En direct
Best of
Best of du 14 au 20 septembre
En direct
Flash-actu
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

L’hiver 2020 sera-t-il aussi froid que le prévoit une équipe d’experts météorologistes britanniques ?

02.

L'Ifop révèle une enquête sur la population musulmane en France

03.

Jean-Michel Blanquer êtes-vous tombé sur la tête ? 250.000 "éco-délégués" dans les écoles dont vous avez la charge !

04.

L’imposture psychosomatique comme prétendu diagnostic (de secours) de maladies complexes

05.

SDF : Ophélie Winter à la rue !; Laeticia Hallyday exhibe son nouvel homme à Paris, Valérie Trierweiler le sien dans Match; Rihanna d'humeur bébé, Liane Foly qu’on lui passe tous ses caprices; La reine bat froid à Meghan

06.

Ces 3 questions pièges de tout débat sur l’immigration en France

01.

Grève mondiale pour le climat : ces confusions qui polluent le débat public sur les défis environnementaux

02.

Selon le président la Conférence des Évêques de France, les citoyens "inquiets" du projet de loi bioéthique ont le "devoir" de manifester le 6 octobre

03.

Ces 3 questions pièges de tout débat sur l’immigration en France

04.

Pourquoi LREM pourra difficilement échapper à son destin de “parti bourgeois” quels que soient ses efforts

05.

Le moment Xavier : quel logiciel pour construire le bertrandisme ?

06.

L’hiver 2020 sera-t-il aussi froid que le prévoit une équipe d’experts météorologistes britanniques ?

ça vient d'être publié
light > Culture
Héritage
Plus de 12 millions de visiteurs ont participé aux Journées du patrimoine en France
il y a 4 heures 35 min
pépite vidéo > International
Epicentre
L'Albanie a été touchée par le séisme le plus fort depuis plus de 20 ans
il y a 6 heures 54 min
pépites > Politique
Secret de polichinelle
Municipales à Paris : Anne Hidalgo devrait officialiser sa candidature "dans les prochaines semaines"
il y a 8 heures 23 min
décryptage > Politique
Effet de mode ?

Vraie fausse valeur : de Meghan Markle à Jean-Luc Mélenchon, anatomie de l'insoumission contemporaine

il y a 10 heures 15 min
light > Insolite
"Pleure pas nostalgie"
Didier Barbelivien relate le souvenir du jour où lui et Nicolas Sarkozy ont failli mourir en avion
il y a 11 heures 16 min
pépites > Politique
Vision politique
Valérie Pécresse plaide pour un "choc d'autorité" sur la question de l'immigration
il y a 12 heures 10 min
rendez-vous > Science
Atlantico Sciences
Ovni : l’U.S. Navy dévoile des vidéos de "phénomènes aériens non identifiés" ; Un fossile rare datant de 10 millions d’années éclaire l’évolution de l’Homme
il y a 14 heures 45 min
décryptage > France
Bonnes feuilles

Les aléas financiers : l'épée de Damoclès au-dessus des agriculteurs

il y a 14 heures 59 min
décryptage > Education
Plus vert que ça tu meurs

Jean-Michel Blanquer êtes-vous tombé sur la tête ? 250.000 "éco-délégués" dans les écoles dont vous avez la charge !

il y a 15 heures 9 min
décryptage > Culture
Atlantico Litterati

"Les quatre coins du cœur" : un roman "inédit" de Françoise Sagan, publié aux éditions Plon

il y a 15 heures 26 min
light > Culture
Chiffres pharaoniques
1,42 million de personnes ont visité l'exposition Toutânkhamon
il y a 5 heures 7 min
pépite vidéo > Environnement
Pollution
Journée sans voiture : les images surréalistes des rues de Paris
il y a 7 heures 35 min
pépites > Société
Engagement
Extension de la PMA : Agnès Buzyn ne partage pas les réserves émises par l'Académie de médecine
il y a 9 heures 3 min
pépites > Justice
Cour de justice de la République
Affaire Karachi : Edouard Balladur et François Léotard sous la menace d’un procès
il y a 10 heures 40 min
décryptage > France
Entretien

Camille Beaurain : "Il n’y a pas un responsable mais plusieurs du suicide de mon mari agriculteur"

il y a 11 heures 55 min
pépite vidéo > Politique
Convictions
"ONPC" : François-Xavier Bellamy interpellé sur sa position sur la PMA et l'avortement
il y a 13 heures 17 min
décryptage > Religion
Bonnes feuilles

Le chemin intérieur des prêtres face à la crise des vocations

il y a 14 heures 50 min
décryptage > Finance
Bonnes feuilles

L'opacité de l'utilisation des deniers publics : un véritable fléau français

il y a 15 heures 3 min
décryptage > Société
Etat nounou, Papa Macron

Enfance : ces autres besoins nettement plus urgents que d'accompagner les parents pendant les 1000 premiers jours de leurs bébés

il y a 15 heures 20 min
décryptage > Economie
Etat des lieux

A la suite de politiques de Quantitative Easing, l'ensemble des banques centrales du monde se trouvent dans un corner

il y a 15 heures 41 min
© Reuters
© Reuters
Ah oui quand même

Comment les conséquences des sanctions russes sur l’économie française ont été largement sous-estimées

Publié le 15 juillet 2016
Si les sanctions étaient dites "intelligentes", c'est-à-dire qui ne coûteraient rien aux pays émetteurs, la réalité est toute autre : en un an et demi, les 37 pays qui en sont à l'origine cumulent près de 60 milliards de dollars de pertes. Un chiffre qui reste cependant en-dessous des dégâts infligés à l'économie russe.
Matthieu Crozet est professeur à Paris Sud. Il est également conseiller scientifique au CEPII, en charge du programme scientifique Analyse du Commerce International.
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Matthieu Crozet
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Matthieu Crozet est professeur à Paris Sud. Il est également conseiller scientifique au CEPII, en charge du programme scientifique Analyse du Commerce International.
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Si les sanctions étaient dites "intelligentes", c'est-à-dire qui ne coûteraient rien aux pays émetteurs, la réalité est toute autre : en un an et demi, les 37 pays qui en sont à l'origine cumulent près de 60 milliards de dollars de pertes. Un chiffre qui reste cependant en-dessous des dégâts infligés à l'économie russe.

Atlantico : A la suite de l'annexion de la Crimée par la Fédération de Russie en 2014, l'Union européenne décide d'imposer des sanctions économiques. En quoi ces dernières ont-elles pu participer à affaiblir les entreprises françaises ? Et pour quel coût ?

Matthieu Crozet : Le référendum en Crimée signe effectivement le rattachement de cette région à la Russie. À partir de ce moment, les États-Unis et l'Union européenne imposent un certain nombre de sanctions diplomatiques et d'autres sanctions dites "intelligentes", c'est-à-dire qui viennent perturber le jeu politique du pays ciblé sans engendrer de coûts pour le pays émetteur. Finalement, ce sont 37 pays qui les imposent, et ces derniers représentent à eux seuls plus de 60% du PIB mondial. De même, cette série de sanctions se distingue par le fait que pour la première fois, c'est un pays important et non une puissance comme l'Iran ou Cuba qui est visée.

Puis, vient une deuxième vague de sanctions qui concerne l'arrêt de plusieurs coopérations diplomatiques, culturelles, ainsi que le gel de certains avoirs de dignitaires et entités russes ou oligarques, ainsi que des retraits de visas.

Mais l'UE a aussi imposé un certain nombre de sanctions très fermes à l'égard de l'Ukraine et surtout de la Crimée, et qui concernent par exemple l'interdiction d'investir pour les entreprises européennes, ou de fournir des services touristiques. 

Un autre type de sanction concerne un contrôle à l'exportation pour des produits comme les produits militaires, à usage duale (militaire et civil) comme les composants électroniques. Typiquement, cette dernière sanction a pénalisé en France le secteur de l'aéronautique.

En juin 2014, après l'épisode du crash de l'avion de la Malaysian Airlines au-dessus de l'Ukraine, la Russie a subi de nouvelles sanctions, cette fois moins "softs", puisqu'il s'agissait d'interdire l'exportation de produits sensibles comme des technologies d'exploitations de minerais par exemple. Mais aussi des sanctions financières plus pénalisantes dans le domaine financier : en empêchant par exemple les principales banques russes de se financer sur les marchés européens et américains.

Vous avez récemment étudié l'impact de ces sanctions sur plusieurs économies, dont la France. Qu'avez-vous pu observer ? Comment l'économie française et ses entreprises ont-elles été affectées par ces sanctions ? 

L'étude que nous avons faite est limitative et se concentre sur les exportations vers la Russie.

Tout le commerce vers la Russie s'est bien entendu écroulé, la crise en Russie ayant entraîné la chute du rouble. Au final, nous avons observé une réduction des exportations de l'ordre de 60 milliards de dollars pour les 37 pays émetteurs sur un an et demi. En juillet 2014, lorsque le niveau des sanctions augmente, la Russie réplique en mettant un embargo sur une grande ligne de produits de l'agroalimentaire. L'embrago a un effet très net et fait diminuer de 80% les exportations interdites. Mais ces produits, à l'échelle de l'économie des pays émetteurs de ces sanctions, sont négligeables.

Pour les autres produits, la baisse est beaucoup plus importante. L'essentiel de la déperdition de commerce est lié à des produits qui ne sont pas sous embargo russe (secteur des services, produits de luxe pour la France, etc). Le plus touché est l'Ukraine, le second est l'Allemagne qui a absorbé l'essentiel des coûts avec 27% des pertes totales. La France représente 5,6%. 

Sur la période janvier 2014 - juin 2015, la France a perdu 176,94 millions de dollars de commerce avec la Russie en moyenne chaque mois. Cela représente -22,22% du potentiel de commerce. Pour les produits agricoles sous embargo russe, la perte atteinte passe les 50% du potentiel de commerce sur la période (qui couvre un temps précédent l’embargo). En valeur, la perte de commerce pour ces produits est évaluée à -14,19 millions de dollars par mois. Au final la perte de commerce de produits sous embargo russe représente moins de 10% de la perte totale de commerce de la France.

Nous avons en revanche observé qu'il n'y avait pas eu d'effet de boycott.

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Commentaires (5)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
Deneziere
- 09/07/2016 - 16:27
Article creux
On aurait aimé connaître l'impact de ces sanctions chez nos concurrents européens et sur le continent entier. Prendre un pays isolément n'a aucun sens.
Anguerrand
- 09/07/2016 - 16:12
Et les 123 Rafales
Hollande s'est glorifié de la signature de Rafales avec l'Inde. Notre grand diplomate le presigland a oublié que l'Inde est l'allié de la Russie, et l'Inde a résilié la commande de ces Rafales ( dans la plus grande discrétion, bien sûr) au profit de la Russie. Les russes se sont vengés de la non livraison des 2 bateaux que pour des questions ideologiques nous n'avons pas livré. Nous le payons deux fois par le revente en solde des 2 vedettes et par l'annulation du gigantesque contrat des Rafales, plusieurs milliards ont été perdu pour notre economie. Hollande est un negociateur extraordinaire qui se ferait virer pour manque de résultats dans une concession auto.
Leucate
- 09/07/2016 - 13:38
Embargo agricole russe
Il aura des effets à long terme bénéfiques pour la Russie si l'on veut bien se souvenir de l'histoire tragique de la paysannerie russe.
Le servage avant été aboli au milieu du XIX° siècle par le tsar Alexandre II et, au bout du cinquante ans, une solide paysannerie russe s'était constituée, permettant à l'empire d'être exportateur de denrées alimentaires. Le servage fut rétabli par les communistes qui transformèrent les paysans en ouvriers agricoles sans terres et cela dura jusqu'à la chute du communisme en 1991.
Depuis, les terres ont été redistribuées et une nouvelle paysannerie se reconstitue qui, en diversifiant ses productions, sera capable d'assurer l'indépendance alimentaire de la Russie. Ce n'est pas encore le cas aujourd'hui mais la Russie a trouvé des tas de pays qui sont ravis de lui vendre leurs produits que l'UE et les américains ne lui vendent plus.
Ce sont donc des marchés qui sont définitivement perdus pour nous puisque, même si l'embargo se termine aujourd'hui, la Russie a trouvé des fournisseurs et n'a aucune raison d'en changer à moyen terme. A long terme, la paysannerie russe reconstituée prendra le relai.