En direct
Best of
Best of 15 au 21 juin
En direct
© Reuters
Guerre d'usure
Retour de loi El Khomri devant l'assemblée : face à la victoire institutionnelle qui se profile, comment ses opposants pourraient chercher à infliger une défaite politique à l’exécutif
Publié le 05 juillet 2016
Ce mardi 5 juillet, la loi Travail est de retour à l'Assemblée nationale en seconde lecture.
Éric Verhaeghe est le fondateur du cabinet Parménide et président de Triapalio. Il est l'auteur de Faut-il quitter la France ? (Jacob-Duvernet, avril 2012). Son site : www.eric-verhaeghe.fr Il vient de créer un nouveau site : www...
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Éric Verhaeghe
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Éric Verhaeghe est le fondateur du cabinet Parménide et président de Triapalio. Il est l'auteur de Faut-il quitter la France ? (Jacob-Duvernet, avril 2012). Son site : www.eric-verhaeghe.fr Il vient de créer un nouveau site : www...
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Ce mardi 5 juillet, la loi Travail est de retour à l'Assemblée nationale en seconde lecture.

Atlantico : Ce mardi 5 juillet, la loi Travail est de retour à l'Assemblée nationale en seconde lecture. Alors que François Hollande raidit sa position et n'envisage aucune nouvelle concession, quelles options reste-t-il aux principaux opposants, entre syndicats et frondeurs, pour combattre le projet de loi ?

Eric Verhaeghe : L'étonnement reste que, plusieurs mois après la présentation du texte, la guérilla se poursuive contre lui. Plusieurs semaines de rencontres en coulisses, de négociations, n'ont pas permis de circonvenir l'opposition à un texte pourtant très affaibli et affadi. Rappelons que, contrairement au mariage gay, l'opposition à la loi travail ne vient pas de la droite ou d'une fraction de la droite, mais de la gauche elle-même. De mémoire de la Vème République, on n'aura jamais connu une situation aussi inhabituelle et sidérante : plusieurs mois d'opposition à un texte du gouvernement de la part de la majorité parlementaire. Ce renversement des traditions illustre bien la profonde crise politique que connaît la Vème République ces dernières années, et spécialement depuis l'arrivée de François Hollande au pouvoir. C'est pourquoi il ne me paraît pas du tout acquis que la contestation cesse avec l'été, même si les voies politiques "légales" sont désormais à peu près mortes. Dans tous les cas, le texte passera. Reste à savoir si sa promulgation mettra un terme au front du refus. D'ici là, il est plausible que Manuel Valls recoure au 49-3. La droite ne devrait toutefois pas voter la motion de censure présentée par les frondeurs. En revanche, le dépôt de cette motion pourrait faire très mal. Ensuite, rien n'exclut que l'été soit parsemé de mouvements d'opposition au texte.

Comment la situation pourrait-elle évoluer ? Le gouvernement a-t-il définitivement pris l'avantage dans cette bataille, avec quelles conséquences ?

Politiquement, au sens d'institutionnellement, le gouvernement devrait remporter une victoire objective, puisqu'il parviendra à "faire passer" son texte. Toutefois, il devrait rencontrer plus d'obstacles qu'il n'est raisonnable sur un texte qui se voulait aussi important. Selon toute vraisemblance, Manuel Valls optera dans les prochaines heures pour un recours au 49-3. Il doit soupeser ses chances de passer sans le recours à cette "Grosse Bertha" institutionnelle. De nombreux indices laissent à penser que, au vu des centaines d'amendements déposés, dont près de 500 pour le seul article 2, Valls optera pour le 49-3. Cette solution devrait constater une fois de plus que victoire institutionnelle ne signifie pas victoire politique au sens strict. Pour le gouvernement, les conditions d'adoption de cette loi constituent en effet un échec patent. Cet échec est accru par le contenu du texte lui-même : le gouvernement n'a lésiné devant aucun moyen pour vider le texte de son contenu polémique. Les amendements sur l'article 13 le montrent encore une fois. Pour Valls, la loi Travail constitue en réalité un double échec. D'une part, il doit renoncer à l'université d'été du Parti socialiste compte tenu des trop fortes tensions suscitées par le texte. Si cette université se tenait, elle étalerait probablement l'extrême isolement de l'exécutif à un an des présidentielles. A titre personnel, avec la loi Travail, on peut penser que Valls s'est définitivement "rocardisé" : en portant le texte jusqu'au bout, il a renoncé à toute ambition présidentielle réaliste.

Alors que la motion A, défendue par Jean Christophe Cambadélis en 2015 (voir ici) et ralliée par Martine Aubry indiquait noir sur blanc "il faut rétablir la hiérarchie des normes : la loi est plus forte que l’accord collectif et lui-même s’impose au contrat de travail", soit l'exact opposé de ce que propose l'article 2 de la loi El Khomri, que peut-on envisager de l'avenir du PS en acceptant un tel revirement ?

Il est évident que Cambadélis, selon ses vieilles habitudes trotskystes, a roulé Martine Aubry dans la farine. Il n'en a guère été dissuadé par François Hollande, qui déteste Martine Aubry. Ces deux-là, avec leur petite clique également composée de Jean-Marie Le Guen et de Manuel Valls, se sont amusé à trahir "l'amère de Lille", comme disent les mauvaises langues. La question me semble être de savoir si oui ou non Martine Aubry va chercher à se venger. Il n'est pas impossible que oui, par exemple en laissant faire une motion de censure lors de l'activation du 49-3. Là encore, nous retrouverons l'hypocrisie des aubrystes qui avaient préféré ne pas soutenir jusqu'au bout la précédente motion de censure par crainte d'une dissolution de l'Assemblée. Cette fois, la droite ayant annoncé son intention de ne pas voter la motion, il n'est pas impossible que les aubrystes la soutiennent. Ils savent en effet qu'elle n'a aucune chance d'aboutir et qu'elle servira juste à compter les fraudeurs. En outre, elle aura un effet destructeur pour Manuel Valls qui sera donc immolé en victime expiatoire de cette loi qui déchaîne les passions. Reste que, à mon avis, la fronde n'ira pas au-delà. Comme toujours au Parti socialiste, il ne faut pas chercher qui soutient qui, mais qui est plus détesté que les autres. Et tout porte à croire que Martine Aubry déteste plus Montebourg que Hollande. La motion A devrait donc rester unie, plus par haine des autres que par amour pour soi-même.

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.
Taxe d’habitation : les Français organisent leur propre malheur immobilier
02.
Quand les secrets du succès du Bon Coin intriguent Amazon et eBay
03.
Retour des moustiques tigre : voilà comment s'en protéger efficacement cet été
04.
Vol MH370 : "le pilote se serait envolé à 12 000 mètres pour tuer l'équipage dans la cabine dépressurisée ", selon un nouveau rapport
05.
« L'homme-arbre » demande à être amputé
06.
Quand les tabloïds britanniques s’inquiètent de voir Paris livrée aux bandes pendant la fête de la musique : fantasme de no-go zones ou début de réalité ?
07.
Amazon : 11,2 milliards de profit, 0 dollars d’impôts payés… : mais dans quel état erre un certain capitalisme ?
01.
Retour des moustiques tigre : voilà comment s'en protéger efficacement cet été
02.
Pourquoi les Francs-maçons ne sont certainement pas les héritiers des constructeurs de cathédrale qu’ils disent être
03.
L'homme qui combat la bien-pensance pour sauver le monde agricole
04.
Dents de la mer : les grands requins blancs remontent vers le Nord aux Etats-Unis, faut il redouter la même chose en Europe ?
05.
Meghan & Harry : all is not well in paradise; Mariage sous couvre-feu pour Laura Smet; Laeticia Hallyday, délaissée ou entourée par ses amis ? Voici & Closer ne sont pas d’accord; Taylor Swift & Katy Perry se câlinent vêtues d’un burger frites de la paix
06.
Notre-Dame de Paris : l’incendie aurait été causé par une série de négligences
01.
PMA et filiation : ces difficultés humaines prévisibles que le gouvernement écarte bien rapidement
02.
Amin Maalouf et Boualem Sansal, deux lanceurs d'alerte que personne n'écoute. Est-ce parce qu'ils sont arabes ?
03.
L'Ordre des médecins autorise Jérôme Cahuzac à exercer la médecine générale en Corse
04.
Mieux que Jeanne d'Arc : Greta Thunberg voit le CO² à l'œil nu !
05.
Ce piège dans lequel tombe le gouvernement en introduisant le concept d’islamophobie dans le proposition de loi Avia sur la lutte contre les contenus haineux
06.
Et la banque centrale américaine publia une bombe sur les "méfaits" du capitalisme financier
Commentaires (3)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
vangog
- 05/07/2016 - 22:27
Le parti socialiste...un parti de haine?
Ah ben alors!...si on m'avait dit ça...
J'accuse
- 05/07/2016 - 10:50
Victoire ?
Comment peut-on parler de "victoire institutionnelle" alors que c'est la CFDT qui a refait le texte originel, en lui retirant les 3/4 de son intérêt, et en lui ajoutant des articles désastreux qui étendent le pouvoir syndical ? Pourquoi parler de crise de la Ve république, alors que la crise politique vient d'une part de l'incurie de Hollande, et d'autre part de la division de la gauche, entre les réalistes mous et les utopistes durs ? La première étape du redressement de la France sera de virer la gauche du pouvoir politique, la deuxième sera de briser le pouvoir anarcho-syndicaliste.
Deudeuche
- 05/07/2016 - 09:54
l'Amère de bière
va bien à la Dame, même si toute cette clique est à vomir!