En direct
Best of
Best of du 7 au 13 septembre
En direct
Flash-actu
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

L'Ifop révèle une enquête sur la population musulmane en France

02.

Viol des hommes : cette indéniable réalité, encore trop peu considérée

03.

Brexit : petit rappel des prédictions apocalyptiques prédites au Royaume-Uni lorsqu’il choisit de garder la Livre sterling plutôt que d’adopter l’Euro

04.

Jerôme Fourquet mesure l'empreinte grandissante de l'Islam sur le quotidien; Valeurs Actuelles tente de mesurer le lien entre fraude sociale et immigration; Chez LR on ne veut pas de primaire ouverte (sauf Retailleau); Chez LREM on redoute les municipales

05.

Alerte mondiale : cette déconnexion croissante (et inquiétante) de l’économie réelle et des marchés financiers

06.

Grève à la RATP : le métro parisien a été déserté par les utilisateurs

07.

Un oiseau attaque et tue un cycliste

01.

Patrick Bruel : une deuxième masseuse l'accuse ; Adieu Sebastien Farran, bonjour Pascal, Laeticia Hallyday retrouve enfin l’amour ! ; Lily-Rose Depp & Timothée Chalamet squelettiques mais heureux, Céline Dion juste maigre...;

02.

Retraites : ces trois questions pièges souvent oubliées des grands discours

03.

Laeticia Hallyday aurait retrouvé l’amour

04.

Les avantages et les bienfaits d'une éducation conservatrice pour nos enfants face à la faillite éducative contemporaine

05.

L’étonnante persistance du soutien des Français aux Gilets jaunes

06.

Ces 3 questions pièges de tout débat sur l’immigration en France

01.

Patatras : l’étude phare qui niait l’existence de notre libre arbitre à son tour remise en question

02.

Selon le président la Conférence des Évêques de France, les citoyens "inquiets" du projet de loi bioéthique ont le "devoir" de manifester le 6 octobre

03.

Ces 3 questions pièges de tout débat sur l’immigration en France

04.

Pourquoi LREM pourra difficilement échapper à son destin de “parti bourgeois” quels que soient ses efforts

05.

PMA / GPA : la guerre idéologique est-elle perdue ?

06.

Marine Le Pen : retour aux fondamentaux (et au plafond de verre)

ça vient d'être publié
décryptage > High-tech
Le monde d’après Snowden

Où en est-on de la surveillance mondiale à l’heure actuelle ?

il y a 1 heure 58 min
décryptage > Santé
Santé

L’imposture psychosomatique comme prétendu diagnostic (de secours) de maladies complexes

il y a 2 heures 38 min
décryptage > Economie
Epargne

600 milliards perdus pour cause de mauvais investissements : mais au fait, quels sont les placements intelligents simples à mettre en place ?

il y a 3 heures 22 min
décryptage > Politique
Évaporation du domaine de la lutte

L’autre gros problème de Jean-Luc Mélenchon

il y a 3 heures 53 min
décryptage > Défense
La guerre à l’heure des ennemis non identifiés

La France est-elle menacée par des attaques "non-attribuables" comme en a connues l’Arabie saoudite sur ses champs de pétrole ?

il y a 4 heures 25 min
rendez-vous > Media
Revue de presse des hebdos
Jerôme Fourquet mesure l'empreinte grandissante de l'Islam sur le quotidien; Valeurs Actuelles tente de mesurer le lien entre fraude sociale et immigration; Chez LR on ne veut pas de primaire ouverte (sauf Retailleau); Chez LREM on redoute les municipales
il y a 4 heures 59 min
pépite vidéo > Insolite
record
Une américaine traverse la Manche à la nage quatre fois d'affilée
il y a 19 heures 31 sec
light > Santé
santé publique
L'Etat de New York interdit les cigarettes électroniques aromatisées
il y a 19 heures 28 min
pépites > Religion
sondage
L'Ifop révèle une enquête sur la population musulmane en France
il y a 21 heures 9 min
décryptage > Culture
Atlanti-Culture

"LECTURES D'ETE": "Catamount, la Justice des Corbeaux" de Benjamin Blasco-Martinez

il y a 22 heures 46 min
décryptage > Sport
LDC

PSG - REAL : 3 - 0 Sans ses stars mais avec un Idrissa Gueye impérial, Paris surclasse le Real de Zidane

il y a 2 heures 29 min
décryptage > Economie
Vie professionnelle

Le management vertical a tendance à fatiguer de plus en plus les salariés

il y a 3 heures 2 min
décryptage > France
Riposte

Recrudescence des mites mangeuses de vêtements à cause des fibres naturelles et du lavage à basse température

il y a 3 heures 34 min
décryptage > Politique
Langue de bois s'abstenir

Une étude des universités de Harvard et de Berkeley démontre qu’en politique les propos clivants et politiquement incorrects paient

il y a 4 heures 9 min
décryptage > Economie
Atlantico Business

Alerte mondiale : cette déconnexion croissante (et inquiétante) de l’économie réelle et des marchés financiers

il y a 4 heures 48 min
pépites > Europe
Brexit
Il pourrait y avoir une alternative au "backstop" pour Boris Johnson
il y a 18 heures 43 min
décryptage > International
élections israéliennes

Ces noeuds gordiens que devra trancher le système politique israélien après l’échec de Benjamin Netanyahu

il y a 19 heures 18 min
light > Justice
Mystérieuse affaire
Ils abandonnent leur fille adoptive et déménagent au Canada
il y a 19 heures 47 min
décryptage > Justice
Enquête virage

Viol des hommes : cette indéniable réalité, encore trop peu considérée

il y a 21 heures 9 min
décryptage > Economie
projet d'innovation

Les banques et les assurances vont dégager 5 milliards d'euros d’investissement pour les start-up

il y a 22 heures 56 min
© AFP-Getty
Simplement méchantes ou absurdes, Edina et Patsy mettent le feu au grand écran.
© AFP-Getty
Simplement méchantes ou absurdes, Edina et Patsy mettent le feu au grand écran.
THE DAILY BEAST

Absolutely Fabulous : les deux Anglaises les plus déjantées de l’histoire de la télé britannique débarquent sur le grand écran

Publié le 07 décembre 2016
Avec Tim Teeman
Edina et Patsy sont de retour, toujours aussi alcoolisées et dévergondées dans Absolutely Fabulous. Si la série est mieux que le film, vous allez adorer les retrouver.
Tim Teeman est journaliste pour The Daily Beast.
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Tim Teeman
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Tim Teeman est journaliste pour The Daily Beast.
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Edina et Patsy sont de retour, toujours aussi alcoolisées et dévergondées dans Absolutely Fabulous. Si la série est mieux que le film, vous allez adorer les retrouver.
Avec Tim Teeman

Copyright The Daily Beast - Tim Teeman

Si la merveille des sitcom de la BBC, Absolutely Fabulous, vous manquait (première saison diffusée en 1992), alors, réjouissez-vous, le film avec Jennifer Saunders et Joanna Lumley, respectivement dans les rôles d'Edina et Patsy, vous réchauffera le cœur ! Le film, à regarder avec des fans qui piaillent et gloussent, aussi ravis que vous de retrouver de vieilles amies, réutilise les blagues et les ressorts comiques de la première saison, l'obsession d'Edina pour son poids et la mort, qui transparait à travers ses régimes dingues et ses tenues immondes, l'extravagance sans limite de Patsy qui descend une bouteille de Chanel N°5 lorsqu'il n'y a plus d'alcool et lèche en vain l'extérieur d'une bouteille de champagne, desespérée qu'il n'y ait plus de breuvage pétillant à l'intérieur.

Lors d'une projection de presse, le générique a été acclamé bruyamment et chaque apparition à l'écran des seconds rôles était ponctuée de petites exclamations : Saffy, la fille raisonnable interprétée par Julia Sawalha, la mère d'Edina interprétée par June Whitfield ou encore Jane Horrocks, l'assistante fofolle d'Edina. Lorsque des stars jouant de petits rôles apparaissent - de Kate Moss à Joan Collins, elles sont nombreuses - les acclamations sont encore plus franches.

Votre capacité à accueillir ces vieilles amies avec joie conditionnera votre appréciation du film. Même les fans les plus dévôts conviendront que l'intrigue est bien trop faible. Les milieux ineptes et vides de la mode et des relations publiques épinglés sans pitié dans la sitcom sont là aussi ridiculisés. Avec le temps, cette satire tout comme les mannequins et personnalités de la mode qui apparaissent également dans le film, a vieilli. Jerry Hall, désormais Madame Rupert Murdoch, se parodie elle-même magnifiquement, expliquant à quel point elle aime Chanel pour, on le suppose, dérober le plus de Chanel possible à un journaliste qui se ronge les ongles d'ennui sur le tapis rouge. On retrouve Stella McCartney (horrifiée par Eddie, qui porte une de ses robes) entourée de top-models qui, s'imagine Edina, la trouvent formidable, mais surtout, il y a Kate Moss. Edina la pousse accidentellement dans la Tamise alors qu'elle essaye de s'en faire une cliente.

Il en résulte un fait-divers qui fait la Une des médias lorsque la mannequin disparue est présumée morte noyée et que les journalistes du monde entier en perdent la tête. Bien sûr, Eddie (bien naïve face à Twitter, la fuite de ses clients et la ruine de son statut) et Patsy décollent pour le sud de la France, espérant y conserver la liberté. Le meilleur du film réside dans le retour à l'esprit de la première saison :  l'infirmière aux lèvres pincées (Llewella Gideon) toujours disposée à dire à Eddie à quel point elle est grosse ; Claudia Bing - l'ennemie jurée d'Eddie – interprétée par Celia Imrie, qui serait ravie de voir Eddie inculpée pour homicide.

Patsy et Edina sont un désastre alcoolisé ambulant à elles seules. Au cours d'une longue séquence durant laquelle elles abusent d'autant de substances illicites que possible, elles ont l'idée brillante d'envoyer Bubble sur la Tamise pour qu'elle retrouve Kate Moss et pensent l'avoir tuée elle aussi. L'humour doit obligatoirement être plus grand public pour le grand écran. Il y a même une scène de course poursuite : Eddie et Patsy essayent d'échapper à la police dans un mini-van. La "désolation" du monde de la mode suite à la mort supposée de Kate Moss est adroitement capturée par les fashionistas, qui se plaignent surtout d'avoir mal aux pieds. Saffy et sa fille Lola (Indeyarna Donaldson-Holness) sont aspirées dans le chaos général. De l'alcool est consommé, royalement. Des tenues impossibles sont portées, cranement. Saffy, le pilier de sagesse du film, se retrouve au Royal Vauxhall Tavern, l'un des plus vieux bars queer de Londres, à chanter devant un parterre de drag queens pour obtenir des informations sur la planque de sa mère.

Bizarrement, ces scènes ne sont ni vraiment drôles, ni vraiment sérieuses.

Toujours à la pointe, Absolutly Fabulous : Le film s'intéresse aussi aux transgenres, avec sa brutalité de ton coutumière (les fans se souviendront de la petite opération de Patsy il y a de nombreuses années. Marshall, le premier mari d'Eddie, est désormais "en transition").

Patsy, en tant qu'homme, trouve l'amour auprès de Lubliana (Marcia Warren), la femme la plus riche du monde, dans un grand mélange de genres. Les lents voyages de la riche Lubliana en funiculaire sont l'une des joies visuelles du film. Quant à Lola, elle est tout simplement balayée par la folle cavale de sa grand-mère mais, et c'est un défaut général du film, elle n'a pas grand chose à dire. Elle n'est ni drôle ni sérieuse, ni complice ni influençable. Elle ne fait qu'apparaître dans les scènes.

Les meilleurs passages du film consistent à voir Eddie et Patsy être Eddie et Patsy : simplement méchantes ou absurdes, ou alors en train de radoter sur la vie et l'univers. Le délayage frénétique et exubérant de l'intrigue laisse les fans les plus accro dans la salle un peu silencieux. Mais une réplique percutante arrive toujours à point nommé pour nous faire glousser. Les exigences du grand écran et ce besoin de "monter le volume" du programme télévisé original affectent le spectacle. Edina et Patsy sont assez géniales pour ne pas avoir besoin de passer en mode XL au cinéma, et les apparitions de vedettes sont nombreuses et drôles, mais elles ne peuvent pas vraiment compenser le sentiment que "Ab Fab : Le film", est comme ses deux héroïnes : en fin de course et à bout de souffle.

Puis la démesure et l'humour s'avèrent finalement payants. Jon Hamm se présente, torturé et silencieux, toujours furieux contre Patsy qui lui a pris sa virginité jeune homme. Edina ouvre son cœur et avoue son amour pour Saffy au moment opportun puis est furieuse lorsqu'elle découvre qu'elle n'avait finalement pas besoin de se montrer sincère. Pour les fans, le film recycle d'autres moments classiques de la série, et ainsi se répète (par exemple lorsque Patsy traite Saffy de "troll féminin").

Avec ce sentiment de déjà-vu, le spectateur est laissé avec l'impression que c'était peut-être mieux la première fois. Il est aussi étonnant que dans le film, l'amitié entre Patsy et Edina soit accentuée, alors que la série télévisée présentait leur relation comme plus difficile, avec des liens de codépendance et des jeux malsains. La satire du monde de la mode et des relations publiques n'est plus aussi grinçante non plus, tout simplement parce que "AbFab" l'avait déjà fait au début, il y a 24 ans. "AbFab" avait alors une expertise comique des excès et des fourberies de ces deux univers : d'autres émissions et films l'ont suivi et l'ont imité. Les mêmes ressorts comiques n'ont plus le même mordant. Mais dans la salle, votre fan et tous les autres autour de lui, aiment toujours passer du temps avec Eddie et Patsy. Personne ne fait de bourdes ridicules comme elles. Personne ne boit comme elles. Personne n'abuse de substances illicites comme elles. Personne ne questionne avec cet humour la faiblesse, les ambitions frustrées, la graisse, la mortalité, l'amour... ni comment vivre sur la Côte d'Azur en cavale accusées du meurtre d'une mannequin. Il est dommage que les choses soient résolues abruptement et un peu trop facilement à la fin. Mais, comme le dit Edina à Lola, "c'est ça la vie" et cette caravane d'alcool et de mésaventures se doit d'être savourée.

Pourvu que ces dames se dévergondent encore longtemps et continuent de mettre le feu à nos vies !

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

L'Ifop révèle une enquête sur la population musulmane en France

02.

Viol des hommes : cette indéniable réalité, encore trop peu considérée

03.

Brexit : petit rappel des prédictions apocalyptiques prédites au Royaume-Uni lorsqu’il choisit de garder la Livre sterling plutôt que d’adopter l’Euro

04.

Jerôme Fourquet mesure l'empreinte grandissante de l'Islam sur le quotidien; Valeurs Actuelles tente de mesurer le lien entre fraude sociale et immigration; Chez LR on ne veut pas de primaire ouverte (sauf Retailleau); Chez LREM on redoute les municipales

05.

Alerte mondiale : cette déconnexion croissante (et inquiétante) de l’économie réelle et des marchés financiers

06.

Grève à la RATP : le métro parisien a été déserté par les utilisateurs

07.

Un oiseau attaque et tue un cycliste

01.

Patrick Bruel : une deuxième masseuse l'accuse ; Adieu Sebastien Farran, bonjour Pascal, Laeticia Hallyday retrouve enfin l’amour ! ; Lily-Rose Depp & Timothée Chalamet squelettiques mais heureux, Céline Dion juste maigre...;

02.

Retraites : ces trois questions pièges souvent oubliées des grands discours

03.

Laeticia Hallyday aurait retrouvé l’amour

04.

Les avantages et les bienfaits d'une éducation conservatrice pour nos enfants face à la faillite éducative contemporaine

05.

L’étonnante persistance du soutien des Français aux Gilets jaunes

06.

Ces 3 questions pièges de tout débat sur l’immigration en France

01.

Patatras : l’étude phare qui niait l’existence de notre libre arbitre à son tour remise en question

02.

Selon le président la Conférence des Évêques de France, les citoyens "inquiets" du projet de loi bioéthique ont le "devoir" de manifester le 6 octobre

03.

Ces 3 questions pièges de tout débat sur l’immigration en France

04.

Pourquoi LREM pourra difficilement échapper à son destin de “parti bourgeois” quels que soient ses efforts

05.

PMA / GPA : la guerre idéologique est-elle perdue ?

06.

Marine Le Pen : retour aux fondamentaux (et au plafond de verre)

Commentaires (0)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
Pas d'autres commentaires