Zone franche
My name is Shakespeare, Nicholas Shakespeare
Publié le 27 janvier 2012
Avec Google, les auteurs de discours des hommes politiques ont tendance à devenir un poil flemmards. Il est temps qu’ils se remettent à lire des livres en papier.
Hugues Serraf est journaliste et écrivain. Son dernier roman : Deuxième mi-temps, Intervalles, 2019  
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Hugues Serraf
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Hugues Serraf est journaliste et écrivain. Son dernier roman : Deuxième mi-temps, Intervalles, 2019  
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Avec Google, les auteurs de discours des hommes politiques ont tendance à devenir un poil flemmards. Il est temps qu’ils se remettent à lire des livres en papier.

J’étais un peu embêté pour ma chronique d’aujourd’hui : je voulais écrire un truc sérieux sur François Hollande face à la presse, évidemment, mais le rédac chef d’Atlantico n’était pas très chaud :

― On a déjà au moins 25 papiers en chantier sur son discours. 26, ça va faire trop…
― Zut alors, je me faisais une fête…
― Bon OK, mais alors un sujet léger et rigolo. En tout cas, rien sur le chiffrage et les 0,5% de croissance qui ennuient tout le monde de toute manière…
― Et la réduction des dépenses publiques à 54% du PIB d’ici à 2017, c’est rigolo, non ?
― Non, c’est pas rigolo.

Du coup, j’ai cherché un peu (pas longtemps) et je suis tombé sur cet article du Guardian de Londres dans lequel on explique que François Hollande a fait son Frédéric Lefebvre en se prenant les pieds dans le tapis d’une citation de Shakespeare.

― Bof, c’était même pas dans le discours d’hier, c’est juste que ça a été repéré en retard…
― Et alors ? C’est rigolo et léger tout de même, tout le monde ne l’a pas déjà lu et ça parle de Hollande, ce qui est bon pour les clics, sans empiéter sur les questions de chiffrage…
― Hum, si tu y tiens. Mais n’oublie pas : il faut que ce soit marrant pour que les gens aient envie de le tweeter et de le facebooker. C’est vendredi, on a envie de décompresser…

Allons-y donc : les types qui écrivent les textes de François Hollande ― qui n'est qu'interprète mais pas auteur-compositeur comme Gérard Lenorman ―, se sont salement plantés en lui faisant conclure son discours de dimanche dernier au Bourget par une citation de William Shakespeare (mais oui, je vous en ai déjà parlé lundi, de ce discours-là).

« Ils ont échoué parce qu’ils n’ont pas commencé par le rêve », aurait ainsi affirmé le barde de Stratford un jour qu’il était en verve, ce qui signifie sans doute qu’il faut toujours commencer par fantasmer sérieusement sur un truc pour réussir à se le procurer ― ou quelque chose dans le genre…

Guérillero marxiste-léniniste du Sentier lumineux péruvien

D’abord, ça n’est pas complètement vrai parce qu’il y a plein de choses que l’on réussit par inadvertance et sans en avoir spécialement rêvé et qu’il y a même un autre William (Guillaume d’Orange 1626 – 1650) qui a dit exactement le contraire (« Point n’est besoin d’espérer pour entreprendre ») et il n’était pas la moitié d’un imbécile non plus.

Mais surtout, le Shakespeare de « Hamlet » ne l’a jamais formulé, l’aphorisme Hollandais.

Non, en fait, c’est un autre Shakespeare, Nicholas de son prénom, romancier on ne peut plus contemporain de son état, qui le fait dire à un guérillero marxiste-léniniste du Sentier lumineux péruvien dans son roman « The vision of Elena Silves » et ça n’a strictement rien à voir avec la fin du non-remplacement d’un fonctionnaire sur deux ou la modulation du quotient familial. Strictement rien.

C’est sûr, Raymond, euh, François Hollande n’est guère coupable, dans cette affaire. Et les responsables du pataquès sont plus sûrement les gagmen qui glanent sur le Web les citations qui rendent les politiques intelligents dans les réunions publiques. Mais force est de constater qu’ils n’ont pas fouiné bien longtemps pour celle-ci : dans le Guardian, on fait remarquer que son unique occurrence Google conduit à un site de profs d’anglais et que, si l’on fait un tout petit peu attention, on remarque qu’elle est attribuée à N. Shakespeare plutôt qu’à W. Shakespeare…

Bah tout ça n’est pas si grave puisque le Nicholas, en apprenant ça, s’est bien fendu la poire en expliquant que sa citation « pouvait parfaitement s’appliquer à n’importe quoi ». N’empêche, c’est Guéant qui doit bien se (Guy) Môquet, sur ce coup. Et en tout cas, la prochaine fois, je préempte le papier sérieux sur le meeting parce, comme disait Balzac, « Si tu n’arrives pas le premier à la cantine, il ne reste jamais de céleri rémoulade ». Jean-Christophe Balzac, bien entendu.

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.
Soirée arrosée en boîte : Christophe Castaner filmé en train d'embrasser une inconnue
02.
La France va devenir la première puissance mondiale en moins de 5 ans
03.
Jean Arcelin : “Une large majorité des 700 000 personnes en Ehpad mangera, pour le reste de sa vie, des repas à 1€”
04.
Grand Débat, la suite : petite géographie des intellectuels français que reçoit Emmanuel Macron ce lundi (ainsi que de ceux qu’il ne reçoit pas)
05.
Emmanuel Macron, pourquoi n’allez-vous pas en boîte comme Christophe Castaner plutôt que de faire du ski ?
06.
Acte XVIII des Gilets jaunes : retour prévu de la violence, réponse difficile à prévoir du gouvernement
07.
Recep Tayyip Erdogan critiqué pour avoir diffusé des images de l'attentat de Christchurch
01.
Jean Arcelin : “Une large majorité des 700 000 personnes en Ehpad mangera, pour le reste de sa vie, des repas à 1€”
02.
Soirée arrosée en boîte : Christophe Castaner filmé en train d'embrasser une inconnue
03.
Et Marine Le Pen éclata de rire…
04.
Philippe de Villiers : « Mon livre n’est pas complotiste, c’est la construction européenne qui est ontologiquement conspirationniste »
05.
Le voile est-il vraiment un accoutrement souhaitable pour vendre des petites culottes ?
06.
Grand Débat, la suite : petite géographie des intellectuels français que reçoit Emmanuel Macron ce lundi (ainsi que de ceux qu’il ne reçoit pas)
01.
Philippe de Villiers : « Mon livre n’est pas complotiste, c’est la construction européenne qui est ontologiquement conspirationniste »
02.
Grand Débat, la suite : petite géographie des intellectuels français que reçoit Emmanuel Macron ce lundi (ainsi que de ceux qu’il ne reçoit pas)
03.
Grève mondiale des élèves pour le climat : 5 éléments pour déterminer s’il faut s’en réjouir ou... s’en inquiéter sérieusement
04.
Quand Nathalie Loiseau teste les nouveaux "éléments de langage" du progressisme face à Marine Le Pen sans grand succès
05.
Christchurch : de la théorie du Grand Remplacement à ses travaux pratiques
06.
Grand Débat : l’étrange victoire d’Emmanuel Macron
Commentaires (10)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
zelectron
- 28/01/2012 - 11:26
Hollande se déjuge constamment
Les bonnes lectures de Hollande : "les dires d'un guérillero marxiste-léniniste du Sentier lumineux péruvien dans son roman « The vision of Elena Silves» édifiant
Le gorille
- 28/01/2012 - 04:20
Un peu dur votre article
Dur à écrire à ce que je vois !
Rigolo ? Bon j'ai souri, mais pourriez-vous faire un petit mieux la prochaine fois ?
Ceci dit, les citations... faut s'en méfier ! Des fois que votre interlocuteur les connaisse !
Merci Mani : vous m'avez réhabilité Voltaire que je vouais aux gémonies. Il est vrai que c'est le sort que je réserve à tous les philosophes modernes et "post" modernes, ces derniers surtout.
J'en apprends, et heureusement, tous les jours.
le Gône
- 27/01/2012 - 14:49
Vous allez voir...Hugues
Vous finirez par voter "Sarko"..et non pour un imitateur de Mitterand puis de jeune slimfast qui qui se teint en brun...qui s'y voit déjà avec ainsi que sa "deuxieme dame du twite"..Moi le capitaine de pédalo plus on avnce dans le temps plus je sens qu'il prend l'eau de toutes parts..