En direct
Best of
Best of du 10 au 16 octobre
En direct
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Et cette pancarte vous la trouvez grotesque, inappropriée ou simplement abjecte ?

02.

Selon des chercheurs des Pays-Bas, il y aurait une quatrième paire de glandes salivaires, dans votre tête

03.

La nage en eau froide pourrait-elle fournir une piste pour les traitements contre la démence sénile ?

04.

Comment les islamistes ont réussi à noyauter la pensée universitaire sur... l’islamisme

05.

Et Gabriel Attal dénonça les "charognards de l’opposition". Y aura-t-il quelqu’un pour le faire taire ?

06.

La taxe foncière payée par tous les propriétaires a augmenté de plus de 30% en dix ans

07.

Professeur décapité : des élèves et des parents d'élèves ont été complices de l'assassin

01.

Gérald Darmanin & Brad Pitt bientôt papas, M. Pokora bientôt marié; Voici pense que le bébé de Laura Smet s'appelle Léo, Closer Jean-Philippe; Adele aurait succombé au charme de l'ex (cogneur) de Rihanna; Kanye West propose l'union libre à Kim Kardashian

02.

Décapitation islamiste : est-il encore temps d’arrêter la spirale infernale… et comment ?

03.

Islamisme : la République de la complaisance

04.

Comment les islamistes ont réussi à noyauter la pensée universitaire sur... l’islamisme

05.

Professeur décapité : souvenons-nous de la phrase d'Arletty

06.

Professeur décapité : voilà ce que nous coûtera notre retard face à l’islamisme

01.

Décapitation islamiste : est-il encore temps d’arrêter la spirale infernale… et comment ?

02.

Professeur décapité : voilà ce que nous coûtera notre retard face à l’islamisme

03.

Islamisme : la République de la complaisance

04.

Professeur décapité : souvenons-nous de la phrase d'Arletty

05.

Professeur décapité à Conflans-Sainte-Honorine : "Il a été assassiné parce qu'il apprenait à des élèves la liberté d'expression"

06.

Professeur décapité : "je crains plus le silence des pantoufles que le bruit des bottes"

ça vient d'être publié
décryptage > Education
Profession sacrifiée

La France maltraite ses profs et devra en payer le prix

il y a 27 min 52 sec
décryptage > Economie
Atlantico Business

Face à l’aggravation de la crise, Bruno Le Maire renforce les mesures de soutien mais évite toute nouvelle contrainte réglementaire

il y a 1 heure 29 min
pépites > Santé
Coronavirus
Le ministre de la Santé annonce une rallonge budgétaire de 2,5 milliards d'euros pour les hôpitaux et les soignants (qui bénéficieront d'une majoration de 50 % des heures supplémentaires)
il y a 1 heure 36 min
pépites > Politique
"Les actions s'intensifieront"
Lutte contre l'islamisme : Emmanuel Macron annonce la dissolution du collectif "Cheikh Yassine" et s'engage à "intensifier" les actions
il y a 14 heures 56 sec
décryptage > France
Frivolités de banlieue

Et cette pancarte vous la trouvez grotesque, inappropriée ou simplement abjecte ?

il y a 16 heures 25 min
pépites > Education
Fléau de la haine en ligne
Les collègues de Samuel Paty expriment leur "vive inquiétude face à l'impact des réseaux sociaux"
il y a 17 heures 39 min
pépites > France
Ampleur de la catastrophe
Alpes-Maritimes : les dégâts des crues ont été évalués à 210 millions d'euros par les assurances
il y a 19 heures 26 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Yoga" d'Emmanuel Carrère : une leçon de vie, la liberté a un prix

il y a 20 heures 16 min
light > Science
Anatomie
Selon des chercheurs des Pays-Bas, il y aurait une quatrième paire de glandes salivaires, dans votre tête
il y a 21 heures 14 min
light > High-tech
Espionnage
Des diplomates et des agents secrets américains critiquent l'administration Trump qui ne réagit pas aux attaques qu'ils subissent dans des postes diplomatiques à l'étranger
il y a 21 heures 59 min
décryptage > Politique
Ambiguïtés ?

Ce mea culpa qu’Emmanuel Macron devrait prononcer avant qu’on puisse vraiment croire à sa détermination contre l’islamisme

il y a 1 heure 10 min
décryptage > Santé
Couvre-feu jusqu’à l’été ?

Covid-19 : voilà ce que l’Etat n’a toujours pas compris sur son incapacité à enrayer la deuxième vague

il y a 1 heure 36 min
pépites > Justice
Terrorisme
Conflans : sept personnes déférées en vue de l’ouverture d’une information judiciaire, selon le Parquet national antiterroriste
il y a 2 heures 1 min
light > Culture
Mea Culpa
Covid-19 : Nicolas Bedos reconnaît avoir écrit un texte "excessif et maladroit"
il y a 16 heures 3 min
décryptage > Justice
Justice

Abliazov, un délinquant financier dissimulé derrière le statut de réfugié politique ?

il y a 16 heures 50 min
pépites > France
Emotion
L'hommage national à Samuel Paty se déroulera dans la cour de la Sorbonne ce mercredi
il y a 18 heures 51 min
pépites > France
Seine-Saint-Denis
Emmanuel Macron en déplacement à Bobigny ce mardi pour faire le bilan de la lutte contre l'islamisme
il y a 19 heures 50 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"L'Amérique n'existe pas" d’après "Histoires enfantines", de Peter Bichsel : la candeur du regard, le vertige du langage

il y a 20 heures 31 min
décryptage > Culture
Polémique à Hollywood

L'actrice Gal Gadot peut-elle interpréter Cléopâtre ?

il y a 21 heures 54 min
pépite vidéo > Santé
"Célébrer Noël correctement"
Coronavirus : l'Irlande et le Pays de Galles décident de reconfiner
il y a 22 heures 15 min
© Reuters
© Reuters
Chuck Norris

Hillary Clinton et Donald Trump quasi ex-eaquo au concours d’impopularité mais il existe une différence radicale entre les 2 et la voilà

Publié le 20 juillet 2016
Alors que la convention des Républicains (qui doit désigner leur futur candidat à l'élection présidentielle) se déroule aujourd'hui à Cleveland, de nombreux sondages annoncent Donald Trump perdant face à Hillary Clinton. Si les deux candidats souffrent d'une forte impopularité, seule la candidate démocrate semble capable de gouverner aux yeux des Américains.
Jean-Eric Branaa
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Jean-Eric Branaa est spécialiste des Etats-Unis et maître de conférences à l’université Assas-Paris II. Il est chercheur au centre Thucydide et chercheur associé à l’institut l'IRIS. Il est notamment l'auteur de Hillary, une présidente des Etats-Unis ...
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Alors que la convention des Républicains (qui doit désigner leur futur candidat à l'élection présidentielle) se déroule aujourd'hui à Cleveland, de nombreux sondages annoncent Donald Trump perdant face à Hillary Clinton. Si les deux candidats souffrent d'une forte impopularité, seule la candidate démocrate semble capable de gouverner aux yeux des Américains.

Atlantico : D'après trois sondages nationaux publiés au cours du week-end, Hillary Clinton l'emporterait face à Donald Trump, avec un large écart. Un sondage CNN la place en première position par 49-42; un sondage NBC / Wall Street Journal comptabilise 46-41; même chose pour le sondage du Washington Post / ABC Nouvelles qui estime les intentions  de vote à 47-43 en faveur de la candidate démocrate. À quatre mois de l'élection américaine, Donald Trump peut-il réussir à resserrer l'écart ? Quel crédit accorder à ces sondages ?

Jean-Eric Branaa : Ces sondages sont intéressant parce qu’ils nous donnent une photographie de la situation aujourd’hui. Toutefois, pour le moment, on se contente d’observer ces résultats et de mesurer quel candidat à la meilleure dynamique. On reste cependant prudent car la marge d’erreur est grande (entre 3 et 3,5) et ces sondages ne peuvent être pris en considération avec sérieux au stade où nous nous trouvons dans le processus d’élection du futur président : la convention républicaine n’est pas terminée, celle des démocrates n’a pas encore eu lieu et, surtout, la campagne électorale ne va débuter qu’à partir du 1er weekend de septembre, le jour du Labor Day (la fête du travail). Beaucoup de choses peuvent, et vont se passer, qui influenceront les résultats. Patience, donc.

D'après le sondage du Washington Post / ABC Nouvelles, si les deux candidats souffrent d'une forte impopularité, seule Hillary Clinton semble capable de gouverner pour les Américains. En effet, pour la majeure partie des électeurs, Donald Trump ne possède pas les qualités suffisantes pour être un bon Président, à la différence de la candidate démocrate qui possède déjà une certaine expérience politique. 59% considèrent que Clinton est "qualifiée comme Président", tandis que 60% considèrent que Donald Trump ne l'est pas. Comment Donald Trump va-t-il pouvoir modifier la perception des électeurs sur ses qualités pour le poste ?

C’est vrai que la différence d’expérience est gigantesque. D’un côté, voilà quelqu’un qui est une femme de convictions et de pouvoir, qui a occupé différents postes, a été confrontée à la difficulté de la l’expérience gouvernementale, soit indirectement, soit directement. Qu’elle ait été aux côtés de son mari, comme Première dame en Arkansas, puis Première Dame des Etats-Unis, ou en première ligne, lorsqu’elle était sénatrice de New York ou Ministre des Affaires Etrangères, Hillary Clinton a appris et s’est préparée au rôle suprême.

Rien de tout cela avec Donald Trump, qui a certes été à la tête de son empire, mais ignore tout des réalités gouvernementales, de leurs exigences et même de la limite de son pouvoir. Le fait qu’il n’ait jamais été élu ne l’empêchera pas de l’être cette fois-ci, même sur la plus haute marche ; néanmoins, beaucoup d’électeurs réfléchiront certainement à ses lacunes en la matière au moment de faire le choix final. Il aura beau expliquer qu’il va s’entourer d’une équipe de gens compétents et que cela s’est déjà fait dans le passé, comme du temps de Ronald Reagan, il est fort possible que l’on découvre le 8 novembre que les Américains font passer l’intérêt général avant la manifestation de leur mauvaise humeur.

Le sondage du Washington Post relève également que pour 59% des Américains, Clinton possède "la meilleure personnalité et tempérament pour servir efficacement en tant que Président". Ils ne sont que 28% à le penser pour Trump. Au-delà des compétences professionnelles, en quoi cette présidentielle repose-t-elle également sur une bataille de personnalité ?

Plus que sur une bataille de personnalité, la campagne actuelle repose sur une campagne de communication. Plus personne n’ignore que Donald Trump a animé pendant 7 ans une émission de télé-réalité (The Appentice) et qu’il maitrise tous les rouages de la communication et des médias. Il sait intéresser les gens, capturer leur attention, la garder, créer des effets et amener vers la conclusion de son choix. Tous les éléments de la manipulation sont résumés dans une déclaration qu’il fait dans chacun de ses discours, lorsqu’il compare ceux qui viennent assister à ses meetings à "des vrais gens", en s’incluant dans cette qualification, oubliant au passage qu’il est multimillionnaire et ne connait aucun des problèmes dont souffrent les vrais gens en face de lui. Mais il est vrai que sa gouaille, son verbe haut et ses déclarations à l’emporte-pièce plaisent à un grand nombre d’électeurs. Sa diabolisation lui donne également beaucoup de crédit auprès de ceux qui se sentent ni écouté ni entendus par le personnel politique.

Hillary Clinton se situe justement dans l’autre extrême : elle incarne l’establishment, la classe dominante (et oppressante), Wall Street et les politiciens professionnels, voire véreux. Sa retenue ou sa pudeur sont souvent pointées du doigt et assimilées à du mépris pour les autres. Les caractères de l’un et de l’autre pèseront donc beaucoup en septembre et octobre, car ils seront des armes de communication et que c’est, parfois,  là-dessus que les électeurs se décideront à la fin.

D'après le Washington Post, Hillary Clinton est populaire dans les états bien éduqués tels que la Virginie, mais elle a du mal à s'implanter dans les endroits moins instruits ou diversités tel qu'avait sur le faire son prédécesseur Barack Obama. Dans quelle mesure Hillary Clinton peut-elle se reposer sur l'héritage de Barack Obama afin de remporter la sympathie des électeurs ?

C’est un point capital pour Hillary Clinton qui a un déficit d’image dans les Etats ouvriers. En s’adressant aux gens plus instruits, tournés vers l’avenir et qui ont intégré les nouvelles technologie et la mutation vers la robotisation, le Parti démocrate a courtisé depuis longtemps les population située sur les côtes Atlantique et Pacifique et dans les centres très urbanisés. Cela s’est fait au détriment des zones moins habitées ou des régions ouvrières qui étaient déclinantes. Hillary Clinton n’est plus en capacité à rattraper ce retard seule : elle doit s’appuyer sur des hommes et des femmes qui ont la confiance des population délaissées, ou qui peuvent la retrouver, tel que Barack Obama ou son mari, Bill Clinton. On devrait donc les voir prendre de plus en plus d’importance dans la campagne dans les semaines qui viennent.

Hillary Clinton, déjà impopulaire aux Etats-Unis, a perdu des intentions de vote suite à l'affaire des emails privés (lors de son mandat en tant que secrétaire d'état aux affaires étrangères). Quelles pourraient être les domaines qui feraient perdre Hillary Clinton à la présidentielle ? 

Ce n’est pas tant l’affaire des emails qui a fait perdre des voix à Hillary Clinton que l’impression diffuse qu’on ne pouvait pas lui faire confiance. Cette question de lien de confiance entre elle et le peuple est un des plus grands écueils qu’il lui faudra surmonter : il n’est pas nouveau et elle a du mal à s’en débarrasser. Son image de femme hautaine, voire méprisante est le deuxième de ses problèmes : quelle différence entre elle et son mari ou elle et le président actuel ! Donald Trump l’a bien compris et il a lancé, directement ou avec l’aide du Parti républicains plusieurs attaques dans cette direction. Il reste aussi le problème de ses liens avec les groupes financiers, que beaucoup lui reproche, à sa gauche cette fois, et qui pourrait retenir chez eux un grand nombre de ses électeurs, dans une élection qui s’annonce serrée et où chaque voix comptera…

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Commentaires (4)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
Oyentin
- 21/07/2016 - 11:00
Donc
Hillary prix nobel subito.
Deudeuche
- 20/07/2016 - 10:27
@Texas
L'ordre moral médiatico progressiste n'aime pas les Républicains, c'est encore plus clair que le nez au milieu de la figure. C'est justement de la "pratique et de l'expérience" à la Clinton que les "sans dents" américains ne veulent plus! Que feront les abstentionnistes? telle est la question!
Texas
- 20/07/2016 - 10:03
Et puis douter des compétences...
...de Mr Trump avec une Secrétaire d' Etat qui laisse filer 2000 mails classifiés.....! . Et si vous vous intéressiez aux compétences de Mike Pence en qualité de Gouverneur de l' Indiana et éventuel Vice-Président ? .