En direct
Best of
Best of du 18 au 24 mai 2019
En direct
info atlantico
© PHILIPPE HUGUEN / AFP
Rapport paradoxal
Peut-on avoir confiance dans les ostéopathes malgré les "doutes" de la médecine officielle ?
Publié le 08 juillet 2016
Selon un sondage de l'IFOP commandé par l'association Ostéopathes de France, publié en exclusivité par Atlantico, 91% des Français ont une bonne image de cette profession. Pourtant et s'ils sont de plus en plus nombreux à s'installer, le statut d'ostéopathe fait toujours débat. Voici comment bien choisir le vôtre si votre dos vous fait souffrir.
Bernard Morand est médecin rhumatologue et président du syndicat national des médecins rhumatologues et ostéopathe.
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Dominique Blanc est président de l'association des Ostéopathes de France
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Bernard Morand
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Bernard Morand est médecin rhumatologue et président du syndicat national des médecins rhumatologues et ostéopathe.
Voir la bio
Dominique Blanc
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Dominique Blanc est président de l'association des Ostéopathes de France
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Selon un sondage de l'IFOP commandé par l'association Ostéopathes de France, publié en exclusivité par Atlantico, 91% des Français ont une bonne image de cette profession. Pourtant et s'ils sont de plus en plus nombreux à s'installer, le statut d'ostéopathe fait toujours débat. Voici comment bien choisir le vôtre si votre dos vous fait souffrir.

Atlantico : Selon le sondage Ifop, plus d'un tiers des consultations d'ostéopathes font suite au conseil d'une personne de l'entourage et 74% des Français n'ayant jamais consulté un ostéopathe sont prêts à le faire. Sommes-nous suffisamment informés sur cette profession ?

Bernard Morand : C'est compliqué de s'y retrouver, car il existe en France actuellement trois sortes d’ostéopathes :

- Les premiers sont des médecins, qui ont suivi une formation de médecine, puis qui ont suivi une formation à l’ostéopathie (on en compte 1500 actuellement en France).

- Les seconds sont des professionnels de santé (kinésithérapeute, podologue, sage-femme), reconnus comme tels par l'Etat, qui ont suivi une formation spécifique à leur métier et, à côté, une formation à l’ostéopathie (la France compte par exemple 9000 kinés-ostéopathes).

- Enfin, les troisièmes ne sont pas reconnus comme professionnels de santé par l'Etat, car ils n'ont suivi qu'une seule formation à l’ostéopathie, via une école de cinq ans. Ce sont de loin les plus nombreux (la France en compte actuellement 15 000).

(Cliquez sur l'image pour l'agrandir)

A quels critères devrions-nous être attentifs dans le choix d'un ostéopathe, lorsque nous estimons avoir besoin des soins qu'il propose ?

Dominique Blanc : Comme c'est une profession qui est jeune, il faut plutôt se fier au bouche-à-oreille.

Bernard Morand : En vérifiant que l’ostéopathe a suivi à la fois une formation à l’ostéopathie mais aussi une formation médicale.

Toujours selon le même sondage Ifop, 67% des Français déclarent connaître le type de soins prodigués par un ostéopathe, 90% ont jugé ces soins efficaces et 91% ont une bonne image de cette profession. Pourtant, de nombreux ostéopathes ne peuvent exercer leur métier dans un certain nombre de structures telles que les maisons de santé, les hôpitaux, les maisons de retraites ou encore les fédérations sportives. Comment s'explique cet état de fait ?

Dominique Blanc : Le principal problème est que l’ostéopathie est une discipline qui est jeune : elle a été légalisée en 2002, puis règlementée par décret une première fois en 2007 et une seconde fois en 2014. Le décret de 2014 a défini un nouveau métier, avec une formation en cinq ans et des critères d'agrément nettement majorés par rapport au premier texte de 2007.

Malgré tout, même si les mentalités sont peu à peu en train d'évoluer, cette discipline souffre du corporatisme de certains médecins et professionnels de santé qui rechignent à intégrer une nouvelle discipline aux sein des maisons de santé, des hôpitaux, maisons de retraites ou encore des fédérations sportives.

Bernard Morand : Le principal problème est que les ostéopathes qui n'ont pas suivi de formation médicale ne sont pas reconnus par l'Etat comme des professionnels de santé. C'est d'ailleurs pour cela que leurs consultations ne sont pas remboursées par la Sécurité sociale. A partir de là, et même si leur formation s'est rallongée, il n'existe aucun contrôle de leur pratique et de leur savoir-faire, hormis les avis des patients. Ils n'ont pas d'Ordre en charge de cette fonction, comme l'ont les pharmaciens, les médecins ou les kinés, ce qui est quand même ennuyeux.

Aux Etats-Unis par exemple, constatant le succès de la discipline, les autorités sanitaires ont mis en place un rapprochement entre les études d'ostéopathie et les formations médicales classiques, pour sécuriser la profession.

(Cliquez sur l'image pour l'agrandir)

Quels organismes encadrent et réglementent cette profession, en particulier pour les ostéopathes qui ne sont pas médecins et n'ont aucune autre formation ?

Dominique Blanc : Le ministère de la Santé et les Agences Régionales de Santé.

Bernard Morand : Si le ministère de la Santé et les Agences Régionales de Santé contrôlent et valident la formation, il n'existe aucun contrôle de leur pratique une fois qu'ils sont installés.


 

 
Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.
Rihanna éconduit Neymar, Charlotte Casiraghi & Gad Elmaleh s’ignorent, Anthony & Alain-Fabien Delon se vengent de leur père; Karine Ferri investit lourdement pour son mariage (et invite utile); Johnny Depp : c’est Amber qui l’aurait battu
02.
Il agresse un agriculteur pendant que son épouse filme
03.
LREM, UDI, LR ou abstention ? Petit guide pour ceux qui voudraient (vraiment) voter libéral aux Européennes…
04.
Tensions grandissantes en Algérie : Bouteflika n’est plus là, mais les généraux, si
05.
Ce qui explique la nouvelle vague d'eugénisme
06.
Cannes : Abdellatif Kechiche s'emporte contre la question "imbécile" et "malsaine" d'un journaliste
07.
Le nombre de cancers du côlon chez les jeunes adultes augmente nettement et voilà pourquoi
01.
Pôle Emploi n’aime pas qu’on dise qu’il est peu efficace dans son accompagnement des chômeurs mais qu’en est-il concrètement ?
02.
Semaine à haut risque pour Emmanuel Macron : les trois erreurs qu’il risque de ne pas avoir le temps de corriger
03.
Burkini à la pisicine municipale : les périlleuses relations de la mairie de Grenoble avec les intégristes musulmans
04.
Cancer : cette découverte sur le cerveau qui ouvre de prometteuses voies de traitement
05.
Immobilier : l’idée folle de la mairie de Grenoble pour protéger les locataires mauvais payeurs
06.
Le nombre de cancers du côlon chez les jeunes adultes augmente nettement et voilà pourquoi
01.
Mondialisation, libre-échange et made in France : l’étrange confusion opérée par François-Xavier Bellamy
02.
Appel des personnes en situation de handicap ou familles concernées pour sauver Vincent Lambert d’une mort programmée
03.
La bombe juridique qui se cache derrière la décision de la Cour d’appel de Paris de sauver Vincent Lambert
04.
Chômage historiquement bas mais travailleurs pauvres : le match Royaume-Uni / Allemagne
05.
Des experts estiment dans un nouveau scénario que la hausse du niveau des océans pourrait dépasser deux mètres d'ici 2100
06.
LREM, UDI, LR ou abstention ? Petit guide pour ceux qui voudraient (vraiment) voter libéral aux Européennes…
Commentaires (8)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
cloette
- 05/07/2016 - 19:12
Craquement
Oui le chiropracteur fait craquer la vertèbre , J'ai eu un torticolis pendant des années , que seul son coup sur une vertèbre de ma nuque a fait définitivement passer ( mais attention un coup sur la nuque évidemment cela peut être dangereux )
California
- 05/07/2016 - 16:48
suite
de plus l'ostéopathie se fait tout en douceur, quand vous avez un bon ostéo, il ne doit rien fait "craquer" ; par contre, pas adepte du tout de la chiropractie beaucoup plus violente dans les mouvements (jai pu comparer aux USA et n'ai pas du tout apprécier)
California
- 05/07/2016 - 16:45
vive l'ostéopathie
je consulte deux ou trois fois par an un ostéo, qui m'évite pas mal de séances kiné pour un mal de dos récurrent et j'en suis pleinement satisfaite et je fais faire des économies à la S.S..
Le problème c'est l'opposition des médecins, pour reconnaître l'ostéopathie : il y a plusieurs disciplines dans l'ostéo : le cranien, le musculaire et le viscéral.
Bien souvent, les kinés deviennent ostéopathes (en reprenant leurs études). Par contre, j'ai beaucoup moins confiance dans les médecins pratiquant l'ostéo (sont moins performants sur l'anatomie).
Bref, encore un mauvais procès pour cette discipline pourtant très efficace