En direct
Best of
Best of du 14 au 20 novembre
En direct
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Rachida Dati : "Nous sommes à deux doigts d'une explosion de notre pays"

02.

Qui a peur de Jean-Michel Blanquer ?

03.

Macron parle demain soir : pas de déconfinement, mais "un allègement progressif des contraintes"

04.

Alors qu'Emmanuel Macron va s'exprimer ce soir, Jean Castex prévoit "un léger assouplissement au confinement"

05.

La Chine s'est éveillée, le monde peut trembler

06.

Voilà les meilleurs gadgets à acheter pour se créer un home cinéma de compétition pour le confinement

07.

Covid-19 : mais pourquoi l’isolement des cas positifs est-il si difficile en France ?

01.

Julie Gayet tente de sauver son couple, Ingrid Chauvin liquide le sien, celui de Nabilla tangue; Sophie Marceau fait des câlins aux arbres, Aya Nakamura se la pète; Meghan Markle & Katy Perry, voisines et ennemies, Kylie & Kendall Jenner soeurs et idem

02.

Boycott de CNews : quand Decathlon veut faire du profit sur le dos de la liberté d’expression

03.

Carnage en vue sur les banques européennes ?

04.

Qui a peur de Jean-Michel Blanquer ?

05.

Quand Barack Obama démontre que Nicolas Sarkozy est juif

06.

Covid-19 : radioscopie des racines de la faillite morale de l’Etat français

01.

Quand Barack Obama démontre que Nicolas Sarkozy est juif

02.

Covid-19 : radioscopie des racines de la faillite morale de l’Etat français

03.

Barbara Pompili et Eric Dupond-Moretti annoncent la création d'un "délit d'écocide"

04.

Aucun lien entre le terrorisme et l'immigration !

05.

Boycott de CNews : quand Decathlon veut faire du profit sur le dos de la liberté d’expression

06.

Martin Gurri : "Les vents de révolte ne sont pas prêts d’arrêter de souffler en Occident car nos élites et institutions ne sont plus adaptées au monde actuel"

ça vient d'être publié
pépite vidéo > France
Déconfinement en trois étapes
Covid-19 : retrouvez l’intégralité de l’allocution d’Emmanuel Macron sur le déconfinement
il y a 29 min 33 sec
pépites > Politique
Feu vert en première lecture
Loi sur la "sécurité globale" : l'Assemblée nationale adopte le texte controversé, à 388 voix pour et 104 voix contre
il y a 3 heures 31 min
pépites > Santé
Crise de défiance
Coronavirus : un quart des Italiens croient aux théories complotistes sur la pandémie
il y a 4 heures 22 min
pépites > Politique
Premier ministre
Loi "sécurité globale" : Jean Castex va saisir le Conseil constitutionnel sur l'article 24
il y a 5 heures 53 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Putzi - Le pianiste d’Hitler" de Thomas Snégaroff : un petit bonhomme au service de l’ascension d’Hitler, un portrait éclairant largement documenté

il y a 7 heures 39 min
décryptage > International
Le point de vue de Dov Zerah

La Chine s'est éveillée, le monde peut trembler

il y a 8 heures 32 min
décryptage > Culture
Repenser nos modèles

L’expérience immersive : pour sauver la culture et le savoir

il y a 9 heures 49 min
décryptage > Santé
Lieux de contaminations ?

Réouverture des petits commerces, restaurants, lieux de cultes et culturels… : voilà pourquoi (et comment ) le risque sanitaire peut être maîtrisé

il y a 10 heures 29 min
pépite vidéo > Politique
"La France se disloque"
Rachida Dati : "Nous sommes à deux doigts d'une explosion de notre pays"
il y a 11 heures 17 sec
light > High-tech
Bug
Des clients britanniques d'Amazon acheteurs de la nouvelle PlayStation 5 se sont vus livrer à la place des objets qui n'ont aucun rapport avec elle
il y a 11 heures 33 min
pépites > Politique
Calendrier du déconfinement
Covid-19 : Emmanuel Macron confirme que "le confinement pourra être levé" le 15 décembre "si les objectifs sanitaires sont atteints"
il y a 54 min 18 sec
pépites > France
Chantier de la reconstruction
Notre-Dame de Paris : le démontage de l'ancien échafaudage est enfin terminé
il y a 3 heures 56 min
light > Sport
Monde du rugby en deuil
Mort de Christophe Dominici à l’âge de 48 ans
il y a 5 heures 41 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Aurélien" de Louis Aragon : un amour improbable dans le Paris des années 20... un roman à relire toutes affaires cessantes

il y a 7 heures 24 min
pépites > Santé
Covid-19
L'exemple de l'aéroport de Shanghai montre la rapidité de réaction de la Chine face au coronavirus
il y a 7 heures 57 min
décryptage > Politique
Mesures gouvernementales

Un jeune, une solution : un ministère (du travail), mille problèmes…

il y a 9 heures 23 min
pépites > Justice
Police
L'IGPN saisie après l'action de la police pour enlever les tentes installées par des associations et des militants place de la République hier soir
il y a 9 heures 59 min
pépites > Politique
Justice
Alain Griset, ministre des PME, mis en cause par la Haute Autorité pour la Transparence de la Vie Publique pour non déclaration de participations financières
il y a 10 heures 56 min
décryptage > International
Diplomatie

La nouvelle alliance entre Israël et les pays sunnites du Golfe est-elle de taille à résister à l’Iran ?

il y a 11 heures 29 min
décryptage > Europe
L’union fait l’insouciance

L’Europe, puissance naïve dans un monde de brutes ?

il y a 11 heures 52 min
Allocution présidentielle

Nicolas Sarkozy : "J'ai un rendez-vous avec les Français, je ne me déroberai pas"

Publié le 30 janvier 2012
Le président de la République annonce plusieurs "mesures fortes" pour la fin du quinquennat : immobilier, TVA anti-délocalisations, taxe Tobin, emploi des jeunes, crédit aux entreprises...
Atlantico.fr
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Rédaction Atlantico
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Le président de la République annonce plusieurs "mesures fortes" pour la fin du quinquennat : immobilier, TVA anti-délocalisations, taxe Tobin, emploi des jeunes, crédit aux entreprises...

A lire aussi :
Les extraits de l'intervention de Nicolas Sarkozy

(Mis à jour le 30 janvier à 10h20)

Au total, sur TF1 et sur France 2, l'interview de Nicolas Sarkozy a été suivie près de 15,7 millions de téléspectateurs. Soit un téléspectateur sur deux (52,1 % de part d'audience). Ce chiffre ne tient pas compte des téléspectateurs des autres chaînes, BFMTV, I>Télé et LCI, LCP-AN, qui reprenaient le signal. Ces reliquats d'audience seront mesurés un peu plus tard.

Le maire PS de Paris Bertrand Delanoë a estimé lundi sur France inter que l'annonce faite par le président Nicolas Sarkozy de relever de 30% les droits à construire sur les habitations et de libérer des terrains publics relevait du "bricolage et de l'amateurisme". "C'est de l'électoralisme qui prend les Français pour des imbéciles, dans le bricolage et l'amateurisme", a déclaré le maire de Paris sur France Inter. "Il ne va pas mettre en oeuvre (ces mesures), il n'aura pas le temps", a-t-il poursuivi, en soulignant qu'il s'opposerait à ces mesures au Conseil de Paris.

(Mis à jour le 30 janvier à 9h45)

Face à Pierre Moscovici ce lundi matin sur RMC et BFM TV, le ministre de l'Emploi Xavier Bertrand a assuré que "la hausse de la TVA ne fera pas augmenter les prix". "Vous êtes en train de brider le moteur de la consommation", lui a répondu le directeur de campagne de François Hollande.

La TVA va augmenter au 1er octobre prochain passant de 19,6 à 21,2%. Associée à une hausse de 2 points de la CSG sur les revenus financiers, cette hausse de la TVA devra compenser le manque à gagner engendré par la suppression d'une partie des charges patronales sur les salaires entre 2200 euros bruts et un peu plus de 3000 euros. C'est le principe de la TVA Sociale qui a été annoncée hier soir par Nicolas Sarkozy.

Nadine Morano, la ministre chargée de l'Apprentissage et de la Formation professionnelle a déclaré sur Europe 1 lundi : "Nicolas Sarkozy déterminera en âme et conscience la date son calendrier , s'il est candidat d'ailleurs !". Et a ajouté :"mais connaissant son tempérament je ne vois pas comment il renoncerait à continuer le travail qu'il a engagé".





(Mis à jour le 30 janvier à 8h15)

A gauche, les annonces du président de la République ont été vivement critiquées.

Sur RTL, Martine Aubry a estimé que le président de la République était "un peu perdu" affirmant que son intervention avait comporté "beaucoup d'improvisation". "Il est candidat nous le savons tous et on connait déjà son programme : plus d'austérité et plus de précarité", a-t-elle également déclaré.

 

(Mis à jour le 30 janvier à 5h50)

François Rebsamen, le patron des sénateurs socialistes a déclaré : "Nicolas Sarkozy a tenté en vain, ce soir, d'endosser les habits du Capitaine courage, mais il faisait plutôt penser aux médecins de Molière qui, à force de saignées, achevaient le malade qu'ils étaient censés guérir."

Manuel Valls, le directeur de la communication de François Hollande a déclaré au Monde que Nicolas Sarkozy avait "fait preuve d'une grande improvisation : on oscille entre des mesures techniques avec un impact incertain - sur le logement, par exemple - à des mesures de moyen terme qui sont injustes et inefficaces - la TVA sociale, en l'occurrence." Il estime que "Nicolas Sarkozy a présenté, ce soir, une sorte de boîte à outils improvisée visant à répondre au discours et au projet de François Hollande".

Jean-Luc Mélenchon a dénoncé une "très mauvaise nouvelle pour les ménages ouvriers". "Cette politique ne vaut rien de bon pour la France. Les mots utilisés ne sont qu'un habile enfumage d'un triste et banal plan d'austérité et de soumission aux exigences du capital financier", a-t-il déclaré.

La candidate d'EELV, Eva Joly a estimé que Nicolas Sarkozy protégeait "les couches aisées" et se préoccupait "fort peu des souffrances des Français." Elle a également jugé que le président "s'est prêté a un exercice de communication convenu qui tend à mystifier les Français en leur faisant croire qu'il est tout entier à sa tâche de président alors que chacun voit bien qu'il est déjà en campagne".

A l'extrême droite Marine Le Pen a fustigé les "remèdes ultralibéraux à double dose" proposées par Nicolas Sarkozy. "Il nous a vanté l'Italie, or l'Italie ce sont des privatisations massives, l'effondrement du système de retraites, la baisse du salaire des fonctionnaires. Il nous a vendu la crise financière qui s'apaise, d'ici une semaine il sera évidemment démenti." a-t-elle déclaré.



A l'UMP, Jean-François Copé estime que "le président a tracé, éclairé un chemin avec certes des efforts, des décisions courageuses mais aussi une espérance."



Le Premier ministre, François Fillon a assuré que le gouvernement serait "totalement mobilisé" pour assurer la mise en œuvre des "mesures fortes" annoncées par Nicolas Sarkozy.

Le ministre du Travail, Xavier Bertrand a déclaré : "Pour Nicolas Sarkozy, la priorité est la même que celle des Français : l'emploi, l'emploi, l'emploi. Et au-delà des mesures décidées lors du sommet pour l'emploi, il en faut d'autres, plus structurelles, comme la baisse des charges sur le travail. C'est dès maintenant qu'il faut prendre de nouvelles décisions, non seulement pour éviter l'explosion du chômage, les délocalisations, et pour se donner les moyens d'une baisse durable et importante du nombre de demandeurs d'emploi. Un président dans l'action plutôt que des candidats dans de vagues déclarations d'intention, voilà ce que veulent les Français."

Sur Twitter, Valérie Pécresse a écrit : "Sincérité et lucidité, esprit de responsabilité, quel contraste entre les propositions d'aujourd'hui et celles de jeudi dernier", faisant référence à l'intervention de François Hollande.

 

 

Une semaine après le meeting du Bourget, Nicolas Sarkozy s'exprimait ce dimanche dans une intervention télévisée diffusée pour la première fois sur huit chaînes simultanément (TF1, FR2, LCI, LCP/Public Sénat, France 24, BFM TV, i-Télé et TV5 Monde). Le Président a fait plusieurs annonces importantes, assumant de prendre le risque de mesures potentiellement impopulaires comme la hausse de la TVA.

Sans se déclarer candidat, Nicolas Sarkozy s'est montré déterminé, décidé à faire de la compétitivité la grande affaire des dernières semaines de son quinquennat et vraisemblablement de sa campagne.

Sur un terrain plus personnel, le Président a balayé les questions sur ses états d'âme (la presse avait rapporté qu'il éprouvait un certain découragement la semaine passée), expliquant que les Français ne s'y intéressaient pas et qu'il serait indécent ou ridicule de se concentrer sur son destin personnel alors que la France doit faire face à une crise d'une gravité extrême.

Ce qu'il faut retenir de l'intervention du Président [mise à jour à 21h18] :

  • Nicolas Sarkozy refuse de se présenter comme président-candidat : "je suis là en tant que chef de l'Etat". "Parfois, je peux avoir l'impatience tant je constate l'arrogance. [...] Mais j'ai la responsabilité du pays pour cinq ans : je ne peux pas être président-candidat pendant des mois."  "Ce n'est pas l'agitation qui me ferait changer d'avis : je suis déterminé". Il a également déclaré : "J'ai un rendez-vous avec les Français, je ne me déroberai pas et franchement, ça approche."
  • Sur le triple A : "ne confondons pas le thermomètre et les causes de la maladie". N. Sarkozy estime que les efforts budgétaires de l'Europe ont porté leurs fruits, et notamment en France, qui "emprunte à un taux historiquement bas". Il exclut à nouveau un troisième plan de rigueur.
  • Pour relancer la croissance, le président annonce une "mesure extraordinairement forte sur l'immobilier" : "on pourra construire 30% de mètres carré en plus sur les terrains". La mesure entrera en vigueur en février, et pour 3 ans. Il estime que l'encadrement des loyers (proposé par François Hollande) produirait l'effet inverse sur le marché de l'immobilier.
  • Création d'une banque de l'industrie (filiale d'Oséo, la banque des PME) pour faciliter l'accès au crédit. Elle sera dotée à partir de février d'un milliard d'euros de fonds propres. Cette mesure est également proposée par François Hollande. 
  • Sur l'emploi des jeunes : quota de 5% de jeunes en apprentissage/alternance pour les entreprises de plus de 250 salariés, avec des sanctions renforcées pour celles qui enfreignent la règle.
  • Exonération totale ou partielle des cotisations familiales ou patronales sur les emplois délocalisables, c'est à dire entre 1,6 et 2,1 fois le smic.

Cette mesure coûtera 13 milliards d'euros et sera financée par deux réformes fiscales :

  • Augmentation d'1,6 point du taux normal de la TVA (19,6%) au 1er octobre.
  • Augmentation de 2 points de la CSG sur les revenus financiers. "Consommer français ça n'a pas de sens. Produire en France, ça en a" - "Il faut arrêter de plomber les salaires par des charges qui font fuir les entreprises"Nicolas Sarkozy propose d'alléger s'appuie sur l'exemple allemand, où les salaires ont stagné, "mais quel est votre pouvoir d'achat quand vous avez perdu votre travail ?"
  • Des accords de compétitivité-emploi (comme en Allemagne) pourront être négociés au cas par cas afin de sauver des emplois, d'augmenter ou de réduire les cadences en fonction de la conjoncture. François Fillon écrira dès lundi aux partenaires sociaux pour négocier ces accords par entreprise. Nicolas Sarkozy estime qu'on "tourne la page des 35 heures". Une "bonne nouvelle".
  • Sur la taxe sur les transactions financières : elle devrait permettre de récupérer 1 milliard d'euros par an. "L'Allemagne nous suivra". "J'ai reçu des pressions [du milieu financier], mais je n'en tiens aucun compte"
  • Sur les dépenses de fonctionnement de l'Etat : "le budget de l'année est le premier depuis 1945 qui diminue d'une année sur l'autre"
  • Sur les dépenses de l'Etat : "nous sommes le premier gouvernement a avoir arrêté la folie de création d'emplois publics". Le président estime qu'il va falloir faire porter la règle d'or également sur les collectivités territoriales, en "modulant les dotations aux collectivités en fonction de leur rigueur en la matière".
  • Sur le quotient familial : Nicolas Sarkozy est aussi à sa modification, car "la politique familiale n'est pas une politique de redistribution, mais une politique de natalité". "Une remise en cause du quotient familial ferait peser sur les classes moyennes une charge qu'elles ne peuvent pas supporter".
  • Sur les allègements fiscaux du débat de mandat : ne regrette ni la défiscalisation des heures supplémentaires, ni la réduction des droits de succession. Il reconnaît en revanche une erreur sur le crédit impôt TEPA sur les résidences principales.
  • Pas d'augmentation des impôts

 

Autres questions abordées :

  • Sur les critiques : le président les accepte ("c'est la démocratie, c'est normal"), mais il ne répondra jamais aux "propos de caniveau" de François Hollande. "J'ai le sens du ridicule. Ce n'est pas à moi de juger mon propre bilan, c'est aux Français". "En cinq ans, je n'ai pas tout réussi. J'ai des regrets. Je m'en expliquerai le temps venu". Mais il exclut l'écriture d'un livre.
  • Sur la perspective de la défaite : "le devoir de lucidité, ça compte". "En 2007, le soir du second tour, j'avais préparé une déclaration pour ma défaite." "Dans ma jeunesse [1995], j'ai connu les ravages de l'arrogance".
  • Sur la possible absence de Marine Le Pen de l'élection présidentielle : "Le fait qu'elle ne soit pas présente serait préjudiciable. Mais je ne vais pas m'occuper d'elle."
  • Sur le style personnel : il refuse de parler de ses sentiments et de confier ses états d'âme, alors que les Français souffrent.
Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Commentaires (39)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
Obsédé Textuel
- 02/02/2012 - 20:09
La fête est finie !
Quelque soit le Président élu, toutes les promesses s'envoleront.
Pourquoi ?
Il faudra payer nos dettes et passer à la caisse.
La raison ?
On nous répète que d'autres pays sont endettés comme les USA. Mais hélas, il y a le non dit.
La dette des USA est détenue à 70 % par des Américains.... Celle de la France est détenue à 60% par des puissances étrangères.
Et çà change tout !
Nos différents déboires comptables et financiers auront de lourdes conséquences.
Là on joue la montre, on cache les montants colosaux derrière des mesurettes, mais...
Donc pas de choix, il faudra payer nos créanciers comme nous nous sommes engagés donc il y aura une récession.
castres81
- 31/01/2012 - 01:47
Calcul: Soit pour une
Calcul:
Soit pour une production de 1000 Mds HT des charges sociales patronales inclues de 300 milliards qui baissent de 13 Mds.
Le coût HT des produits baisse à 987 Mds.
1/ Quel sera le nouveau montant TTC si la TVA passe de 19.6 à 21.2?
2/ Quel sera le montant de l'augmentation des prix TTC?
3/ quel sera l'allègement en % pour les entreprises concernées ?

Réponses:
1/ 987 x 121.2 = 1196,244 Mds
2/ 1196,244 - (1000 x 119.6) = 0,244
3/ (13/1000)x 100 = 1.3 %

Cela fait au moins + 0.204 % TTC
En revanche les entreprises de main d’œuvre payée sous 1.4 SMIC payeront - 1.3 % .Quand on a des marges nettes à moins de 5 % ça change le calcul économique.
Pour les 150 milliards d'importations cela représente un surcout de 1.6 % soit 2.6 milliards mais cela allège d'autant les impôts des français qui financent les déficits des caisses tout en créant un différentiel moyen de 4 % avec le produit français .
En outre cela réduit le déficit budgétaire structurel signalé par M Migaud de 5.2 %.

Un chiffre de TVA 19,6 % de 125 Mds indiquerait en fait un produit HT de 500 Mds environ et des importations de 75 Mds. Cela double l’allègement moyen du calcul.
vangog
- 30/01/2012 - 23:25
Delanoe, Hollande, Moscovici, réacs compulsifs contre toute
réforme, qu'elle vienne de Droite, comme de leurs amis (SIC) Sociaux-démocrates Européens? Nos socialistes Français ont décidément vocation à s'opposer toujours! Et tant mieux pour la France...