En direct
Best of
Best of du 12 au 18 septembre
En direct
ça vient d'être publié
light > Santé
Des propos "à l'emporte-pièce"
Olivier Véran répond à Nicolas Bedos suite à son appel sur l'arrêt du port du masque et des gestes barrières
il y a 6 heures 52 min
pépites > Santé
Désengorger les SERVICES
Covid-19 : les Hôpitaux de Paris vont reporter 20% des opérations chirurgicales dès ce week-end
il y a 8 heures 55 min
pépites > Santé
Health Data Hub
Santé : l’Assurance maladie met son avis en suspens sur le mégafichier de données individuelles
il y a 9 heures 53 min
rendez-vous > Politique
Revue de presse des hebdos
Covid : les épargnants devront payer la facture; Bayrou trouble la coordination gouvernementale; Les bonnes affaires d’Édouard Philippe : payé 50 000€ pour se former au numérique...; La fraude sociale sert (aussi) à financer le terrorisme islamiste
il y a 11 heures 36 min
décryptage > France
Loi

La France, paradis des squatteurs et qui entend bien le rester

il y a 12 heures 53 min
décryptage > France
Drame humain

Santé mentale : ces millions de Français que la pandémie fait chanceler ou s’écrouler en silence

il y a 13 heures 51 min
pépite vidéo > Société
Fermeture des bars et des restaurants
Covid-19 : l'incompréhension de la maire de Marseille, Michèle Rubirola, suite aux annonces d'Olivier Véran
il y a 14 heures 19 min
décryptage > Economie
Industrie

Sauver Bridgestone à tout prix ? Et si on parlait de ces emplois industriels qui ne trouvent pas preneurs...

il y a 15 heures 7 min
décryptage > Santé
Lutte contre le virus

Nouvelles mesures face au Covid-19 : Gribouille gouvernemental à la barre

il y a 15 heures 52 min
pépites > Santé
Lutte contre le virus
Olivier Véran dévoile de nouvelles mesures dans le cadre de la lutte contre la Covid-19 et précise que "la situation continue globalement de se dégrader"
il y a 1 jour 3 heures
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Comédies françaises" de Eric Reinhardt : un magnifique roman d’initiation, itinéraire d’un millénial gâté

il y a 7 heures 38 min
light > Culture
Ministère de la Culture
Gabriel Matzneff est définitivement privé d'aide publique
il y a 9 heures 27 min
pépites > Europe
Vers de nouvelles sanctions de l'UE ?
Biélorussie : l'Union européenne refuse de reconnaître Alexandre Loukachenko comme président malgré sa "prestation de serment"
il y a 11 heures 13 min
pépites > Justice
Justice
Financement libyen : la cour d'appel de Paris rejette les recours de Nicolas Sarkozy et de ses proches
il y a 11 heures 49 min
décryptage > International
Influence de la Turquie

Les troubles obsessionnels compulsifs d’Erdogan : Le panislamisme, la résurgence de la grandeur ottomane… et incidemment attaquer la France

il y a 13 heures 36 min
décryptage > France
Il m’a démasqué

J’aime les sapins de Noël : je suis un facho

il y a 14 heures 8 min
décryptage > Environnement
Transition écologique

Et si la nouvelle la plus importante pour l’avenir du climat de la planète venait de passer quasi inaperçue

il y a 14 heures 51 min
décryptage > Economie
Atlantico Business

L’Allemagne mobilise 1300 milliards d’euros pour se sortir de la crise... La France 3 fois moins, cherchez l’erreur

il y a 15 heures 36 min
décryptage > Politique
Candidat idéal ?

Édouard Philippe ou le vrai-faux espoir de la droite : radioscopie d’un malentendu idéologique

il y a 16 heures 16 min
light > Culture
Icône de la chanson française
La chanteuse Juliette Gréco est morte à l'âge de 93 ans
il y a 1 jour 5 heures
© Reuters
© Reuters
Tellement 20e siècle

Pays riches, pays en voie de développement, le clivage disparu ? Comment comprendre en un coup d'œil l'état du monde et de ses inégalités grâce au "graphique de l'éléphant"

Publié le 06 juillet 2016
Dans son "graphique éléphant", l'économiste Branko Milanovic a montré qu'en 10 ans, les classes moyennes des pays émergents et les très riches se sont enrichis tandis que les classes moyennes des pays développés se sont appauvries. Un graphique structurant tant en termes politique qu'économique qui montre l'ambivalence de la mondialisation.
Alexandre Delaigue
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Alexandre Delaigue est professeur d'économie à l'université de Lille. Il est le co-auteur avec Stéphane Ménia des livres Nos phobies économiques et Sexe, drogue... et économie : pas de sujet tabou pour les économistes (parus chez Pearson). Son...
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Dans son "graphique éléphant", l'économiste Branko Milanovic a montré qu'en 10 ans, les classes moyennes des pays émergents et les très riches se sont enrichis tandis que les classes moyennes des pays développés se sont appauvries. Un graphique structurant tant en termes politique qu'économique qui montre l'ambivalence de la mondialisation.

Atlantico : L'économiste Branko Milanovic a réalisé un graphique devenu "icônique" et appelé "le graphique éléphant" représentant l'évolution des revenus en fonction des pourcentages de distribution de la richesse au niveau mondial. Que révèle ce graphique ?

Alexandre Delaigue : Le graphique représente, à partir de données récemment collectées et analysées, entre 1988 et 2008, le taux de croissance moyen des revenus de la population mondiale en fonction de leur place dans la distribution des revenus. Il montre que si le revenu mondial a augmenté pendant la période, les gains ont été très variables selon la catégorie de population. Milanovic met alors trois points en évidence. Autour du revenu mondial médian (c'est-à-dire tel que la moitié de la population gagne plus, l'autre moitié moins) les gains de revenus sur cette période ont été les plus importants. Par contre, les revenus ont stagné pour les gens situés aux alentours des 80-85%, et ils ont augmenté pour les 1% les plus riches. Cela résume gagnants et perdants de la mondialisation sur les revenus pour cette période.

La première catégorie de gagnants, le revenu médian, correspond à des gens qu'on ne classerait pas comme "riches" - ils gagnent environ 10 dollars par jour. Mais ce sont les grands gagnants de la période. Ils correspondent aux centaines de millions de Chinois, d'Indiens, qui sont sortis de la misère pendant cette période pour constituer une "classe moyenne mondiale" même s'ils restent pauvres selon nos standards des pays riches.

La seconde catégorie de gagnants, ce sont les 1% les plus riches au niveau mondial, correspondant à un revenu avant impôts de 300 000 dollars par an pour une famille de 4. Ils sont constitués des hauts revenus des pays riches, mais aussi pour une bonne part de millionnaires et milliardaires des pays émergents. 

La troisième catégorie, dont le revenu a stagné et qui se sont vus rattrapés par beaucoup d'autres, correspondent aux classes populaires des pays riches. Ce sont eux qui, en termes relatifs, sont les perdants de la période. Si l'on considère que l'évènement majeur de cette période est l'essor de la mondialisation - avec la fin du bloc soviétique et l'entrée de la Chine sur le marché mondial - on peut les qualifier de perdants de la mondialisation. Ceux qui avaient un emploi manufacturier dans les pays riches par exemple.

En quoi ce graphique est-il devenu si structurant, aussi bien en termes économiques que politiques ? En quoi a-t-il permis une prise de conscience ? 

Ce graphique traduit l'ambivalence de la mondialisation. On parlait avant de pays du Nord et de pays du Sud, les premiers toujours plus riches et les seconds toujours plus pauvres ; on déplorait la croissance des inégalités mondiales. Cette grille de lecture n'est plus pertinente. La sortie de masses de gens de la pauvreté dans les pays pauvres d'Asie (Chine et Inde en particulier) a fait reculer les inégalités mondiales pour la première fois. Mais ce gain de la mondialisation n'a pas eu que des avantages : il a coïncidé avec la croissance des revenus des 1% les plus riches et avec la stagnation des classes populaires des pays du monde développé. Et cette stagnation a des conséquences politiques : elle crée des gens qui ont le sentiment d'être les laissés-pour-compte de la mondialisation. Ce sont ces gens qui nourrissent les votes protestataires, même si la grille de lecture économique n'est pas la seule pertinente. Mais les partisans du Brexit, les gros bataillons d'électeurs de Trump, ou du Front national en France, se trouvent dans ces catégories sociales que l'on qualifie parfois, non sans mépris, de "petits blancs ": des gens qui voient leur environnement social se dégrader sous l'effet des fermetures d'usines, qui redoutent la concurrence des immigrés sur le marché du travail et ne trouvent que peu d'intérêt dans la multiplication de restaurants ethniques, le multiculturalisme des grandes capitales et la libéralisation des moeurs. Ils ont le sentiment que leur situation se dégrade et qu'ils sont méprisés. 

Selon Branko Milanovic, la hausse des inégalités sur le plan national,  même si elle est accompagnée d'une diminution de la pauvreté au niveau mondial, risque de s'avérer difficile à gérer politiquement. En quoi consisterait une mondialisation plus bénéfique aux classes moyennes des pays développés ? Quel est le risque politique si une telle réforme de la mondialisation n'a pas lieu ? La réduction des inégalités dans les pays développés provoquera-t-elle, en cascade, un tassement de la réduction de la pauvreté dans les pays émergents ? Existe-t-il une bonne solution ?

Ce qu'il s'est passé n'a pas été décidé par des "réformes de la mondialisation". C'est la conséquence imprévue de myriades d'évènements survenus sans concertation dans de nombreux pays. Les réformes économiques chinoises, la fin du bloc de l'Est, mais aussi le progrès technologique, toutes ces forces qui n'ont pas été concertées. Chaque année, que ce soit à Davos ou dans les divers "G-quelque chose", les dirigeants du monde entier font de sententieuses déclarations sur la nécessité d'une mondialisation inclusive, de préserver la croissance, les fleurs et les petits oiseaux. En pratique, leur influence sur les évènements du monde est dérisoire. Il n'y a rien à attendre de "réformes de la mondialisation".

Par contre, les forces qui ont conduit à ces évolutions durant les dernières années sont en train de se tasser. La Chine arrive "au bout des Chinois", les salaires y augmentent et la pression qu'elle exerce sur l'emploi manufacturier pourrait diminuer. Par ailleurs, la robotisation réduit l'attrait des bas salaires et pourrait conduire à un rapatriement des productions près des marchés, c'est-à-dire en Europe et en Amérique du Nord. L'hostilité envers la fiscalité progressive pourrait elle aussi diminuer et la situation des 1% les plus riches, beaucoup plus visible qu'elle n'était, pourrait changer. Ce ne serait pas la première fois en matière économique qu'on se rend compte d'une tendance au moment précis où celle-ci cesse d'exister. Branko Milanovic décrit même les inégalités mondiales sous formes de "vagues de Kuznets", dans lesquelles elles augmentent puis diminuent.

En revanche, il est aussi possible d'assister à un fort mouvement antimondialisation, une fragmentation rapide et la multiplication d'obstacles aux échanges internationaux. Ce qui ne serait pas une bonne nouvelle, parce que cela n'enrichira personne et ne ferait que renforcer les tensions à l'intérieur des pays, et entre eux.

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Commentaires (5)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
Deudeuche
- 06/07/2016 - 11:37
@ganesha
super, j'ai résidé aussi sur plusieurs continents et goûté d'autres arts culinaire et aimé la même femme pendant 35 ans (et c'est pas fini).
L'ouverture d'esprit qui consiste à ne pas que dénigrer ce qui n'est pas d'accord avec sois même, j'ai rencontré et je continu sur plusieurs continents.(désaccord-les idées, dénigrement-les personnes).
Ganesha
- 06/07/2016 - 09:59
Ouverture d'esprit
J'ai eu la chance, pendant une longue période de ma vie, de résider et de travailler dans de nombreux pays sur plusieurs continents. J'ai goûté à des arts culinaires très variés et j'ai fait l'amour avec des femmes de toutes les couleurs. Cela m'a donné une certaine ouverture d'esprit, que j'essaie de vous faire partager.
Deudeuche
- 06/07/2016 - 08:46
@Ganesha
beaucoup de lecteurs d'Atlantico voteront comme vous mais comme le dit si bien c'est article ils sont indifférents à la multiculturalité, les restaurants à diversité ethnique et à ...la nouvelle libéralisation des mœurs.