En direct
Best of
Best of du 20 au 26 juin
En direct
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Présidentielle 2022 : pourquoi le duel tant annoncé n’aura pas lieu

02.

Houria Bouteldja assassina la "gauche blanche"…

03.

Nouvelle explosion des cas de Coronavirus : mais que se passe-t-il aux Etats-Unis ?

04.

2020, fin de l’hégémonie occidentale et première victoire de la Chine dans la nouvelle guerre froide ?

05.

Nouvel espoir dans le traitement du cancer : un nouveau traitement stoppe le développement des tumeurs

06.

Consommation de drogue : ces effets secondaires jamais vus auparavant provoqués par la crise du Coronavirus

07.

Sauver la planète ? Le faux-nez de ces "écologistes" qui détestent l'Homme. Et la liberté

01.

Les Vikings nous ont envahis et colonisés au IXe siècle ! Nous exigeons donc que le Danemark, la Norvège, la Suède et l’Islande se repentent

02.

"Tuez Sarkozy !". On ignore encore qui a donné l’ordre mais le Parquet National Financier s’est chargé de son exécution

03.

Pas de démocratie sans droit à offenser : ce capitalisme qui prend le risque de précipiter la guerre civile à trop vouloir montrer patte progressiste

04.

L'éolien peut-il être une alternative verte crédible au nucléaire ?

05.

Pire que le coup d’Etat permanent, la campagne électorale permanente ? Emmanuel Macron, le président cynique

06.

Cet espoir dans la lutte contre la Covid-19 qui se cache dans des études soviétiques vieilles de plusieurs décennies

01.

Municipales : mais que cache donc l’étonnante schizophrénie des Français entre élections locales et nationales ?

02.

"Tuez Sarkozy !". On ignore encore qui a donné l’ordre mais le Parquet National Financier s’est chargé de son exécution

03.

Arsène Lupin était noir ! La preuve : il va être joué par Omar Sy

04.

Désordres publics : la lourde facture des dérives de la lutte contre le racisme et les violences dans la police

05.

Affaire Fillon : François Fillon est condamné à 5 ans de prison, dont 3 avec sursis, et Penelope Fillon à 3 ans de prison avec sursis

06.

Les Vikings nous ont envahis et colonisés au IXe siècle ! Nous exigeons donc que le Danemark, la Norvège, la Suède et l’Islande se repentent

ça vient d'être publié
pépites > Politique
"Monsieur déconfinement"
Remaniement : Jean Castex est le nouveau Premier ministre et remplace Edouard Philippe à Matignon
il y a 6 min 10 sec
décryptage > Société
Addicts

Consommation de drogue : ces effets secondaires jamais vus auparavant provoqués par la crise du Coronavirus

il y a 1 heure 22 min
décryptage > Santé
Berzosertib

Nouvel espoir dans le traitement du cancer : un nouveau traitement stoppe le développement des tumeurs

il y a 2 heures 36 min
pépites > Politique
Nouvelle étape
Remaniement : le gouvernement d'Edouard Philippe démissionne
il y a 3 heures 18 min
décryptage > International
Président à vie ?

Ce que s'est vraiment offert Vladimir Poutine avec son référendum et ses 16 années de pouvoir supplémentaires

il y a 3 heures 53 min
pépites > Politique
"Ouvrir un nouveau chemin"
Emmanuel Macron se confie à la presse quotidienne régionale avant le remaniement et dévoile ses priorités pour la fin du quinquennat
il y a 14 heures 5 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Le Cafard" de Ian McEwan : une fable mordante sur les politiciens britanniques et le Brexit, par un des maîtres du roman anglo-saxon contemporain

il y a 19 heures 46 min
pépites > Politique
Retrait stratégique
Municipales à Marseille : Martine Vassal se retire, Les Républicains vont présenter le député Guy Teissier pour la mairie
il y a 20 heures 34 min
pépites > Santé
Lourdes accusations
Covid-19 : le Conseil scientifique et la Haute autorité de santé dénoncent des propos "infamants" de Didier Raoult devant les députés
il y a 21 heures 49 min
pépite vidéo > International
Tragédie
Birmanie : un glissement de terrain provoque la mort d’une centaine de mineurs
il y a 23 heures 30 min
décryptage > Environnement
Macron veut un référendum sur le climat

La question sera sans doute : "Voulez-vous qu’on mette les villes à la campagne car l’air y est plus pur ?"

il y a 1 heure 2 min
décryptage > Société
épanouissement

Une nouvelle étude montre que si, l'argent fait bien le bonheur...(et de plus en plus)

il y a 1 heure 43 min
décryptage > Société
Névrose de la culpabilité

Villes vertes : mais que se passe-t-il dans la tête de ces cadres qui votent contre leurs propres modes de vie ?

il y a 2 heures 55 min
décryptage > Politique
Remaniement

Emmanuel Macron : il faut que tout change pour que rien ne change (sauf le Premier ministre ?)

il y a 3 heures 44 min
décryptage > Environnement
Misanthropes et libertophobes

Sauver la planète ? Le faux-nez de ces "écologistes" qui détestent l'Homme. Et la liberté

il y a 4 heures 1 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Histoire du Consulat et de l’Empire" de Adolphe Thiers : le Consulat, le meilleur de Bonaparte ?

il y a 19 heures 31 min
light > Justice
Espoir pour les victimes
Affaire Jeffrey Epstein : Ghislaine Maxwell, sa complice présumée, a été enfin arrêtée par le FBI
il y a 20 heures 8 min
pépites > Media
Critiques
Le parti EELV va alerter le CSA après les propos d'Eric Zemmour sur CNEWS dans "Face à l'Info" sur la vague verte et l'islam
il y a 21 heures 22 min
pépites > Justice
Condamnation
Scandale de la Dépakine : la justice reconnaît la responsabilité de l'Etat
il y a 22 heures 8 min
décryptage > France
Bataille de chiffres

Pourquoi les comparaisons internationales sur la mortalité du Covid-19 sont moins fiables qu’on ne le pense

il y a 1 jour 9 min
Tanguy

52% des étudiants français vivent encore chez leurs parents : pourquoi la solidarité familiale constitue désormais l’un des outils les plus efficaces pour lutter contre la crise

Publié le 02 septembre 2016
En période de crise, on reste chez soi ! Bonne ou mauvaise idée ? La frontière entre solidarité familiale et dépendance financière et affective est bien mince.
Serge Guérin
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Serge Guérin est professeur au Groupe INSEEC, où il dirige le MSc Directeur des établissements de santé. Il est l’auteur d'une vingtaine d'ouvrages dont La nouvelle société des seniors (Michalon 2011), La solidarité ça existe... et en plus ça...
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
En période de crise, on reste chez soi ! Bonne ou mauvaise idée ? La frontière entre solidarité familiale et dépendance financière et affective est bien mince.

Atlantico : D’après une étude CSA réalisée pour le site Log-etudiant, 52% des étudiants français en 2016 vivent chez leurs parents... Au total, toujours selon l'étude, seuls 33% des étudiants réussissent à trouver un logement indépendant (seuls ou en colocation). Sous quelles formes la solidarité intergénérationnelle au profit des jeunes adultes s'illustre-t-elle actuellement ? Dans quelle mesure cette entraide permet-elle de pallier le contexte économique morose qui traverse la société ?

Serge Guérin : Tout d'abord, permettez-moi de dire que cette étude est particulièrement intéressante puisqu'elle prouve que, contrairement à ce que l'on a l'habitude de croire, la solidarité intergénérationnelle fonctionne. Si elle est populaire aujourd'hui, c'est qu'elle incarne une réponse pratique à un besoin pragmatique : celui du logement. Qu'il s'agisse de prêts financiers entre membres de la même famille, ou bien de cohabitations prolongées entre parents et enfants, la solidarité familiale tend vers un même but : répondre efficacement à l’augmentation des coûts du logement. Besoin d'autant plus imminent que, dans ce contexte morose, comme vous dites, les jeunes rencontrent plus de difficultés pour trouver un travail ; tandis que les familles, subissant elles aussi les effets de la crise, sont moins en mesure d’aider pécuniairement leurs enfants. C’est d’ailleurs pour cette raison qu’on en vient à observer des aides en provenance de la troisième génération. Les grands-parents pouvant parfois pallier les besoins de leurs enfants ou petits-enfants. 

La solidarité familiale, quelle que soit sa forme, est à appréhender comme une réponse de proximité. Elle se manifeste lorsque l’Etat providence n'assure pas sa fonction providentielle ... lorsque nombre des mesures instaurées par le gouvernement n'aident clairement pas les destinataires, mais participent au contraire à aggraver leur sort. Prenez les APL, ou ces organismes réduisant le prix des permis de conduire : ils visent a priori à aider les jeunes, et à stimuler l'économie. Mais en réalité, ces mesures alimentent un cercle vicieux en participant à l'augmentation des prix immobiliers et des obtentions de permis.

Les causes économiques ne sont néanmoins pas les seules responsables du succès de cette solidarité innovante. La vie partagée entre plusieurs générations se justifie grâce à la présence d’un intérêt commun aux deux "colocataires". Sous la forme d’une nouvelle réciprocité, parents et enfants se rendent mutuellement service : l’un profite du toit et des repas, tandis que l’autre peut profiter des services de l’occupant (aide pour les courses, pour le ménage, pour ce qui concerne les "nouvelles technologies"...).

Les chiffres du chômage du mois de juin montrent d'ailleurs que les jeunes actifs et les seniors sont les catégories les plus sévèrement touchées. Si les plus jeunes réussissent dans leur ensemble à obtenir l'aide de leurs aînés, cette solidarité s'observe-t-elle également envers les plus âgés ? Quelles pratiques est-il possible d'observer ?

En période de crise économique, les deux bouts de la chaîne générationnelle sont les plus en difficulté. D'un côté, on tente non sans difficulté d'entrer sur le marché du travail. De l'autre, on cherche désespérement à y rester. A partir de ce schéma aussi simpliste que réaliste, il n'est pas étonnant de voir effectivement se mettre en place une solidarité envers les plus âgés. Si on ne peut pas vraiment parler de "parents qui retournent vivre avec leurs enfants" (ou alors beaucoup plus tard, quand les lourds problèmes médicaux requièrent une assistance des enfants pour leurs parents), reste que de nombreux adultes sont aidés par leurs parents. L'aide, comme j'ai pu le mentionner plus tôt, peut se décliner sous la forme d'une aide financière directe. Ce mouvement "ascendant" demeure néanmoins plus rare, car les jeunes n'ont évidemment pas toujours les moyens de subvenir et aux leurs, et à ceux de leurs parents - à moins d'avoir réussi à glisser un pied stable dans cet hostile marché du travail !

Quelles sont les conséquences, tant en termes économiques que sociaux de voir la dépendance à la famille au sens large s'accroître ? Quels sont les effets positifs et néfastes qui accompagnent ce phénomène ?

On peut facilement être tenté de regarder ces phénomènes sous un angle négatif. Les discours associés à une longue durée de vie chez les parents, ou à une dépendance financière quelle que soit sa forme, soulignent les risques de retard sur la société, de décalage avec les jeunes qui auraient quitté le nid parental plus vite, ou qui se seraient plus vites confrontés aux réalités de la vie. Mais il faut faire la part des choses : il s'agit en premier lieu de distinguer ce que l'on appelle "jeune". On ne peut pas juger de la même manière un jeune de 20 ans, d'un (toujours) jeune de 28 ans. Le second cas est plus propice à voir ces effets néfastes se réaliser. 

Distinction faite, on peut quand même voir en cette "dépendance familiale" un aspect positif : la transmission culturelle est plus longue, les enfants reçoivent une meilleure préparation à la vie, un plus grand développement de soi... Et puis, c'est un avantage majeur pour les enfants : quand la soupe est bonne, on peut dépenser avec plaisir ses sous dans d'autres objets ! Et ceux-ci ne sont pas forcément matériels : voyages, épargne, etc. Le (bon) choix est large.

A noter aussi que nous vivons dans une société de longévité. Cela se traduit concrètement par une augmentation de l'espérance de vie. Nous allons forcément être actifs beaucoup plus longtemps, et nous travaillerons jusqu'à 75 ans ! La période de jeunesse, elle aussi, devrait donc s'étendre. Et ces syndrômes de cohabitations entre parents et enfants pourraient bien se multiplier... 

Propos recueillis par Victoire Barbin Perron

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Commentaires (3)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
vangog
- 20/08/2016 - 15:46
Gravissime erreur de la gauche!
pour préserver (un peu, mais pas totalement) ses courbes du chômage qui flanchent, la gauche (au sens large) a inventé la prolongation des études, d'abord, puis la mise en formation après la sortie du système éducatif (qui n'était pas destiné à former, mais à mettre en appétit...). Voila la principale raison de la prolongation du bail parental de nombreux adolescents-adultes jeunes, et non la crise elle-même. C'est le mauvais traitement de la crise par la gauche, qui est la raison principale de cette jeunesse sacrifiée: une créativité atrophiée par le système éducatif gauchiste, puis la passivité nécessaire à la vie sous le toit familial...le système gauchiste crée des êtres asexués, irresponsables, en état de quasi-soumission, un vrai délire pour leur vie future!
Paul Emiste
- 20/08/2016 - 12:17
Comme quoi.
L´aide la plus importante doit venir de la famille et non de l´état. Si les familles se prenaient plus en charge l´état serait moins endetté et pourrait s´occuper du pays , ce qui donnerait un élan vers le haut pour le bénéfice de tout le monde.
assougoudrel
- 20/08/2016 - 11:32
En France,
beaucoup de couples avec enfants retournent habiter chez les parents, comme c'est le cas depuis longtemps en Grèce et en Espagne. C'est un très mauvais signe. Merci à "Pas de bol".