppé sur trois dimensions seulement : le dynamisme, l'autorité et le leadership. Et ce sont précisément les types d'atouts demandés par l'électorat de droite au moment des conflits sociaux.

On peut reproduire de manière amplifiée cette analyse sur la période actuelle. Sarkozy a tapé très fort contre le gouvernement après Nice et Saint-Etienne-du-Rouvray et a réaffirmé qu'il avait les qualités nécessaires et la détermination pour faire face à cette situation d'urgence absolue. Quitte pour lui à faire sauter un certain nombre de verrous juridiques, sans s'embarrasser trop des convenances. Le fait d'appuyer là où cela fait mal, quand il affirme que la gauche est tétanisée, le place au centre du débat : aujourd'hui, l'affrontement entre le gouvernement et la droite, c'est l'affrontement entre le gouvernement et Sarkozy sur la question des fichés S.

Quelqu'un comme Benoist Apparu, proche lieutenant d'Alain Juppé, a reconnu que Nicolas Sarkozy avait le don de savoir se placer au centre du débat. C'est lié à une certaine habileté, mais aussi au fait qu'il est servi par les circonstances, comme au moment de la loi Travail ; elles appellent un profil de réponse et de personnalité qui correspond à l'image qu'il a. C'est un avantage sur Juppé.

Au regard des chiffres sur le niveau d'inquiétude des Français, on constate que la priorité numéro 1 est la lutte contre le terrorisme, qui écrase la lutte contre le chômage. Nous sommes en juillet, et on peut penser que tout cela ne va pas retomber comme un soufflé en trois mois, la tendance étant beaucoup trop marquée. Et ces trois mois correspondent à la période qui va précéder et aboutir à la primaire de la droite. On peut donc penser que celle-ci sera toute entière tournée vers ces sujets. On peut d'ailleurs voir comment des candidats comme Le Maire et Fillon sont devenus brutalement inaudibles.

On a donc vu que Hollande et Valls sont très affaiblis par cette séquence, et que Nicolas Sarkozy, qui apparait comme le plus déterminé et le plus profilé, ressort gagnant aux yeux de l'électorat de droite pour trois raisons :

1) Il donne des gages de sa détermination absolue ; on sait que sa main ne tremblera pas, et c'est ce qu'on attend dans la période actuelle.

2) Il apparaît comme capable de passer outre un certain nombre de verrous qui effraient d'autres.

3) Il a une expérience de l'appareil d'Etat et des crises en tant qu'ancien Président et ministre de l'Intérieur. La situation appelle donc non seulement les hommes déterminés mais donne aussi une prime à ceux qui savent faire. Il y a une prime incontestable à Nicolas Sarkozy qui a su gérer la crise de l'euro ou d'autres situations sécuritaires compliquées.

Dans quelle mesure Emmanuel Macron, lui qui s'est davantage positionné sur les sujets économiques et d'ordre social, pourrait-il voir sa cote de popularité chuter ? 

Il n'est pas évident que sa cote de popularité se mette à chuter. Il peut garder une bonne image, mais ce n'est pas le sujet du moment. Il s'agit aujourd'hui de savoir s'il peut faire face aux défis urgents du moment. On lui demande "êtes-vous adapté à la situation ?" ; et manifestement, en termes d'âge, de thèmes de prédilection, il n'est pas le mieux placé pour répondre à ce genre d'urgences.

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Commentaires (2)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
Sphynx17
- 30/07/2016 - 17:19
Ne pas choisir,
est le confort aveugle et hypocrite de l'opportuniste.
clint
- 30/07/2016 - 15:48
Macron peut très bien être un nouveau Bayrou crédible !
Quitte à aller au centre autant aller vers un centre moderne ! Pour moi Sarkozy a fait un sans faute par ses interventions au bon moment à tel point que Hollande et sont gouvernement ont été obligés de se positionner par rapport à lui.