En direct
Best of
Best of du 28 mars au 3 avril
En direct
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Alors que tout s’effondre, l’économie et le moral, une seule bonne nouvelle : les banques ne feront pas faillite

02.

Ce risque politique énorme que prend le gouvernement en ne limogeant pas le Préfet Lallement

03.

"Ils enterrent des Pokémon" : un journaliste de BFMTV dérape pendant l'hommage aux victimes chinoises du Coronavirus

04.

Crise sanitaire et manque de réactivité : la France est-elle dirigée par des fonctionnaires non élus ?

05.

Coronavirus : les fonctionnaires qui nous sauvent et ceux qui nous plombent (voire pire...)

06.

Voilà comment se passe le déconfinement à Wuhan (et ce que ça nous apprend sur la réalité de la violence de l’épidémie)

07.

Corona : la production de la célèbre bière va s’interrompre suite aux mesures de restriction au Mexique

01.

Le transmédia : quand la fiction s’invite dans votre lit

01.

Coronavirus : les fonctionnaires qui nous sauvent et ceux qui nous plombent (voire pire...)

02.

Covid-19 et chloroquine : et si l'on écoutait le Dr Vladimir Zelenko nous parler de sa propre expérience ?

03.

Yazdan Yazdapanah, qui coordonne les essais contre le coronavirus, est-il l'homme des laboratoires américains ?

04.

Philippe Juvin : "Les chefs et petits chefs de l’administration qui nous entravent face à l’urgence devront répondre de leurs actions après cette crise"

05.

Jean-Noël Fabiani : "Il ne pourra pas y avoir de sortie du confinement sans dépistage de masse, ni mesures de très grande précaution"

06.

Et maintenant voici Emmanuel la - menace - : « on se souviendra de ceux qui n’auront pas été à la hauteur » !

01.

Tests : la stratégie du gouvernement nous accule à un (nouveau) retard évitable

02.

Coronavirus : les fonctionnaires qui nous sauvent et ceux qui nous plombent (voire pire...)

03.

Philippe Juvin : "Les chefs et petits chefs de l’administration qui nous entravent face à l’urgence devront répondre de leurs actions après cette crise"

04.

Covid-19 et chloroquine : et si l'on écoutait le Dr Vladimir Zelenko nous parler de sa propre expérience ?

05.

Ce risque politique énorme que prend le gouvernement en ne limogeant pas le Préfet Lallement

06.

Crise du coronavirus : Nicolas Sarkozy, le recours silencieux ?

ça vient d'être publié
pépites > Sport
Machisme
Clémentine Sarlat dénonce le harcèlement moral et les remarques sexistes qu'elle a subies à "Stade 2"
il y a 6 heures 9 min
décryptage > Politique
La voix de son maître

Derrière le cas Lallement, l’insupportable infantilisation des Français

il y a 7 heures 43 min
light > Culture
Industrie à l'arrêt
Disney repousse une douzaine de films Marvel à cause de l'épidémie
il y a 8 heures 38 min
décryptage > Culture
Atlanti-Culture

"Une histoire populaire du football" : Populaire et subversif : vive le foot !

il y a 10 heures 28 min
pépites > France
Drame
Drôme : deux morts et sept blessés dans une attaque au couteau perpétrée par un demandeur d'asile soudanais
il y a 10 heures 51 min
pépite vidéo > Media
Racisme
"Ils enterrent des Pokémon" : un journaliste de BFMTV dérape pendant l'hommage aux victimes chinoises du Coronavirus
il y a 12 heures 13 min
décryptage > Religion
Besoin de sens

Sauver Pâques : les catholiques se mobilisent pour communier malgré le confinement

il y a 12 heures 51 min
décryptage > Environnement
Rions vert

C comme con, con comme Cochet : il confond le CO2 et le coronavirus !

il y a 13 heures 8 min
décryptage > High-tech
Applis stars du confinement

Voilà comment Zoom et House party peuvent menacer vos données professionnelles ou personnelles

il y a 13 heures 24 min
décryptage > Politique
Dérapages à répétition

Ce risque politique énorme que prend le gouvernement en ne limogeant pas le Préfet Lallement

il y a 13 heures 44 min
pépites > Politique
Défiance
Covid-19 : une majorité de Français jugent que le gouvernement gère mal l'épidémie
il y a 7 heures 5 min
light > Media
Solidarité
Le groupe Canal+ va reverser ses recettes publicitaires de 20h à la Fondation de France
il y a 8 heures 27 min
pépite vidéo > International
Le monde d'avant
Coronavirus : en Suède, sans confinement, la vie continue comme si de rien n'était
il y a 8 heures 57 min
décryptage > Culture
Atlanti-Culture

"Maus", Tomes 1 et 2 : Un roman graphique hors norme

il y a 10 heures 33 min
pépites > Défense
Touchés
Coronavirus : 600 militaires français atteints
il y a 11 heures 8 min
décryptage > International
Vital

Pour éviter les famines, ne pas interrompre le commerce mondial de céréales

il y a 12 heures 43 min
décryptage > Santé
Aller de l'avant

Covid-19: Il faut accélérer, ce n’est jamais trop tard

il y a 12 heures 59 min
décryptage > Education
Imaginaire

Si le coronavirus fait irruption dans les jeux de vos enfants, ne vous faites pas de soucis

il y a 13 heures 14 min
décryptage > Société
Pas de retour à la normale rapide

Déconfinement graduel : attention danger dans l’opinion

il y a 13 heures 31 min
décryptage > Histoire
Bonnes feuilles

Jeanne d'Arc, une dissidente au temps du Moyen Age

il y a 13 heures 53 min
© REUTERS/Jacky Naegelen
© REUTERS/Jacky Naegelen
Pourquoi faire simple ?

Rapport du Sénat sur le CICE : comment une bonne idée économique a été vidée de son sens par un gouvernement incapable de construire un dispositif adapté aux objectifs recherchés

Publié le 22 juillet 2016
Le mardi 19 juillet, la commission des finances du Sénat a publié un rapport dans lequel il juge le CICE trop complexe, mais également mal ciblé.
Philippe Crevel est économiste, directeur du Cercle de l’Épargne et directeur associé de Lorello Ecodata, société d'études et de conseils en stratégies économiques.
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Philippe Crevel
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Philippe Crevel est économiste, directeur du Cercle de l’Épargne et directeur associé de Lorello Ecodata, société d'études et de conseils en stratégies économiques.
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Le mardi 19 juillet, la commission des finances du Sénat a publié un rapport dans lequel il juge le CICE trop complexe, mais également mal ciblé.

Atlantico : En quoi le CICE a t il été mal conçu, aussi bien en terme de secteur bénéficaire (l'industrie n'en aurait bénéficié qu'à hauteur de 19.4%) qu'en terme d'emplois ciblés ("les rémunérations des emplois ciblés sur l'innovation seraient au dela des seuils fixés par le gouvernement" ?

Philippe Crevel : Le Crédit d’Impôt pour la Compétitivité et l’Emploi est depuis sa création une véritable usine à gaz visant à réduire les coûts salariaux des entreprises et à améliorer leurs marges. Institué en 2013, il constitue le symbole du changement de politique économique de la gauche au pouvoir. En effet de 2012 à 2013, François Hollande a opté pour une politique d’aggravation des charges fiscales et sociales pesant sur les entreprises provoquant la colère de nombreux dirigeants. Cette politique s’est soldée par une grogne voire une colère inédite chez les patrons des PME françaises. Les révoltes des pigeons et des bonnets rouges en ont été l’illustration. Le CICE qui a précédé le pacte de responsabilité de quelques mois est issu de l’esprit de synthèse du Président de la République. D’un côté, j’admets qu’il faut alléger le fardeau des prélèvements, de l’autre j’essaie d’orienter, de conditionner les aides. Il en résulte un dispositif dès le départ mal taillé.

Le crédit d'impôt pour la compétitivité et l'emploi allège le coût du travail mais ne s’impute pas directement sur celui-ci. En effet, il est un avantage fiscal s’imputant en priorité sur l'impôt sur le revenu ou l'impôt sur les sociétés dû au titre de l'année au cours de laquelle les rémunérations prises en compte pour le calcul ont été versées. Son taux est de 6 % des rémunérations versées dans la limite de 2,5 fois le Smic. L’avantage ne concerne donc pas tous les salariés.

En outre, ce n’est pas un allégement automatique. Pour bénéficier du CICE, l'employeur doit respecter certaines obligations déclaratives auprès de l'Urssaf et de l'administration fiscale. Enfin, le crédit d’impôt donne lieu à des conditions.

Le CICE doit servir à financer des dépenses d'investissement, de recherche, d'innovation, de formation, de recrutement, de prospection de nouveaux marchés, de transition écologique ou énergétique et de reconstitution de leur fonds de roulement.

La trésorerie dégagée par le crédit d'impôt ne peut pas être utilisée pour financer une hausse des bénéfices distribués, ni augmenter les rémunérations des dirigeants de l'entreprise. Certes, l’entreprise dispose d’un délai de 3 ans pour consommer son crédit d’impôt mais cela exige un suivi, une gestion pro-active.

Du fait des conditions de rémunération, les secteurs ayant des salariés qualifiés ne peuvent pas profiter du CICE. De ce fait, les entreprises à fortes capacités d’innovation ne sont pas les principales bénéficiaires de ce dispositif.

Au niveau de l’emploi, l’effet a été moindre que prévu. Au mieux, il aurait permis la création de 160 000 emplois quand les pouvoirs publics en espéraient 300 000. En la matière, les erreurs de prévisions sont légions...

Finalement, qui a pu profiter de ce dispositif dans une sorte d'effet d'aubaine ne répondant pas aux objectifs du gouvernement ? Peut on réellement parler de "gâchis" quant aux objectifs recherchés ?

Ce sont les grandes entreprises de services, la Poste, la grande distribution… qui en tirent profit. Ce sont des secteurs moins exposés à la concurrence qui ont pu améliorer leurs marges voire augmenter les rémunérations de leurs salariés. Ainsi, selon l’OFCE, le CICE aurait conduit à une hausse des salaires de 1,1 % dans les secteurs protégés de la concurrence. L’industrie, les start-up, les PME à forte valeur ajoutée ne figurent pas parmi les grands gagnants du CICE.

Le CICE est un outil complexe mal né et poursuivant trop d’objectifs. En économie, il y a une règle, quand on demande à un outil d’atteindre plusieurs objectifs, il n’en atteint aucun. C’est le cas pour le CICE.

Si la base même du CICE n'est pas rejetée, c'est sa construction qui est ici mise en cause. Est il cependant encore possible de rectifier le tir, ou doit on se résigner à une refonte totale pour en assurer une pleine efficacité ? De quelle façon ?

Le CICE démontre toutes les limites des mécanismes d’exonération de charges sociales d’autant plus que dans le cas précis il y a imputation d’un allègement sur l’IS. Il y a une accumulation de dispositifs d’exonérations de cotisations sociales issus des 35 heures, du pacte de responsabilité… Il en résulte des effets de seuil qui aboutissent à créer une chape de plomb sur l’outil productif français. En effet, les entreprises sont incitées à développer des emplois à l’intérieur des mécanismes d’exonération. Par ailleurs, elles peuvent être amenées à ne pas augmenter leurs salariés afin d’éviter de dépasser les seuils. Cette politique conduit à entraver la montée en gamme de notre économie et à maintenir les rémunérations à des niveaux très bas. La France compte ainsi deux fois plus d’emplois à faible qualification que l’Allemagne. Sommes-nous à ce point moins intelligents ou est-ce la conséquence d’une mauvaise spécialisation ? La politique d’allègement des charges sur les bas salaires nous tire vers le bas quand nous devrions au contraire nous échapper vers le haut là où la concurrence des pays émergents est plus rare.

Il est donc urgent d’abandonner cette politique de gribouille. Il est nécessaire d’intégrer le CICE au barème des cotisations sociales mais cela ne suffira pas. Il faut penser au-delà. Il faut mettre un terme aux effets de seuil. Je suis favorable à la mise en place d’un système de charges sociales avec un abattement à la base comme le préconisait le conseiller social de Pierre Mauroy, Jacques Bruhnes et Hervé Novelli, ancien ministre des PME. Les 500 ou les 800 premiers euros de rémunération seraient totalement exonérés de charges sociales. Les cotisations ne s’appliqueraient qu’à partir du 501 ou du 801ème euros de salaire les rendant par nature légèrement progressive. Pour éviter tout effet d’aubaine, un système de forfait devrait être institué pour les rémunérations issues du travail à temps partiel ou de l’intérim. Un tel système supprime de facto les effets de seuils ; il est simple à comprendre et il est transparent. Il ne pénalise pas les entreprises ayant des emplois à forte qualification tout en encourageant les emplois à faible qualification.

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Alors que tout s’effondre, l’économie et le moral, une seule bonne nouvelle : les banques ne feront pas faillite

02.

Ce risque politique énorme que prend le gouvernement en ne limogeant pas le Préfet Lallement

03.

"Ils enterrent des Pokémon" : un journaliste de BFMTV dérape pendant l'hommage aux victimes chinoises du Coronavirus

04.

Crise sanitaire et manque de réactivité : la France est-elle dirigée par des fonctionnaires non élus ?

05.

Coronavirus : les fonctionnaires qui nous sauvent et ceux qui nous plombent (voire pire...)

06.

Voilà comment se passe le déconfinement à Wuhan (et ce que ça nous apprend sur la réalité de la violence de l’épidémie)

07.

Corona : la production de la célèbre bière va s’interrompre suite aux mesures de restriction au Mexique

01.

Le transmédia : quand la fiction s’invite dans votre lit

01.

Coronavirus : les fonctionnaires qui nous sauvent et ceux qui nous plombent (voire pire...)

02.

Covid-19 et chloroquine : et si l'on écoutait le Dr Vladimir Zelenko nous parler de sa propre expérience ?

03.

Yazdan Yazdapanah, qui coordonne les essais contre le coronavirus, est-il l'homme des laboratoires américains ?

04.

Philippe Juvin : "Les chefs et petits chefs de l’administration qui nous entravent face à l’urgence devront répondre de leurs actions après cette crise"

05.

Jean-Noël Fabiani : "Il ne pourra pas y avoir de sortie du confinement sans dépistage de masse, ni mesures de très grande précaution"

06.

Et maintenant voici Emmanuel la - menace - : « on se souviendra de ceux qui n’auront pas été à la hauteur » !

01.

Tests : la stratégie du gouvernement nous accule à un (nouveau) retard évitable

02.

Coronavirus : les fonctionnaires qui nous sauvent et ceux qui nous plombent (voire pire...)

03.

Philippe Juvin : "Les chefs et petits chefs de l’administration qui nous entravent face à l’urgence devront répondre de leurs actions après cette crise"

04.

Covid-19 et chloroquine : et si l'on écoutait le Dr Vladimir Zelenko nous parler de sa propre expérience ?

05.

Ce risque politique énorme que prend le gouvernement en ne limogeant pas le Préfet Lallement

06.

Crise du coronavirus : Nicolas Sarkozy, le recours silencieux ?

Commentaires (1)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
Fredja
- 20/07/2016 - 15:32
Mais jusqu'où s'arrêteront-ils ?
comme disait Coluche ? Plutôt que de faire le CICE version 2.0, pourquoi ne pas simplement baisser les charges sociales, et arrêter de gaspiller l'argent du contribuable ? Comme ça, on pourrait rendre nos entreprises compétitives...