En direct
Best of
Best of du 15 au 21 février
En direct
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

La réaction de la femme de Griveaux

02.

Sos macronie en perdition ? Le poids des (non) mots, le choc des photos

03.

Les suppressions d'emplois chez HSBC annoncent une casse sociale sans précédent dans le secteur bancaire européen

04.

Les obsèques de Michel Charasse vont se dérouler le mercredi 26 février à Puy-Guillaume, en présence d’Emmanuel Macron

05.

Ethiopie : une couronne cachée pendant 21 ans aux Pays-Bas a enfin été restituée

06.

Les Frères Musulmans, Youssef al-Qardaoui et le discours d'Emmanuel Macron sur le "séparatisme islamiste"

07.

Attentat de Hanau : ce terrible poison que contribuent à répandre les ambiguïtés européennes sur l’immigration

01.

Pourquoi le GriveauxGate n’est pas qu’une question de sexe

02.

Le glyphosate : un coupable (trop) idéal

03.

Politique arabe : pourquoi la France n’est plus écoutée au Moyen-Orient depuis la fin de la guerre d'Algérie

04.

Vanessa Paradis seule : son fils va quitter la maison, Samuel n’est pas là; Le nouveau mari de Pamela Anderson effrayé par ses dettes, le compagnon de Laeticia Hallyday pas troublé par ses problèmes financiers; Loana à nouveau dans une relation abusive

05.

Bernard-Henri Lévy : “Les élites n’oublient pas les Français qui souffrent mais les Français, eux, oublient souvent ceux qui souffrent ailleurs dans le monde”

06.

Démocratie représentative en danger : l’extrême gauche en passe de dépasser l’extrême droite

01.

Bernard-Henri Lévy : “Les élites n’oublient pas les Français qui souffrent mais les Français, eux, oublient souvent ceux qui souffrent ailleurs dans le monde”

02.

Comment l’Allemagne est devenue le maillon faible de l’Europe

03.

Chantage à la vie privée : le vertige orwellien du monde contemporain

04.

La lutte contre le séparatisme en marche… ou pas

05.

Montée de la contestation radicale, aveuglement gouvernemental, l’étau qui asphyxie insensiblement la démocratie française

06.

Attentat de Hanau : ce terrible poison que contribuent à répandre les ambiguïtés européennes sur l’immigration

ça vient d'être publié
pépites > Politique
Hommage et émotion
Les obsèques de Michel Charasse vont se dérouler le mercredi 26 février à Puy-Guillaume, en présence d’Emmanuel Macron
il y a 5 heures 33 min
décryptage > Media
L'art de la punchline

Un 20 février en tweets : Jean-Sébastien Ferjou en 280 caractères

il y a 6 heures 58 min
light > Culture
7e art
"Soumission" : le roman de Michel Houellebecq sera bientôt adapté au cinéma par le réalisateur Guillaume Nicloux
il y a 12 heures 9 min
light > Politique
Classe politique endeuillée
L'ancien ministre socialiste Michel Charasse est décédé à l'âge de 78 ans
il y a 13 heures 53 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Vie de Gérard Fulmard" de Jean Echenoz : un pastiche de polar, plaisant mais pas fracassant !

il y a 15 heures 12 min
rendez-vous > Consommation
Atlantic-tac
Quand le noir passe au blanc et quand le design horloger est de retour : c’est l’actualité des montres à l’heure du Covid-19
il y a 15 heures 34 min
pépite vidéo > Europe
Lutte contre l'extrémisme
Attentats à Hanau : l'hommage émouvant des Allemands envers les victimes
il y a 16 heures 30 min
décryptage > Environnement
Inquiétudes

Fermeture de Fessenheim : vers une fragilisation à long terme des compétences de la filière nucléaire et notamment pour la construction des futurs EPR

il y a 17 heures 53 min
décryptage > Santé
Lutte contre l'épidémie

Coronavirus : pourquoi l’heure de la vraie fermeté avec la Chine est venue pour l’OMS

il y a 19 heures 19 min
décryptage > Terrorisme
Attentats en Allemagne

Le complotisme, moteur d’un terrorisme identitaire pointé du doigt par le FBI

il y a 20 heures 25 min
light > Insolite
Trésor inestimable
Ethiopie : une couronne cachée pendant 21 ans aux Pays-Bas a enfin été restituée
il y a 5 heures 47 min
light > People
Parisian Way of Life
Une plaque a été installée dans un restaurant KFC à Paris après le passage de Kim Kardashian et Kanye West
il y a 10 heures 27 min
pépites > Justice
Affaire Griveaux
Piotr Pavlenski indique être à l'origine du vol des vidéos sur l'ordinateur d'Alexandra de Taddeo
il y a 13 heures 4 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"What is love" d'Anne Buffet : un contrepied systématique et réjouissant des poncifs sur l’amour

il y a 14 heures 51 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Miroir de nos peines" de Pierre Lemaitre : un roman passionnant dont on regrette de tourner la dernière page...

il y a 15 heures 19 min
pépites > Santé
Endiguer l'épidémie
Covid-19 : un expert chinois indique que des patients "guéris" pourraient toujours véhiculer le virus
il y a 15 heures 56 min
décryptage > Défense
Dissuasion

L’armement nucléaire français est incontournable à l'indépendance de la France

il y a 17 heures 34 min
rendez-vous > Religion
Géopolitico-scanner
Les Frères Musulmans, Youssef al-Qardaoui et le discours d'Emmanuel Macron sur le "séparatisme islamiste"
il y a 18 heures 21 min
décryptage > Science
La menace fantôme

Vaisseaux spatiaux, fusées et débris divers : quand la NASA transforme l’espace en cimetière géant

il y a 19 heures 49 min
décryptage > Politique
Comme avant

Sos macronie en perdition ? Le poids des (non) mots, le choc des photos

il y a 20 heures 41 min
© Reuters
© Reuters
Etat-maman

L’État continue d’aider les taxis contre votre avis et avec votre argent

Publié le 12 juillet 2016
Avec H16
En France, l’État aime passionnément les corporations, surtout lorsqu’elles sont puissantes, comme par exemple celle des taxis et des compagnies de taxis.
H16 tient le blog Hashtable.Il tient à son anonymat. Tout juste sait-on, qu'à 37 ans, cet informaticien à l'humour acerbe habite en Belgique et travaille pour "une grosse boutique qui produit, gère et manipule beaucoup, beaucoup de documents".
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
H16
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
H16 tient le blog Hashtable.Il tient à son anonymat. Tout juste sait-on, qu'à 37 ans, cet informaticien à l'humour acerbe habite en Belgique et travaille pour "une grosse boutique qui produit, gère et manipule beaucoup, beaucoup de documents".
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
En France, l’État aime passionnément les corporations, surtout lorsqu’elles sont puissantes, comme par exemple celle des taxis et des compagnies de taxis.
Avec H16

On pourrait croire cela paradoxal, mais il n’en est rien : après tout, les politiciens qui dirigent l’État ont bien compris l’intérêt de s’acoquiner avec ces corporations, qui représentent un levier financier dodu souvent doublé d’un pouvoir de nuisance important et présentent un sommet, limité à quelques personnes, faciles à identifier et aisées à pressurer en cas de besoin. On comprend dès lors très bien pourquoi ces corporations sont choyées, protégées même, et pourquoi les politiciens font régulièrement d’énormes efforts pour les contenter : le capitalisme de connivence tient d’abord à ces petits arrangements entre copains et coquins.

Malheureusement, tout ne se passe pas toujours bien dans ce monde décidément encore trop ouvert : ces dernières années, l’arrivée d’entrepreneurs audacieux et surtout très politiquement incorrects aura bouleversé l’ordre établi. Dans le monde du taxi, ce fut Uber et ses véhicules de tourisme avec chauffeur, dont la concurrence directe et implacable avec les taxis se sera rapidement transformée en guerre.

uber vs taxis pas contents

Le chaos n’a jamais gêné l’État sauf lorsqu’il ne peut en tirer profit ; cette situation promettait la disparition d’une corporation, sans l’apparition d’une autre pour compenser. Il devait donc intervenir rapidement pour, au moins, mitiger les effets d’Uber sur la puissante corporation des taxis. Depuis, on observe donc différentes tentatives de l’État et de ses différents bras armés (le législateur et la police notamment) pour mettre des bâtons dans les roues des VTC.

On se souvient par exemple de l’incroyable réalisation d’une application mobile bancale destinée à concurrencer celle d’Uber et ses concurrents. Cette application, réalisée avec l’argent du contribuable mais destinée à venir en aide à des taxis privés n’a semble-t-il défrisé que quelques libéraux. Son usage, finalement sans intérêt, est resté franchement confidentiel (ce n’est pas grave, ce n’est pas l’État qui paye, c’est vous).

dos equis - applications mobiles

Parallèlement, pour ne pas s’arrêter en si bon chemin, l’État s’est aussi dit qu’il faudrait peut-être atténuer les vilains problèmes de licence de taxis qui se profilent maintenant avec insistance. Ces dernières, gratuitement délivrées par les préfectures, sont revendues de particulier à particulier ou, plus exactement, de compagnie de taxis à compagnie de taxis. Leur nombre étant très syndicalement et très manifestement limité par les taxis eux-mêmes, leur pénurie est donc savamment entretenue pour attirer leur prix vers les sommets qu’on a observé ces dernières années.

évolution prix licence de taxiJusqu’à l’arrivée des VTC en nombre… qui ont commencé à faire dégringoler ces prix, concurrence oblige (ah, méchante, méchante concurrence qui fait tomber les prix des licences, des voitures, des télécoms, de l’électricité et des yaourts !). Panique chez les taxis qui n’entendent pas se voir ainsi dépossédés d’une partie de leur patrimoine pourtant exclusivement acquis sur une législation obsolète, sujette à changement (depuis le premier octobre 2014, les licences délivrées sont incessibles, par exemple), et qui interdit explicitement tout rachat (loi Pasqua de 1995) : il faut faire quelque chose, et de préférence, rapidement !

Âprement sollicité (et de plus en plus vocalement à mesure que les prix tombent, la concurrence s’intensifie et le consommateur, tout joyeux à l’idée de la faire jouer, s’adapte sans problème), le gouvernement est pressé de trouver une solution. En France, rappelez-vous que lorsqu’un problème survient, tout le monde se rue dans les jupons de l’État-maman pour obtenir qui un câlin, qui un bonbon, qui une protection.

Première surprise au début du mois de juillet : et si la puissance publique, avec tout son argent gratuit des autres, rachetait les licences ? Oh, bien sûr, on ferait ça discrètement, en limitant le rachat à certains chauffeurs de taxis, les plus valeureux, les plus proches de la retraite, ceux qui ont acquis une licence depuis assez longtemps, bref, à la tête du client et à hauteur des crédits disponibles exclusivement (une centaine de millions, une broutille, oubliez ça), hein, pas de blague…

L’argent ? Alain Vidalies, ministre de tutelle des chauffeurs et auteur de ces propositions, entend le trouver via "une taxe forfaitaire sur les réservations", un "droit forfaitaire" acquitté par les nouveaux entrants ou encore "une taxe sur le chiffre d’affaires" qui serait acquittée par les plateformes de réservation. Oh, oui, une taxe, que voilà une idée lumineuse !

Forcément, ça devrait bien marcher, d’autant qu’on va faire ça bien comme il faut en concertation avec les intéressés, c’est-à-dire les syndicats des taxis, des VTC, mais surtout pas des plateformes qui mettent les clients en relations avec ces VTC et ces taxis.

oh noesBizarrement, l’information, assez scandaleuse lorsqu’on y réfléchit deux minutes — comment justifier auprès du public que des entreprises comme G7, pas particulièrement pauvres, vont brutalement s’enrichir au frais du contribuable ? — a fait comme un petit flop mou auprès de toutes les organisations de chauffeurs, au point de calmer nettement les ardeurs du gouvernement à sortir sa matraque taxatoire :

"Le succès de notre proposition a été mitigé"

…a convenu le pauvre Vidalies, le secrétaire d’État aux transports, dans un euphémisme quasi-hollandesque. En effet, pour ces taxis, l’État-maman est responsable de la baisse de prix à cause de son inertie (ben voyons) et doit donc indemniser les petits chatons qui, bien que souples et pas du tout inertes, n’ont pas pu s’adapter, eux. D’autres n’approuvent pas l’avalanche de taxe à la source du fonds (oh, franchement, c’est étonnant !). Le gouvernement, sentant l’odeur fétide planer sur son projet, a prudemment demandé une consultation écrite de tous les chauffeurs intéressés en espérant que, d’ici le 15 septembre, une tendance se dégage.

À ce stade de l’imbroglio dans lequel s’est empêtré le gouvernement, il apparaît délicat de savoir comment toute cette histoire va se terminer. Plusieurs solutions étaient envisageables : on aurait pu annuler le principe même de licence. On pouvait aussi distribuer progressivement une licence supplémentaire à tout détenteur de licence et ce, régulièrement jusqu’à ce que le marché, redevenu moins tendu, établisse un prix bien plus faible de la licence tout en laissant le temps à chaque détenteur de vendre ses licences surnuméraires. L’État pouvait aussi choisir d’augmenter sensiblement et régulièrement le nombre de licences sur les marchés tendus.

La solution actuelle, proposée par le gouvernement, ressemble tout de même à la plus pourrie possible puisqu’elle mobilise, d’une façon ou d’une autre, l’argent du contribuable ou du consommateur pour payer un bien qui fut distribué gratuitement en premier lieu, que la loi interdit à l’État de racheter, et que ce dernier a lui-même contraint en nombre par simple calcul électoral.

Aucune remise en question de la démarche étatique n’est, semble-t-il, à l’ordre du jour. Aucune remise en question du monopole des taxis non plus, du reste. Pourtant, une autre solution existe pour l’État et le contribuable : ne rien faire, et laisser faire le marché, qui se charge déjà, actuellement, de répondre à la demande des consommateurs avec des solutions pratiques qui entraînent déjà un ajustement des prix de licence, sans frais pour le contribuable.

Oh, bien sûr, certains patrons-taxis, certaines sociétés de taxi qui misaient sur un marché toujours en hausse en seront pour leur frais. Aussi triste cela puisse-t-il paraître, c’est malheureusement le cas pour tout marché, pour tout artisan, sur toute la planète : votre fonds peut se dévaloriser, votre profession peut disparaître, votre métier peut changer.

Cet article a initialement été publié sur le blog d'H16

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

La réaction de la femme de Griveaux

02.

Sos macronie en perdition ? Le poids des (non) mots, le choc des photos

03.

Les suppressions d'emplois chez HSBC annoncent une casse sociale sans précédent dans le secteur bancaire européen

04.

Les obsèques de Michel Charasse vont se dérouler le mercredi 26 février à Puy-Guillaume, en présence d’Emmanuel Macron

05.

Ethiopie : une couronne cachée pendant 21 ans aux Pays-Bas a enfin été restituée

06.

Les Frères Musulmans, Youssef al-Qardaoui et le discours d'Emmanuel Macron sur le "séparatisme islamiste"

07.

Attentat de Hanau : ce terrible poison que contribuent à répandre les ambiguïtés européennes sur l’immigration

01.

Pourquoi le GriveauxGate n’est pas qu’une question de sexe

02.

Le glyphosate : un coupable (trop) idéal

03.

Politique arabe : pourquoi la France n’est plus écoutée au Moyen-Orient depuis la fin de la guerre d'Algérie

04.

Vanessa Paradis seule : son fils va quitter la maison, Samuel n’est pas là; Le nouveau mari de Pamela Anderson effrayé par ses dettes, le compagnon de Laeticia Hallyday pas troublé par ses problèmes financiers; Loana à nouveau dans une relation abusive

05.

Bernard-Henri Lévy : “Les élites n’oublient pas les Français qui souffrent mais les Français, eux, oublient souvent ceux qui souffrent ailleurs dans le monde”

06.

Démocratie représentative en danger : l’extrême gauche en passe de dépasser l’extrême droite

01.

Bernard-Henri Lévy : “Les élites n’oublient pas les Français qui souffrent mais les Français, eux, oublient souvent ceux qui souffrent ailleurs dans le monde”

02.

Comment l’Allemagne est devenue le maillon faible de l’Europe

03.

Chantage à la vie privée : le vertige orwellien du monde contemporain

04.

La lutte contre le séparatisme en marche… ou pas

05.

Montée de la contestation radicale, aveuglement gouvernemental, l’étau qui asphyxie insensiblement la démocratie française

06.

Attentat de Hanau : ce terrible poison que contribuent à répandre les ambiguïtés européennes sur l’immigration

Commentaires (3)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
Anguerrand
- 12/07/2016 - 21:45
Les licences ont , au depart été données gratuitement
En fait elles sont devenues des fonds de commerce qui se sont valorisés sans raison particulières. Àlors il y a une solution plutot que de rembourser du vent à nos frais, c'est de distribuer des licences gratuites à ceux qui en demandent. Mais voilà l'état comme d'habitude l'état à baissé la culotte pour que les taxis ne se mettent pas en grève...avant les elections. L'état à peur dès mouvement sociaux et si le nouveau president veut faire son travail il devra affronter des grèves comme jamais, en particulier avec les fonctionnaires et surtout les régimes spéciaux. Il faudra un president avec des C.....s. Il est évident que la France manque de taxis et de chauffeurs qui font leur travail au lieu de faire la gueule !
Deudeuche
- 12/07/2016 - 18:34
Les taxis hors ce p....de Paris
est ce un gros problème, Non! car la France parisienne c'est comme les taxis avec la FNTP (fédération NATIONALE des taxis ....parisiens) cherchez l'erreur!
zouk
- 12/07/2016 - 10:35
Taxis
En résumé, une démonstration supplémentaires de l'incapacité à gouverner de ceux dont c'est la raison d'être (les gouvernants, si je dois préciser), sans oublier une bonne dose de "capitalisme de connivence".