En direct
Best of
Best of du 21 au 27 mars
En direct
ça vient d'être publié
décryptage > International
Résolution ?

Fin de crise en Israël

il y a 5 heures 3 min
pépites > International
Israel
Coronavirus: Benjamin Netanyahu placé en quarantaine
il y a 10 heures 50 min
décryptage > International
LES ENTREPRENEURS PARLENT AUX FRANÇAIS

Les Virus, l’économie, les politiques et la mort. Premières leçons de la gestion de la pandémie

il y a 11 heures 40 min
décryptage > Culture
ATLANTI-CULTURE

Contes de la rue Broca

il y a 12 heures 24 min
pépites > France
Un transfert pas comme les autres
Coronavirus: le transfert de patients s'accélère, l'épidémie aussi
il y a 12 heures 53 min
pépite vidéo > Insolite
"Pour Corona"
Les hymnes du confinement
il y a 13 heures 44 min
décryptage > France
En finir avec les pythies de mauvaises aventures

Étatisation et protectionnisme : les deux maux qui nous menacent probablement plus qu’une répétition de 1929

il y a 14 heures 17 min
décryptage > Economie
En espérant en tiré des leçons

COVID-19 : la pandémie sanitaire et financière en 5 tableaux

il y a 15 heures 1 min
décryptage > International
Alternative

La santé ou l’économie ? Petites réflexions philosophiques sur un vrai dilemme

il y a 15 heures 44 min
décryptage > Santé
Coronavirus

Covid-19... et les autres : pourquoi le nombre de maladies infectieuses est reparti à la hausse au 21e siècle

il y a 16 heures 39 min
pépites > France
Un boost pas comme les autres
Le confinement dynamise les révisions du Code de la route
il y a 10 heures 6 min
Les marques sont elles aussi solidaires
Coca-Cola et d'autres marques créent des logos de «distance sociale»
il y a 11 heures 2 min
décryptage > Culture
ATLANTI-CULTURE

Le cauchemar

il y a 12 heures 18 min
pépites > Santé
Une nouvelle pénurie à cause du Covid-19
Vers une pénurie mondiale de préservatifs ?
il y a 12 heures 35 min
light > Insolite
Une perte musicale
Alan Merrill, auteur-compositeur " I Love Rock 'N' Roll '', décède du coronavirus à 69 ans
il y a 13 heures 24 min
rendez-vous > High-tech
La minute tech
Les applications qui peuvent vous aider à supporter le confinement
il y a 14 heures 13 min
décryptage > France
Coronavirus

Yazdan Yazdapanah, qui coordonne les essais contre le coronavirus, est-il l'homme des laboratoires américains ?

il y a 14 heures 31 min
décryptage > Economie
Contre-intuitif

Coronavirus : pourquoi la mondialisation est le meilleur remède pour nous sortir de la crise

il y a 15 heures 36 min
décryptage > International
Choix cornélien

Sauver l’économie ou sauver des vies ? Pourquoi les citoyens occidentaux ne sont pas plus au clair que leurs gouvernements

il y a 16 heures 7 min
décryptage > International
Superpuissance en construction

Coronavirus : ces cadavres dans le placard qui gênent la Chine dans son offensive de charme

il y a 17 heures 3 min
© REUTERS / Neil Hall
© REUTERS / Neil Hall
Leçons

Frexit : ce que l'histoire du Non de 2005 ou du Oui à Maastricht nous apprend sur l'issue probable d'un référendum sur une sortie de la France de l'Europe

Publié le 08 juillet 2016
Alors que plusieurs sondages sur la question de l'appartenance de la France à l'Union européenne ont vu le jour depuis le vote sur le Brexit, l'histoire récente nous montre que l'opinion des Français sur ce sujet peut être particulièrement volatile.
Erwan Lestrohan est directeur d'études à l'Institut BVA.
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Erwan Lestrohan
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Erwan Lestrohan est directeur d'études à l'Institut BVA.
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Alors que plusieurs sondages sur la question de l'appartenance de la France à l'Union européenne ont vu le jour depuis le vote sur le Brexit, l'histoire récente nous montre que l'opinion des Français sur ce sujet peut être particulièrement volatile.

Atlantico : Au lendemain du Brexit, les sondages montraient que dans l'hypothèse d'un référendum similaire en France, une majorité des citoyens français auraient voté pour rester au sein de l'Union européenne. Le sondage effectué par YouGov pour Itélé et le Huffington Post le 7 juillet confirme cette tendance : 49% des Français comptent rester dans l'Union, contre 30% qui veulent en sortir. Cependant, le cas du référendum de 2005 montre bien que la situation peut s'inverser rapidement : le camp du Non avait alors gagné plus de 10 points d'intentions de vote dans les quelques mois précédant l'échéance électorale. Une telle situation est-elle encore envisageable en France ?

Erwan Lestrohan : C’est en effet envisageable. Il faut d’abord avoir en tête que, sondages après sondages, deux tiers des Français ont tout de même exprimé leur volonté de rester dans l’Union européenne. Toutefois, si le débat se posait aujourd’hui de l’appartenance de la France à l’Union européenne, on constaterait un effritement dans l’opinion. Dans la mesure où on observe un resserrement des "pour" et des "contre" quand il y a une intensification des débats. On a pu observer ce phénomène avec le Mariage pour Tous. Ou encore, s’agissant de la Loi Travail : il y a plus d’opposition aujourd’hui que lorsque l’avant-projet de loi avait été évoqué.

Le référendum sur la ratification du traité de Maastricht, même s'il a finalement vu le Oui l'emporter, a été l'occasion d'observer une évolution similaire. Qu'est-ce qui explique cette volatilité de l'opinion des Français concernant l'Europe ?

Tout d’abord, concernant l’Europe, ce qu’il faut avoir à l’esprit, c’est que lorsqu’un projet est mal connu ou qu'une institution a des contours peu maîtrisés, les opinions sont susceptibles d’évoluer négativement avec l’intensification du débat. L’Europe est caractéristique du phénomène. L’Union est une institution mal connue des Français. A priori ils montrent envers elle de la bienveillance, voire de l’indifférence, mais dès lors qu’elle est mieux connue, les Français expriment plus de défiance. Ils sont par exemple 71% à se déclarer pessimistes pour l’avenir de l’Europe. Mais au niveau global, ils sont plus europhiles qu’eurosceptiques, selon ce que montrent nos enquêtes. Ils sont ainsi toujours favorables au maintien de la France dans l’Union euréopenne.

Pour autant, il y a un fond d’attachement à la spécificité française et notamment au modèle social français, qui peut expliquer une défiance vis-à-vis de l’Union. Tout comme le fait que certains Français voient d’un mauvais oeil le poids de la mondialisation, et donc de l’Europe sur leur situation personnelle. On retrouve plus significativement parmi les eurosceptiques des employés et des ouvriers ou des moins de 35 ans, des personnes plus récemment entrées dans le marché de l’emploi. Tandis que chez les europhiles, on retrouve plus facilement dans les profils des positions sociales plus "solides", comme les cadres et les 35 ans et plus.

Peut-on s'attendre à ce que l'idée d'un référendum pour le maintien dans l'Europe devienne un thème de la campagne présidentielle de 2017 ? Quels candidats l'évoqueraient ? Et pour en dire quoi ?

Dans la mesure où la question de la place de la France dans l’Union européenne et de son rôle ont été plus particulièrement évoqués depuis 2014, avec notamment l’arrivée du Front national à la première place des élections européennes, on peut imaginer que ce sera un thème incontournable aux présidentielles de 2017. D’autant plus que, selon les sondages d’opinion, la qualification de Marine Le Pen semble elle-même incontournable au second tour. La sortie de l'Union est l'un des thèmes majeurs de son programme et le sujet demeure très important pour son électorat.

Plus largement, davantage que la question de l’appartenance à l’Union, c’est plutôt celle des conditions et les modalités de cette appartenance qui passerait au premier plan en cas de débat. Si tant est qu’un référendum sur la question attire les foules. Il ne faut pas oublier en effet que, malgré la vigueur des clivages partisans, les référendums sociétaux jouissent en général d’une faible participation en France. Ce qui est peu efficace du point de vue de la consultation citoyenne, on en conviendra. 

Ce qui serait efficace en revanche, ce serait que les candidats, dans leur ensemble, prennent la parole sur le sujet, en évoquant précisément l’impact de l’appartenance de la France à l’Union européenne. Il faudrait exposer à l’ensemble des citoyens ce que l’Europe leur apporte, ce à quoi elle contribue en terme d’efficacité politique et d’amélioration de leur quotidien. Et cela, afin que les Français puissent clairement en identifier les bénéfices, voire les inconvénients. Cela aurait le mérite d’offrir un débat tangible et clarifié, qui trancherait avec un imaginaire qui en est resté à une question de remise en cause de la souveraineté nationale. 

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Commentaires (2)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
Fran6
- 08/07/2016 - 19:36
pour ma part
pas de vote pour Sarko, mon entreprise paye très cher son acte et je suis pas le seul, tout pour les gros et les petits payent ensuite, résultat: deux votes en moins pour lui si il passe les primaires
D'AMATO
- 08/07/2016 - 13:39
NO COMENT....
...juste des constats....L'Europe pouvait difficilement desservir mieux les peuples qu'elle ne l'a fait.....