En direct
Best of
Best of du 10 au 16 octobre
En direct
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Et cette pancarte vous la trouvez grotesque, inappropriée ou simplement abjecte ?

02.

Selon des chercheurs des Pays-Bas, il y aurait une quatrième paire de glandes salivaires, dans votre tête

03.

La nage en eau froide pourrait-elle fournir une piste pour les traitements contre la démence sénile ?

04.

Comment les islamistes ont réussi à noyauter la pensée universitaire sur... l’islamisme

05.

Et Gabriel Attal dénonça les "charognards de l’opposition". Y aura-t-il quelqu’un pour le faire taire ?

06.

La taxe foncière payée par tous les propriétaires a augmenté de plus de 30% en dix ans

07.

Professeur décapité : des élèves et des parents d'élèves ont été complices de l'assassin

01.

Gérald Darmanin & Brad Pitt bientôt papas, M. Pokora bientôt marié; Voici pense que le bébé de Laura Smet s'appelle Léo, Closer Jean-Philippe; Adele aurait succombé au charme de l'ex (cogneur) de Rihanna; Kanye West propose l'union libre à Kim Kardashian

02.

Décapitation islamiste : est-il encore temps d’arrêter la spirale infernale… et comment ?

03.

Islamisme : la République de la complaisance

04.

Comment les islamistes ont réussi à noyauter la pensée universitaire sur... l’islamisme

05.

Professeur décapité : souvenons-nous de la phrase d'Arletty

06.

Professeur décapité : voilà ce que nous coûtera notre retard face à l’islamisme

01.

Décapitation islamiste : est-il encore temps d’arrêter la spirale infernale… et comment ?

02.

Professeur décapité : voilà ce que nous coûtera notre retard face à l’islamisme

03.

Islamisme : la République de la complaisance

04.

Professeur décapité : souvenons-nous de la phrase d'Arletty

05.

Professeur décapité à Conflans-Sainte-Honorine : "Il a été assassiné parce qu'il apprenait à des élèves la liberté d'expression"

06.

Professeur décapité : "je crains plus le silence des pantoufles que le bruit des bottes"

ça vient d'être publié
décryptage > Education
Profession sacrifiée

La France maltraite ses profs et devra en payer le prix

il y a 28 min 15 sec
décryptage > Economie
Atlantico Business

Face à l’aggravation de la crise, Bruno Le Maire renforce les mesures de soutien mais évite toute nouvelle contrainte réglementaire

il y a 1 heure 29 min
pépites > Santé
Coronavirus
Le ministre de la Santé annonce une rallonge budgétaire de 2,5 milliards d'euros pour les hôpitaux et les soignants (qui bénéficieront d'une majoration de 50 % des heures supplémentaires)
il y a 1 heure 36 min
pépites > Politique
"Les actions s'intensifieront"
Lutte contre l'islamisme : Emmanuel Macron annonce la dissolution du collectif "Cheikh Yassine" et s'engage à "intensifier" les actions
il y a 14 heures 1 min
décryptage > France
Frivolités de banlieue

Et cette pancarte vous la trouvez grotesque, inappropriée ou simplement abjecte ?

il y a 16 heures 26 min
pépites > Education
Fléau de la haine en ligne
Les collègues de Samuel Paty expriment leur "vive inquiétude face à l'impact des réseaux sociaux"
il y a 17 heures 39 min
pépites > France
Ampleur de la catastrophe
Alpes-Maritimes : les dégâts des crues ont été évalués à 210 millions d'euros par les assurances
il y a 19 heures 27 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Yoga" d'Emmanuel Carrère : une leçon de vie, la liberté a un prix

il y a 20 heures 16 min
light > Science
Anatomie
Selon des chercheurs des Pays-Bas, il y aurait une quatrième paire de glandes salivaires, dans votre tête
il y a 21 heures 15 min
light > High-tech
Espionnage
Des diplomates et des agents secrets américains critiquent l'administration Trump qui ne réagit pas aux attaques qu'ils subissent dans des postes diplomatiques à l'étranger
il y a 21 heures 59 min
décryptage > Politique
Ambiguïtés ?

Ce mea culpa qu’Emmanuel Macron devrait prononcer avant qu’on puisse vraiment croire à sa détermination contre l’islamisme

il y a 1 heure 10 min
décryptage > Santé
Couvre-feu jusqu’à l’été ?

Covid-19 : voilà ce que l’Etat n’a toujours pas compris sur son incapacité à enrayer la deuxième vague

il y a 1 heure 36 min
pépites > Justice
Terrorisme
Conflans : sept personnes déférées en vue de l’ouverture d’une information judiciaire, selon le Parquet national antiterroriste
il y a 2 heures 2 min
light > Culture
Mea Culpa
Covid-19 : Nicolas Bedos reconnaît avoir écrit un texte "excessif et maladroit"
il y a 16 heures 3 min
décryptage > Justice
Justice

Abliazov, un délinquant financier dissimulé derrière le statut de réfugié politique ?

il y a 16 heures 51 min
pépites > France
Emotion
L'hommage national à Samuel Paty se déroulera dans la cour de la Sorbonne ce mercredi
il y a 18 heures 51 min
pépites > France
Seine-Saint-Denis
Emmanuel Macron en déplacement à Bobigny ce mardi pour faire le bilan de la lutte contre l'islamisme
il y a 19 heures 51 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"L'Amérique n'existe pas" d’après "Histoires enfantines", de Peter Bichsel : la candeur du regard, le vertige du langage

il y a 20 heures 31 min
décryptage > Culture
Polémique à Hollywood

L'actrice Gal Gadot peut-elle interpréter Cléopâtre ?

il y a 21 heures 54 min
pépite vidéo > Santé
"Célébrer Noël correctement"
Coronavirus : l'Irlande et le Pays de Galles décident de reconfiner
il y a 22 heures 16 min
© Reuters
© Reuters
A bien y réfléchir...

Hillary Clinton, une candidate à la Maison Blanche pas si rassurante que ça

Publié le 17 juillet 2016
Libye, Yémen, Syrie, Irak, Ukraine, etc. Hillary Clinton s'est retrouvée impliquée, plus ou moins directement, dans chacune de ces crises. Un constat qui met en avant son côté va-t-en-guerre et qui pourrait représenter une menace pour la paix dans le monde dans le cas où elle serait élue.
Roland Hureaux
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Roland Hureaux a été universitaire, diplomate, membre de plusieurs cabinets ministériels (dont celui de Philippe Séguin), élu local, et plus récemment à la Cour des comptes.Il est l'auteur de La grande démolition : La France cassée par les réformes...
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Libye, Yémen, Syrie, Irak, Ukraine, etc. Hillary Clinton s'est retrouvée impliquée, plus ou moins directement, dans chacune de ces crises. Un constat qui met en avant son côté va-t-en-guerre et qui pourrait représenter une menace pour la paix dans le monde dans le cas où elle serait élue.

Au moment où l'élection présidentielle américaine entre dans sa dernière ligne droite, beaucoup d'observateurs s'alarment  des foucades apparemment hasardeuses de Donald Trump et  redoutent son accession à la présidence des Etats-Unis. Il y a pourtant des raisons d'être au moins aussi inquiet de celle d'Hillary Clinton.

Certains vont jusqu'à dire que l'élection de la sénatrice de New York nous entraînerait dans une  guerre mondiale.

Dire que l'ancienne Première dame, puis secrétaire d'Etat, est, selon la terminologie américaine, un faucon (hawk) est faible. Il n'y a pas eu de crise au cours des dernières années où elle n'ait pris le parti de la guerre avec une particulière détermination. Elle a toujours été, comme le disent  les  Américains, du côté des warmongers.

 

Toujours du côté de la guerre 

Passons vite sur les entreprises militaires de son mari, Bill Clinton, indirectes comme l'invasion du  Rwanda (1994) par ses protégés, cause première de tragédies en chaîne, ou directes  comme la guerre de Yougoslavie (1999). De ces entreprises, Hillary n'est  pas formellement responsable quoiqu'elle se soit vantée d'avoir poussé le président, qui hésitait, à bombarder la Yougoslavie. Passée dans l'opposition et élue au Sénat, elle a voté pour les expéditions militaires lancées par George Bush Jr en Afghanistan et en Irak .

Secrétaire d'Etat de 2009 à 2013, elle a été une enthousiaste des printemps arabes, dont elle ne pouvait ignorer que les servies secrets américains s'étaient évertués, sinon à les déclencher, du moins à les attiser, ni que les révoltés étaient presque tous islamistes. Elle a eu l'initiative, sous Obama, de la malheureuse expédition en Libye dont on sait combien les effets ont été catastrophiques, et des manœuvres pour renverser le président Assad en Syrie, à l'origine d'une guerre qui a déjà fait 250 000 morts. Quoique de manière occulte, les Etats-Unis ont soutenu l'essor du  radicalisme islamique en Syrie et en Irak, qui a abouti à l'émergence de Daesh et donc encouragé les réseaux terroristes.

Au total, Mme Clinton s'est trouvée directement impliquée dans les manœuvres qui ont plongé dans la guerre civile trois pays : Libye, Yemen, Syrie,  et qui s'ajoutent à deux autres où avait opéré son prédécesseur avec son approbation -  l'Afghanistan  et  l'Irak  - soit  cinq pays toujours en guerre. Ont été en outre ruinées l'Egypte et la Tunisie. Ca fait beaucoup pour une seule femme.

Les relations de la secrétaire d'Etat avec les présidents Morsi et Erdogan, tous deux Frères musulmans, furent particulièrement étroites et elle ne cache guère aujourd'hui qu'elle verrait d'un bon œil le renversement du régime du maréchal Sissi en Egypte qui a pourtant stabilisé le pays et ramené la tolérance entre les communautés religieuses. On peut  craindre que,  si elle était élue présidente, elle ne cherche à nouveau à répandre la démocratie par la force dans le monde arabe avec l'effet presque assuré de ramener au pouvoir les islamistes. Compte tenu de la situation incertaine qui est aujourd'hui celle de l'Algérie, dont le président est à l'agonie, une telle politique y aurait des effets gravement déstabilisants où la France serait en première ligne. 

Le rapprochement des Etats-Unis avec l'Iran et Cuba a été opéré par Barack Obama avec son successur John Kerry. Tout laisse penser qu'elle n'y était pas favorable.

Son agressivité face à la Russie ne fait pas de doute non plus. Bill Clinton avait favorisé, dans le but d'encercler au plus près la Russie, l'extension de l'OTAN à l'Est  de l'Europe , contraire aux engagements pris en 1989 par Bush père à l'égard de Gorbatchev. Une politique que George Kennan , vétéran de la Guerre froide, avait  qualifié  de "tragique erreur". Hillary Clinton a soutenu le travail de sape antirusse opéré par les ONG américaines ( au premier chef, la Fondation Soros) en Ukraine.  Leur aboutissement  fut le coup d'état de la place Maidan en 2013[1], fomenté par sa protégée Victoria Nuland, femme de Robert Kagan, l'idéologue néo-con qu'elle avait chargé auprès d'elle des affaires européennes. Elle est allée jusqu'à comparer Poutine à Hitler, ce qui n'a pas peu contribué au retour de la Guerre froide.

Lors d'une récente soirée de fund-raising, elle s'est laissée aller à déclarer que si Israël devait tuer encore  200 000 habitants de Gaza pour avoir la paix, elle l'y aiderait. Devant le tollé soulevé, elle a déclaré ensuite qu'elle voulait dire 20 000, ce qui n'est déjà pas si mal.

De fait, rien ne sépare sur le plan de la politique internationale Hillary Clinton de positions du clan néoconservateur qui avait déjà sévi sous Bush et qui est animé d'une double conviction :

1) que tout étant rapport de forces, dès lors que deux puissances comme les Etats-Unis et la Russie se font face, il faut que l'une élimine l'autre;

2) que les Etats-Unis ont la mission de répandre par les armes la démocratie libérale et l'économie de marché dans le monde ,  fut-ce au prix de la destruction des Etats , comme cela a été le cas en Irak, en Libye et au Yemen, ou comme on a tenté de le faire en Syrie jusqu'à l'intervention russe.

Dans un tel schéma, l'Europe occidentale a, pour les gens de cette école, peu de place. Ils la tiennent pour décadente :  elle est face aux Etats-Unis, comme Vénus face à Mars[2].   De plus en plus intégrée à  l'OTAN, elle a vocation  à obéir  sans sourciller aux directives de Washington . Ceux qui, dans les différents pays, ne seraient pas sur cette ligne sont éliminés.

Nous avons évoqué les idées d' Hillary Clinton . Il faudrait considérer aussi son caractère, de plus en plus colérique et imprévisible.

 

Remise en cause des clivages traditionnels

Face aux positions d'Hillary Clinton, celles de Donald Trump en politique internationale apparaissent étonnamment modérées : il considère que l'invasion de l'Irak en 2003  fut une grave erreur, il  prône une politique de détente avec la Russie de Poutine, il souhaite un certain désengagement des Etats-Unis dans le monde : c'est dans cette perspective qu'il faut comprendre sa proposition que le Japon se défende lui-même,  y compris en se dotant de l'arme nucléaire.  Affirmation contestée par tous ceux qui craignent à juste titre la prolifération mais les Etats-Unis ont-ils vocation à s'interposer entre les deux géants que sont la Chine et le Japon  ?

L'opinion de Clinton est celle de la bulle washingtonienne où spéculent, en circuit fermé, géopoliticiens de haut vol, agents des services,  militaires,  industriels de l'armement, financiers, lobbies, think tanks, journalistes , s'excitant  les uns les autres dans une vision obsidionale et paranoïde du reste du monde. Trump prétend, lui, représenter le peuple américain, de plus en plus conscient du coût exorbitant de la politique étrangère.

L'opposition Trump-Clinton ne recoupe donc pas les oppositions traditionnelles où les Républicains  apparaissaient comme les faucons et les Démocrates comme les colombes.  C'est qu'aux Etats-Unis, comme en France, une mutation de la vie politique est en cours, qui périme les clivages traditionnels.

Le 28 mai 1952, le Parti communiste défilait à Paris contre la venue du commandant  en chef de l'OTAN qu'il appelait "Ridgway la guerre" [3]. Slogan alors douteux, mais, par contre l'expression "Hilary Clinton la guerre" pourrait, elle, être aujourd'hui fondée.

En tous les cas, après la période ambigüe mais globalement modérée du second mandat d'Obama, on peut se demander si, dans un monde éminemment  instable, l'élection d'une idéologue comme Hillary Clinton  ne représenterait  pas une menace sérieuse pour la paix du monde. 



[1] Valéry Giscard d'Estaing lui-même a reconnu  que les événements de la place Maidan avaient été un "coup d'Etat" de la CIA contre un gouvenrment légitime.

[2] Robert Kagan, La puissance et la faiblesse, Hachette-Littératures, 2006

[3] On disait aussi "Ridgay la peste", une expression que nous ne reprendrons pas. 

 

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Commentaires (7)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
clint
- 18/07/2016 - 00:25
Il est doux aux souverainistes de tous poils de critiquer les US
A force de critiquer l' Europe ils se retrouvent dans un pays qui n'a plus aucune puissance et que les attentats répétitifs mettent genoux économiquement (tourisme 7%du PIB environ). Au moins elle interviendrait peut-être plus rapidement que Obama et ça ne serait pas plus mal. Mais si elle passe, ce sera plutôt parce que le GOP est incapable depuis des années de présenter des candidats sérieux miné par des mouvements religieux extrémistes .
Anguerrand
- 17/07/2016 - 22:15
Les medias soutiennent Hilary
C'est elle qui a les idées les plus à gauche. Trump ne peut être qu'un diable , il dit tout haut ce que tout le monde pense tout bas, comme en France. La France adore donner des leçons au monde entier, pour un peu les medias voteraient pour les étrangers s'ils le pouvaient.
cloette
- 17/07/2016 - 19:50
Pour le monde
Surtout pas elle .